LES PLUMES 35 – LES TEXTES EN COMPLICITÉ


écritoire vanishingintoclouds(3)Et voici les textes écrits avec Complicité ! Les vacances vous réussissent, vous êtes nombreux et j’en suis fort contente ! Par ordre d’arrivée des liens, je vous présente les 28 valeureux participants (moi incluse) :

Adrienne, Valentyne, Nunzi, Célestine, Janick, Mélanie, Mind The Gap, Violette Dame Mauve, PatchCath, Marie et Anne (les Sorcières), La Katiolaise, Jacou33, Carnets Paresseux, Isabel (Bienvenue !), Fred Mili alias JC alias Chooupi ! Cériat, Martine27, Martine de Littér’auteurs, Marlaguette,  Modrone-Eeguab, Sharon,  Evalire. Momo EDIT du 28.10 : le bon lien a été ajouté grâce à Eva !(, Eva (samedi matin). Coccinelle, DimDamDom (samedi après-midi). MarieJo (bienvenue), texte tardif déposé le 2 novembre, lien mis le 3 !!!

 Et mon texte ci-dessous :

 

VOILURESnavire brume hampshire

Et un jour, il s’en vont les bateaux
À marée haute, les fonds de cale emplis de souvenirs de terre, d’amours de femmes embrassées avec fougue. Pour qu’elles n’oublient pas ces baisers d’au-revoir quand ils seront allés et qu’il fera tard la nuit dans les grands lits froids aux draps givrés
d’absence
qui s’éternise…
Elles ont agité la main longtemps, un mouchoir de connivence tremblant dans l’air, là-bas sur les quais déjà brumeux de l’automne à venir. S’en sont retournées au logis d’un pas lent, comme celui de celles qui
montent à l’échafaud.
Elles savent que dans l’âtre, sous le feu qui s’éteint, c’est l’attente qu’elles vont attiser. Elles auront beau souffler sur les braises, raconter des histoires aux enfants pour passer le temps ensemble, remonter la couverture jusqu’aux yeux, elles savent
le corps qui se replie sur le désir,
la petite voix qui leur dit « pas avant six mois ma petite »… À vivre sans amants, on en oublie le frisson et les airs de guitare d’avant qu’ils soit partis, ces nomades insaisissables.

Elles guetteront le facteur qui sonne drelin drelin la cloche sur sa bicyclette
quand arrive une lettre au petit matin encore noir d’hiver,  quelques flocons de neige brûlant le bout de leurs doigts.
Alors elles sortent échevelées, en robe de nuit parfois, elles tendent leurs mains affolées vers l’enveloppe bariolée de timbres avec des noms exotiques dans le tampon qui fait un rond, souvent plusieurs
pour indiquer la ville d’expédition. Elles courent ouvrir le tiroir à secrets où s’entassent déjà d’autres missives. Éternelles confidentes du temps qui ne partage pas et où se trament les larmes à venir. Elles ne le savent pas encore.
Ils ne disent jamais grand-chose pourtant les Vincent, Gilles ou Gaétan qui sont partis aux antipodes, aux colonies ou plus loin quand ils ont la maison à payer.
Ils reviendront les poches pleines, des cadeaux dans les bras pour celles qui ont attendu et ne demandent jamais s’ils ont été fidèles…
Question taboue.
Réponse muette,
Détournée, nomade
pour ne pas mentir.
Les premiers voyages, quand ils en reviennent, ils parlent, ils parlent sans s’arrêter. Racontent des bêtises pour qu’elles rient aux éclats. Elles pourraient presque sentir, là tout proche, le goût des épices vanillées sur leur langue tant ils mettent de coeur à donner le moindre détail de ce
qu’ils ont vu, senti, aimé… Ils nacrent leurs récits de hauts faits hauturiers lors de tempêtes qu’ils ont bravées avec d’autres larrons, compagnons de fortuneEnfin, ils baissent la voix pour chanter les couleurs de la mer, cette rivale avec laquelle elles ne luttent plus.
Elles écoutent, rassurées par ces grands discours
envahis d’ailleurs,
un ailleurs qui ne leur a rien pris, qui a rendu leur homme
meilleur.
Elles ne voient pas,
pas encore,
cette eau bleue qui stagne en rebord de leurs yeux
derrière le regard franc…
Elles ne voient pas
Cet angle mort
où se glissent les mensonges
qu’ils taisent
pour ne pas qu’elles souffrent…

©Asphodèle

Les mots imposés étaient : regard, secret, main, larrons, tiroir, draps, couverture, partager, tramer (se), connivence, confident, bêtise, proche, rival, neige, empathie, ensemble, amants (au pluriel), nacrer, nomade, noir.

J’ai laissé empathie de côté, je ne suis pas arrivée à le placer « sereinement » !

 

 

Publicités

111 réflexions au sujet de « LES PLUMES 35 – LES TEXTES EN COMPLICITÉ »

  1. Bonjour miss Aspho 🙂
    Comme tu dis bien le tourment de ces femmes qui attendent le retour de leur amour 🙂 : L’absence qui s’éternise et le retour ambigu ….
    Bises

  2. « un ailleurs qui ne leur a rien pris, qui a rendu leur homme »
    Quel beau cadeau si j’ose dire.
    Ton texte est empli d’émotions, c’est banal de dire ça, mais vraiment comme tu as bien mis en résonance le depart des voilures et le nocturne trouble des femmes de marins. Somptueux (je pèse mes mots).
    A ttds.

  3. Hé Hé, tu retrouves ici l’un de tes thèmes de prédilection ! Le texte initial est magnifique et le résultat ici très bien aussi. J’aime beaucoup l’utilisation de  » nomade « . Je n’ai pas vu larrons dans ton texte, pourtant j’ai lu deux fois, il doit être vraiment bien intégré…ou désintégré.
    Ceci dit, la femme a le beau rôle car si cela se trouve, elle non plus n’attends pas sagement son homme de marin au port…:D.
    Bravo…tu es le boss !

    • Merci Mindounet !!! Oui la mer et ce qu’elle charrie reste mon domaine de prédilection, peut-être parce que j’ai entendu beaucoup d’histoires à ce sujet même s’il n’y a pas de marins dans la famille !!! 😉 Tu as raison, il y a des femmes de marins avec beaucoup moins de vertu mais à l’époque où la pilule n’existait pas, c’était trèèès dangereux !
      Sinon, ‘ai placé tous les mots sauf empathie ! 😉

  4. J’ai relu une troisième fois…faut-il que je t’aime hein?? J’ai trouve les larrons et des nomades aussi…
    C’est vrai que larrons( que j’ai viré) et empathie (que j’ai détourné) n’étaient pas très motivants enfin selon moi.

        • Justement Mindounet, c’était le piège à éviter des « larrons en foire », on ne connaît que ça ! 😉 Ha j’ai laissé un nomade en trop ? Je vais me relire (et pourtant j’ai lu, relu et relu ! Je n’y voyais plus rien d’ailleurs) !!! C’est vrai que tout ce nomadisme pour le sédentaire que tu es, a dû te donner le tournis !!! Bises

            • Oui mon Poussin ! Alzheimer me guettant, je pense que tu seras mon « alerte » ! 😆 En même temps, le jour où j’aurais oublié le règlement, ça sentira le roussi !!! 🙄

    • Choupi, merci ! Mais non, je n’ai jamais été femme de marin, je te rassure !!! Je ne retrouve plus les papiers de mon dernier divorce mais ce n’est pas grave, on ne me les demande jamais !!! 😆 Bisous.

  5. De sa magnifique plume,
    Asphodèle a encore joué.
    Des sentiments hors de la brume,
    s’extirpent, nus et magnifiés…

    Bises mon Asphodèle ! Et encore bravo !

  6. Encore un superbe texte tout en émotion. 😀 J’ai particulièrement adoré « les draps givrés d’absence » et « attiser l’attente ». 😀 Je trouve que ça résume assez bien le manque qu’ils ressentent. 😀 Ton histoire m’a touchée et m’a embarquée à son bord. 😀 Comme à ton habitude, tu sais raconter une tranche de vie avec beaucoup d’intensité. 😀
    Bises 😀

      • « j’ai pas vu de mer dans les autres textes » : en effet, et moi non plus…j’avais commencé par le tien, et avec le mien, ça faisait deux « mers » à zéro 🙂
        maintenant, on est tombé à 2/27…, c’est moins !

        • Ha ha, tu me fais rire !!!! 😀 Moi je prends l’ordre des liens pour ne pas faire de jaloux, donc je n’avais pas tout lu quand je t’ai dit ça mais je le sentais très fort !!! 😆

  7. Ah…la vertu des femmes de marins…magnifique, somptueux et terrible la petite phrase de la fin, l’au au bord des yeux..
    Mais enfin, tout le monde sait bien, monsieur Brun, que c’est dans la marine qu’il y a le plus de cocus…quarante!

  8. waouh! terrible…absence attente solitude mensonge…….heureusement pour compenser, il restait le postier …;-)
    beau texte mélancolique…
    bon maintenant promis …..je file relire le règlement 🙂
    je pourrais même le relire plusieurs fois, ça serait plus sûr! 😉 on ne sait jamais…..
    toutes mes excuses Asphodèle 🙂 , je m’entraine pour la prochaine fois 🙂

    • Momo !!! Merci c’est gentil ce que tu me dis ! J’ai un souci, TON LIEN NE MARCHE PAS DU TOUT !!! Et ton mail non plus apparemment ! 😦 Là on atterrit sur OB, pas du tout sur ton blog… Tu as de l’entraînement à faire ma pauvre ! 😆

    • Merci Livvy, je ne sais pas aujourd’hui (à notre époque) mais en des temps reculés la vie de ces femmes n’était pas vraiment drôle… Moi non plus je ne les ai jamais enviées !!! 😉

  9. Damned, avec ma freebox foudroyée, j’ai encore loupé les Plumes, grrrrr… En tout cas, ça me fait plaisir de te relire et de me laisser à nouveau emporter par tes mots, à la fois beaux et poignants, Aspho 🙂 Comme j’aime bien cette collecte, je vais la garder dans un coin pour continuer les aventures de ma Dame vampire Véra ^^

  10. Bonjour Asphodèle, très beau texte avec une mise en page originale, félicitations. Moi, c’est nacrer que je n’ai pas réussi à placer. Je te donne mon lien avec du retard (je n’ai publié mon texte que maintenant, en rentrant du travail) mais j’étais tellement contente de pouvoir reprendre après une longue absence que j’ai préféré le publier en retard que pas du tout ! Je ne suis pas trop sûre de sa qualité… Mais, en tout cas, bon weekend et à bientôt.
    http://laculturesepartage.over-blog.com/2014/10/les-plumes-thematiques-35-complicite.html

  11. Et voiloù, avec du retard voici ma participation!!! Suis vraiment désolée, mais les aléas de la vie ne nous permettent pas toujours de faire selon nos envies, mais aujourd’hui je me suis dit, au diable les ennuis 😉
    Publié à l’instant sous le titre : Quand la complicité cesse, l’amour s’évanouit!
    http://dimdamdom59.apln-blog.fr/2014/10/25/complicite-cesse-lamour-sevanouit/
    Je reviendrai plus tard pour lire les participations dont la tienne.
    Bisous Aspho.
    Domi.

  12. Beau récit qui m’a donné envie de partir en mer et de revenir avec mes sacoches pleines de trésors. Tu as raconté avec beaucoup de poesie la vie de ses femmes. Merci pour le voyage.

  13. Ton texte
    tout en pudeur
    et profondeur
    me donne prétexte
    à appeler
    Albane Gellé :

    « Tenir la mer bâbord tribord de plein fouet les deux côtés de l’horizon font plusieurs vagues dans le ventre terres disparues bateau huis clos entre des hommes sans leurs mères vigilants seuls pas consolés de dos debout ».

    Si je suis de ce monde – Albanne Gellé – Cheyne Éditeur – 2012

  14. Oh quel beau texte Aspho, en plus moi les femmes de marins tout de suite, ça me fait quelque chose…(l’attente, l’infidélité, la brutalité aussi…) bref bravo!

  15. Joli texte Aspho, plein d’empathie parce que tu réussis pourtant bien à nous faire ressentir les émotions de ces quelques unes et arriver à nous mettre à la place de ces femmes et leurs marins.

    • Sharon merci ! je ne suis pas bretonne pourtant mais ayant eu une partie de ma famille issue de La Rochelle qui était aussi un port, j’ai entendu beaucoup d’histoires ! J’ai lu Pêcheur d’Islande il y a un siècle !!! 😆

  16. Chalut !
    Ce que Sharon ne te dira pas, c’est qu’elle a le mal de mer rien qu’en lisant des textes sur la mer et les marins – et moi aussi.
    Je crois que je vais retourner faire ma sieste.

    • Hi hi Nunzi, je ne savais pas pour le mal de mer, zut alors de vous avoir infligé cette lecture !!! 😦 J’ai grandi entre deux avions ou deux bateaux, j’ai donc été vaccinée très vite et n’ai jamais eu le mal d’aucun transport (heureusement) !!!

  17. Ton texte est magnifique, je me suis plu à le lire tout en ayant une pensée émue pour ces femmes délaissées pendant de si longs mois!!! Heureusement que de nos jours nous avons Facebook, Meetic etc… pour tuer l’ennui et combler le vide 🙂

    Haha toujours le mot pour rire la Domi hein 🙂
    Bisous Aspho, je vais essayer d’entamer mon tour mais ce n’est pas gagner pour l’heure;)
    Domi.

    • Coucou Eva, quelle tête de linotte cette Momo, elle n’est pas repassée et moi hier j’étais « bloquée », pas accès à l’ordi une partie de la journée, je l’ajoute, merci merci !!! 😉

  18. Et voilà j’ai tout lu, et comme j’étais très en retard pour apporter ici mon lien, je me suis vendue poil ….. oh mais non ça ne se dit pas 🙂
    Merci Aspho d’avoir dispatché tous ces liens, je sais par expérience que c’est un sacré boulot et par respect pour toi je m’engage chaque fois à lire et commenter tous les participants (ou presque 😉
    Par contre dans deux semaines je prends des vacances, je ne suis pas sûre de participer sauf si j’ai une bonne connexion 🙂
    Bisous Aspho.
    Domi.

    • Bonjour Ghislaine,
      Je suis contente de te revoir, la disparue corps et biens !!! 😆 Le règlement n’a pas changé, la collecte est toujours le lundi et le texte pour le samedi ! Je ne le fais que tous les 15 jours car j’ai Poésie une semaine sur deux et c’est beaucoup de travail ! Les prochaines lundi, si ça t’intéresse ! Bises 😉

        • Anne, pour un voilier tout en voiles et sans moteur, je ne sais pas s’il faut un permis mais il faut savoir tirer des bords et avoir de bons muscles ! 😆 J’en referais bien moi aussi de la voile ! 😉 Tant qu’il fait beau on peut naviguer… ohé ohé !!! ^-^

          • S’il faut pas le permis, il faut certainement faire un stage afin de connaitre les règles de la navigation je pense. Et tant qu’à faire je ne voudrai pas d’un voilier genre barque, petit ma et petite voile, ni un voilier de 15 m de long. mais un moyen sympa… 😀

            • Anne, je suis d’accord avec toi, les trop gros voiliers demandent bien trop de monde pour le faire avancer et les petits…c’est plus risqué si la mer grossit ! On va jouer au Loto ! Bises et bonne soirée d’Halloween, rien que pour vous celle-là !!! 😀

  19. Je pense que les sentiments des femmes de nos baroudeurs modernes, ceux qui font par exemple « la route du rhum », ne doivent pas être bien différents de ceux des femmes de marins d’autrefois. Pour moi qui ai les pieds bien ancrés dans mon sol béarnais, près des montagnes, ce sera une angoisse trop grande. Est-ce qu’il est trop tard pour que je m’essaye à un petit texte avec les mots imposés ? Bisous à plus !

  20. MarieJo, dans l’absolu certainement mais il y a quand même des moyens de rester en contact (webcam, portables, mails) qui changent la donne, ce ne sont plus les attentes interminables d’une lettre où l’essentiel n’était pas souvent dit ! 😉 Si tu veux participer, tu es la bienvenue, demain je donne un nouveau thème et je collecte les mots que vous inspireront ce thème et je fais une récap à 20h, je mets aussi un lien vers le règlement pour les nouveaux, tout est expliqué ! 😀 Donc…les cartes sont entre tes mains ! 😉

    • MarieJo oui mais le 35ème est fini !!! lol ! Je rajouterai ton lien quand même mais je crains fort (à part moi) qu’il ne soit pas beaucoup lu ! As-tu été lire le règlement ? Sinon, aujourd’hui la collecte a commencé pour le 36ème thème, le texte est à faire pour samedi prochain mais il faut me laisser le lien vers ton texte avant vendredi soir 18h (20 h au plus tard, je ne fais pas nocturne 😆 ) !!! Certains publient avant mais j’apprécie quand tout le monde publie le samedi (la majorité), c’est plus convivial ! Merci !!! 😀

      • oh mon Dieu ! Je crois bien n’avoir rien compris à ce règlement que j’ai lu…mais après avoir joué 3 heures au tennis ! Mes méninges n’ont pas dû bien enregistré puisque j’ai mis un mot qui me faisait penser à FOLIE. 😀 Bon, va falloir t’habituer à mes étourderies, c’est ce qui me caractérisent le mieux ! 😀 Tant pis si je ne suis pas lue par tes amies, les miennes sont passées « me voir » ! J’ai participé juste pour le plaisir. Bisous

        • Mais tu as tout compris, il faut donner un mot que t’inspire le thème ! ce qui ne veut pas dire que ton texte devra porter sur la folie, après c’est libre ! Tant mieux pour ton texte, c’est déjà ça !!! 😉 Si tu es étourdie, il va falloir que tu te concentres un peu parce que moi, je le suis aussi (pas ma faute, des traitements me grillent les neurones) et je ne peux pas être derrière tout le monde comme je l’étais au début !:( C’est dommage mais vu le nombre de personnes à gérer, mieux vaut ne rien oublier !!! 😆
          Le règlement n’est pas compliqué, c’est surtout pour fixer des bases et qu’il n’y ait pas contestation ou chipotages stériles !

          • je vais aller RELIRE LE RÈGLEMENT ! Ne t’en fais pas pour les chipotages et les contestations, ce n’est pas mon style. Le sport avant tout, physique ou « intellectuel », même combat ! 😀

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s