La poésie du jeudi avec Jean Joubert.


chromo oiseau couronné ana-rosa(1) Amis de la poésie, bonjour ! (il fallait bien que je la fasse un jour celle-là). Je vous présente un poète découvert au hasard de mes vagabondages sur la Toile, j’ai rebondi de lien en lien le concernant, j’ai lu plusieurs de ses poésies, sa vie, son « oeuvre » avant de me décider. Ce n’est peut-être pas le plus beau, c’est celui qui a résonné le plus fort.. Poète et écrivain, Jean Joubert a écrit une oeuvre conséquente (Cf. fin du billet) . Je vous propose un poème, extrait de son recueil État d’urgence. Il a sorti ce recueil en 2008, à 80 ans, j’applaudis !

 Je remercie celles et celui qui ont poétisé avec moi aujourd’hui , je tiens à souligner la diversité des choix, des plus classiques aux contemporains et ça je touve vraiment extra que la poésie nous réunisse au travers des siècles :

1- Soène : Comment appeler son chat ? de T.S. Eliot.
2 – Monesille : L’Ecureuil de Maurice Carême
3 – Valentyne : Nous partirons de Nicolas Pavée.
4 –  Nadael : chanson Ton héritage de Benjamin Biolay.
5 – Mariejo64 : Sonnet 116 de William Shakespeare
6 – Modrone-Eeguab : Mon amante a les vertus de l’eau de Victor Segalen.
7 – Marie et Anne : Le corbeau d’Arthur Rimbaud.
8 – Sandrion : El Desdichado de Gérard de Nerval.
9 – Micmélo : Sonnet 12 – regrets de Joachim du Bellay.
10 –  ClaudiaLucia : Mon pays de Gilles Vigneault
11 – PatchCath : Joli Poème de Sainte-Beuve
11 – Dimdamdom59 :

Extrait du recueil ÉTAT D’URGENCE, partie « Fin de siècle », p.48.a Joubert main desserrer

Parfois surgit l’âpre désir
de desserrer les doigts, d’ouvrir
la main qui nous retient à l’arbre de lumière,
de lâcher prise.
Parfois dans l’âme prisonnière
monte l’appel des gouffres
et le très bas murmure
des voix défuntes dans la brume.a Joubert brume
Ce qui soudain occulte le soleil
est une main géante,
l’ombre d’une ombre
et d’un corps invisible.a joubert main cache le soleil imagée
On tomberait alors sans plus d’espoir d’une aile
vers des pays profonds,
des rives de silence
où des spectres aimés
tissent des gestes éternels.
Et là, le feu s’étant renié, on glisserait
dans la tendresse obscure de la terre.a Joubert tendresse obscure de la terre

Pourtant ce qui nous tient
est une main d’enfant,
un livre ouvert,
l’aurore d’une voix.a joubert livre ouvert aube voix

Jean Joubert ©Etat d’urgence – poèmes 1996-2008 – Edinter 2008.

Jean Joubert à la Comédie du livre en 2010.

Jean Joubert à la Comédie du livre en 2010.

Jean Joubert, né en 1928 à Châlette-sur-Loing (banlieue industrielle de Montargis) revendique une enfance heureuse entre ville et campagne, deux socles qui ont nourri son oeuvre et son imaginaire. Il a commencé à écrire des poèmes au collège. Parallèlement,  un oncle, sabotier (et anarchiste paraît-il) lui a donné le goût des livres en lui enseignant la politique. Prix Renaudot 1975 pour son roman « L’homme des sables, puis de l’Académie Mallarmé en 1978 pour « Les poèmes ». Poète inclassable et réfractaire aux « salons », il se définit comme « clandestin ».

Publicités

50 réflexions au sujet de « La poésie du jeudi avec Jean Joubert. »

    • Val, un poème fort je trouve, un poète et romancier qui a beaucoup écrit d’après ce que j’ai lu sur le web et je suis contente de trouver pour ces jeudis des auteurs différents de ce que j’ai déjà lu… 😉

  1. A moi aussi, il me plaît bien ce poète 😆
    « Inclassable » comme la catégorie de mon blog !
    Sauvage aussi, « antisocial » comme moi 😆
    Discret, plutôt que « clandestin » car il a été publié, lui 😉
    Bref, j’adore cette poésie et je ne doute jamais de la valeur de tes choix, Amie de la Poésie.
    Gros bisous

    • Spécial dédicace pour Soène…bisous!

      Tu bosses toute ta vie pour payer ta pierre tombale,
      Tu masques ton visage en lisant ton journal,
      Tu marches tel un robot dans les couloirs du metro,
      Les gens ne te touchent pas, il faut faire le premier pas,
      Tu voudrais dialoguer sans renvoyer la balle,
      Impossible d’avancer sans ton gilet pare-balle.
      Tu voudrais donner des yeux a la justice
      Impossible de violer cette femme pleine de vices.

      Antisocial, tu perds ton sang froid.
      Repense a toutes ces annees de service.
      Antisocial, bientot les annees de sevices,
      Enfin le temps perdu qu’on ne rattrape plus.

      Ecraser les gens est devenu ton passe-temps.
      En les eclaboussant, tu deviens genant.
      Dans ton desespoir, il reste un peu d’espoir
      Celui de voir les gens sans fard et moins batards.
      Mais cesse de faire le point, serre plutot les poings,
      Bouge de ta retraite, ta conduite est trop parfaite
      Releve la gueule, je suis la, t’es pas seul
      Ceux qui t’enviaient, aujourd’hui te jugeraient.

      Antisocial, antisocial, antisocial, antisocial

    • Dame de So’N Amie de la Poésie, oui ??? Avec « anti-social », toi ? morte de rire !!! 😆 Contente que ça te plaise, j’y passe du temps à éplucher quand je cherche un nouveau poète à vous présenter (nouveau pour moi en tout cas) ! Bises, je suis bien rentrée…sous le soleil et pas l’ombre d’un flocon ! Bouh !

  2. La main qui occulte, la main qui s’ouvre, la main qui prend,la main qui donne. Très beau poème. Je crois avoir lu L’homme des sables mais je n’en suis plus du tout certain. Bises encourageantes et à ttds.

    • Claude, je l’ai découvert ce poète mais si j’en crois sa page Wiki il a des heures de vol et a surtout beaucoup écrit ! J’aime beaucoup son ton ! 😉 Merci pour tes bises, je n’ai pas manqué de courage ! 😀 à ttds 🙂

    • Merci Gwen ! Quand on voit tout ce qu’il a écrit et sa notoriété (sauf la Vendée qui n’était pas connectée visiblement 😉 ) il n’est pas si clandestin que cela ! 🙂

  3. Etant donné le marasme ambiant, j’étais parti pour commander une paire de cordes (oui 2 car je ne suis pas adroit…) mais la fin est positive et belle.
    Tes photos sont géniales et celle de l’auteur inspire la bonté…

    • Mindounet, comment ça le marasme ambiant, nous n’avons pas tous la même ambiance, à croire ! 😆 Ne compte pas sur moi pour te ravitailler en cordes, non mais ça va pas la tête ??? 🙄 Tsss, je vais t’envoyer visiter un hôpital tout une après-midi, tu vas revenir gai comme un pinson et heureux d’être où tu es ! 😆
      Il a vraiment une « bonne tête » cet auteur ! Bisous.

    • Syl, bah oui même quand on ne le sait pas (surtout quand on ne le sait pas), on se raccroche toujours à quelque chose, c’est la force des poètes : dénicher des choses et en faire naître que nous ne voyions pas…

  4. Haha tu ne m’attendais plus hein, ben moi non plus mdr!!! Bon j’ai fait, mais si tu n’ajoutes pas mon lien je ne t’en voudrais pas promis juré 🙂
    Je ne sais ce que j’ai mais je crains n’avoir plus mes neurones dans le même sac lol!!! D’ailleurs j’ai divorcé de mon cerveau et voilà que j’ai perdu la garde des neurones 🙂
    Ca se voit non 😉

    Donc voici mon lien tu en fais ce que tu veux 🙂
    http://lecoindemapoesie.apln-blog.fr/2015/02/05/quel-etat-jerre/
    J’aime beaucoup ton choix et l’illustration qui l’entoure 😉
    Bisous Aspho.
    Domi.

    • Domi, je t’attendais encore moins que j’étais sur le départ (un RV repoussé d’une journée), mais j’ai eu le temps de mettre ton lien avant de partir ! Tu as demandé une pension j’espère, pour tes neurones ??? 😆
      Bises

  5. Ah quelle force il faut à une main d’enfant pour nous retenir ainsi, pendu à un souffle ! Beau poème très expressif, d’un auteur que je ne connaissais pas, j’aime bien découvrir.
    BIses

    • Monesille, moi aussi j’aime bien découvrir, soit en papier ou sur le web et il y a de quoi faire ! 😉 Quand ‘ai lu le palmarès de ce poète (et romancier), je me suis dit « mais comment se fait-ce que je ne le connaisse pas ? » ! Alors ceux qui n’ont rien publié… Bisous Madame Carême !!! 😆

    • Claudia j’ai trouvé cette fin simple criante de vérité ! La main d’un enfant, un livre ouvert, l’aurore d’une voix, ce sont des petits bonheurs de tous les jours ! 😉

  6. Je ne sais pas comment tu fais pour toujours faire correspondre le texte et les images aussi parfaitement. Tu choisis d’abord le texte ou les photos ?
    C’est vraiment magnifique…
    ¸¸.•*¨*• ☆

    • Merci Célestine ! J’aime ton enthousiasme ! 😆 Je choisis mes images quand j’ai choisi mon poème, il faut que le poème me suggère des images ! Pas l’inverse ! 😉

    • Merci RP, disons que j’aime bien trouver des images qui collent au plus juste de l’idée que je me fais du sens du poème ! Après, ce n’est que mon humble interprétation ! 😉

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s