LA CITATION DU JEUDI avec Bettina.


Avant de vous parler de ce  livre très épais (oui, il faudra attendre un peu) « Danser au bord des abîmes » de Bettina, une petite citation qui vous parle du métier de l’héroïne.

« C’est compliqué du coup. A mes débuts, si j’ai eu l’impression de me battre pour une cause laïque, je me rends compte que je me suis surtout lancée dans le métier le jour où mon étude de marché  a convaincu le banquier… mais je ne peux tout de même pas répondre à Lucien, que si j’écris  pour les morts,  c’est pour manger, que c’est une affaire qui marche. Après tout, il y en a d’autres qui font des trucs plus obscènes pour pouvoir vivre. « 

Sur une idée de Chiffonnette .

37 réflexions au sujet de « LA CITATION DU JEUDI avec Bettina. »

    • Non, elle écrit des éloges funèbres : il y a une clientèle pour ça ! Tu vois, je sais à qui t’adresser avant ton suicide dans le bocal ! Tu deviendras un mythe, une légende… 🙂

  1. Y’a pas de sot métier… je vous fais grâce de la suite !
    Il est compliqué ce jeu pour moi… tout comme un livre de « 500 pages drues » !
    Violette est dissipée, elle n’a pas lu ta réponse à Antiblues ! lol !

    • Métier très original je trouve ! Violette n’est pas dissipée mais a la tête ailleurs, elle part dans dans quelques jours en vacances et elle devait choisir ses maillots de bain en lisant les commentaires, je lui pardonne car elle me fait rire ! 🙂

  2. Et ben c’est pas gai pour un premier septembre ici !! 😉
    Eh oh, ce billet fallait le faire le premier … novembre !!
    Bon c’est pas tout ça faut que je m’occupe des funérailles de Valentin, la police a donné le permis d’inhumer. Mais elle tourne autour de Claire !

    • Mais si, c’est drôôôle en plus, c’est du second degré mon cher Antiblues !!! 🙂 Pour Valentin, demande à Bettina, elle est pro pour les funérailles… Et Claire, tu n’avais qu’à laisser un témoin, elle croupirait en prison ! 😉

        • Moi ça ne m’a pas choquée plus que ça, j’y ai juste vu l’impossibilité de la coincer, comme quand on lit un thriller, après…je ne suis pas dans la tête de l’auteur !!! Si elle est athée, tu peux lui faire faire ce que tu veux ! 😉 Bon, mais nous as-tu mis une suite pu pas ? Je vais faire un saut de « lien » chez toi !

  3. Georges Clémenceau était très doué dans ce genre d’exercice. A la mort de Félix Faure, notre président de la république mort dans les bras de sa maitresse à l’Elysée, il déclara:
    « En entrant dans le néant, il a dû se sentir chez lui »… (c’est d’une amabilité…)
    L’article de Wikipedia sur Felix Faure est d’ailleurs particulièrement savoureux..
    Sinon je pense qu’avec l’augmentation des enterrements civiles, il y a peut être un besoin de spécialistes d’oraison funèbres pour rendre la cérémonie moins rude…

    • Effectivement Clémenceau n’a pas été tendre ! J’ai lu la page Wiki… Et pour ce qui est de l’augmentation des enterrements, j’avoue ne pas m’être penchée (encore) sur la question mais l’idée de rédiger des oraisons, pourquoi pas ?

  4. (je crois que j’ai compris son métier ?)

    de G Clémenceau, à propos du même F Faure :
    il voulut être César, il ne fut que Pompée
    (à lire à voix haute)

  5. Oh ben moi si j’avais l’occasion d’en écrire des éloges funèbres, ça ne me gênerait pas, certainement moins que de « faire » caissière… Je trouve ça plutôt sympa et original comme métier… De toutes façons quand quelqu’un meurt tout le monde dit n’importe quoi, alors autant que ça soit écrit par quelqu’un qui ne connaissait même pas le mort….
    Quand j’ai entendu les curés ou les pasteurs parler des mes parents, grand-parents, tantes etc… J’ai tout bonnement halluciné!! Alors…
    J’aime bien les métiers de plume… 🙂

    • C’est tout à fait ça ! En plus l’héroïne prend le temps de découvrir la personnalité du défunt (justement) avant d’écrire sur lui ! Le problème des métiers de plume c’est que l’on n’en vit pas toujours… Caissière, sûr que ce n’est pas exaltant mais tu as une paye à la fin du mois… 🙂 (je dis toujours bonjours à la caissière qui m’enregistre quand je fais mes courses).

  6. Une très maigre paye et des horaires révoltants 😦 Je vais à l’hyper le matin à 8H45 après avoir déposé mon fils à l’école. Si la caissière est sympa (c’est pratiquement toujours le cas) je bavarde toujours un peu en remplissant mes sacs… C’est pas glop comme métier. Surtout à cause des horaires avec de grands trous au milieu de la journée 😦

    • Oh je sais, dans ma région, c’est l’usine, l’hyper ou le chômage ! Je connais quelques caissières (à force) qui se plaignent de ces journées en dents de scie, avec la même fatique mais sans le salaire d’une journée complète… 😉 Et vu le taux de chômage, elles n’ont pas le choix ! (comme beaucoup en usine…). 😦

  7. Merci Aspho pour ce clin d’oeil sur mon roman auquel je suis très sensible… une citation, waouhhh!
    Merci aussi à tous les commentaires de curieux…
    Danser au bord des abîmes va devenir un best-seller, avec toi, c’est sûr! Quel bagout!
    C’est vrai que pour mon premier salon littéraire, à Anost, j’ai été surprise d’en vendre 7 sans être connue du tout… c’est peut-être un signe…
    Mes prochains salons littéraires : Nolay et Sombernon en Bourgogne, les 15-16 octobre et Le 6 novembre… affaire à suivre…

    Bettina

    • Hé normal ! La citation du jeudi est un « teaser » avant le billet et oui j’ai du bagoût, je ferais un bon agent je pense ! 😉 Mais ton livre mérite d’être connu, si je n’aimais pas, je n’aurais pas fait de citation tu penses ! C’est normal aussi de faire de la place sur nos blogs à des auteur(e)s méconnus qui n’ont pas la médiatisation qu’ils devraient alors que c’est cent fois meilleur qu’un énième Nothomb ou Foenkinos ! Par contre, je prends mon temps car j’ai Les chaussures italiennes à lire avant le 10 et je ne veux pas écorcher ton livre ou le lire en diagonale (tes 500 pages sont drues et ce n’est pas du Lévy !) ! Je préfère qu’il soit bien lu avec un billet circonstancié que survolé et « voilà ça c’est fait, au suivant » ! Surtout en ce moment avec la rentrée littéraire où j’en reçois pas mal… J’espère que tu vas trouver ton public dans ces salons et que ton deuxième bébé s’envolera lui dès sa sortie ! Dommage que je ne puisse pas me déplacer, je t’aurais soutenue !!! Tiens moi au courant 🙂

      • Tu es adorable, et un soutien pareil fait chaud au coeur d’un écrivain. Tiens, j’en ai les larmes aux yeux… ce qu’on est sensibles tout de même derrière nos formules…
        Bref, je tenterai d’être à la hauteur dans ce prochain récit qui risque de me prendre du temps…
        En attendant, j’ai tout de même à mettre en forme mon prochain volume de « billets d’humeur » qui va s’appeler… (tu en es la première informée)… « Briller dans l’ombre »…
        bref, j’ai un milliers de textes déjà écrits à taper, et il me faudrait un … secrétaire particulier (Lol… si possible joli garçon… ce serait cool…)
        Bises enthousiastes, pour toi et ton travail…

        Bettina

        • Hou j’en rougis… et non je ne veux pas te faire pleurer, oh ! Et oui, d’accord avec toi pour la sensibilité qui s’exacerbe derrière la vitrine ! On se croit à l’abri et hop ! pas du tout… Mais si tu as besoin d’une secrétaire, je sais faire ! Et je ne suis pas joli garçon, désolée 😉 !!!! Pas « sapho » non plus, n’en déplaise (malgré l’anagramme !) ! Mais je corrige bien et je tape vite !!! ah ah ! Je te renvoie des bises d’encouragement, allez allez au boulot Bettina, tu as compris le chemin, il faut le suivre ! Je t’embrasse, bon dimanche (ce qu’il en reste!)… 🙂

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s