LA DÉLICATESSE de David Foenkinos


Comment rester « délicate » avec ce livre tant aimé par beaucoup et encensé en général, quand on est resté pas tout à fait à la porte, mais quand on y est pas vraiment entré non plus ? Il n’a pas eu de chance, il est passé aprés  Romain Gary et  Annie Ernaux ! On va dire ça…

  L’HISTOIRE

C’est l’histoire d’un homme, François,  qui rencontre une femme dans un bar ; cette femme  a le bon goût de s’appeler Nathalie (oui les Nathalie ont beaucoup de potentiel(s) selon les critères de l’auteur !) et elle a la délicatesse de commander un… jus d’abricot, si elle avait commandé autre chose elle ne serait pas devenue l’épouse de François. Coup de foudre, mariage avec vie rêvée des anges et là, boum ! Pas de chance, François a un accident de jogging très bête, comme souvent les accidents,  nous fait un coma de deux pages et il meurt à la trente sixième page… au chapitre 14 ! Une histoire fraîche qui avait bien commencé et qui fait pchittt !  Mais le livre de deux cents dix pages comporte cent dix sept chapitres ! Bon le dernier est composé d’une seule ligne, c’est sûr… ça facilite.

Evidemment, Nathalie va devoir faire le deuil pendant de longs mois, « Il y a dans le deuil une puissance contradictoire, une puissance absolue qui propulse tout autant vers la nécessité du changement que vers la tentation morbide à la fidélité du passé ». Reprendre son travail où son patron Charles, marié triste qui lui avoue nager dans la vie « conjucalme »,  la drague éhontément. Après des mois qui font des années, c’est avec Markus , un suédois et collègue aussi « insignifiant qu’un point virgule dans un roman de huit cent pages » que l’inattendu irrépréssible va se produire : un baiser !  Qui va changer le cours de leurs vies.  » (…) parce que Nathalie était belle bien sûr mais aussi par la folie de son mouvement. Personne ne l’avait jamais embrassé comme ça sans prendre rendez-vous avec ses lèvres ». Alors qui gagnera le coeur meurtri de Nathalie ? Charles ou Markus ? Je n’en dis pas plus, au cas où il resterait quelques « isolés » n’ayant pas encore lu ce « roman aux dix prix littéraires »… (pour une fois que je ne spolie pas votre plaisir !!)…

MON AVIS

On ne peut pas dire honnêtement que ce livre soit mal écrit, ce n’est pas le cas, en revanche que dire sur  les hauts et bas de pages couverts de digressions et autres considérations telles que : « Discographie de John Lennon s’il n’était pas mort en 1980 » et d’enchaîner sur cinq lignes, « Ingrédients pour le risotto aux asperges » et hop là, encore dix lignes d’autant que sur le haut de la page suivante ce sont « Pour les tuiles au parmesan » encore cinq lignes, « Les aphorismes de Cioran », « Les horoscopes compatibles », « Les définitions du dictionnaire », etc : ça, c’est vraiment gonflant, hérisssssant même ! Sans parler du côté factuel-appuyé lorqu’il nous narre (entre autres !) par le menu la polémique qui a opposé Martine Aubry et Ségolène Royal lors de l ‘élection de Premier Secrétaire du P.S. C’est bon David, nous aussi on regarde les infos ! Eventuellement, ça intéressera peut-être les gens dans vingt ans ! Foenkinos effleure les mots, joliment parfois, il ne leur donne pas une vraie profondeur, un impact qui nous laisserait abasourdi, juste une ironie  lourde qui peut faire sourire une fois, mais qui lasse très vite,  nous laissant en surface sans apnée, rassurez-vous ! Bref, vous l’aurez compris, ce livre ne m’a pas transcendée, ni émue malgré quelques jolies phrases trop souvent noyées dans des délires sans queue ni tête et qui nous coupent dans notre élan, laissant retomber le soufflé. Dommage. Je rééssaierais peut-être un jour, peut-être n’était-ce pas le bon moment comme on dit, je ne sais pas, mais malgré la facilité du style, je me suis essoufflée très vite et je l’ai fini péniblement.

SUR L’AUTEUR

Un sur l’auteur bien particulier, puisque je ne suis pas allé fouiller sur le web à son sujet. Je sais qu’il s’agit de son huitième roman, qu’il a l’air jeune ! Je l’ai vu deux fois à La Grande Librairie et je l’avais trouvé charmant, réservé, drôle, bref tout pour lui ! Je suis d’autant plus déçue de ne pas avoir été emballée plus que ça par La délicatesse. J’espère que ce n’est que partie remise, je n’aime pas rester sur un à-peu-près… 

Ce livre était une grosse lecture commune avec Martial, Le Vagabond des étoiles,  ELIZABETH, du blog de Catie, George des Livres de George Sand et moi, Anne de Poche en Poche, Jeenen du blog d’Ed-en et bien d’autres qui étaient inscrits sur des blogs amis ! Pardon, si j’ai oublié quelqu’un inscrit ici !! Je vous autorise à me laisser un gage…et d’aller voir ce qui s’est dit !

56 réflexions au sujet de « LA DÉLICATESSE de David Foenkinos »

  1. Quand je lis ton article, j’ai l’impression d’un plaidoyer sur le veuvage et sur la cuisine 🙂
    Peut-être que je vais m’y intéresser si les recettes sont bonnes faut me dire 😀

    Que ce soit pour les livres ou les films je suis toujours méfiantes sur ceux qui récoltent des prix … Pas que je mette en doute l’intégrité des juges, mais tout de même 🙂 ce n’est pas si loin que ça 😉 … entre certains prix qui sont « gagnés » grâce à la force de persuasion d’une seule et unique personne … entre tous ces critiques qui de plus en plus reconnaissent ne pas lire tout ce qu’ils critiques et pour finir surtout parce que la majorités de ses prix sont donnés par une poignée de personnes non représentative de la population qui achètent les livres. Les prix littéraires ou cinématographiques me font toujours un peu peur … alors je deviens sectaires et je ne les achète pas justement parce qu’ils sont primés j’attends… très longtemps pour voir ce que la ‘vox populi’ en pense

    Bisoutes

    • Alors je me suis mal exprimée, ce n’est pas un plaidoyer, mais une reconstruction après un veuvage. Non, tu as juste les ingrédients mais pas les recettes (c’est pire) 😦 !! Mais comme je l’ai dit je conçois que ce livre, somme toute « léger », facile à lire ait pu séduire autant de monde ! Je dois devenir difficile et le moment n’était pas favorable !!^^ Pour la « vox populi », tu vas pouvoir te faire une idée, il n’y a pas que moi qui en parle aujourd’hui 😉 !!

  2. Moi ma liste des participants pour cette lecture est bien différente : Anne (Des mots et des notes) , Asphodèle ; Estellecalim , Mango ; Mélusine ; Plaisir des mots, George et moi 🙂
    Même sentiment, mais mon billet est nettement moins construit que toi, j’ai eu la flemme !!

    • J’avais vu des inscriptions un peu partout, je n’ai mis que ceux qui se sont inscrits dans mes commentaires (en espérant ne pas en avoir oublié) ; je t’avoue que j’avais la flemme aussi mais bon, quand je donne un avis négatif, j’ai à coeur de l’étayer… 😉

  3. Et moi aussi, j’ai participé à cette Lc qui, contrairement à toi, m’a ravie. Un beau coup de coeur et c’est drôle de voir que ce tu reproches à l’auteur est parfois ce qui m’a charmée.

    • Je vais aller voir ton avis ! C’est aussi cela l’intérêt des lectures communes ! Si c’était consensuel on s’ennuierait peut-être… Et un livre fait rarement l’unanimité ! 😉

    • Je comprends pourquoi beaucoup ont aimé, le début m’avait presque conquise, j’ai trouvé la suite vraiment trop légère et les digressions trop nombreuses (une de temps en temps, passe, mais là, je frisais l’over-dose et je n’étais plus dans le livre), digressions qui à mon sens étaient là pour masquer la « légèreté de l’émotion, moi il faut que je vibre et il ne m’a pas touché la bonne corde ! 😉 Après Clair de femme, dur de trouver aussi beau sur l’amour et…le deuil !! Foenkinos est trop léger comparé à Gary…

  4. C’est vrai que ce roman est souvent sur un fil qui peut basculer rapidement vers l’agacement. Comme il fonctionne par accumulation (de digressions, de rythme binaire, de succession de personnage), le lecteur peut être charmé ou au contraire agacé. J’avoue qu’il m’a beaucoup plu, comme je le dis dans mon billet du jour (j’étais là aussi pour cette LC) mais je comprends qu’il ait pu déplaire.
    Mais bon, ce n’est pas grave, il y a plein d’autres livres à lire 😉

    • Je vais aller voir ton billet ! Je suis restée « entre deux » en fait : après un départ que je trouvais charmant, rafraîchissant même, la suite m’a paru lourde dans le style et trop légère dans l’émotion ! Mais bon, l’intérêt des lectures communes, c’est aussi d’avoir des avis divergents !! Et puis, après mes dernières lectures assez « fortes », celui-ci ne faisait pas le poids !

    • Bah oui ! Trop « léger », trop de digressions ennuyeuses (ce sont elles visiblement qui ont plu aux autres !), ce n’est pas désagréable comme lecture mais tu vois, je l’ai déjà oublié !! 😀 Bises

  5. Ping : La délicatesse – David Foenkinos | Delphine's books and more

  6. Moi aussi, je passe. J’ai lu le billet de George aussi et toutes les deux, vous m’avez convaincue, malgré l’avis positif d’Irrégulière… Bon week-end. Ici, il fait chaud.

  7. Bonjour à tous ceux qui ont participé à la LC – ils sont nombreux- et aux autres….. Je partage totalement l’avis d’Asphodèle, petit livre sympa sans plus….Heureusement cela nous permet d’apprécier davantage les histoires puissantes et puis il en faut pour tous les goûts !

  8. Ouille. J’ai gardé à 33 ans mes réflexes de lectrice adolescente, et je crains beaucoup pour ce livre. Je sens qu’il m’agacera prodigieusement.

    • Je ne connais pas encore bien tes goûts mais oui il est très agaçant et c’est dommage car il eût gagné en crédibilité sans toutes ces digressions ! 😉 Sur la plage, pour faire le vide, ça peut passer !! 😉

  9. Bien que venant après des lectures bien plus puissantes et profondes sur le deuil et l’amour (Le plus beau: L’année de la pensée magique de Joan Didion), j’ai malgré tout beaucoup apprécié ce livre de Foenkinos. Ce n’est sans doute pas une lecture inoubliable mais au moins il m’aura procuré quelques heures agréables. J’ai apprécié en particulier qu’il ne soit pas tombé dans le plaintif et le larmoyant.

    • J’en conviens ! On ne peut pas lui reprocher ça, le plaintif ou le larmoyant ! Sans verser non plus dans le pathos, j’ai trouvé cette lecture souvent « légère », alors que le postulat de départ était très bien, il n’a pas assez creusé, mais bon, il y a peut-être des moments où nous sommes plus ou moins réceptifs à la « légèreté » ? 😉 Je ne désespère pas de continuer à le lire et de conforter cette image sympathique que j’ai de lui !

  10. J’ai lu juste l’extrait assez connu sur les boissons, et l’amatrice de thé que je suis a été agacé. Ton article ne me donne pas envie de faire un effort pour passer outre cette mauvaise impression de départ. Pourtant je suis d’accord avec toi, j’aime bien entendre l’auteur parler à la grande librairie c’est dommage.

    • Oui, à la limite c’est ce que j’ai trouvé de mieux dans ce livre !! 😉 Non j’exagère… Il a des côtés vraiment agaçants malgré une jolie plume donc vu son « potentiel » (mot qu’il adore) sympathie, je lirai certainement autre chose ! Pas tout de suite 😉

  11. Oui, c’est une lecture détente, pour l’été, les vacances … Je l’ai lu avec plaisir, faut pas cracher dans la soupe, mais aussitôt refermé aussitôt oublié ! Il en faut aussi des comme ça ;o)

  12. Je ne l’ai pas lu, j’ai des a priori tenaces sur son style, et ce que je viens de lire me conforte dans mes a priori … Bon, cela dit, j’ai envie de me faire mon propre avis. Alors comme le livre est en poche, je ne vais pas hésiter longtemps ! 😀

  13. J’ai bien aimé ce livre lu sur les conseils de ma libraire. Un roman léger comme une brise et qui m’a distrait l’espace d’une après-midi. J’ai bien aimé les disgressions, cela m’a fait rire. J’ai trouvé ça différent, preuve qu’il ne se prenait pas au sérieux. J’aime bien ce qui est décalé en général (si ce n’est pas burlesque à outrance). C’est intéressant de lire des avis différents. Heureusement d’ailleurs ! Sinon ce serait monotone.

    • Bah oui, je crois qu’il est tombé au mauvais moment mais je n’aime pas trop non plus toutes ces digressions (il aurait dû avoir la main plus légère !!) Mais j’aime bien les LC et les ressentis différents… (j’ai toujours un problème chez toi, je te maile cet après-midi, là je n’ai plus le temps !!) Biises 😀

  14. je l’ai terminé il n’y a pas très longtemps mais j’accumule beaucoup de retard dans les billets!! Pourtant j’ai bien de quoi en faire 5 ou 6!!
    bref!Pour moi « la délicatesse » m’a beaucoup plu et ce qui t’a hérissé le poil m’a décontenancée certes mais aussi fait rire aux éclats car bien souvent ça arrive comme des cheveux sur la soupe mais ce genre de décalage ,j’aime.Du coup j’en ai lu « En cas de bonheur » …et là aussi j’ai aimé.
    Il va falloir que je me décide à faire des billets.

    • Bah tu sais j’aurais lu ce roman il yencore un an j’aurais peut-être aimé mais après Romain Gary et Clair de femme, même pas comparable en intensité d’émotion ! Aussi sur l’amour et le deuil !Et j’ai trouvé (bien que ce soit agréable et bien écrit) qu’il cédait à la facilité, d’où au final (pour moi) une absence d’émotion totale ! Quelquechose qui ne m’a pas laissé de traces et j’aime penser à un roman (qui avait un projet de départ ambitieux) un peu après l’avoir lu ! Sinon je lis du Cristina Rodriguez, je sais où je vais !! Et au moins je ne m’ennuie pas ! 😀

  15. Cette lecture commune n’a pas été très profitable à ce livre… que je n’avais déjà pas envie de lire, pas grave. Ta nouvelle bannière est bien jolie.

  16. Ping : La délicatesse (David FOENKINOS) | Les carnets de Plaisir des Mots

  17. Ping : C’est lundi ! Que lisez-vous ? (# 004) | Les carnets de Plaisir des Mots

    • Ouh ! Je ne suis pas la seule à ne pas avoir aimé !! George, Delphine, Anne (des mots et des notes… C’est un livre « agaçant » car on ne déteste pas non plus, mais je n’ai pas pu y entrer pour des raisons rédhibitoires pour moi !! Après, chacun ses goûts… 😉

  18. Pas adoré non plus, d’ailleurs, je ne me souvenais plus bien de la fin…Pas grave, on ne peut pas tous avoir les mêmes goûts ! (les filles du club de lecture ont bien aimé, comme quoi…)

    • Me suis très vite ennuyée en fait même si tous les « tics » à la mode ont certainement aidé à en faire un succès !! Mais bon je respecte les goûts de chacun, on ne peut pas toujours être d’accord !! (heureusement…) 😀

  19. C’est aussi un bouquin qui ne m’a pas laissé une forte impression.
    Je l’ai lu, conseillé par une correspondante à Yokohama à qui je conseille des auteurs japonais.
    La vie est étrange parfois. 🙂

    • Ce livre suscite d’étranges réactions : j’ai noté que la plupart de ce qui fait que l’on n’aime pas est justement ce qui plaît à ceux qui aiment (euh.. tu suis ?), pareil avec ma meilleure amie (nous n’avons pas toujours les mêmes goûts), elle a détesté ce que j’ai « à peu près aimé » et elle aime ce que qui m’a insupporté ! Et je l’ai déjà oublié… donc ! 😉

  20. Drôle comme ce livre fait couler de l’encre…Je n’ai pas aimé non plus. cette femme est attachante pourtant mais la manière de consuire ce livre m’a fait … ennuyé. Je n’ai pas abandonné cette lecture parce qu’il m’a été conseillé par une étudiante japonaise sinon…

    • Ennuyé, c’est le terme ! je pensais que ça venait de moi après mes coups de coeur successifs mais visiblement je ne suis pas la seule ! Ah si c’est une japonaise qui te le conseille, tu cèdes toi ? Hum, t’es un homme facile finalement ! 🙂

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s