LES CHAUSSURES ITALIENNES d’Henning Mankell


Lecture commune avec Somaja, Anne , De poche en poche et Anne, Des mots et des notes, Jeneen , Valou. Si j’oublie quelqu’un veuillez m’excuser…

Résumer ce livre à la quatrième de couverture (qui fait moyennement envie) serait une hérésie. Au départ, cet homme de 66 ans, Fredrik qui vit seul, ratatiné sur sa solitude avec pour seul intérêt celui de s’immerger nu chaque matin dans un trou d’eau glacée ne nous inspire pas vraiment de sympathie. Et un jour le passé arrive sur la glace sous les traits d’Harriet, un amour de jeunesse remontant à trente-sept années, mourante mais fermement accrochée à son déambulateur. Harriet va le mettre face à sa conscience, face à ses échecs et le faire réagir. Elle va d’abord exiger qu’il tienne une promesse, une seule lui qui n’a fait que fuir et trahir. Lui qui ne se regarde plus dans une glace depuis douze ans, depuis qu’il s’est retiré sur cette île au fin fond de la Suède.  » Des promesses, a-t-elle dit, on en reçoit tant. Quelles sont celles dont on se souvient ? On oublie celles qu’on voudrait se rappeler et on se souvient de celles qu’on voudrait oublier pour toujours. Les promesses trahies sont comme des ombres qui dansent autour de toi au crépuscule. Plus je vieillis, mieux je les vois. » (p.56).

C’est un roman presque statique, on assiste aux aurores boréales du solstice d’été, on sent le froid mordre notre peau quand l’hiver impitoyable fige chaque chose dans le froid. Il va se bouger Fredrik, il va en découvrir de belles, mais aussi commencer à s’accepter. C’est le bilan d’une vie qui ne s’arrête jamais, qui recommence là où la mort l’avait claquemurée. Pour le meilleur, comme pour le pire. Il nous apparaît comme égoïste au début, même avec sa chienne et sa chatte, qu’il aime pourtant, il n’a aucune compassion pour elles  (il les laisse dehors sans scrupules ni états d’âmes). Mais il y a un autre, assoupi en lui qui va enfin se réveiller, doucement, qui va réussir à éprouver des sentiments, casser ce mur d’indifférence complaisante qu’il a érigé entre lui et les autres. devenir humain tout simplement :  » J’étais parvenu à ce point de l’existence. Il restait peut-être un ou deux carrefours en perspective, mais pas beaucoup plus. Et pas beaucoup de temps. » (p. 146).

Et parce qu’il se souvient de ce que disait son père qui avait été serveur toute sa vie alors que lui a réussi à devenir médecin :  » J’ai grandi en terrain inhabité, entre larmes et soldats de plomb. Et avec un père qui s’obstinait à répéter que le point commun entre un serveur et un chanteur d’opéra, c’est qu’il leur faut de bonnes chaussures pour bien travailler.«  (p. 16). Il finira par commander des chaussures italiennes pour asseoir sa vie. Mais pas que… Les personnages féminins sont superbes, les paysages splendides, malgré le froid et la nuit qui durent plus longtemps que l’été on a envie d’y aller !.

Je ne vous en dis pas plus, car raconter l’histoire c’est dérouler le livre. Elle ne sert pas juste de trame ici, elle parle jusqu’à la fin. Je l’ai grignoté comme une gourmandise : quand on commence, on ne peut plus s’arrêter. Tout au moins on a hâte d’y retourner. Et ce fut un grand moment de lecture ! Je découvrais la littérature venue du « Nord », je n’ai pas été déçue.

65 réflexions au sujet de « LES CHAUSSURES ITALIENNES d’Henning Mankell »

  1. J’ai adoré aussi ce voyage presque immobile dans cet hiver rude. Plus ça va plus j’aime cette litérature du « Nord » où silence et lenteur font loi quand l’hiver n’en fini pas. On y aborde les âmes autrement. Maintenant il faut que tu découvres sa série policière avec Wallander…

    • J’ai vraiment adoré et pourtant cette ambiance ne m’attirait pas ! Je crois que je vais aimer tout ce qu’il me reste à découvrir de lui (et des autres « nordistes »)…

        • J’adressais cette stupéfaction à Somaja. Lorsque je mets « stupéfaction », le mot est fort ! Mais en fait, Do. est une amie commune avec Somaja et elle nous approvisionne en bouquins. Mankell est un auteur qu’elle apprécie, je pense même qu’elle les a tous. J’ai eu droit à ces prêts, je pensais que So. aussi !

        • Malheur ! je crois qu’il y a eu une confusion. Aspho, tu peux effacer mes commentaires du jour. Je croyais que So. n’avait pas lu les Mankell, mais en fait non. Elle t’incitait à poursuivre cette découverte avec l’inspecteur Wallender. Je ne sais plus lire ! C’est l’effet de la piqûre d’hier !!! (ouf ! mettons cet imbroglio sur son compte… et non une douce folie !).

          • Malheur ! 😉 je les gaaarde tes commentaires, je suis restée perplexe, sourcils froncés ce matin avant d’éclater de rire !!! Je pense qu’ils t’ont mis une substance étrange dans cette piqûre… hum ! 🙂

  2. mazette quel billet, j’en ai des frissons !!! tu as répondu à ma question : pourquoi ne l’ai-je pas acheté avant ? à cause de la 4ème de couverture !! ils devraient t’embaucher pour écrire les 4ème, chez Points Seuil 😉 !

    • Merci George, c’est vrai que la 4ème n’est pas excitante ! Mais quel livre riche, étonnant, il m’a « catchée » de suite ! Je veux bien écrire des 4ème ! 😉

    • Tu dois le lire absolument toi qui connait l’auteur, je t’aurais bien envoyé le mien mais les 30 premières pages « s’effeuillent » !!! Il n’y a pas que la 4ème qui est nase… Biiises 🙂

  3. Le titre m’attirait, ton avis achève brillamment de me convaincre ! Je le lirais, quand il croisera mon chemin…
    (Mais comment font les auteurs pour trouver de si jolis titres?)

  4. Ah justement je me demandais, les chaussures…Donc elles ont leur place…Très beau titre, et Somaja et toi semblez avoir goûté cette lenteur du texte et la sensibilité de l’histoire, je note (mais après Wallander, série que je viens juste de démarrer !) Bonne journée.
    PS : c’est vrai que je te vois bien écrire des 4èmes …ça pourrait être intéressant, une 4ème de blogueuse qui n’a pas sa langue dans sa poche (euh…c’est un compliment…!)

    • Tu as toujours le mot qui touche 🙂 Mais tiens rien que pour voir, je vais essayer d’en faire une à ma manière quand celle présentée ne me plaira pas tout à fait, ah nouveau jeu : écrire une quatrième ! Et vu que pour une fois que tu me fais un compliment 😉 je prends !

    • AU FAIT !!! Tu devais la faire avec nous cette LC, bougresse !!! On s’est senti très seules avec Somaja ce matin… bref, il y en a qui parlent et d’autres qui font, hé ! 🙂

    • Ce que j’ai dit, je n’étais pas vraiment attirée au départ et la magie a opéré, excellent dialoguiste, on ne sent pas la lenteur en fait, c’est un paradoxe maîtrisé, c’est assez rare pour être souligné !

  5. Perso, je le trouve très juste le quatrième de couverture. A l’image du roman, sobre, sans fioritures. Bon moi j’ai déjà dit ce que j’en pensais mais je le redis, ce vieux monsieur m’a ému. De la première page à la dernière. Une histoire de rédemption comme je les aime. A tel point que j’ai été incapable d’écrire quoique ce soit sur ce bouquin.

    Sinon j’aurais presque mis ma main à couper que tu allais adhérer. Mais quand même pas, je ferais comment pour tourner les pages après ?

    • Bonjooour ! Et bien moi cette quatrième relue après le livre me laisse songeuse car elle est très réductrice par rapport au roman qui est dense, éblouissant de pudeur (mais pas que) jusqu’à la fin. C’est vrai que j’ai eu du mal pour le billet car si tu en dis trop, tu gâches et pas assez, ça ne donne pas envie ! Je suis déçue car on m’a dit que Tea-time n’était pas très bon…
      Pour ta main, avec le nom du site en plus, une prothèse ça serait pas top… Tiens à propos de main à couper, je mets les deux miennes (tu me les rends après) que tu aimerais le dernier Estelle Nollet : Le bon, la brute, etc. Je dis ça comme ça… 😉

    • Chouette ! Je suis verte car mon exemplaire tout neuf part en lambeaux (les 30 premières pages !) sinon je l’aurais fait voyager avec plaisir ! Tu devrais te régaler ! En plus tu connais bien cette littérature toi !

  6. Je pense que tu risques quand même d’être déçue par les autres Mankell. Attention, je les ai presque tous aimé, mais ses romans policiers sont très différents de celui-ci. Très bien, mais pas du tout la même ambiance ! Mais je te les conseille quand même hein 😉

    • C’est ce qu’on m’a dit pour Tea-time, très donneur de leçons « bonne conscience » ! Mais ça ne m’empêchera pas de tâter au moins une fois à un de ses polars ! Je suis les conseils, tu as vu ? Tiens au fait, vu que tu as été mon premier LV avec les rats-kangourous (perdus entre est et ouest !) je suis en train de lire son second : « Le bon, la brute, etc » ! ça dépote autant ! 😉 Je te le conseille vivement… Je le ferai certainement voyager !

    • Ouiiii…je te le conseille vivement, d’ailleurs j’ai vu que Syl et Lystig faisaient une LC pour le 22 novembre ! Mon exemplaire s’effeuille (comme ta Béatrice) mais je peux te l’envoyer (ce sont les 30 premières pages, après ça va…

  7. je vais voir avec Syl. je crois que le 22 cela va être short !!!!!
    je viens de découvrir une autre LC pour le 21 (et en novembre, je ne pourrai guère lire !)

  8. mais comment se fait-ce(!!!) que je ne suis pas aussi enthousiaste que vous toutes? certes, j’ai aimé, mais avec de sérieuses réserves tout de même…par contre j’ai lu pour la première fois un Wallender(« Les chiens de Riga ») et là j’ai adoré! va comprendre, Charles!(euh, pardon , toi c’est Asphodèle, c’est plus joli quand même!)

    • Ah bon ??? Il me semble que tu avais fait un beau billet ! En tout cas c’est toi qui me l’a fait acheter !!! Preuve dans mon carnet à LAL !!! j’ai attendu la LC pour le lire ! Comme quoi Fofie… 😉

  9. oui, oui, comme tu dis , je devais la faire avec vous, gente dame ! Mais comme je l’ai écrit à Somaja, je l’avais à ce point oubliée que je n’ai même pas le livre ! (prêté à mon club de lecture !!!) J’étais là, tranquille à lire le billet de Somaja quand j’ai vu mon nom pour la LC…! Imgine ma surprise ! c’est la mer glacée, ça !!!! (affreuse !) Ou le début de la vieillerie….

    • Euh…je pencherais pour la deuxième version 🙂 car dans mon billet il y avait aussi TON NOM !!! Comme quoi tu lis bien les billets hein ? ça fait plaisir… 😉 Parce que c’est toi, tu es toute pardonnée bien sûr, la prochaine fois je t’enverrai un flacon de vitamines une semaine avant !

  10. Bon, devant tant d’enthousiasme (j’ai fait un petit tour sur quelques blogs littéraires), je me sens un peu seule… car j’ai bien aimé mais sans plus et me suis un peu ennuyée. Asphodèle si tu veux bien, je mets un lien dans mon billet vers ta chronique qui recense de nombreux avis en plus du tien… 🙂

    • Bonjour et bienvenue ! Tu peux prendre mon lien et celui de Somaja, les 3 autres nous ont lâchement abandonnées ! Seule, Anne (des Mots et des notes) devrait le chroniquer prochainement. Je vais aller voir ce que tu en as pensé, c’était si ennuyeux ? Perso, il m’a bien tenue en haleine malgré le froid… 🙂

  11. Ping : Les chaussures italiennes, de Henning Mankell « Littérature et chocolat

  12. Je pense que mes lectures sont influencées par ce que j’ai lu juste avant. Si j’ai eu un gros coup de cœur, il est plus difficile de me plonger dans un nouveau roman, vierge de l’enthousiasme que je viens de ressentir…. et je fais certainement des comparaisons inconscientes! 😉 Mais ça reste un roman que je recommande, bien écrit, avec beaucoup d’humour.
    Je vais aller vérifier mes liens!
    Très belle journée !

    • C’est pareil pour moi, la dernière lecture m’influence, or avec Djebel j’ai eu un gros coup de chaud et de coeur ! Mankell est bien passé même s’il m’a semblé plus fade, évidemment ! Bonne journée à toi également ! 🙂

  13. Je crois que j’ai justement lu ce livre au bon moment pour ma part, après une période de vide. Je vais aller lire ton billet sur Djebel dis donc !!! (pas eu le temps de faire le tour de ton blog encore tu t’en doutes !)

    • C’est ça aussi les livres : le moment où ils arrivent ! Après Djebel qui m’a retournée (mais bon j’ai une histoire avec cette guerre), Mankell m’a paru un peu fade certes mais je ne l’ai pas lâché, donc c’est un bon point pour moi ! Et prends ton temps, hein ? Septembre a été productif donc tu mets d’abord ton exam en priorité s’il te plaît ! Par contre je te mets en deuxième pour Estelle Nollet ! Tu vas voir, tu ne devrais pas le lâcher une fois commencé… Pour Djebel, s’il t’intéresse dis-le moi vite car c’est un LV de chez Cécile, il est chez Syl. en ce moment (qui n’est pas trop pressée de le lire) mais il peut finir sa route chez toi d’ici un mois !

  14. Ping : Les chaussures italiennes | Thé, lectures et macarons

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s