LES APPARENCES De Gillian Flynn


apparences viuvMême la couverture du livre offre un plissé de la robe en surimpression que nous pouvons toucher !! L’apparence a toute sa place ici ! Je ne m’attendais pas du tout à ÇA. Certes c’est un polar mais avec une trame psychologique sur la manipulation diablement bien faite et addictive !

De l’histoire, je ne vais pas pouvoir vous parler beaucoup car l’intérêt principal du livre repose sur sa construction, les volte-faces avant l’épilogue qui avouons-le n’est pas du tout à la hauteur du reste. Hormis ce bémol, je ne me suis pas ennuyée une seconde et c’est tout ce que je demande à ce genre de livres. A n’être pas trop vulgaire non plus, là aussi c’est limite mais supportable.

Amy et Nick, presque quarante ans, forment un couple middle-classe, bien sous tous rapports jusqu’au jour où la crise financière de 2008 les atteint de plein fouet et qu’ils sont obligés de quitter New-York, leur maison luxueuse pour une plus petite, pavillonnaire dans le Missouri natal de Nick où ce dernier a ouvert un bar avec sa soeur jumelle Go.

Le livre démarre le jour de la disparition d’Amy, le jour de leur cinq ans de mariage. Aussitôt ou presque, Nick devient le seul suspect car, outre le fait qu’il n’a pas montré d’affolement devant les caméras de télévision le jour du « drame »  (pensez donc, il souriait), il n’a pas d’alibi solide à l’heure de la disparition d’Amy.

Les chapitres alternent avec les voix de Nick et d’Amy, Amy parlant depuis son journal intime commencé en 2005, quand ils se sont rencontrés et les chapitres avec la voix de Nick se situent eux, dans le présent et le déroulement de l’enquête. Fatalement, on se dit que le passé et le présent vont finir par se rejoindre vu que le journal d’Amy suit la chronologie du temps, tout comme on se dit que c’est un mauvais rêve, qu’Amy va revenir mais non, pas du tout. Un superbe rebondissement arrive à mi-parcours et nous fait changer d’idée. De leur mariage cinq ans plus tôt à leur arrivée dans le Missouri, que s’est-il passé dans leur vie pour que le mystère s’épaississe au fil de l’enquête ? Que se passe-t-il que les autres ne savent pas surtout ? Les autres ici sont les célèbres parents psychologues d’Amy, auteurs d’une série enfantine à succès et qui met en scène…leur propre fille, « L’épatante Amy », un avatar parfait de ce que devrait être Amy. Il faut compter également sur la soeur jumelle de Nick, Margo dite Go… Ce qui est intéressant dans ce livre et que j’ai trouvé surprenant pour un polar, c’est l’étude au scalpel de la psychologie d’un couple. pourquoi les filles choisissent de se marier, pourquoi les hommes sont-ils si niais devant une jolie fille ? Se choisit-on pour ce que l’autre est vraiment quand on le rencontre ou espère-t-on qu’il deviendra idéal, à l’image de ce que l’on attend d’un mari ou d’une épouse ? Les apparences sont le moteur qui donne à la vie sociale sa raison d’être, elles maintiennent « l’amour » ou ce qu’il en reste dans un nuage en suspension mais elles sont truquées pour ne pas dire pipées et quand le nuage perce, ce n’est pas de l’eau qui tombe mais de l’acide sulfurique. Derrière le vernis, les pires scénarios se trament… et c’est ce que Gillian Flynn nous prouve ici avec maestria, si ce n’est la fin, surprenante et décevante car on aimerait nous lecteurs qu’il y ait une justice, mais non, pas là : les méchants restent méchants et les lâches ne deviennent pas des héros du jour au lendemain. Sinon, on reste en apnée jusqu’au bout !

Il y a aussi un tableau de l’Amérique actuelle, sur fond de crise des sub-prime et des passages très bien décrits sur ces maisons abandonnées, sur la pauvreté des petites villes autrefois pimpantes qui ne sont que l’ombre d’elles-mêmes, comme nos personnages qui suivent la spirale infernale du déclassement social et de ses répercussions dans leur vie familiale. Gillian Flynn, originaire et amoureuse de son Missouri natal nous livre des pages émouvantes sur la maison de Mark Twain à Hannibal qui ne fait plus recette et ne se vendrait pas pour des sommes extraordinaires. C’est dire… La description du gigantesque centre commercial  de la ville, principale source de travail quelques années plus tôt offre une vision apocalyptique avec ses rideaux baissés, ses SDF drogués et désespérés.

Vous l’aurez compris, un livre qui, malgré un style simple soulève bien d’autres interrogations à travers la disparition de l’héroïne, un livre qui nous répète (si on ne le savait pas) qu’il ne faut pas se fier aux apparences. Tout est affaire de manipulation, l’auteure joue avec nos nerfs pour notre plus grand plaisir.  Un  pavé de 650 pages qui est loin d’être indigeste !

Les avis divers et variés de : AifelleAlex Brize Cristie Galéa Hélène Keisha Liliba  Mango Sandrine Stéphie Theoma Véronique.  Et depuis que j’ai tapé ce billet, les avis de George et Belette. Et Clara, que j’avais oubliée !

Ce livre a été lu en partenariat avec Le livre De Pochelogo ldp

Il compte pour les challenges suivants :  » Romancières américaines » de Miss G.  le « mois américain » chez Noctambule.  « Thrillers et polars » chez Liliba. Pour mon challenge « À tous prix », aussi (Grand Prix des Lectrices de elle 2013, catégorie policier). Et celui d’Irrégulière dans la catégorie « amour cauchemardesque »…Logo challenge polars liliba 2013

logo challenges romancières américaines chez Miss Glogo mois américain de noctenbulelogo challenge à tous prixlogo challenge amoureux 3

Advertisements

82 réflexions au sujet de « LES APPARENCES De Gillian Flynn »

    • Aifelle, je sais que tu as été déçue. J’ai trouvé l’idée très forte et la manipulation très bien menée, sans temps mort ! Même la fin qui n’est pas celle que l’on souhaiterait est diabolique si tu y regardes de plus près mais un polar, par essence (en ce qui me concerne) ne me reste pas en mémoire comme un autre livre !

  1. Très très content de te voir succomber à ton tour à cet assez incroyable roman. Ton avis est super intéressant à lire.
    C’est simple, pour moi c’est le meilleur thriller de ces 5 dernières années (et j’en lis des valises pleines). Pour sa profondeur psychologique rarement égalée, parce qu’effectivement c’est bien + qu’un thriller, une vraie analyse des relations de couple et de la société actuelle. Et parce que je suis convaincu qu’écrire de manière simple ne veut pas dire simpliste et que c’est un exercice extrêmement difficile.
    Ce livre divise, pour moi c’est un bijou.

    • Yvan, je lis moins de polars que toi donc je te fais confiance ! 😀 Je n’ai pas dit que le style était simpliste, loin de là, elle nous tient en haleine sur 650 pages, ce n’est pas rien ! Mais ce n’est pas non plus pour le style qu’il se distingue, je ne sais pas si je suis claire ? 😆 Cela dit à côté du style de Karin Slaughter c’est un bijou ! Il faut relativiser… Je crois que je n’avais pas été aussi estomaquée depuis Garden of Love de l’ami Marcus ! 😉

  2. je suis pressée de le lire, mais j’ai deux romans à lire d’abord.
    J’espère que je ne serai pas déçu la plupart des commentaires sont élogieux. Le titre est bien trouvé.

  3. Hum… Même si tu en parles avec chaleur, chère Asphodèle, je vais passer… De toute façon, ça déborde déjà chez moi !! Faut que j’arrête de rapporte des livres du boulot…

    • Lili, hum hum, tu as tort de t’en priver, c’est un livre qui se dévore, et j’ai adoré me faire manipuler (ce n’est pas tous les jours 😉 ) !!! Quelle idée de ramener des livres du boulot !!! Tu en as de la chance ! 🙂

  4. J’avais lu le précédent et l’avais trouvé un peu longuet parfois. Je ne suis que moyennement tentée de replonger dans l’univers de cette auteure, malgré ton beau billet! 🙂

    • Gwen, je n’ai pas trouvé de longueurs à celui-ci, bien au contraire, elle nous manipule efficacement et on arrive à la fin essoufflée ! Fin d’ailleurs décevante mais machiavélique tous comptes faits…

    • Adalana, non non ne te fie pas à ce que nous disons sur la fin qui n’est pas celle que l’on attend mais qui est dans l’esprit du livre : machiavélique ! Je suis sûre qu’il te plaira, c’est vraiment un très bon polar ! 🙂

    • Syl. l’avantage est qu’il se lit très bien et très vite, compter une petite semaine quand on n’a pas que ça à faire, sinon toi, en vacances, tu vas mettre à peine deux jours !!! 😀 Bises♥

    • Mango, j’étais tellement décontenancée par la fin que je me suis aussi posé la question de la suite ! En même temps pas facile une suite avec ce qui s’est passé mais d’ici une dizaine d’années, pourquoi pas ??? 😀

    • Lili, la force de ce livre n’est pas dans le côté « polar » mais dans l’étude psychologique du couple et la manipulation est double, il faut le lire pour le croire !!!! 🙂

    • Alex, je n’ai pas pu le lâcher non plus, je l’emmenais partout, j’ai regretté de n’avoir pas plus de temps (et d’énergie) devant moi car je l’aurais lu d’une traite !!! 🙂

  5. J’avais bien aime ce livre. J’aime de temps en temps lire des thrillers et celui ci avait bien rassasie mon envie du moment! J’ai d’ailleurs trouve un autre de ses livres que je lirais je ne sais pas quand histoire de me faire une meilleure idee de cette auteure. J’avais bien aime le fait d’etre completement manipulee (je dois etre un peu mazo lol), j’aime en general les retournements d’histoires et ce livre en delivre! Mais comme tu le dis, ce n’est pas que a propos de l’histoire, ce sont tous les problemes de la societe qu’elle souleve. Tres bonne chronique!

  6. J’ai adoré ! Le style de Gillian Flynn me plaît beaucoup. Je suis fascinée par sa façon d’écrire, qui trouve une vraie résonance en moi. Contrairement à toi, j’ai trouvé la fin plutôt réussie. J’ai lu dans la foulée ses deux premiers romans, que j’ai beaucoup aimés aussi, même si Les Apparences constitue de toute évidence un sommet dans son oeuvre. Passe une bonne journée.

  7. Hello,

    Et oui, c’est encore plus vache, les méchants ne sont pas punis et les lâches resteront lâches toute leur vie.
    Prenons exemple du scandale bancaire : qui a été puni dans tout cela ?? Madoff et Kerviel… et les dirigeants de Goldman Sachs ? Que dalle !!! Les plus coupables ont toujours des postes de haute responsabilité, ou des parachutes dorés. Toi, vole pas un oeuf… et on est lâches parce que personne n’est descendu dans la rue chez nous et ceux qui occupait Wall Street ont vite abandonné.
    La fin du livre n’est jamais que le résumé de la vie courante… 😦

    Sinon, excellente critique !! Terminons sur une note positive…

    • Belette, je plussoie une fois de plus mais quand c’est pourri à la tête des états, il n’y a plus de Justice, le pouvoir de l’argent et le pouvoir tout court ne font qu’un : il faut juste arrêter de nous prendre pour des c**s et essayer de nous endormir en détournant la conversation, c’est ce qui se passe avec l’info maintenant, une nouvelle chasse l’autre et les gens « oublient » vite… Le Pouvoir, l’Argent et l’Information, avec ces trois choses on peut être les rois du monde ! 😉 Bonne fin de soirée ! 🙂

      • Bien sûr que les gens sont cons et qu’ils oublient vite, de plus, ils ne veulent rien savoir et apprendre… juste bon à lire « Public ».

        On nous prend pour des cons, mais que veux-tu, les journalistes ne font plus leur boulot…

  8. Je suis contente quand d’autres lecteurs partagent mon enthousiasme. D’ailleurs, je n’ai pas encore compris comment on pouvait ne pas apprécier ce formidable roman (malgré ma lecture attentive de certains billets mitigés)

    • Ys, nous sommes toujours contents quand le plaisir est partagé ! Tout le monde n’a pas les mêmes goûts, tout le monde ne le lit pas dans les mêmes circonstances, beaucoup de facteurs entrent dans ce plaisir partagé ! 😉

  9. Je te rejoins sur le fait qu’on le lit sans ennui, mais par contre, je l’ai trouvé très relâché dans l’écriture voire un peu vulgaire (est ce la traduction?) et je ne suis vraiment pas emballée par la fin. Bon l’un dans l’autre, les histoires de couples (mariés ou pas) en général je m’en lasse vite

    • Galéa, pour une fois je ne le trouve pas si mal écrit que ça !!! J’ai lu bien pire en polar américain (et encensé) ! Ce que tu appelles vulgaire est hélas le parler de la conversation courante, j’en ai bien l’impression ! Mais si tu veux du style à l’état pur alors lis Sylvie Germain, on ne joue pas dans la même cour et on n’en attend pas la même chose ! 😉

    • Béa, et je te dis comme à Galéa qu’il y a bien pire dans le genre polar vulgaire (ou pas polar d’ailleurs) !!! L’appauvrissement du style est général dans les romans américains mais ce n’est pas considéré comme vulgaire pour beaucoup ! Et il n’y avait pas de coquilles dans celui-ci, ça devient rare il faut le souligner ! 😆 Bises♥

  10. Hello Miss Aspho,
    Je me pose la question : trop de challenges ne tuent-ils pas le challenge ? 😆
    Et tous ces avis avisés me donnent un peu le tournis 🙄
    Mais je ne suis pas une « Liseuse », moi, c’est pour ça !
    Quant à l’histoire, que des méchants en Amérique, ben ça alors. D’habitude y’a toujours un gentil pour un méchant, un noir pour un blanc…
    Et pourquoi les hommes sont-ils niais devant une jolie fille ? Les bloguinets doivent bien avoir la réponse 😆
    Quand on observe les pigeons ou les coqs, c’est la même chose 😆
    Pour les apparences, chasser le naturel il revient au galop disait ma mémé ! Au début, tout beau, tout nouveau et bien vite les manies et les petits/gros défauts refont surface…
    Le nombre de pages m’effraie un peu tout d’même mais tu en parles si bien que ça me tente 😉
    Bon mercredi et gros bisous d’O.

    • Ben non, on n’est pas niais devant une jolie fille : c’est l’effet que je t’ai fais??

      On peut être parfois niais quand on tombe amoureux d’une jolie fille mais pour le reste en ce qui me concerne, 3 fois sur 4 je ne remarque pas les jolies filles et quand je le remarque je regarde tout ce qu’il y a à regarder, mais c’est plus le coté mateur naturel de l’homme qu’une question de niaiserie si tu veux mon avis.
      J’espère qu’il est prévu une anesthésie pour le découpage du couple au scalpel…
      Gros bisous.

      • Mindounet, je me contenterais de lever les yeux au ciel devant une telle mauvaise foi !!! 😆 Pour le livre, c’est sans anesthésie (surtout pour lui au départ) et ça fait mal, mais c’est vraiment un très bon livre (la trame polar est un prétexte)…Bises♥

    • Soène, si tu compares les hommes à des coqs, faut pas te plaindre après s’ils traitent les femmes de poules ou comme des poules…
      Si tu lis ce pavé de 650 pages, je te garantie que je t’envoie un pavé de 700 pages des soeurs Brontë et tu devras le lire et le chroniquer…hi hi pauvre de toi…mais quand tu ne seras plus dans ta tour, je ne suis pas un monstre…
      Bisous

    • Soène : alors oui à la longue, trop de challenges tue tout court 😆 Il faut mettre les liens, les logos, puis les amener là où ils doivent, dans le temps de fabrication d’un billet, c’est facile une demi-heure de plus, quand les images se mettent bien !!! Mais c’est le jeu et au final on aime bien !Va comprendre…
      Les hommes sont niais dès qu’ils ont le cerveau retourné que ce soit par une jolie fille ou autre chose mais je pense que c’est très masculin !!! 😀 (je vais me faire huer).
      Quant à ce livre, alors là il devrait te plaire, un suspense incroyable, et un propos sur la manipulation très bien vu !
      Bonne nuit ! Je suis encore là car j’ai des liens à ajouter ! 😉 Bises♥

      • Ben au moins, ton commentaire prouve que les hommes ont un cerveau c’est déjà un progrès venant de toi (arrrrghhh) . Tu es trop dure avec les hommes, mais qui aime bien châtie bien non?

        • Mind, tu me ferais passer pour une terreur anti hommes à t’écouter !!! 🙄 Je pars de simples constatations que j’ai vécues, après il y a des exceptions !!! 😆 Bises♥

  11. Mon billet n’est pas encore écrit, je laisse décanter, mais pour le côté « page turner », c’est du bon ! Sinon, j’avais quand même préféré « Les Lieux sombres ».
    Quant aux divagations mindounesques sur les hommes …pfff…que dire ??? Rien !

  12. Dès que je suis arrivée à la scène où Nick découvre son séjour sens dessus-dessous, j’ai su ce qui c’était passé, donc aucune surprise pour moi. Cela dit, j’ai apprécié que l’auteure aille au-delà de la révélation et continue l’histoire. Quant à la fin, un grand WTF, comme toi.

  13. Ping : Le challenge USA | 22h05 rue des Dames

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s