JEUDI POÉSIE avec Renée Vivien et « À la femme aimée » (poème découvert chez Martine jeudi dernier)


Logo du jeudi poésie pour présentation d'un poète.

Logo du jeudi poésie pour présentation d’un poète.

Pour ceux qui ne le sauraient pas encore, Martine, quand il n’y a pas jeudi poésie ici, nous propose sur son blog, de deviner le mot manquant d’un poème en nous donnant un ou deux indices (selon son bon vouloir) et inutile de vous dire que j’adore ce jeu qui allie mon amour de la poésie et mon goût du jeu, des défis en général. Jeudi dernier, je suis tombée sous le charme du poème de Renée Vivien qu’elle proposait, j’ai eu envie de le présenter à nouveau, le relire et l’illustrer… Et je vous parle un peu plus de Renée Vivien à la fin de ce billet.

Ont poétisé avec moi ce jeudi , les fidèles :

1 – Eléonore, de retour parmi nous,  nous propose le poème XXI  « L’âme en fleur » extrait des Contemplations de Victor Hugo.

2 – Soène se demande ce  « Que savent les hommes » de Philippe Muyl

3 – Jacou nous en en dit « Si peu mais quelques mots » de Alain Boudet.

4 – Modrone-Eeguab, qui a « l’âme en sylve » (sic) a retrouvé Châteaubriand dans « La Forêt »…
POUR EEGUAB : cliquez sur Modrone-Eeguab, le lien du billet est « verrouillé » (ne me demandez pas pourquoi, CB a de ces bizarreries …), aussi après 3 tentatives infructueuses, j’ai mis le lien vers le blog à « Modrone-Eeguab » !

5 – LilouSoleil, fidèle à Aragon avec « On chante en français ».

6 – Lylouanne qui va nous proposer un poème en adéquation avec sa « Ronde des masques »… à voir et à lire !

7 –  Martine s’est emmêlée la souris (sic) et nous propose La comptine de Grisette de Fernando Arrabal avec le mot manquant ! 😀

8 – Sandrion nous présente L’Espoir de  Pierre Gabriel.

 ***

À LA FEMME AIMÉE

a-vivien-femme-au-couchant

Lorsque tu vins, à pas réfléchis, dans la brume,
Le ciel mêlait aux ors le cristal et l’airain.
Ton corps se devinait, ondoiement incertain,
Plus souple que la vague et plus frais que l’écume.
Le soir d’été semblait un rêve oriental
De rose et de santal.a-vivien-femme-crepuscule-a-sa-fenetre

Je tremblais. De longs lys religieux et blêmes
Se mouraient dans tes mains, comme des cierges froids.
Leurs parfums expirants s’échappaient de tes doigts
En le souffle pâmé des angoisses suprêmes.a-vivien-envol-de-plumesDe tes clairs vêtements s’exhalaient tour à tour
L’agonie et l’amour.

a-vivien-femme-seule-au-jardi-peinture-edmund-dulac

Je sentis frissonner sur mes lèvres muettes
La douceur et l’effroi de ton premier baiser.a-vivien-lucien-levy-dhurmer-salome-1896Sous tes pas, j’entendis les lyres se briser
En criant vers le ciel l’ennui fier des poètes
Parmi des flots de sons languissamment décrus,
Blonde, tu m’apparus.a-vivien-lagonie-et-lamour-tableau-de-arnold-bocklin-pas-date-ni-titre
 Et l’esprit assoiffé d’éternel, d’impossible,
D’infini, je voulus moduler largement
Un hymne de magie et d’émerveillement.
a-vivien-mots-impossiblesMais la strophe monta bégayante et pénible,
Reflet naïf, écho puéril, vol heurté,
Vers ta Divinité.a-vivien-envol-oiseau

©Renée Vivien,  Extrait de « Études et préludes », son premier recueil paru en 1901.

SUR L’AUTEUREa-renee_vivien_1-vers-1905Renée Vivien, née Pauline Mary Tarn à Londres, le 11 juin 1877 est morte à 32 ans, le 18 novembre 1909 à Paris. Fille d’une d’américaine et d’un riche britannique, décédé l’année de ses 11 ans, elle sera toute sa vie (sauf à la fin) à l’abri du besoin. C’est une poétesse britannique de langue française. Surnommée la « Sapho 1900 » (clic pour lire pourquoi), elle mèna une vie hors « normes ».

Son argent lui permit de voyager au Japon, à Constantinople et à Mytilène (sur l’île de Lesbos en Grèce) où elle envisagea de se faire construire une maison. Passionnée et lesbienne, elle aura des amours tumultueuses et malheureuses. Elle aimera les violettes en souvenir de son premier amour d’enfance prénommée Violet… Alcoolique, droguée à la fin de sa vie, elle tenta de se suicider au laudanum, le corps recouvert de …violettes. Elle se rata mais elle en garda une fragilité et succomba quelques mois plus tard des suites d’une pneumopathie dûe à son alcoolisme, son anorexie (elle pesait à peine 30 kilos à sa mort) et son goût pour les drogues. Ce qui ne l’empêcha pas d’être très prolifique puisqu’elle écrivit 12 recueils de poésie comptant plus de 500 poèmes, 7 volumes en prose, une dizaine de romans écrits sous divers pseudos à l’époque : elle a longtemps signé R. Vivien, puis René Vivien avant d’ajouter le « e » à Renée…, des nouvelles et de nombreuses correspondances ainsi que deux ouvrages de traduction de poétesses grecques dont Sappho…. On en sait d’ailleurs plus sur sa fin de vie malheureuse grâce à son amie Colette dans « Le pur et l’impur » (1932). Mais aussi grâce à une  de ses maîtresses qu’elle avait congédiée à cause de ses infidélités mais qui l’aima jusqu’à sa mort, Nathalie Clifford Barney et qui écrivit un livre « Souvenirs indiscrets », paru en 1960. Sa tombe-chapelle (9ème division), proche de celle de Nathalie Barney (11ème division), au petit cimetière de Passy, est perpétuellement fleurie, preuve de l’intérêt que ses oeuvres suscitent encore…a-vivien-tombe-chapelle-a-passy

Advertisements

51 réflexions au sujet de « JEUDI POÉSIE avec Renée Vivien et « À la femme aimée » (poème découvert chez Martine jeudi dernier) »

    • Ma Tine, hier je ne me suis pas inquiétée, je sais qu’avec ton loupiot à la maison… Mais de là à ce que tu t’emmêles les pinceaux, arf ! 😆 Ce n’est pas grave, je vais avoir mon jeu préféré en sus !!! 😀

      • L’emmêlagement vient de ton idée de jeudi haïku… J’avais vaguement lu (très vaguement, d’ailleurs) que ce serait pour le 3 mars. Du coup j’ai compté à rebours, et vlan… ça l’a pas fait ! Mille excuses pour le désenmêlagement nécessaire à mon étourderie.
        Mais c’est pas les pinceaux que je me suis emmêlagés, ce sont les moustaches.
        MDR.
        Bisous ❤

        • Tine, non tu n’as pas de moustaches ??? 😆 Tu es pardonnée et sur-pardonnée, ça t’arrive tellement rarement mais je me demande quand même si ta mémoire va bien ? 😆 Arf ! Allez, bonne nuit, j’ai eu une longue journée aussi en même temps que je range les verres et la vaisselle des invités partis, je passe l’éponge ici aussi, allez zou et dodo !!! Gros bisous♥

  1. Agonie et amour, douceur et effroi, beaucoup de douloureuse beauté dans cette ode à l’aimée. Je connaissais très vaguement l’univers de Nathalie Barney. Merci Aspho et à ttds.

    • Claude, les amours abyssalement malheureuses sont quand même fréquentes chez les homosexuel(le)s (des deux côtés) ! Ce qui n’enlève rien au talent ! 😉 Je ne connais pas du tout Nathalie Barney, plus connue car également plus « mondaine » que Renée Vivien (d’après ce que j’ai lu)… Bises et à ttds♥

    • Sandrion, elle mérite d’être connue, il semble qu’elle ait toujours la cote, notamment chez les lesbiennes où là, elle est emblématique, le violet étant même devenu leur couleur de « ralliement » mais elle était plus que ça ! Son oeuvre, riche et volumineuse en témoigne ! Bisous ma Sandrionnette ! 😆

  2. Ben dis donc, c’est pas très moral, tout ça, Miss Aspho 🙄
    C’est un peu trop édulcoré à mon goût, je le dis tout cru, mais c’est bien de lire autre chose que Victor Hugo, hein 😈 enfin, bon pas Victor Huro, j’veux pas faire de peine à Eléonore, alors disons n’importe lequel autre grand classique qui revient régulièrement 😆
    Encore une super belle journée dans mon Rhône, c’est chouette
    Gros bisous
    P.S. tu dois avoir un souci avec ta boîte mel perso… regarde de plus près 😉

    • Dis donc Soène quand il s’agit de Verlaine, de Rimbaud et d’autres, trèèèès nombreux , poètes HOMMES et homosexuels, on n’en fait pas tout un plat hein, on crie au génie ! :mrgreen: Alors je me moque de savoir si c’était « moral » ou pas, je ne regarde que l’artiste ! Après, on aime ou pas ! 🙄 Mais je ne juge pas sur la mine môa ! 😆
      Ici il fait gris depuis ce week-end mais doux, mais je préfère frois et sec ! Profite de tes belles journées ! 😉
      P.S. : tu m’as écrit sur Yahoo ou Gmail ? Depuis que j’ai été piratée, il faut m’écrire sur Gmail, sur Yahoo, je ne lis pas toujours mes mails (pubs, Newsletters et autres presses)… Je vais « investiguer » !!! 😆

    • Soène : Jacou a du mal à me donner un « bon » lien du premier coup mais on arrive quand même chez elle, si tu étais descendue d’un cran, avec ta souris ou ton pad, tu aurais vu le titre du poème dans la colonne de droite, tu n’avais qu’à cliquer pour lire le poème : je trouve que tu ne fais pas beaucoup d’efforts certains jours !!! 😆 Soupir… Le bon lien est mis, tu n’as plus d’excuses ! 🙄

  3. C’est important de rappeler que ce n’est pas un crime d’aimer une femme quand on est une femme…Surtout par les temps qui courent où l’obscurantisme revient à grand galop…
    Merci pour ce beau poème, ma douce copine.
    Gros bisous célestes
    ¸¸.•*¨*• ☆

  4. Je l’ai découvert chez Martine et il m’avait troublé! Je n’avais pas vu qu’il s’agissait d’une femme, préoccupée que j’étais par l’effroi 😉😄.
    Que l’on aime homme ou femme, c’est de mon point de vue égal. Mais il faudrait que je me débarrasse de ces idées de genre dans le style de plume…Tu vois, lorsque je me dis que tel auteur masculin a une sensibilité féminine, ou inversement…Je me demande si ce prisme n’attente pas à la beauté du texte, et du coup à la hauteur de mes rêves.😂
    Gros bisous

    • Emilie, excuse ma réponse tardive mais j’ai eu du monde à l’apéro ET à manger, ce qui, après un jeudi poésie est une grosse dépense d’énergie pour la mamy que je suis !!! 😆 Je te comprends pour « l’effroi » car ce baiser à la fois tendre et plein d’effroi est saisissant et traduit bien ce que l’on ressent parfois (ou que l’on a pu ressentir 😉 ) (ahem)… Je n’avais pas remarqué que tu focalisais sur le « genre » ! Tu te serais arraché les cheveux en 1900 avec toutes les femmes qui étaient obligées d’écrire sous pseudo masculin pour être crédibles ET publiées (surtout)… Personnellement ça ne me gêne pas tant que ma sensibilité est touchée, même si je dois avouer que je suis plus souvent touchée (en sensibilité) par une femme alors qu’un homme me touche davantage pour le style mais peu importe c’est l’impression finale qui compte non ? Et puis quand on lit , au départ, il ne faut pas rêver « trop haut » pour ne pas être déçue et même être comblée au-delà des dits rêves de départ… Mais chacun fonctionne à l’instinct en ce domaine et ça peut se compliquer pour certains ! Bises ma belle♥ Tardives les bises mais chaleureuses ! 😉

      • En fin de compte, je m’en suis rendue compte il y a peu…On termine une première semaine de vacances, MC&T était en vacances aussi, donc j’ai pu lire. Et je me suis rendue compte qu’en lisant je pensais beaucoup à la personne qui avait écrit le bouquin…La question du genre se pose donc à un moment…Pourtant il me semble qu’il y a un an par exemple cela n’interférait pas dans mes lectures… C’est peut être selon la capacité du livre à m’extraire de la vraie vie? De toute façon, tu as raison. C’est l’impression finale qui compte…
        Gros bisous Asphodèle ❤❤❤

    • Claude, je pense que c’est CB qui gnognote, c’est la première fois que je vois un cadenas barré avant le lien Http:// 😦 🙄 Mais j’ai pesté, parce que 4 fois hein, ça !!! Mais pas après toi, tu t’en doutes ! Gros bisous et à ttds enfin dans plusieurs heures ce 24/02, il n’est que 0h12, je vais dormir, la journée a été trèèès longue !!! Bisous♥

  5. Coucou ! une découverte et un grand merci pour ce très beau partage. On apprend des tas de choses sur elle et dis moi c’est rock’n roll au possible, il y avait du kurt Cobain chez elle ou plutôt l’inverse 😉 quel talent, j’aime découvrir ces vies de poétesses qui brûlaient la vie par les quatre cent bouts.. drogue alcool, etc.. l’exact opposé de ce que je suis mais qui sait à cet époque j’aurais peut être fait pareil.. enfin mourir à 32 ans ne me fais pas vraiment rêver.. surtout que je fête mes 35 ans dans quelques jours loll de gros bisous pour toi et un plaisir intact celui de découvrir, de saisir ces moments de poésie grâce à toi !! 🙂 😉

    • Ho mais Fred tu sais les Kurt Cobain e autres n’ont rien inventé ! Les années 1900 et les années folles (jusqu’à la guerre 40 environ) ont été des années trèèès rock & roll et sulfureuses ! Avec de vrais artistes « maudits » dans la lignée des Vrlaine, Rimbaud et autres qui ont tenté des tas d’expériences (drogue, sexe mais pas encore rock !!! :lol:) Moi aussi, j’ai été bien sage à côté d’eux (et d’elles) mais leurs vies me fascinent, ils avaient tous un sens aigü de la liberté qui s’est bien perdu aujourd’hui, à une époque où nous nous auto-censurons sans même nous en rendre compte tellement la pensée « correcte » est devenue la norme ! 😉 Tu me diras quand tu fêtes tes 35 ans ? Quelle jeunesse ! Tu as raison, ce serait dommage de mourir d’une over-dose de cidre à ton âge !!! 😆 Bon je dis n’importe quoi, il est l’heure d’aller au lit ! Gros bisous 😉 😀 Mais je suis ravie de te faire découvrir d’autres faces de la poésie ! 😉

      • une over-dose de cidre mdrrr j’adorerais 😉 promis je vais faire attention surtout qu’on a un très bon cidre produit tout près d’ici 🙂 tu as tout à fait raison je trouve qu’on s’ennuie à notre époque ! où sont les Gainsbourg, Coluche, Jean Edern Hallier etc.. qui refaisaient le monde jusqu’à pas d’heure avec des excès de langage et autres qui sont impensables aujourd’hui et c’est bien triste. Je suis moi aussi attiré par les destinées tragiques et éphémères. Leur vie d’excès en tout genre où le « surmoi » se met en mode silencieux pas comme chez moi où il est très féroce loll mes excès c’est la gourmandise.. le nocciolatta à tartiner par exemple mais à ce rythme mes chances d’être « rock’n roll » s’amenuisent 😉 Encore un grand merci pour toutes ces belles choses que tu nous présentent ! Bisous bretons 😉 🙂

    • Merci Isa, pour mon décor…il changera encore au printemps mais ça fait du bien de changer, ça aére l’esprit je trouve ! Oui cette poétesse écrivait beaucoup pour ses maîtresses !!! 😆 Chacun son truc, comme on dirait maintenant ! 😆 Bises et à demain sur ton blog (j’ai un méga billet cuisine à taper et j’enlève juste mon tablier !!! Elle va me tuer la Cheffe !!! 😀 Bisous♥

  6. Coucou Aspho, 🙂
    En passant, je suis encore à Bordeaux pour l’instant 🙂
    Je me repose….
    Je lis, je lis et je lis.
    Quel beau poème qui touche ma sensibilité féminine. Ah ! les amours féminines j’adore ! C’est aussi compliqué qu’avec les hommes. 🙂 Cela génère des talents de romans et de poésies. Pourquoi j’aime ? Parce que c’est hors cadre, hors normes….. Dommage qu’elle soit morte aussi jeune et anorexique. Dieu sait ce qu’elle traînait derrière elle comme problèmes liés à son enfance. Il n’y a que dans ces sensibilités exacerbées qu’elles soient féminines ou masculines que la créativité prend autant de son élan. Celui du coeur et de bien d’autres sentiments. 🙂
    Bises à toi. Je ne t’oublie pas.
    ps : C’est joli chez toi, féminin et tout et tout……
    Gene-brindille

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s