Extrait du Livre des Nuits de Sylvie Germain.


livre des nuits de s germainIl ne vous aura pas échappé que je n’ai jamais chroniqué ce livre, lu fin 2013. Non pas par désir de ne pas partager cette lecture éblouissante mais plutôt par crainte de ne pouvoir restituer cet éblouissement dans lequel il m’avait plongée… Alors quand j’ai vu que Valentyne allait consacrer deux dates (le 15 et le 23 mars) pour des citations de ce livre, je lui ai proposé de faire « citation commune » ! Vous trouverez ci-dessous non pas l’incipit, mais une bonne moitié du chapitre 1 (p15-16) de la première « Nuit » de cet ouvrage qui en contient six. En espérant vous donner envie de le continuer…

NUIT DE L’EAU

En ce temps-là les Péniel étaient encore gens de l’eau-douce. Ils vivaient au fil presque immobile des canaux, à l’horizontale d’un monde arasé par la griseur du ciel, – et recru de silence. Ils ne connaissaient de la terre que ces berges margées de chemins de halage, bordées d’aulnes, de saules, de bouleaux et de peupliers blancs. La terre, alentour d’eux, s’ouvrait comme une paume formidablement plate tendue contre le ciel dans un geste d’attente d’une infinie patience. Et de même étaient tendus leurs coeurs sombres et pleins d’endurance.
La terre leur était éternel horizon, pays toujours glissant au ras de leurs regards, toujours fuyant au ras du ciel, toujours frôlant leurs coeurs sans jamais s’en saisir. La terre était mouvance de champs ouverts à l’infini, de forêts, de marais et de plaines rouis dans les laitances des brumes et des pluies, paysage en dérive étrangement lointains et familiers où les rivières faufilaient leurs eaux lentes dans le tracé desquelles, plus lentement encore, s’écrivaient leurs destins.
Ils ne connaissaient des villes que leurs noms, leurs légendes, leurs marchés et leurs fêtes, racontés par l’écho qu’en donnaient ceux d’à-terre qu’ils croisaient aux escales.
Ils en connaissaient les silhouettes, gravures fantastiques esquissées sur fond de ciel et de lumière en perpétuelle métamorphose, rehaussées sur champs de lin, de blé, de jacinthes, de paille et de houblon. Villes minières, villes drapantes, villes artisanes et commerçantes, dressant à cru leurs tours et leurs beffrois dans le vent monté depuis la mer, là-bas, et s’attestant cités d’hommes graves et laborieux à la face de l’histoire -et de Dieu. Et de même étaient dressés leurs coeurs, à cru dans l’immensité du présent. (…)

©Sylvie Germain, Gallimard, 1985. 337 pages.

Allons voir chez notre Jument Verte, l’extrait qu’elle a choisi !

Publicités

61 réflexions au sujet de « Extrait du Livre des Nuits de Sylvie Germain. »

    • Haaan Jostein quelle chance c’est pour moi (mais cela reste très subjectif) son plus beau ! Avec Tobie des marais. Son dernier est magnifique également, j’y retrouve les ingrédients qui m’ont plus dans Le livre des Nuits…je suis en train de le finir !

  1. En voyant des billets en ce moment sur son dernier roman paru, j’ai très envie de relire les premiers, dont celui d’aujourd’hui. Je les préfère aux plus récents.

    • Aifelle je suis en train de finir son dernier et enfin, je retrouve la Sylvie Germain que j’aime, qui fait la part belle au merveilleux, qui se lâche ! Et puis il y a deux sortes de livres chez Sylvie Germain, les « réalistes » et les « merveilleux », je ne suis pas fan des réalistes… Je n’ai jamais pu finir Magnus, comme quoi !

  2. Hello Miss Aspho
    J’ai vu en effet que vous étiez « en communion » littéraire, Valentyne & Toi 😉
    Je suis bien contente de vous lire à propos de ce livre que nous avions d’abord choisi au Club de Lecture et le jugeant un peu « difficile », nous lui avons préféré Magnus.
    Je mets donc Le livre des Nuits dans ma liste à lire pour l’été !
    Gros bisous
    P.S. c’est bien cette rubrique « citations communes » 😉
    Faut que j’en parle à Antiblues ; on pourrait prévoir ce petit jeu à faire ensemble 😆

    • Soène, comme quoi la lecture reste subjective, moi je n’ai pas du tout accroché à Magnus que j’ai trouvé « austère » voire compliqué alors que là je l’ai dévoré… Oui c’est une idée de faire « citations communes » sur un auteur ou sur autre chose d’ailleurs ! Ton copain va être content si tu l’obliges à mettre le nez dans les livres !!! 😆
      Gros bisous ! 😀

  3. Hello! Si j’ai lu six livres de Sylvie Germain je crois me souvenir que tu y es pour quelque chose. Le livre de la nuit, sombre, souvent éblouissant, secret et délirant est un livre très fort. Bises et à demain poésie. A ttds.

    • Oui Claude, ce livre a un côté délirant, échappé d’on ne sait où et c’est ce qui fait sa force. C’est comme ça que j’aime Sylvie Germain… Son dernier est dans cette veine, j’en parlerai ! 😉 Bises et à ttds♥

    • Syl, je te conseillerais (si je puis me permettre) de commencer par Tobie des marais, c’est moins triste que celui-ci, là tu ne vas pas tenir le choc ! 😆 C’est que je te ménage ! 😉

    • Sandrion, c’est ça aussi que j’aime chez cette auteure, cette maîtrise et ces envolées poétiques ! Pas dans tous ses livres mais dans quelques uns c’est grandiose ! Mais de toutes façons c’est toujours bien écrit et ça n’a pas de prix ! 😉 Bisous.

  4. Bonjour, pour l’instant je n’ai lu qu’un seul roman d’elle (et les blogs y sont pour beaucoup). J’ai encore de belles découvertes à faire. Je note ce titre pour lequel tu t’enthousiasmes autant. C’est une écriture poétique qui demande du temps. Il faut lire lentement, pour apprécier les phrases.

    • Louise, oui c’est une écriture exigeante comme on dit mais qui vaut la peine ! Je ne m’enthousiasme pas pour tous ses romans mais celui-ci est une pure merveille ! Je sais que ce mot te parle ! 😉 Quand tu en auras à nouveau envie, lis-le ou aussi Tobie des Marais que je place à égalité…

  5. C’est la première fois que je lis un long passage de cette auteur, pas mal aussi comme article, c’est vrai que Val le fait souvent. Oui c’est beau mais ce n’est pas pour moi…ce n’est pas ce qui touche…mais bon tu le savais !
    Bisous.

    • Mindounet, tu m’as dit ça plein de fois (notamment à propos de Gaudé), alors ne jure de rien !!! 😆 Tout vient à point, même et surtout les lectures ! Tu sais, J’ai mis deux ans avant de me décider à lire Tobie des marais que Somaja m’avait offert et j’ai regretté d’avoir tant tardé mais je pense qu’il ne faut rien forcer, à un moment ou un autre ce sont les livres qui viennent à nous… Et puis, je n’ai pas aimé toutes mes lectures d’elle, mais ce livre est vraiment à part… Mais bon, je ne te forcerai jamais sans une part de ton consentement ! 😀 Bisous.

      • Oui c’est vrai mais contrairement à ce qu’en disent les blogs, Gaudé se lit facilement, c’est hyper bien écrit mais il n’y a pas de difficultés particulières de compréhension et même on voit ce qu’il écrit. Là, même si une page pour avoir un avis c’est un peu court, je ne vois rien et je ne saisis pas l’intention…après, comme tu le dis, je ne savais pas qu’un jour j’adorerais Belle du seigneur qui n’est pas simple à lire… 😀

        • Mind, mais non, tu ne saisis pas parce que tu n’as pas envie, parce que là franchement il n’y a pas de difficultés majeures de langage ! Après il y a le style qui peut-être ne te touche pas ou n’est pas clair mais côté vocabulaire, rien d’insurmontable ! Belle du Seigneur est équivalent, c’est tellement différent qu’on ne peut pas comparer ! Dans BDS ce n’est pas la difficulté du livre qu’il faut surmonter, c’est la longueur !!! Les délires d’Ariane sur plusieurs pages moi ça m’a saoûlé mais il y a des passages tellement fantastiques qu’on y va, voilà et chez tout auteur qui se mérite un peu, c’est pareil ! Il y a d’autres livres de Gaudé moins évidents que Le soleil des Scorta, je ne parle pas du vocabulaire qui me pose rarement problème mais du style, plus ou moins élaboré…Il faut les suivre dans leurs cheminements intérieurs parfois et il y a des périodes où on a envie de plus de facilité, c’est normal ! 🙂

    • Oui Patch, je veux bien mais il faut que tu me laisses les noms du poète et le titre du poète !!! Dis donc tu t’installes en mauvaise élève depuis quelques temps, le bonnet d’âne te guette, fais gaffe !!! 😆 Hi ! Mi Pitchounette, je te bouscule mais tu dois être fatiguée ! Bisous 🙂

    • Oui Noukette, je sais ! J’ai vu passer ton billet sur « A la table des hommes » mais comme je suis en train de le finir, j’irai le lire après, j’ai lu juste tes premières lignes enthousiastes ! 😀 Quand elle écrit dans cette veine, je l’aime aussi ! 😉

    • Mais dis donc Belette !!! Mais…mais justement ce livre a fait la guerre, c’était un vieil occase et je l’ai tellement lu et relu et transporté partout que j’ai dû m’en acheter un autre (mais j’avais gardé la photo de 2013) ! Sinon quand ce sont des livres neufs JAMAIS je ne fais ça !!! 😆

      • Aaaaah, je respire ! Oui, avec un qui a fait la guerre, il n’est plus à une bataille près, mais on devrait les choyer plus, ces vieux combattants ! 😀

        Allez, va en paix… 😆

        • Ouf je respire ! Amen ! 😀 Il y a deux sortes de vieux livres pour moi : les miens, ceux qui ont bourlingué, qui ont fait « mes » guerres, ceux-là quel que soit leur état, je les chéris et puis il y a ceux que j’ai commandés d’occasion et qui parlent « d’autres guerres » qui ne sont pas les miennes et donc ne me regardent pas, alors quand le livre est trop abîmé (comme celui-ci qui avait la couv’ pliée), je les mets en couveuse dans un carton pour Emmaüs et j’en rachète un si le livre est un livre chouchou… Voâlâ tu sais tout ! 😀

  6. Si vous vous mettez à deux pour parler d’un livre de Sylvie Germain, je ne peux vraiment pas résister. Un très beau passage, Asphodèle, avec ces villes et ces champs qui se dessinent dans l’horizon, et ces mots si poétiques, si précis, si évocateurs. Merci à toi! Bises du soir

    • Domi, le jour où tu vas lire ce livre…et cette auteure en général, nous en reparlerons ! 😉 Bises très en retard mais ces comms se sont cachés sous ceux de la poésie, je suis revenue directement sur le billet, heureusement ! 😀

    • Lydia, s’il te faut n’en lire qu’un de Sylvie Germain c’est bien celui-ci, pour moi il est dans la catégorie « indispensables » sur mon étagère « V.I.P » !!! 😆 C’est te dire ! 😉 Et la faute à ki ki encore une fois ? Notre LiliGalipette nationale !!! 😆

    • Isa, c’est une bonne idée de Val qui le fait souvent, ça donne vraiment une idée du style d’un auteur et de la teneur du livre. Mais bon c’est aussi un peu réducteur que l’on aime l’extrait ou pas ! Il faut surtout lire le livre ! Bisous 🙂

  7. Ping : Le livre des nuits – Sylvie Germain | La jument verte

  8. Ping : Sylvie Germain, Le livre des nuit

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s