Les plumes 50 – Les textes pour la célébrité !


Logo Plumes aspho 4 ème tiré du tumblr vanishingintocloudsComme beaucoup le savent déjà, du moins ceux qui ont lu le règlement (petit toussotement), le thème du lundi ne sert qu’à récolter des mots et le texte que nous écrivons peut très bien s’émanciper du thème !

Les valeureux participants, au nombre de 25, (moi incluse) sont, par ordre d’arrivée des liens :

Thiébault de Saint Amand, Marina Chili, Martine l’Écriturbulente, Réjanie, Mind The Gap alias Mindounet,Marie-Jo64, Lydia, Valentyne, Domicano, Anne de Louvain-la-Neuve, Monesille, Cériat, Soène, Carnets paresseux alias le Dodo, La Licorne, Astrid, Claudialucia, EmilieBerd, Lilousoleil. Bizak, PatchCath. Jacou sur le fil ce matin ! Et Célestine qui ne m’a pas envoyé son lien, ni laissé en commentaires (tout fout le camp) ! Eva, également, qui ne l’a pas laissé en commentaires et que j’ajoute ce mardi 15 !

Les mots imposés étaient au nombre de 22, nous pouvions donc en laisser un de côté :

Vedette, fragiliser, fortune, film, projecteur, fumé, paparazzi, moi, fanfreluche, réputation, prétention, chanteur, oublier, local(e), gros, météorite, étoile, talent, chaleur, lumineux, diva, barricader.

Je n’ai pas pu placer chanteur.

Mon texte est une lettre à Rainer Maria Rilke, petit par la taille mais immense écrivain du début du siècle dernier et dont je viens de lire le sublime opuscule « Lettres à un jeune poète »…a RMR lettres à un jeune poète couv'Cher Monsieur Rilke,

a RMR manuscrit sceau en cire rouge

Depuis que j’ai lu vos « Lettres à un jeune poète » entre dimanche et hier soir, j’ai la sensation exaltante d’être entrée dans une autre dimension. Que j’eusse aimé les lire bien plus tôt, avant que je ne sois cette vieille dame fragilisée par les ans et qui ne restera qu’une « écrivante » sans devenir…

J’ai été soufflée par la modernité de votre coup de projecteur qui balaye la critique, toute la critique d’Art, sur ceux qui en font une pose, davantage qu’un sincère exercice ! Ces quelques pages sont à elles seules un film sensible en clair-obscur que n’aurait pas renié le grand Bergman.

Votre absence de fortune, votre mode de vie sans prétention était bien éloigné de celui des vedettes d’aujourd’hui. Pour la plupart, elles ne sont que météorites éphémères, se téléscopant dans les ciels surchargés des rentrées littéraires de notre siècle, plus préoccupées de leur réputation dans les salons à la mode que de la qualité et du bien-fondé de leurs écrits. Barricadées et bâillonnées qu’elles sont dans leurs fanfreluches sociales, locales, assujetties à la norme, à l’image, à l’argent et à la bien-pensance qui font rage aujourd’hui. L’idéologie a supplanté la créativité pour nombre d’entre eux. Quand je pense que vous ne pouviez même pas acheter vos livres pour les offrir…

Monsieur Rilke, votre talent épistolaire est aussi lumineux que la plus belle des étoiles au firmament d’un ciel d’été. J’avais l’impression, en buvant vos mots de danser sous la voûte céleste, ivre de reconnaissance , éblouie par la justesse et la sincérité de votre réflexion sur le monde. Je pensais aussi à votre générosité, votre capacité  à donner autant, gracieusement, malgré les ombres fumées de votre existence modeste et les gros soucis de santé qui ont ralenti l’élaboration de votre oeuvre. En fait j’ai eu l’impression que c’était à moi que vous vous adressiez !a rêves femme by Francesca Woodman Polkadots 1975-1978Vous avez fréquenté les grands artistes de votre époque (Lou Andréa-Salomé, Rodin, Camille Claudel,etc) avec l’humilité qui était vôtre, sans besoin excessif d’immortaliser ces moments rares à la face du monde comme le font nos artistes contemporains (escortés de paparazzi) qui se prennent (souvent) pour des divas. Très peu de clichés de vous avec ces monuments de l’art,  les photos aussi devaient être chères si elle ne vous étaient pas offertes.

...avec Lou Andréa-Salomé et d'autres...moins connus en 1909.

…avec Lou Andréa-Salomé et d’autres…moins connus en 1909.

Comme tous les poètes dignes de ce nom, ceux qui ne transigent pas avec leurs idéaux, qui ne trichent pas avec leur conscience, vous avez écrit comme vous avez vécu. Entre vos ombres dévorantes dans la solitude que vous chérissiez plus que tout et dans la lumière des amours que vous portiez très haut. Elles  auréolaient vos vers d’une pureté cristalline, telle votre âme aussi claire qu’une source vive née d’un torrent de montagne, semblable au  battement d’ailes d’un oiseau émerveillé qui prend son envol vers le soleil.a RMR oiseau en volPour conclure et bien que j’aie encore une infinitude de choses à dire de vous, sur vous, sur cette correspondance,  il me faut vous parler des bienfaits qu’elle m’a procurée. Votre langage épuré reste universel malgré l’intime chaleur créée par l’échange avec ce jeune poète que vous conseillez sans vouloir lui donner de leçons. C’est là que réside la force de ces lettres. Dans les silences des mots que vous ne dites pas. Merci Monsieur Rilke d’éclairer encore le monde des Lettres à travers les siècles. Je sais maintenant pourquoi je ne vous oublierai pas…

Asphodèle – le 10 mars 2016

731 mots pour TOUT le billet, (bla-bla avant texte, liste des mots et liens compris).

Advertisements

78 réflexions au sujet de « Les plumes 50 – Les textes pour la célébrité ! »

  1. Coucou Miss Aspho
    731 mots 🙄 ça fait une moyenne avec mes 203 mots :loll:
    Tu voles haut, chère « écrivante », comme à ton habitude 😉
    M. Rilke en serait lui aussi sous le charme de tes propos.
    Que dire d’autre ? Rien, pour ne pas abîmer cette missive imaginaire.
    Bon we et gros bisous

    • Nan nan Soène, tu vas te prendre un coup de bâton si tu continues ta mauvaise foi !!! 🙄 Ou alors tu ne lis pas le billet jusqu’au bout, c’est pas possible !!! J’ai dit 731 mots pour tout le billet, c’est à dire l’introduction, vos liens, la liste récapitulative des mots, etc ! Alors mon texte ne fait pas plus de 500 mots (environ) ! Mais si tu le trouves trop long tu n’es pas obligée de le lire hein ! 😆 Mais je vois que tu l’as lu quand même et merci pour ton commentaire ! Si tu as l’occasion de trouver ce petit recueil d’à peine 100 pages , je te le conseille… 😉 Bises ensoleillées 🙂

      • Plus tard, je le lirai peut être Miss Aspho, en ce moment, je perds tout 😉
        Ben alors, pourquoi tu nous affoles dès le début en incluant tout, tout et tout ?
        Et en plus, j’ai dit « 203 » mais en fait c’est « 204 » chez moi 😆
        Quant à ton coin microclimaté, j’suis jalouse, ici, c’est encore tout gris et en plus y’a qu’une nuance : GRIS ! 😥
        Bon dimanche et re gros bisous

        • Comment ça tu perds tout ma So’N ? Ça devient grave ! Attention à ne pas perdre ta tête quand même ! Mais arrêtez de me faire un pataquès avec mon comptage d’aujourd’hui, je viens de faire une looongue réponse à Thiébault qui me parlait de 49.3 (ho ho ho on se calme) 😥 Tu commences à savoir ce que font cent mots non ? Bon alors si je dis que tout mon billet (car j’ai tapé mon texte directement dans mon billet sans passer par Word) fait 734 mots, avec tout ce qu’il y avant, il est évident que mon texte ne dépasse pas les 700 mots !!! Ce sont des maths basiques et Dieu sait que je suis nulle en maths ! Parce que pendant que je tape mon billet, sur WP, je peux répondre à mes comms, copier les liens qui tombent en même temps, alors voilà l’explication, ça me fait gagner du temps ! Mais si ça perturbe autant les foules, la prochaine fois j’irais le taper dans Word, et je ferai un copié-collé avec le nombre exact de mots, voilà ! 😆 Pfffiou !
          Mon microclimat me convient très bien j’avoue car on a quand même des phases de soleil qui alternent avec le gris ! Mais on a bien ramassé avec la pluie en janvier-février alors c’est un peu justice ! 😆 Mais t’inquiète, il va refaire beau bientôt paraît-il ! Bises et bonne fin de wek-end 🙂

    • Val il a aussi écrit des romans mais je le connais très mal également ! Sauf sa vie car j’ai lu une bio de Lou-Andréa Salomé où l’on parlait beaucoup de lui aussi, un autre livre sur Camille Claudel et Rodin mais c’est Rilke qui tenait le premier rôle, donc après ce recueil qui m’a pulvérisée, je pense que je vais lire ses romans et toute sa poésie… Bisous 😉

  2. « Si votre vie quotidienne vous paraît pauvre, ne l’accusez pas; accusez-vous plutôt, dites-vous que vous n’êtes pas assez poète pour en convoquer les richesses.
    Pour celui qui crée, il n’y a pas, en effet, de pauvreté ni de lieu indigent, indifférent. », explique Rainer Maria Rilke au jeune postulant. Et, Madame « l’écrivante sans devenir », comme vous vous qualifiez, comme vous savez dire avec élégance et éloquence, votre admiration pour ce poète qui a traversé le temps sans prendre une ride.

    • Ma Tine, je suis scotchée par la modernité mais surtout l’universalité de son propos ! Pas un seul mot ne sonne faux, tout est magnifique de justesse, de sincérité, il faudrait que tous les écrivains (avant d’écrire) aient lu ces lignes…Tu me trouves élégante et éloquente ? 😆 Je suis contente alors ! Bisous ♥

  3. Lettre à une belle blogueuse

    Chère Madame Asphodèle

    Ca fait maintenant plusieurs d’années que je vous lis. Et je m’ose à vous dire mon admiration pour cette lettre à Monsieur Rilke qui va enfin me déterminer à aller plus loin en ce qui le concerne que le si beau texte d’Aragon mis en musique par Ferré.
    Mais plus généralement je voudrais vous déclarer ma flamme concernant le reste de vos écrits que je suis avec passion au jour le jour. C’est bien peu de dire que mes rapports à ce curieux salon qu’est la blogosphère ont été bouleversés depuis que j’ai fait connaissance des Lectures d’Asphodèle. Je vous, dois, chère Madame, ce bonheur et ce plaisir. A l’heure où j’essaie d’écrire quelque chose qui pourrait nous réunir j’ai le privilège de vous saluer, et l’espoir de vous lire encore longtemps.

    Edualc Eeguab le 12 mars 2016

    • Mon cher Edualc-Eeguab-Modrone,
      Votre commentaire me va droit au coeur car je sais la sincérité qui se cache derrière ainsi que le bel esprit que vous êtes. Mon modeste blog (où je n’écris plus « quotidiennement » depuis longtemps) vous remercie de ce compliment !
      J’ai commencé aussi à écrire sur notre projet mais j’avais la tête à ces « Plumes », toute emplie des mots de Monsieur Rilke qui vont résonner longtemps en moi… A partir de la semaine prochaine, je serai libérée de beaucoup d’obligations et pourrai m’y consacrer toute entière. Avec une joie non dissimulée.

      Vôtre,
      Asphodèle, ce 12 mars 2016

  4. Je plussoie aux commentaires des autres ferventes lectrices et fans de vos blogoécrits, chère Madame. Absolument non concernée par votre toussotement envers les ceux ce qui n’ont pas respecté le règlement, je voudrais ici vous dire ma tendresse pour cette lettre magnifique écrite à ce poète qui a bien de chance de vous avoir connue ! Petit veinard, va !

    • Anne, tu me fais rire !!! Tu as raison de ne pas te sentir concernée car le règlement est l’affaire de tous ! Merci de ton compliment, mais tout le mérite en revient à Monsieur Rilke que j’eus aimé côtoyer si nous avions vécu à la même époque, le monde est mal fait vous savez… 😀

  5. Ben tu sais quoi, si ce texte de ce poète que je ne connais que de nom est vraiment une correspondance et non des poèmes, j’ai presque envie de le lire après avoir découvert ton texte à toi. C’est une belle idée, tes mots sont émouvants et beaux. Tu changes de style ou de forme depuis quelques temps, et c’est réussi. C’est aussi une chronique de lecture en plus !
    Par contre, l’écrivante sans devenir…ça m’arrange pas trop…va falloir que je te mette au travail…:D 😀 .
    Tu n’as pas pu placer chanteur ?? Bah oui personne avait proposé mort pour aller avec….;D
    Bisous ! T’as pas traîné pour lire ce livre… 😀

    • Mindounet, je suis ravie que ça te plaise ! Tu trouves que je change de style ? Ha bon ? C’est peut-être parce que je n’écris pas des textes « classiques », comme d’habitude ! 😀 Pour la chronique, il y aurait encore beaucoup à dire tellement ces lettres sont riches d’enseignement(s). Si j’avais su, la dernière fois…chez Coiffard…j’en aurais pris plusieurs car je vais en offrir beaucoup ! Les lettres elles-mêmes ne font que 98 pages, je n’ai pas lu le « bla-bla » après… mais je sais que je les ais lues doucement et je les relirai régulièrement !
      L’écrivante sans devenir que je suis est lucide mon cher ! 😆 Mais bon c’est vrai que ça fait longtemps que tu ne m’as pas bousculée en ce domaine, ça doit me manquer ! 😀
      Bah non, chanteur ne se prêtait pas au texte, chanter j’aurais pu… Tu es dur avec moi ! 😀
      Bisous ensoleillés et emplis de chants d’oiseaux ! 😀

      • Au fait, je t’ai dit que j’arrêterais de bosser à 60 ans quoi qu’il arrive non (ça c’est certain, je me débrouillerais, parce que je ne vivrai pas l’humiliation d’aller bosser jusqu’à 70 ans avec la canne…)? Ben finalement, je réfléchis sérieusement à arrêter mon travail actuel à 50 ans (je veux dire en tant que salarié, je ferais autre chose naturellement, mais financièrement c’est risqué…) donc en gros tu as 5 ans pour ton best seller, moi je suis prêt à faire toute ta promotion, j’airai vendre ton livre sur les marchés s’il le faut warf 😀 😀 Je vais essayer de faire signer Emilie aussi pour mon contrat d’agent …on avait dit 50/50 pour les droits d’auteur non…. 😀 Faudra bien que je vive !! C’est mieux que Gigolo quand même non ?? ou Proxénète…. 😀 😀

        • Ha ha ha tu me fais trop rire ! Je te vois bien aller dans ta Tour avec la canne !!! Bon, hé bé tu as remis la machine en route ! Heureusement, je ne suis plus seule dans l’écurie, j’ai Emilie qui va prendre le relais !!! 😆 5 ANS ??? Tu me mets la pression là ! Et on n’est jamais sûr d’écrire un « best-seller » ça c’est le truc aléatoire ! Pour les droits d’auteur on va en reparler, je pense que tu te gaves ! 😆 De toutes façons pour faire gigolo tu es trop vieux (bah oui, les vieilles cougars les prennent entre 20 et 30, elles aiment la chair fraîche) et proxénète, non, vraiment tu te ferais entuber, tu n’as pas le profil ! 😆 Booon, Emilie ??? Hou hou, faut se mettre au boulot !!! 😀

  6. Une lettre hommage à un poète aussi connu que Rilke, au moins de nom, mais que je n’ai pas lu. Tes mots, Asphodèle, ta passion évidente pour cet auteur nous font l’aimer d’emblée et nous donne envie d’approcher sa correspondance, de découvrir sa vie et sa pensée, sa sensibilité . Cadeau du samedi, merci à toi.

  7. très joli texte. Je n’ai pas encore lu d’ouvrages de Rilke; je le connais de nom bien sûr mais tu me donnes envie de combler cela. Il y a des lectures qui réveillent en nous tellement de choses que l’on croyaient enfouies. C’est beau ! Bonne journée à toi 🙂

    • Coucou toi ! Ton commentaire s’était caché derrière les autres et du tableau de bord, il était passé à la page 2 ! Je ne le vois que ce matin ! Alors là, ça ne fait que 98 pages (les lettres en elles mêmes et une vingtaines de pages de blabla du traducteur) ! Je peux te dire que ça faisait longtemps que je n’avais pas rencontré des mots aussi justes, aussi droits dans leurs bottes…et leu portée, leur effet sur nous alors qu’ils sont adressés à quelqu’un d’autre. Vraiment, si tu as l’occasion de le croiser, prends le temps de le lire ! Bon dimanche !

  8. Ce livre est le premier cadeau que Mister B. m’a fait. Il n’est pas sur mes étagères. Il est dans un coffret avec les premières roses, un noyau d’abricot, une petite boîte… et toutes ses lettres.

    • Ma Bichette, c’est en voyant un comm de Mind ce matin que je découvre ton commentaire (et un autre) cachés dans la masse !!! 😥 Qu’il est romantique Mister B parce que ce que dit Rilke de l’amour, dans ce livre est merveilleux… Tu me fais fondre là ! Préserve-le ce coffret, c’est lui qui a le plus de valeur dans ta maison ! 😉 Bisous du dimanche

  9. Whaouh! Je commence ma tournée et ça commence fort!
    Une « écrivante en devenir », hein?! Pour te paraphraser  » ça va pas non! »😄😉
    Je n’ai pas lu d’ouvrage de Rilke, mais la majesté de cette lettre donne bien envie de le découvrir…Il est clair que cet auteur t’a transporté.Tes mots sont comme la respiration profonde que cette œuvre a du t’inspirer…
    J’ai particulièrement aimé les troisième et sixième paragraphes. Et j’aime aussi cette concordance des temps qu’il faut absolument que je bosse😳
    Gros bisous et merci non seulement pour tes textes qui nous envoie si haut mais aussi pour tenir cet atelier!

    • Merci Emilie, je la trouvais bien plate cette lettre pourtant en regard de ce que je venais de lire et de la portée universelle des mots de Rilke ! 😉 Tu vois, tu n’es pas la seule à douter ! ^^ Il faut absolument que tu les lises, tu ne verras plus l’écriture de la même façon et en même temps, il ne donne pas de « clé » définitive car il n’y a aucun miracle !
      Haaa tu as besoin de bosser la concordance des temps ? Bah faut demander à Célestine, elle te donnera des cours avec plaisir parce que moi (qui suis très pédagogue t’as remarqué ? 😆 ) je le fais instinctivement mais je serais bien en mal de l’expliquer ! J’étais nulle en maths mais bonne en français !!! 😀
      Gros bisous et bonne fin de week-end à toi ! 😀

      • Voilà je suis convaincue! Il est commandé!
        Pour la grammaire, Celestine et le Littré devraient donc me rafraîchir la mémoire! Le problème est selon moi qu’on l’a dit de moins en moins cette concordance des temps…À l’oral, elle s’arrange, et à l’écrit, elle se perd…Et c’est dommage de confondre un futur avec un passé, fut-il antérieur!
        Gros bisous et bon week end à toi aussi!

        • J’espère sincèrement que cette lecture t’apportera autant qu’elle m’a apportée et m’apportera encore, je la garde sur ma table de chevet pour relire des passages , voire relire certaines lettres… Ce n’est pas un investissement que tu regretteras ! Sinon, tu sais, moi aussi, il m’arrive de buter sur certaines formes de conjugaison qui étaient jusque là évidentes (sauf pour la concordance) mais les « j’aurai » avec ou sans « s » par exemple… Il faut dire que la littérature actuelle, surtout les traductions américaines d’ailleurs) privilégie le présent de l’indicatif tout du long et je trouve ça d’un mortel ennui quand il n’y a même pas la nuance d’un passé simple, voire la clarté d’un passé pour situer l’action. Ça a tendance à devenir une posture et ça ça m’agace encore plus ! Quand on écrit, on ne « pose » pas… En ce qui te concerne, je n’ai pas remarqué que tu avais de grosses difficultés à ce niveau mais c’est que tu dois te relire ! ;)Gros bisous et bonne nuit ! Je ne vais pas traîner ce soir ! (j’ai la crève en plus)… 😀

  10. Ton enthousiasme fait plaisir avoir, à entendre presque ! Tes mots chantaient tellement haut que je pensais que tu étais tout près ! Je vais essayer de me procurer ce recueil, si son plumage ressemble à ton ramage, il sera le phénix de mes soirées ! 😉 Bisous
    Je file me préparer, nous sommes attendus à midi et bien entendu , je suis devant l’ordi..pas encore prête !

    • Je suis enthousiaste car j’ai adoré mais tu sais la lecture c’est subjectif…Mais là, ça parle à tout le monde et avec une délicatesse si touchante ! Bref je te le conseille et après on en reparle si tu veux ! 😉 Bonne journée d’agapes ! 😀

  11. Je suis attendri par ta belle lettre, Asphodèle, elle porte les mots justes, qui louent la valeur dans l’abnégation, le travail et non l’opportunisme de certains gratte-papiers qui se prennent pour les faiseurs de talent. Je suis admiratif de ton plaidoyer pour ramener les choses à leur juste valeur comme un catilinaire à l’endroit de ceux qui fabriquent des vedettes au gré du temps qu’il fait. Merci

    • Merci Bizak pour ce gentil commentaire mais tu sais je n’ai aucun mérite, car Rilke avait ces valeurs, il vivait dans une simplicité confondante quand on y pense aujourd’hui et c’est ce que j’aime avant tout en littérature : les auteurs qui écrivent avec leur coeur, sans faire de circonvolutions ou d’exercices de style pour plaire à tout prix… Si tu as l’occasion de feuilleter cet opuscule, fais-le, tu en ressortiras plus riche ! 😉

  12. Bravo pour cette lettre! T’en ai-je parlé, je ne sais plus, mais je viens aussi de lire ce petit livre et comme toi, j’ai été stupéfiée par la modernité du propos, notamment en ce qui concerne l’amour et les femmes. A garder sur sa table de chevet…

    • Mais oui Gwen, tu m’en as parlé et…le hasard faisant parfois bien les choses, je suis allée chez Coiffard samedi à Nantes et je me suis ruée sur le rayon Poésie (car il est très rare de trouver ce rayon correctement achalandé dans les autres librairies que je fréquente) et là…une caverne d’Ali Baba, mille tentations ! Je m’apprêtais à prendre un Thomas Vinau publié aux Editions Asphodèle (oui ça ne s’invente pas) mais il coûtait plus cher que celui-ci et tu m’avais mis la puce à l’oreille alors le choix a été vite fait ! Je ne le regrette pas ! Mais quel bonheur ! Il est sur ma table de chevet, et je pense qu’il va y rester un bon bout de temps… Merci de m’en avoir parlé ! 😀

        • Gwen, je n’envisage même pas de m’en séparer une minute ! Alors que je suis plutôt prêteuse d’habitude ! 😀 Et oui…on devrait lire des choses qui nous font du bien plus souvent, un bien comme celui-ci…

  13. Ma chère Dame Asphodèle :
    « Il est sans doute tout à fait inutile que je détaille maintenant chacun de vos propos, car ce que je pourrais dire à propos de votre penchant pour le doute ou bien sur votre incapacité à mettre à l’unisson votre vie intime, et votre vie extérieure, voire sur tout ce qui vous oppresse, car ne n’est jamais autre chose que ce que j’ai déjà dit, c’est toujours le même vœu, à savoir que vous parveniez à trouver en vous assez de patience pour le supporter, et assez de simplicité pour être en mesure de croire… »
    Signé R.M. Rilke
    Bisous toujours en courant chère Dame Asphodèle
    Signé monesille (entre parenthèse La Fontaine, tané par ses amis, n’a commencé de publier que vers 53 ou 54 ans…)

    • Bravo Dame Monesille pour cet extrait absolument ad hoc ! Tu me connais bien ! 😉 Merci aussi d’essayer de me consoler avec La Fontaine !!! Je suppose qu’il devait avoir ses tiroirs pleins de choses à être publiées, ce qui n’est pas mon cas ! 😆

    • Claudia hé bien moi je le découvre ! Je connais ses poésies (quelques unes) depuis quelques années mais je ne l’ai pas croisé pendant « ma jeunesse » et c’est bien dommage ! 😉

  14. Quelle belle letter d’amour que voilà. Toute l’émotion perçue à la lecture de son recueil transparaît dans ces lignes.
    Tu me donnes envie d’aller le connaître

    Bisoutes ma belle et merci pour ce partage

    • Réjanie, je t’invite vraiment à le lire, cet opuscule en particulier pour te faire une idée de l’homme ET du poète qu’il était tout le temps…même sans le vouloir…Bisous et bonne fin de ouikende ! 😉

  15. « Dis Tata, pourquoi tu t’eusses ? »
    C’est beau le talent épistolaire. Ce texte transpire de passion et d’engagement. L’un des plus beaux depuis que je te suis. Au passage, je me rends compte, Grande Déesse du Règlement à plumer, que l’un des nombreux points de nos règles m’avait échapper : le nombre de mots serait ainsi le total du billet et non pas celui de notre oeuvre magistralement soumise.
    C’est embêtant.
    Moi qui suis à cheval dessus, pas envie de me faire étriller au prochain faux pas.
    Je demande à l’assemblée un éclaircissement approfondi et argumenté lors de la prochaine session. Impensable que nous restions dans le flou ! Ou alors, faut le faire passer en force au 49-3…
    Sur cette jolie lettre en forme d’hommage, je te bise pour tout le week-end 😉

    • Thiebault…*soupir*… Tu as remarqué mon « eusse » je vois ! 😀 Cela dit je conseille ce court recueil à tous les écrivains au monde, qu’ils soient célèbres ou inconnus, ça leur remettrait (pour certains) l’ego en place ! 😉
      Quant au billet et au règlement (vous êtes fatigants quand vous vous y mettez tous), je sais que c’est le TEXTE qui ne doit pas excéder 700 mots, donc, par élimination (et pour aller plus vite car j’ai tapé cette lettre directement dans WP, en insérant les liens en même temps), il est évident que mon texte ne dépasse pas 700 mots !!! Non mais j’ai l’impression d’avoir commis l’irréparable là ! Alors que voilà pour moi c’est une évidence que je ne dépasse pas 700 mots ! Bref… Merci pour tes compliments, ça fait chaud au coeur ! Bon allez, je pense que je vais recommencer à taper mon billet et mon texte séparément pour avoir le nombre de mots exact et ne pas provoquer une émeute le jour de parution ! 😆 🙄

      • Ah ! C’est rassurant quand tout est parfait. Je ne connaissais pas l’œuvre en question, mais comme tu m’as intrigué… Allez ! Fin d e l’émeute, on retourne au boulot 😉 Bon dimanche ! Bises M’zelle Aspho

        • Ouf ! Thiebault tu me rassures ! Mais bon tu sais je ne t’avais pas trop pris au sérieux non plus et ça ne m’a pas empêché de dormir !!! 😆 Bon lundi à toi si tu bosses ! 😉 Bisous avec du soleil dedans ! 🙂

  16. Ah, Dame Asphodèle, vous me prenez là par les sentiments, par ce que j’ai de plus cher…
    « Lettres à un jeune poète » est en effet un de mes livres préférés :
    http://livresdor.blogspot.fr/search/label/RAINER%20MARIA%20RILKE

    Rilke y fait l’éloge de la profondeur et de l’authenticité qui devraient être les qualités premières de toute personne désirant écrire …
    Un livre à lire et à relire.

    Merci à vous pour cet éloge si bien tourné…

    • Dans mes bras La Licorne ! J’ai lu ton billet mais pas tous les extraits (il y avait pas mal de lecture aujourd’hui) mais je retournerai sur ton blog voir tes autres « livres d’or », ça m’intéresse ! Tu en parles d’ailleurs très bien ! 😉 Je suis d’accord avec toi, il y a des années que je serine au fil de mes billets (et quand un livre m’a plu) que l’essentiel est dans la « sincérité » d’un ouvrage (et donc celle de l’auteur), on sent tout de suite quand c’est surfait ou que l’exercice de style supplante le fond… J’ai vu un soir l’an dernier à La Grande Librairie, Marie-Hélène Lafon dire « On ne fait pas un livre avec ses tripes », certes, il ne faut pas que ça mais je préfère encore de tripes « vraies » que des mots jolis, bien tournées et creux… Et Rilke est désarmant d’authenticité…

  17. Coucou ma belle, un commentaire commun à tes précédents billets ! j’ai ri évidemment à tes gifs rigolos et beaucoup aimé ton texte sur Rilke (je partage ton enthousiasme pour ces magnifiques « lettres à un jeune poète » évidemment…) Bon dimanche à toi, et plein de bises !

    • Sandrion, merci pour ce gentil commentaire ! Je ne suis pas très présente depuis quelques temps même le dimanche mais je compte me rattraper à partir de la semaine prochaine qui annonce une période de calme (enfin j’espère^^) ! Avec les plumes cette semaine, je ne serai pas aux fourneaux demain mais je viendrai lire vos recettes et vos derniers billets ! Bises ma swapounette, je suis tellement contente de te voir ! 😀 (je n’ai même pas fait de billet pour les 5 ans de mon blog hier, c’est te dire !!!)…De gros bisous♥

    • Jacou, moi pas avoir fait allemand alors j’ai découvert Rilke très tard, je continue même à le découvrir et après ce recueil c’est sûr que j’ai envie de lire davantage… 😉 Je n’ai pas noté sa date de naissance, je sais qu’il n’est pas mort vieux mais je vais aller voir ton jumeau astral !!! 😀

  18. « Chère Asphodèle,
    Depuis que j’ai lu cette « Lettre à l’écrivain » entre 20h15 et 20h20, j’ai la sensation exaltante d’être entrée dans une autre dimension. »
    Comment ça je copie ? Bravo en tous les cas !

  19. alors évidemment, pendant que certains font mine de jardiner en se fichant des ampoules plein les mains, d’autre, tout simplement, écrivent à Rilke ! j’ai l’air malin avec mes salsifis en semis…
    en tout cas tu sais choisir tes correspondants, çuilà – avec sa lettre à un jeune poète-a bien failli me détourner d’écrire – simplicité, sincérité et force ; heureusement que je ne crains pas la médiocrité 🙂

    • Hi hi mon Dodo ! Mais c’est ça l’intérêt de la diversité ! Rilke et cultiver son jardin n’ont rien d’incompatibles qui plus est, bien au contraire ! C’est sûr qu’après avoir lu ces lettres, on pourrait craindre de ne plus oser écrire une seule ligne ! C’est le revers…mais non, je pense que ces lettres portent un enseignement universel mais incitent aussi à écrire tant que nous le faisons avec envie et nécessité de le faire. Il n’y a rien de pire qu’un auteur qui s’est un peu « forcé », tanné par son éditeur… Donc tu n’en es pas là et ta « médiocrité » me sied parfaitement ! Si tous les médiocres avaient ta plume…et ton imaginaire… 😉

    • Rhooo Eva mais non tu ne me l’as pas envoyée ! 😦 Tu sais il faut déposer le lien en commentaires car la semaine des Plumes, je ne peux pas avoir l’oeil partout et en plus tu n’as pas de Newsletter alors c’est compliqué ! Je t’ajoute de suite et je viens te lire ! Bisous désolés !

  20. Alors tout d’abord je te suis sur cette lecture, j’ai réservé le livre à la Médiathèque parce que oui, bizarrement il était sorti…ce qui prouve que Rilke est quand même un grand de chez grand, toujours lu quelque part dans le monde à un instant T.
    La façon inimitable dont tu en parles avec des étoiles dans la plume m’a donné envie, évidemment.
    Ensuite je voudrais quand même préciser que je t’avais bien envoyé mon lien dans les temps, c’st à dire le jeudi 10 mars. C’est dur de se faire taper sur les doigts quand on n’a rien fait.
    Enfin je tenais à m’excuser de venir si tard sur ton billet, comme tu le sais j’ai été absorbée par la real life ces derniers temps, et quand j’ai fini consciencieusement le tour de tous les textes, j’ai oublié le principal, le tien, quel manque de goût et de tact ! J’espère que tu me pardonneras cette marque d’insouciance impardonnable.
    je t’embrasse ma copine et néanmoins grande prêtresse de ces lieux.
    J’ai adoré la lettre de Claude.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    • Ma chère amie étoilée,
      Tout d’abord, je vous ai adressé un courrier électronique pour vous rassurer et vous dire que ce retard n’était point de votre faute mais celle de ma boîte mail qui me joue bien souvent des tours. Ne vous excusez plus, c’est oublié…
      Que vous ayez réservé l’ouvrage de de Rilke me fait diablement plaisir, c’est mon plus beau compliment : donner envie de le découvrir ! J’espère qu’il vous apportera autant que j’y ai trouvé matière à réflexion et que vous ne pourrez plus envisager l’idée de vous en séparer…En effet, c’est un petit bonheur qui se savoure lentement et qu’il est bon de relire au fil des ans. Il est désormais sur mon chevet et je sais que j’y reviendrai souvent..pour diverses raisons…
      Et oui je sais aussi que la vraie vie, enfin celle qui n’est pas virtuelle peut nous éloigner de nos connexions habituelles. Là aussi, ne vous excusez pas, je savais que vous viendriez à un moment ou à un autre et je serais bien mal placée de vous tenir rigueur de ce point de détail qui n’entache en rien l’affection que je vous porte…
      Hi ! Bon, je n’ai pas le talent de Rainer mais je t’embrasse ma belle amie et ne te fait plus de noeuds au cerveau, même si on sait que nos chères étoiles sont souvent échevelées (ce ne sont pas les comètes plutôt ?), tout ça pour te dire que je t’embrasse affectueusement pour ce commentaire mais j’y gomme la contrition 😉 ♥

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s