PLACE DE CHINE de Roland Hélié


Livre minuscule de 55 pages que m’a offert Delphine, que j’ai lu en une heure, et qui m’a enchantée, mine de rien. Editions rue fromentin, la contre-allée. © juin 2011.

Un homme, d’une cinquantaine d’années se souvient de ce qu’il a oublié, d’abord, puis revient sur les conditions de sa naissance, remonte les générations à la recherche de ses origines : l’accent aigu sur le e d’Hélié est une volonté de son père pour rendre ce nom acceptable…pour les générations futures. Il nous joint même son extrait de naissance. « Pour suivre les avatars d’un pauvre et simple E, attendu majuscule et reçu minuscule, embarassant petit passager clandestin. »

Puis vient une incursion dans la littérature, avec les noms des personnes et des livres qu’il a prêtés, donnés, perdus à jamais. Les livres qui l’ont « fait » également, ceux qu’il  posséde et qui le possèdent depuis toujours. Comment il peut se perdre dans une encyclopédie qui parle de bibliothèques et de livres : « Je découvris stupéfait la multitude de replis et de clôtures, de refuges et d’échappées, de lourds secrets que dissimulait l’écrit ».

Un chapitre sur les femmes et la femme, celles qu’il n’a pu épouser, à travers les siècles, celles qui se sont mariées à un autre (très drôle).

Un autre chapitre aussi sur les livres lus dans l’indifférence générale, sauf pour lui :  » J’allais reprendre Bartleby l’écrivain au Centre National des Lettres au Rebut , à Libourne. (…) Je subis mon second échec,  et la presse oublia d’en parler. »

Cinquante-cinq pages surprenantes, mais un peu « éclatées », sans queue ni tête, il manque la locomotive à ces mots jetés en vrac. Je pense que la forme est voulue car le fond, concis, fouailleur est dit sans excès d’encre. Une belle plume, ironique et poétique.

Sur l’auteur, Delphine en a parlé ici.

32 réflexions au sujet de « PLACE DE CHINE de Roland Hélié »

    • Oui, étrange c’est le mot mais on le lit en même pas une heure. Et l’écriture est belle. Disons que la démarche « autobiographique » est originale… (je préfère lire ce genre de livre qu’un Fantômette : ne me tape pas !) 😉

    • Ce sont ces passages qui m’ont fait tilter (je ne les ai pas recités) mais dire tout ce qu’il dit (même en vrac) de cette façon et aussi brièvement est une performance en soi ! Attention, il y a un autre Roland Hélié sur Google et ça n’a rien à voir ! 😉

    • C’est un peu ça ! OLNI… Et on ne sait pas si c’est un auteur à découvrir (sûrement) vu qu’il n’a écrit QUE ça depuis 1989 et il n’a pas l’air de vouloir sy remettre ! publié en 2011 mais…après ? Etait-ce un test de la maison d’Editions ? une heure agréable à passer en tout cas…

  1. Justement, ce qui me tente c’est sa fantaisie, il laisse aller son imagination … du coup, ça doit être souvent drôle. A lire, peut être pas comme un roman, mais comme une rêverie perso !

    • Ah en 50 pages, c’est une rêverie (une réflexion aussi) perso ! On n’a pas le temps d’éclater de rire non plus, c’est déjà fini ! C’est étrange mais agréable à lire, on ne le met pas de côté non plus !

  2. Bonjour,

    La lecture de ce livre (très judicieusement offert) m’a beaucoup touchée et je voulais voir ce que l’on en disait… C’est ainsi que j’arrive dans votre discussion et que sans hésiter davantage, je m’y incruste !
    C’est drôle que cela ait pu donner à certains d’entre vous une impression de décousu, car ce qui m’a frappé est exactement à l’inverse, je trouve que c’est un ensemble extrêmement structuré. J’y vois une sorte d’exploration systématique de différentes séries, et de manière générale, j’aime assez l’idée des séries dans les Arts plastiques notamment. De part mon métier (chercheuse en sciences humaines), je collecte les faits, les classes, puis, c’est après ce travail de sériation que les faits prennent sens et deviennent des hypothèses sociales. Ce livre est évidemment beaucoup plus joli et drôle et émouvant, car dès l’élaboration de la série, il y a un jeu constant entre l’intime et le public, le léger et le lourd, le dur et le doux qui crée une ambiance poétique étrange. Mais d’une certaine manière, ces séries conduisent aussi à interpréter ce qu’est la vie, tout « simplement ».

    • Mais…bonjour et bienvenue Madeleine, votre point de vue est très juste, je l’ai sûrement mal évalué car il m’a déconcertée. J’ai bien noté cependant que malgré le côté « vrac », qui à y réfléchir, n’en est pas un c’est vrai, l’auteur nous en disait beaucoup en 55 pages et cela est un tour de force, ! Par ailleurs sa plume m’a séduite, à n’en pas douter… merci pour votre belle analyse, plus pertinente que la mienne, j’en conviens !

  3. Asphodèle !!! Je suis confuse ! Votre réponse, très gentille, me donne l’impression que non seulement je me tape l’incruste, mais en plus pour faire la maline !!! J’ai trouvé vos commentaires très perspicaces et ils m’ont plu ! Je réagissais à Clara, mais sans mal y penser non plus, d’autant qu’elle ne l’a pas lu et que c’est juste une question qu’elle se pose ! Je tentais de lui répondre, je vous prie de m’excuser ! Je suis d’un tempérament enthousiaste …. je m’emballe, m’emballe….

    Amicalement à vous

    • Mais c’est bien ! C’est étrange et nouveau comme démarche, mais c’est super bien fait et bien écrit ! Le E a posé problème à son père en l’occurrence et bousculé ses certitudes…

  4. Ping : Délivrer Des Livres » Place de Chine de Roland Hélié – Bilan Partenariat

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s