LES PLUMES 50 – Résultats de la collecte pour « célébrité » – mars 2016

Logo Plumes aspho 4 ème tiré du tumblr vanishingintocloudsHo ho  ! Voilà un thème qui (en majorité) ne vous a pas inspiré que de la sympathie ! Et pour cause… Mais c’est aussi cela l’intérêt : « dégager » des mots qui sortent un peu de notre « zone de confort » habituelle ! J’espère que malgré mes yeux à demi fermés je n’en ai loupé aucun mais je sais que vous saurez me le rappeler si tel était le cas ! Voici les 22 mots (le dernier étant le mien) recueillis *:

Vedette, fragiliser, fortune, film, projecteur, fumé, paparazzi, fanfreluche, réputation, prétention, chanteur, oublier, local, gros, météorite, étoile, talent, chaleur, lumineux, diva,  barricader. EDIT DE 21h00 : j’ai oublié le « moi » de Mindounet ! C’est de sa faute, j’attendais qu’il me précise si c’était « moi », pronom personnel ou le nom commun ! Vous l’emploierez donc comme bon vous semble ! 😀 Et Merci Bizak d’avoir recompté … Allez, bonne nuit à tous, je crois qu’il est temps en ce qui me concerne ! 😥

  • *22 mots : vous pouvez donc en laisser un de côté (petits veinards !)

J’avais dit (mais c’était il y a un certain nombre d’heures) que je ne ferai pas de 20 heures vu mon état apocalyptique et puis, devant l’insistance de certaines (qui m’ont même envoyé des GIF par mail pour me soutenir), je ne pouvais pas me défiler. Alors cela risque d’être à l’image de ma « mollitude » du jour . Ce matin, pour…Plumes quand j'essaie de suivre un lundi matin avec la tête dans le gaz !…arriver jusqu’au blog, ce fut terrible ! J’ai même dû…plumes quand je me suis levée ce matin après deux jours échevelés !…éviter les miroirs… ! Heureusement…plumes quand Monesille ne peut pas s'empêcher de laisser un mot bien que débordée !la belle et fraîche Monesille, débordée au travail… m’a envoyé deux mails pleins de bisous ! Faut pas croire…elle…
..plumes quand monesille qui n'a pas le temps essaie de cliquer sur mon blog pour me laisser un comm sans être vue de son patron !

 

 

 

 

 

…SE BAT pour taper un mot en faisant peur à son patron, elle doit être DRH pour avoir autant de ressources en elle ! Et puis, sur ce, telle une star overlookée est arrivée…plumes quand émilie malgré ses lunettes ne peut pas prendre son bain de soleil !     Emilie ! Haaa Emilie !…. Que serions-nous sans ses états d’âme ! Elle avait mis ses lunettes pour son fameux bain de soleil (CLIC pour lire) mais cherchait encore ses enfants…qui…

…en faitplumes émilie quand ses enfants vont se cacher loin d'elle !…en fait (bis) ont eu la trouille et sont partis se cacher loin d’elle ! Du coup, l’oeil cerné, le mascara coulant comme du camembert, ravagée de chagrin…a émilie qui cherche l'inspiration !…elle a fini son poème pour le 31 mars et commencé son texte pour samedi ! Alleluia ! Et puis, en passant…qui vois-je ? Une revenante !gif betty boop quand lylou me fait la danse du ventreLilouSoleil, de retour du Maroc qui (croyais-je) faisait une danse du ventre ! Comme là-bas dis ! Que nenni…puisqu’elle…plumes quand Lilousoleil en forme me dit qu'elle est au régime j'ai peur !m’a dit être au régime, quelle tristesse ! C’était bien la peine de faire des réserves ! Là encore,surprise, autre revenante, DimDamDom, vous vous rappelez ? Quand…domi figée face à l'écran…elle a fait son burn-out « internet », elle ne pouvait plus voir un écran ! Ça c’était avant, là, elle remonte la pente…et…domi s'est mise au sport !…s’est mise au sport, ça va mieux ! Mais n’oublions pas Soène qui…bien que très peu présente…Plumes quand Mindounet rentre chez lui après un week-end avec une fille complètement naze !Vous pensiez qu’elle s’était mise au yoga ? Tsss, elle a …plumes quand Soène remet JP du Var en place !…encore maltraité ce pauvre JP du Var qui avait laissé sont mot en minuscules et n’a pas fait de texte samedi alors qu’il est nouveau…plumes quand Soène se demande comment elle va punir jean pierre du var !Elle a même tenté la torture chinoise ! Mais j’ai mis le holà… et en sortant (pour ma pause déjeuner) qui je croise ?plumes quand Val se fait un film vacances anticipées !Val, notre Jument Verte, tellement verte cette année que son patron l’a mise en vacances anticipées (matos inside)… et juste derrière elle… a Soène qui punit les mauvais élèves !…encore Soène qui jouait à un jeu bizarre avec ce pauvre Jean-Pierre… Va-t-on le revoir ? Sinon, Célestine… célestine en Picardie pour un duo avec edualc !…de retour de son atelier-guitare avec Edualc….a Célestine qui explique son mot !… l’oeil plus bleu-perçant que jamais après son séjour vivifiant dans les roseraies de Picardie a retrouvé sa pédagogie d’instit’ (inst’ un jour instit’ toujours) pour m’expliquer son choix de mot, en long, en large, en biais, en diagonale (j’arrête là, ce serait indécent)…Mais, attendez,  vous n’aviez quand même pas pas oublié cette pauvre Monesille, ma Dame Camomille… plumes quand Monesille est interdite de blogging par son patron !…séquestrée depuis ce matin par son patron (il a l’air gentil comme ça, c’est faux !)…du coup…plumes quand Soène me dit qu'elle ne va pas y arriver aujourd'hui !…elle a pété un câble et essaie de nous rejoindre ici, on t’a vue Monesille, j’envoie les secours (les pompiers de Paris et les Marins-Pompiers de Marseille ça ira ?) ! …Mais, Carnets Paresseux dit Le Dodo, alors là c’est grave !…a carnets quand il cherche à faire sortir son renard de l'assiette !Il erre sur une plage bahaméenne et réfléchit à la façon de faire sortir son renard de l’assiette (ICI, c’est trop bien !) !!! Voui… Avec ce qu’il a dans les mains, je crains la chute…de l’histoire… Et puis, soudainement (comme dans un rêve) j’ai vu (ou ai-je cauchemardé ?), méconnaissable en brune…a Emilie quand elle plonge direct dans l'anti cernes ! Emilie qui avait plongé sa tête directement dans l’anti-cernes ! Mais pire… non contente d’être brune…(donc choc potentiellement dangereux pour ses enfants)…plumes quand Emilie s'apprête à prendre un bain de soleil dès le lever alors qu'il neige encore !…regardez ce qu’elle amène quand ses enfants reviennent  ! et la trouvent dans cet état… Après un bain de soleil dans la neige ! Misère…Heureusement que a Mind le poussin de printemps est arrivé !…Mindounet alias Le Poussin, de retour de villégiature chez toi, chez moi, chez lui (je ne sais plus) avait mis le son en veilleuse (et sa tenue pascale) (jamais en retard l’animal) ! Parce que Syl...(depuis qu’elle regarde X-Files et me pond des billets en mars datés de février)…Plumes quand on attend le 20 h !…est partie chercher des copines (bizarres) pour le 20 h !!! Et elle attend…sagement…amoureusement lovée…a Syl et Mister B attendent le 20 heures !entre les papattes de son Mister B ! D’ailleurs j’ai aussi un Mister D. avec Martine, mon écriturbulente, qui attendent dans les froidures du Dauphiné…plumes quand syl et mister B attendent le 20 h depuis trop longtemps…ils vont pouvoir se mettre au chaud (même s’ils étaient bien couverts) ! D’ailleurs à propos de chaleur …chez Sharon et Nunzi, je sais pas comment vous le dire mais…ça continue…les malades ? Oui …mais, pas que…plumes quand Nunzi cherche Vitamine encore en train de batifoler ou chablis ! …Voici Vitamine surnommée « Chôchôde » en quête d’un mâle disponible… vu que…plumesPaprika, l’étalon de la Félinerie Normande est en catalepsie ! Mais bon, je ne vais pas tout vous dire…l’heure tourne et là c’est moi qui commence à…plumes moi ce soir après 96 heures de nuits courtes et une collecte !…fumer de partout, mes neurones se révoltent, alors c’est finiiii pour ce soir !plumes c'est fini je vous embrasseet comme tous les lundis soirs, je vous remercie, je vous embrasse et vous dis à samedi pour la lecture ! N’oubliez pas de m’envoyer votre LIEN vendredi soir, idéalement avant 18h ! Bonne semaine à tous !

 

LES PLUMES 50 – Collecte de Mars , eh oui…

Logo Plumes aspho 4 ème tiré du tumblr vanishingintocloudsBon, le calendrier ne tombe parfois pas au meilleur moment quand il faut intercaler Plumes et Poésie… Mais en plus, quand vous avez des amis qui viennent passer le week-end, qu’il est dimanche soir à table et que vous dites « mais au fait demain y’a Plumes » …!!! Je suis très fatiguée malgré l’excellent week-end que je viens de passer alors je vous demanderais d’être sage et ce  que vous inspire (ou pas) la

CÉLÉBRITÉ !

N’oubliez pas de laisser votre mot en MAJUSCULES et vous êtes priés d’aller lire le règlement, ICI,  si vous êtes nouveau ou si vous vous posez des questions ! 😀

Je vous souhaite un bon lundi !

La Faute-sur-Mer hier... Que la mer est loin quand un vent glacé de face vous coupe le souffle mais qu'est-ce que c'est bon !

La Faute-sur-Mer hier… Que la mer est loin quand un vent glacé de face vous coupe le souffle mais qu’est-ce que c’est bon !

LES PLUMES 49 – LES TEXTES DES PLUMES VAGABONDES !

 

Logo Plumes aspho 4 ème tiré du tumblr vanishingintoclouds

Nous partîmes à vingt dans ce vagabondage et arrivâmes à… 25 (moi incluse) ! Mais je ne compte pas les retardataires qui sauront se manifester ce matin…Par ordre d’arrivée des liens, des anciens et une nouvelle que je vous demande de chouchouter, c’est Lydia ! (Soène, je n’ai pas revu ton Jean-Pierre  😀 ). EDIT DE 19H53 : j’ai compté les retardataires dont vous trouverez les liens ci-dessous ! Je vous l’dis c’est pas une sinécure les Plumes ! 😀

Nunzi, Soène, Mind The Gap, Monesille, Jacou33, Lydia B. (Bienvenue à elle !^^), Carnets Paresseux dit Cow-boy Dodo pour la circonstance, Mijo64Marina Chili, PatchCath, Martine la Turbulente,Célestine, Anne de Louvain-la-Neuve, EmilieBerd, Martine27, Cériat, Isabelle (Les tribulations d’une lectrice), Claudialucia. Valentyne. Bizak. Ce matin samedi arrivent : La Licorne (bienvenue), Domicano et Eva. Et JoBougon à 19h53 qui s’en va danser le tango de la mort avec Anne DLLN , un régal ! Et Flipperine, mardi 1er mars !

Très peu (ou mal) inspirée cette semaine, j’ai fait un texte « soénien » (à partir d’une actualité pour ceux qui ne sauraient pas). Voici le lien de l’article de Rue89 sur Pavel Dourov qui m’a inspiré ce texte ! Je tiens à préciser que je ne connaissais absolument pas ce monsieur avant de lire cet article et c’est sa photo en Une ainsi que le premier paragraphe de l’article qui ont déclenché ce qui suit…avec les supputations fictives (ou réelles) que cela implique.

LA DIAGONALE DU FOUPavel Dourov millionnaire russe chelou

Il a fait des avions en papier son emblème jusqu’à pousser la coquetterie (ou le délire) à les porter en boutons de manchettes (en argent). Sur une chemise noire monacale. Comme le reste de sa tenue ou plutôt son uniforme puisqu’il ne s’habille, lis-je, qu’en noir. J’apprends qu’il boit une camomille !!! A ce stade (je manque de m’étrangler ), je remonte de quelques lignes sur mon écran jusqu’à la photo et je plonge dans son regard sombre, mystérieux. Une gueule d’ange pour celui qui ne boit ni thé, ni café, ni alcools, mange végétarien… Houlà (cet homme est dangereux) ! Où va-t-il donc pacager quand il veut s’amuser un peu ? Visiblement, et puisqu’il est le « cerveau » d’une messagerie Internet connue, il n’a pas le profil à baguenauder pour ne rien faire. Tout son temps doit être optimisé et ses flâneries lient sûrement l’utile à l’agréable. Je suppose. Je n’en sais rien. Mais s’il a été surnommé le Marc Zuckerberg russe c’est qu’il y a un potentiel…a Pavel Telegram la messagerie photo Rue89Ce qui m’a intéressé ? Son prénom… Pavel…un prénom de poète. Il est russe, beau, jeune (31 ans), riche et vit exilé depuis deux ans, exilé de force. L’argent l’indiffère mais il est blindé. Seule la liberté l’intéresse. Le sens qu’il prête à ce mot me fait tiquer (trop proche de libéralisme). Paria en Russie, il mène une vie d’errances qui le conduit de villes en villes, célèbres pour leur charme. Il a créé une messagerie au code inviolable (et sujet à polémiques) parce qu’il vient d’un monde où les conversations sont écoutées, où la liberté n’est qu’un miroir aux alouettes. a Pavel Durov à ParisAinsi dépeint, tu m’es presque sympathique même si tu n’es pas le genre d’homme qui m’aurait attiré à ton âge. Tu permets que je te tutoies Pavel ? Je modère mon enthousiasme quand je rencontre des hommes comme toi parce qu’il est difficile de deviner derrière quel nuage de fumée se dissimule la vérité. Et aussi je me méfie des hommes qui boivent de la camomille, comme des discours de presse, fussent-ils réputés sérieux. Ta vie actuelle est le fruit de circonstances malencontreuses mais je ne dirais pas malheureuses. Tu as le charme d’une libellule éphémère voletant au-dessus d’une prairie pestilentielle. Tu sais jeune homme, la solitude des cimes existe et ne rend pas l’homme meilleur, elle contribue à un certain vertige. Celui du pouvoir absolu . Tu mènes une vie libre en exil mais tu restes prisonnier de ton image. On sent bien que tu aimes garder le contrôle, tu évites tout ce qui pourrait te mettre en danger, je parierais que si une bombe ne t’explose pas à la figure, tu vivras plus que centenaire. Mais seul.a Pavel Durov 2

Sauf si… une forme de grâce venait à te toucher ! Pavel, si tu pouvais rejoindre tes frères qui se prénomment comme toi, les artistes, les poètes, les Kogan, Pacha, Krosnas et autre Tchelitchev… J’aimerais (cela restera un rêve pieux) que, derrière tout ce noir qui te nimbe d’un faux romantisme, se cache une lumière non virtuelle. Qu’elle éclaire l’autre versant de ton âme. Il n’y a pas que les chiffres, les codes, les algorithmes et l’adrénaline pour aider un homme à se sentir vivant. Tu découvrirais le sens du mot bohème et toute la chair contenue dans « liberté ».
Ton portrait renvoie l’image d’un être qui ignore l’amour et la poésie. Il y manque la tendresse d’une femme gironde qui ouvrirait ton cœur à la légèreté évanescente des nuages d’été. Pour t’agripper aux crinières des chevaux célestes dont tu rêves parfois. Ton exil alors aurait un goût de sel et d’algues fraîchement découvertes par la marée, on y entendrait un ressac pour donner à ton itinérance le rythme d’un cœur qui bat comme celui du sable quand l’écume des vagues l’embrase d’un simple murmure…

Crédit photo : Pavel Durov/compte Instangram.

Crédit photo : Pavel Durov/compte Instagram.

Bon vent Pavel !

©Asphodèle – 27 février 2016
643 mots (signature et titre compris)

Les 20 mots à placer étaient : flânerie, pacager, liberté, baguenauder, circonstance, enthousiasme, prisonnier, errance, prairie, libellule, céleste, nuage, délire, rencontre, bohème, parie, alouette, gironde, évanescent, agripper.

Je les ai tous placés sauf « rencontre » que j’ai transformé en verbe, de toutes façons, la collecte manquait de verbes !

LES PLUMES 49 – Résultats de la collecte pour vagabondage !

Logo Plumes aspho 4 ème tiré du tumblr vanishingintocloudsLa cuvée de février est correcte ! Jute 20 mots, avec le mien, donc vous ne pourrez en enlever qu’un seul, ha ha ha, j’en entends déjà qui soupirent. À propos, nous allons mettre deux ou trois choses au clair et ceci est valable pour les anciens comme pour les nouveaux ! Puisque la majorité d’entre vous a une mémoire de poisson rouge et oublie le règlement d’un mois sur l’autre, il serait bien que vous le relisiez de temps à autre, au moins que vous vous souveniez des points élémentaires ! Hum ! Alors oui, on laisse son mot en lettres majuscules parce que quand il y a plus de cent commentaires, c’est plus pratique pour tout le monde de les visualiser !

Nous allons en reparler, en attendant, voici la liste :

Flânerie, pacager, liberté, baguenauder, circonstance, enthousiasme, prisonnier, errance, prairie, libellule, céleste, nuage, délire, rencontre, bohème, paria, alouette, gironde, évanescent, agripper.

J’ai rarement vu Soène aussi sereine, m’avouant même qu’elle avait fait sa sieste ! Soène ? Une sieste !!! Tout fout le camp…a soène qui promet d'être sage quand j'ai le dos tournéBref ! En attendant notre Monesille-Camomille, soi-disant burn-outée la semaine dernière… a drôlement bien récupéré….plumes nunzi quand elle est au bord du burn-out a drôlement bien récupéré (bis, sur l’air de un dos tres)….a Monesille qui compte les pointsQuand je suis arrivée dans mes commentaires …a aspho quand je vois un mot qui va faire hurler SoèneJ’ai compris que ma journée allait être terrible ! D’ailleurs j’ai exigé….gif plumes quand j'ai besoin de café en IVdu café en intra-veineuse et j’ai bien fait ! Parce que…entre…a émilie quand elle a noyé ses enfants ET fini son ménage !Emilie qui ne comprend qu’un mot sur deux (après avoir noyé ses enfants et terminé son repassage) (et partie en quête de « profondeur » mystérieuse »)… et son jumeau astral…a Mindounet quand il lit un mot compliqué !Mindounet…quand il a vu pacager…ce matin !…ou quand…a mind quand il explique les stats de son blog !il essaie de me démonter le règlement ! Mais notre Dodo (alias Carnets Paresseux), à ce sujet…(ci-dessous quand il fayote)…plumes le faillot de servicea plumes quand le Dodo réinvente l'histoire !rebondit (il a de la détente en stock) sur le sujet et veut garder TOUS les mots écrits en majuscules ! Rhaa, je sens…aspho, après une journée collecte j'essaie de garder mon calme en mangeant du chocolat !qu’après en avoir tué deux ou trois, je vais me venger sur le chocolat ! Mais ce n’est pas fini… Aujourd’hui TOUT LE MONDE (sauf 2) avait oublié le règlement…En fait j’ai eu l’impression devant ces regards vides…a alzheimer collectif2…d’assister à un Alzheimer collectif et …après un grand moment de solitude… Soène, toujours prête à aider, s’est mise…a Soène quand elle arrive pour taper !…à taper tout le monde ! Pour être réveillée…elle a même fait…a Soène quand elle découvre JP un nouvel homme aux plumes !du charme à un nouveau aux plumes, Jean-Pierre du Var ! Haaan…comment Monesille…monesille qui découvre les mots composés !s’est moqué d’elle, c’est moche les filles ! En attendant, Emilie  que l’on attend…a Emilie qui rentre enfin des profondeurs !Voilà comment elle est rentrée des ses « profondeurs », à l’heure où je mets sous presse, je n’en sais pas plus mais son mari a lancé un avis de recherche (aux voisins déjà)… Sinon, Célestine ? Ha vous ne saviez pas ? a Monesille le retour…nous avons vu ses jolies jambes et sa démarche chaloupée ce matin…en fait…a claude hi hi les pussycats dolls are back !elle est partie rejoindre Edualc à un atelier-guitare !… J’aurais bien d’autres potins à vous révéler… Plumes quand Soène passe à autre chose !vous savez que j’en sais sur tout le monde, avant-après…plumes quan untel mefait du chaermeperdu de vue, je vous laisse deviner qui c’est, moi-même je ne sais plus…mais j’ai mes amies Syl, Martine aussi et Somaja qui ….plumes syl et ses copines attendent le 20 heuresattendent le 20 heures et il est 58 ! Monesille, Emilie, Mindounet et Soène, vous m’avez épuisée aujourd’hui ! a sharon après une journée de collège !Alors  c’est finiii pour aujourd’hui, à samedi et bonne semaine à tous !plumes c'est fini je vous embrasseLes nominés punis sont  (par ordre alphabétique) : Anne de Louvain-la-Neuve, Brindille33, EmilieBerd, Flipperine, Mind The Gap et Pascal Bléval (ça en fait des Alzheimer non ?) : vous me copierez 100 fois : « je laisse mon mot en majuscules dans la collecte des Plumes » ! Bonne inspiration et à vos plumes !

LES PLUMES 49 – La collecte de février est arrivée !

Logo Plumes aspho 4 ème tiré du tumblr vanishingintocloudsBonjour amis plumitifs ! Frrrt frrrt ! Vous entendez ? Il y a de l’air dans les plumes en ce moment, les oiseaux ont commencé à se reproduire depuis la mi-février et ils font un bruit joyeux dans le jardin ! Leurs chants commencent de plus en plus tôt et je laisse mon esprit se perdre dans leurs cris. On sent une légèreté nouvelle…Tout ça (ouiiii) pour vous demander ce que vous inspire le mot :

VAGABONDAGEcrédit photos : Soène (quand elle est "en balade" !

©rédit photos : Soène (quand elle est « en balade » et « en rigolade »)

N’en profitez pas pour vous égailler dans tous les sens ! Vous avez jusqu’à 20 heures pour me laisser un mot en commentaires. Pour les nouveaux qui souhaiteraient participer, le règlement est ICI !

Heureuse de vous retrouver et bon lundi à tous ! 😉

N’OUBLIEZ PAS DE LAISSER VOTRE MOT EN MAJUSCULES ! Merci !

LES PLUMES 48 – LES TEXTES DE JANVIER 2016, selon l’humeur du jour…

Logo Plumes aspho 4 ème tiré du tumblr vanishingintoclouds

EDIT DE 21H44 LE 21/01/2016 : Notre chère Anne de Louvain-La-Neuve a écrit un superbe texte sans me laisser le lien, à l’occasion, si vous repassez par là, ne la manquez pas !

EDIT DE 11h le mardi 19/01/2016 : le texte de Mart. et pour ceux qui l’attendait, la suite de celui de La Plume et la Page. Ainsi que le BON lien de LilouSoleil qui a disparu depuis samedi dans un vortex avec un lien erroné…:mrgreen:

Ouf, La tempête s’est calmée depuis lundi, ici du moins, je sais que la neige est arrivée chez certains d’entre vous et j’en bave ! Pardon pour ceux qui la détestent (je pense à quelqu’un en particulier qui se reconnaîtra) mais elle m’a bien aidée (la neige pas celle qui ne l’aime pas) pour mon texte qui combine encore une fois le thème « blanc » de l’Agenda ironique qui se passe chez PatchCath ce mois-ci, et les mots imposés des Plumes. J’ai utilisé 23 mots de la liste retenue et 11 de la liste écartée !  Ce qui fait 33 mots en tout mais je ne bats pas notre Dodo national qui a utilisé 43 mots !

Les deux listes de mots, l’officielle et l’officieuse dans laquelle nous pouvions piocher, j’ai mis en rouge, les mots dont je ne me suis pas servie. Lire la suite

LES PLUMES 48 – résultat de la collecte de l’humeur d’un jour de janvier 2016 !

Logo Plumes aspho 4 ème tiré du tumblr vanishingintocloudsBon, hé bien je ne sais pas si c’est le temps, on dit que ça influe mais majoritairement vous étiez de bonne humeur ! Et surtout en plein ménage pour beaucoup !  Alors, il n’a pas été facile de choisir entre vos deux mots, pour certains oui, n’est-ce pas Thiébault ? Mais pour d’autres, j’ai failli faire « ams tram gram » !

A l’heure où je programme (je suis obligée d’éteindre ma Box), Soène ne m’a pas laissé ses mots ! Vilaine jusqu’au bout ! Tiens pas de 20 h mais je l’ai filmée à Noël en train de faire des animations… en Autriche ! Lire la suite

Calendrier 2016 (semestriel) des Plumes et des jeudis-poésie !

temps qui passe lune deviantart ineedchemicalx.deviantart comVous n’y croyiez plus ? Moi non plus, suspendue que je suis à une horloge implacable qui ne me laisse pas beaucoup souffler ! S’il est des bilans de fin d’année, bloguesques que l’on peut allègrement sauter sans mettre en péril un quelconque équilibre comptable, le calendrier, lui, impose de facto sa rigueur dès lors que nous avons des rendez-vous mensuels… Je parlais des Plumes et de la Poésie. Les seules rescapées de ce blog en perdition !  En regardant les dates (oui ça m’arrive), nous entrons dans la 6ème saison des Plumes et la 4ème pour la Poésie, aouche, le coup de vieux, là d’un coup !

a attal desireless en 80

2011 et « l’ébouriffade » propre aux premières fois…

a attal desireless today

2016…et la cruauté du temps qui passe ! PARDON Desireless, c’est tombé sur vous mais ce n’était pas méchant !

Je vais m’en remettre… difficilement mais je vais y travailler, si vous avez l’adresse d’un excellent psy (pas trop émotif) dans la région Pays de Loire n’hésitez pas me laisser ses coordonnées…a plumes colère pétage de plombsLes deux calendriers ne vont que jusqu’à fin juillet, on verra si en août, je « bouge », si j’ai de la famille, on s’adaptera… Commençons par la Poésie :

JANVIER : les 7 et 21 (oui c’est demain ouille !)
FÉVRIER : les 4 et 18 et comme c’est une année bissextile, je vous demanderai de réitérer l’expérience en écrivant un poème de votre cru pour la séance du 18 ! Pour ceux qui veulent bien sur… 😉
MARS :  les 3, 17 et 31.
AVRIL  LES 14 ET 28.
MAI : les 12 et 26
JUIN : les 9 et 23.
JUILLET : les 7 et 21.

Mais comme je sais qu’il y en a quelques-uns parmi vous qui aiment écrire, je vous laisse un sondage, à savoir si vous aimeriez écrire un poème de votre cru une fois sur deux, je noterai les résultats sur la Page dédiée, sous ce sondage. La Page est sous la bannière et j’en ai ouvert une autre pour 2016, le nombre de commentaires sur la précédente devenant rébarbatif quand il s’agit de laisser un message !delete gif ordi ana-rosa

MAINTENANT, le CALENDRIER DES PLUMES 2016 :Logo Plumes aspho 4 ème tiré du tumblr vanishingintoclouds

JANVIER :  lundi 11 janvier (collecte) – samedi 16 (textes)
FÉVRIER : lundi 22 février (collecte) – samedi 28 (textes)
MARS : lundi 7 mars (collecte) – samedi 12 (textes)
AVRIL : lundi 4 avril (collecte) – samedi 9 (textes)
MAI : lundi 2 mai (collecte) – samedi 7 (textes)
JUIN : lundi 13 juin (collecte – samedi 18 (textes)
JUILLET : lundi 11 juillet (collecte) – samedi 16 (textes).

LE SONDAGE POUR LA POÉSIE :

LES PLUMES 47 – Les textes nous font leur chabada !

Logo Plumes aspho 4 ème tiré du tumblr vanishingintocloudsJ’ai voulu coupler mon texte avec les consignes données par Monesille (ICI) qui détenait les clés de l’agenda ironique ce mois-ci, consignes  qui demandaient de faire parler un animal observant les humains fêter le bout de l’An (hi han) tout en essayant de percer le secret de l’herbe d’Or… Inutile de vous dire que j’ai eu du mal…et je vous ai ressorti Hortense et Marcel, mon couple « épistolaire ». Pour ceux qui seraient intéressés, deux lettres ICI ET LA, d’il y a bien longtemps…Je pense que ça ne sera pas pire que mon loong texte d’aujourd’hui ! Vous ne m’y reprendrez plus !

Les chats-badeurs de Noël sont arrivés comme les rois mages, un par un par trois (se sont multipliés) et par  ordre d’arrivée des liens, nous avons 26 participants (moi incluse):

Arieste-Aymeline (une revenante^^ !), Thiébault de Saint-Amand, Marina Chili (ex Violette Dame Mauve), DomicanoSoène, Ecri’Turbulente (Martine), Patchcath, Pascal Bléval, Jacou, Monesille, Carnets paresseux, EmilieBerd, Ghislaine53,Valentyne, Cériat, Modrone, Martine27, MarieJo64, Mart, Célestine, Nunzi. Bizak. Janickmm. Eva and family. Adrienne (en retard mais là !^^).

BATIFOLER DANS L’HERBE  D’OR ?a plage dunes herbes OléronDans la ville fantôme réanimée par les lumières de Noël, Hortense arpentait les rues tristes, croisait des gens frileux malgré la clémence exceptionnelle de ce printemps venu s’installer en hiver comme  dernier espoir d’une douceur de vivre en perdition et au grand dam des climatologues. Elle sortait d’un cinéma désert où se jouait un navet qui n’avait de nom que la comédie romantique qu’il prétendait être. Elle avait soigneusement englouti un paquet de guimauves pour être au diapason de l’histoire d’amour navrante  (et pour ne pas énerver les rares voisins en faisant crunch-crunch avec ses Smarties préférés). Est-ce ainsi que les hommes reprennent courage ? En avalant du mièvre à la louche pour colmater les béances de leurs vies ? Les classiques chansons de Noël  ne parvenaient pas à la consoler ou à l’habiter de cet « esprit de Noël » vanté aussi bien par les nouveaux troubadours que par les mousquetaires-vampires des grands-messes commerciales. La magie devait être ailleurs (comme la vérité). Pour éloigner ses névroses noëlliennes, il devait l’auréoler de grâce au plus vite. Ses éditrices, Monesille de Bas-Résille et Martine de Taurus Ailé attendaient son roman avant la fin du mois et elle n’avait toujours pas percé les secrets de l’herbe d’or, incontournable fil rouge du livre. Les deux dames, fort aimables au demeurant gardaient les sourcils arqués (et la bouche en cul-de-poule) dès qu’elle leur parlait d’inspiration en berne. À bon entendeur…

Appeler Marcel ou lui écrire ? C’était lui laisser penser qu’elle ranimait une liaison anecdotique et accidentogène qui ne lui disait rien qui vaille. Pourtant, ce  demeuré était capable de fulgurances propres à lui redonner souffle quand sa spasmophilie la faisait ressembler à un carpeau hors de l’eau.

Elle en était là de ses réflexions, les yeux rivés à une vitrine Natures & Recouvertes lorsqu’ un bourdonnement strident lui vrilla les tympans ! Une énorme abeille montait et descendait au-dessus de  sa main. Elle esquissa un mouvement de recul, ça pique ces bêtes là et réalisa qu’en décembre… une abeille ? Hein ? Mais que se passait-il. Elle marmonna pour elle même : « mais qu’est-ce qu’elle fait là l’abeille, la veille de Noël ? » et… hoooo…étaient-ce encore ses acouphènes, elle l’entendit zézayer :

– Ze fais l’animazion de zette boutique, ze dois donner envie de manzer du miel d’or aux pazzants pour leur faire dizérer leurs exzès dizproporzionnés » … Quoi ? Une abeille qui parle ! Hortense pensa immédiatement à un gadget en 3D concocté par la marque à la Pomme et fabriqué en Chine mais un mot tilta dans son esprit pas tout à fait éteint. Sans espérer obtenir de réponse (assez  proche du baragouinage) elle essaya malgré tout :

– Dis moi, pour obtenir ce miel d’or, tu  butines où ?

– Sur l’herbe d’or des prairies qui longent la mer, vous appelez ça des plages vous les humains .

– Mais il n’y a pas d’herbe sur les plages !!!

– Bzzz….C’est bien ce que je pensais. Va donc acheter un pot de miel et nous en reparlerons, si je suis encore là…

– Hey l’abeille, je te vois venir avec tes essuie-glaces de bagnard et ton balai de sorcière ! Tu ne vezounes plus en me parlant et maintenant tu me pousses à la consommation ? C’est quoi cette arnaque ?

– Que tu crois femme naïve qui vit dans le paraître et l’avoir, que tu crois ! Sais-tu seulement ce que c’est être et ne rien posséder ? Être riche de l’invisible ? Non bien sûr. Je t’en bouche un coin ? Alors ne me crois pas et laisse ce miel, d’autres sauront l’apprécier.

Hortense se dépêcha d’aller acheter un pot d’un kilo qu’on refusa de lui faire payer (cadeau exceptionnel de la maison), prit sa voiture et fila droit vers la mer, enfin droit… Arrivée sur la côte d’Opale, la bien nommée, elle ouvrit le pot et en avala deux cuillérées. Cette saveur fondante … Jamais elle n’avait goûté quelque chose d’aussi exceptionnel. Soudain le sable de la plage émit un long murmure et de fines tiges fragiles semblables au blé en herbe frémirent sous la brise océane. La mer grise de décembre virait au bleu et à l’horizon se profilaient des navires aux flancs lourds, les cales  pleines de rêves parfumés.

Elle reprit du miel et une envie folle de danser là, face à la mer, les pieds nus s’empara d’elle. Elle ne sentait que le sable, alors que l’herbe à présent était en fleurs, un tapis d’or ondulait à l’infini…

Elle ne le vit pas arriver, les bras ouverts il lui souriait et l’invitait à danser. « Marcel ! » « Mais comment… ?! » Il ne dit rien, l’enlaça tendrement et son baiser alluma trente-six chandelles dans son ventre. C’est alors que l’herbe disparut, une bise fraîche lui glaça le cou et les vagues s’écrasèrent méchamment sur la grève . L’herbe avait disparu. Elle se détacha de Marcel et aboya : « Mais qu’as-tu fait encore, tête de bouc ? »

– Tu ne croyais tout de même pas que j’allais te laisser manger ce miel toute seule. Je veux le fabriquer et devenir riche !

– Mais tu n’as rien compris, triple buse ?

– Compris quoi ? 

– Rien…tu ne comprendras jamais rien…Ce qui a de la valeur ne s’achète pas, ne se vend pas. Tu viens de ruiner ma magie de Noël, disparais avant que je ne t’étrangle et te donne en pâture aux poissons !

Elle retourna à sa voiture, remit le contact. L’éteignit. Elle vit des maisons au loin, derrière les dunes, les premières lumières s’allumaient. Et si elle restait ici terminer son livre ? Elle savait à présent qu’il existait des failles derrière les nuages du temps dans lesquelles il faisait bon se glisser et que le miel n’y était pour rien. A défaut d’esprit de Noël, elle avait trouvé l’illustration pour la couverture de son livre. Restait à trouver un peintre, ce ne serait pas Marcel !a abeilles fleur d'or©Asphodèle – 18 décembre 2015.

Les mots à placer étaient : espoir, guimauve, comédie, musique, plage, liaison, mièvre, baragouinage, égalité, classique, chanson, inspiration, essuie-glace (facultatif, balai, navet, roman, abracadabrantesque (facultatif), louche, amoureux, batifoler.

Les PLUMES (47) DE DÉCEMBRE font leur cinéma ! Collecte chabadabada !!

Logo Plumes aspho 4 ème tiré du tumblr vanishingintocloudsAprès un week-end chargé (à préparer depuis vendredi, à vivre, à voter, à cuisiner)( j’suis claquée), j’ai vraiment manqué de temps pour vous suivre régulièrement et je vous adresse mes plus plates excuses, je n’arrive pas à me dédoubler, y’à rien à faire ! En plus, je me suis engagée à participer à l’agenda Ironique, organisé par Monesille (allez-voir, c’est quelque chose !) ce mois-ci et comme les dates de publication se juxtaposent, le Dodo (alias notre cher Carnets paresseux) m’a suggéré de faire du shampoing (du deux en un). Soit ! Sauf que j’avais déjà choisi ce thème « cinématographique » pour vous inspirer les délires les plus fous, donc je sens que ça va être épique ! Nous n’avons peur de rien, je vous propose malgré tout ce « Chabadabada » plus ou moins inspiré de Claude Lelouch mais c’est le mot ou le cinéma « chabada » en général qui pourra vous inspirer ! C’est parti !

Vous avez jusqu’à 20 heures pour me laisser votre mot en commentaires et pour ceux qui ne connaîtraient pas encore l’intraitable règlement, c’est PAR ICI que ça se passe (à lire) !

Et un peu de musique (décalée, amateurs sur la vidéo, pas Nicole Croisille !), de souvenirs aussi pour certains avec ces images…pour nous faire démarrer la semaine d’un pas léger dans la pré-ambiance nowélienne de circonstance !

Je vous souhaite un bon lundi !

LES PLUMES 46 – résultats de la collecte pour « échapper »…

Logo Plumes aspho 4 ème tiré du tumblr vanishingintocloudsJe suis contente que vous ayez été nombreux à participer à cette collecte puisque nous avons 26 mots avec le mien qui est toujours le dernier de la liste. Contente aussi que vous n’en perdiez pas les mots, bien au contraire et vous allez me faire un beau texte avec votre coeur et vos tripes, mais surtout avec votre vocabulaire car comme l’a dit très justement une écrivaine qui passait à La Grande Librairie il y a quelques temps (Marie-Hélène Lafon pour ne pas la citer) : « des tripes, ça ne suffit pas pour faire un livre » ou quelque chose dans ce genre ! C’est pas faux… Vous pouvez donc ôter deux mots puisque nous dépassons les 25 mais comme ils ne sont pas très compliqués…

Voici la liste :

belle, gardien, lapin, destin, envolée, fermer, souffle, partage, quitter, s’abstraire, voyage, cavale, réchapper, chose, respirer, poète, nid, rêve, vie, doux, fugue, oiseau, imaginer, balles, poudre,  bercé.

Et demain je commence à poétiser avec Martine, allez voir ICI de quoi il retourne, jusqu’au 21, en mémoire des victimes des attentats. Merci à tous d’avoir rendu ce lundi gai malgré les circonstances, je vous souhaite une bonne semaine.écrit dans mes mains  déjà

LES PLUMES 46 – La collecte de novembre !

Logo Plumes aspho 4 ème tiré du tumblr vanishingintocloudsEn ce dernier jour de deuil national, alors que nous avons tous encore la tête plus ou moins à l’envers, j’ai hésité à faire ces Plumes. Et puis je me suis dit qu’écrire avait toujours été une forme de résistance , un baume consolateur aussi. Et parce que ç’aurait pu être vous ou moi à tomber sous les balles des terroristes, je vais vous demander ce que vous inspire :

ÉCHAPPER

Vous avez jusqu’à 20 heures pour me laisser votre mot en commentaires qui je le rappelle, ne sont pas une tribune politique. Je vous demanderais aujourd’hui de vous abstenir à ce sujet mais lâchez-vous, aimez-vous, faites du bruit, défoulez-vous sur tout ce qu’il reste (et il y a de quoi faire) !

Pour ceux qui découvriraient Les plumes, un petit tour par le règlement, ICI, est souhaitable !

Je vous souhaite un bon lundi et du courage plein les mimines !coquelicot esseulé mlle-yaya tumblr

LES PLUMES 44 – LES TEXTES DE MAI !

Logo Plumes aspho 4 ème tiré du tumblr vanishingintocloudsVous me pardonnerez la longueur de mon texte (qui ne dépasse cependant pas les 700 mots) mais j’ai eu du mal cette semaine. J’avais encore la tête à la poésie espagnole lue la semaine dernière dans le cadre du mois espagnol de Sharon, ce texte est né sous l’influence de ces lectures… Rien à voir mais vous m’avez laissé beaucoup de « liens courts » WP et souvent ils ne fonctionnent pas en programmation, n’hésitez pas à remettre votre « lien long  » en commentaires si tel était le cas ! Pas de panique non plus pour les matinaux qui me disent « le lien ne marche pas », c’est souvent que le billet n’est pas paru, je dois être une des rares à programmer pour 6 heures. Par ordre d’arrivée des liens ont participé, nombreux, vingt-six plumitifs que je remercie : 28 textes avec le mien car Pascal Bléval en a écrit deux… Lire la suite

LES PLUMES 44 – Résultats de la collecte pour « craquer » !

Logo Plumes aspho 4 ème tiré du tumblr vanishingintocloudsVingt-six mots ce soir, pfffiou, le « craquage » sous toutes ses coutures vous a inspiré ! Aussi, comme nous  sommes arrivés à la fin de l’alphabet, disons que je suis gentille et je vous épargne les w, x, y et z (c’est bien au Scrabble, dans un texte beaucoup moins), j’ai décidé de ne laisser qu’un mot, en rapport avec le thème.

Pas de 20 heures en gifs ce soir (désolée Soène, désolée Syl et ceux qui apprécient ce moment) mais je n’ai pas pu rester assise à vous chercher les gifs adéquats pour ce soir… Je crois que je vais enquêter sur les ordis qui ont une fonction vocale efficace (comme Siri sur l’iPhone), il y a des jours où ce serait drôlement pratique !

Voici la liste : tonnerre est mon mot. comme nous dépassons les 25 mots, vous pouvez en laisser deux de côté.

Feu, chocolat, pelote, courage, croquer, branche, pleurer, folie, logiciel, admiration, couture, s’évader, play-boy (ou playboy), abeille, clope, plaisir, raquer, tunes (ou thunes), caramel, articulations, céder, raccommoder, vernis, allumette, amour, courses (dans le sens de shopping),  tonnerre .

Je vous souhaite une bonne semaine, que l’inspiration vous vienne mais n’oubliez pas : écrire c’est 99% de travail avant tout (ce n’est pas moi qui l’ai dit) !^^

Les premières roses thé du jardin voisin (j'attends toujours les miennes !)

Les premières roses thé du jardin voisin (j’attends toujours les miennes !)

IMG_2900

LES PLUMES 44 – La collecte de mai, on fait ce qui nous plaît !

Logo Plumes aspho 4 ème tiré du tumblr vanishingintocloudsDernières Plumes avant…je ne sais pas encore, il est possible que je sois absente dès début juin comme plus tard, en tous cas je vous le dis maintenant, ce sera pour cinq semaines (arrrgh le Goulag) ! Je ne pars pas en vacances non plus ! Dès que les autorités de la Faculté qui me suit daigneront me donner des dates exactes, je vous informerai et nous verrons comment gérer cela au mieux.

Aujourd’hui, vous allez me dire ce que vous inspire le mot CRAQUER ! N’y voyez pas un message subliminal, mon moral n’est pas encore atteint !

Vous avez jusqu’à 20 heures pour laisser votre mot en commentaires, le nouveau règlement est ICI et pour les nouveaux qui souhaiteraient participer, je leur conseille de le consulter avant.

Bon lundi à tous après ce loooong week-end ensoleillé !

Les roses anciennes et odorantes ont refleuri au jardin de ma tante...

Les roses anciennes et odorantes ont refleuri au jardin de ma tante…

LES PLUMES 43 – Les textes du désir d’avril 2015 !

Logo Plumes aspho 4 ème tiré du tumblr vanishingintocloudsA vos agendas ! Pour des raisons indépendantes de ma volonté je serai absente en juin (dates pas encore fixées), pour 5 semaines et je ne sais pas encore dans quelle mesure je pourrai utiliser l’ordinateur. Aussi, à la demande générale (malgré une réfractaire), il y aura deux sessions de plumes en mai, grâce à une âme charitable (qui tient à garder l’anonymat) qui collectera vos liens, me permettant ainsi de m’occuper des jeudis poésie qui tombent les mêmes semaines. Collectes les 4 et 18 mai pour des textes les 9 et 23 mai ! Alors heureux ? !

 A 22 heures hier soir, j’avais les liens (plus ou moins) des 24 fauteurs de troubles suivants  ! Par ordre d’arrivée des liens (plus ou moins) . Et 5 de plus ce matin. :

Monesille, Ghislaine53, Val-Grenouille59, LilouSoleil, Melle La Démone, Thiébault de Saint-Amand, Soène, Jacou33Martine27, Modrone-Eeguab, Cériat, Pascal Bléval, Mélusine80, Les mots d’Isabelle, Astrid-Toinette, Réjanie, EmilieBerd, Fred Mili-Choupi, Carnets Paresseux. Bizak, Martine Littér’auteurs, Marlaguette, DimDamDom59, Célestine. Eva, Janick. PatchCath. Merquin. MarieJo64.

Mon texte fait suite à une série mettant en scène « Mademoiselle » et dont le premier texte a été écrit en mai 2011 pour Des mots, une histoire chez Olivia, d’autres ont suivi, , ici, ou encore . Le texte  d’aujourd’hui est une forme d’épilogue même si Mademoiselle n’a pas encore dit son dernier mot…puisqu’elle m’est revenue quatre ans après !

LE VENT AVAIT POUSSÉ MADEMOISELLE…a mademoiselle sur lande gardenofwhimsy bs frSe pouvait-il que la pente douce des jours glissât enfin entre les doigts fébriles des matins d’avril, eux qui se levaient tôt dans une débauche de ciels flamboyants et de parfums grisants exhalés par les lilas refleuris ? Se pouvait-il que les griffures des années passées qui avaient balafré ses questions sans y répondre aient pris un tramway pour ailleurs ? Lui permettant de savourer la gourmandise de l’instant quand l’espérance valse avec la brise légère, ramenant dans son sillage d’anciennes promesses perdues au large, à la proue d’un navire jamais revenu du Timor oriental, les cales chargées d’épices, d’or et de liqueurs ambrées.a cargo tempête

Mademoiselle savourait son chocolat au soleil, assise sur les marches en pierre qui descendaient au ruisseau plissé de rides facétieuses, comme celles qui flottaient à la surface de son esprit exalté. L’envie de se tapir entre les verveines odorantes, d’écrire sur ces quatre dernières années la tenaillait. Écrire l’attente de cet amour disparu et toujours présent, velléité lancinante pour donner sens à ses errances et justifier sa nouvelle existence. Écrire son allergie au bitume parisien, pire que des sables mouvants, le travail dur, l’argent gagné pour retourner dans ce hameau proche de la lande où vibrait encore dans la mémoire des bruyères et des ajoncs l’écho de son amour pour Julien, faisant naître dans le ciel des étoiles filantes éphémères, mourantes sous la lune, au cimetière marin des poussières invisibles.OLYMPUS DIGITAL CAMERAElle devait retourner là où tout avait commencé, se mesurer à l’endroit où se tenait autrefois la maison à la brocante aux fenêtres brisées aux verres ébréchés, royaume des courants d’air et terrain d’envol pour les oiseaux ; elle devait être rasée maintenant que la mère était morte . Écrire aussi l’autocensure accrochée à des pans de sa vie d’enfant, qui, en occultant le déplaisir avait maintenu l’espoir d’y revenir un jour, sans trembler. L’argent gagné à Paris n’avait pas allégé les fardeaux que la vieille femme lui avait infligés. L’odeur de la misère ne l’avait jamais quittée.a mademoiselle maison à la brocante.
Elle sourit en regardant sa petite Suzanne endormie, sa peluche coincée entre le pouce et la joue. Elle fit chauffer le lait chocolaté. Des volutes odorants s’échappèrent et réveillèrent la fillette qui s’assit d’un coup dans son lit. Elle se leva et se jeta au cou de sa mère, lâchant son doudou sur le carrelage.
« Mange toutes tes tartines Suzanne », dit Mademoiselle d’un ton sérieux, nous allons faire une longue promenade aujourd’hui…
– Où ça ?
– Sur la lande où j’ai grandi…
– Là où il y a ta vieille maison ?
– Oui, mais elle n’existe plus …
– Et tu me raconteras l’histoire du bateau qui n’est jamais revenu du très loin voyage à cause de la tempête ?
– Peut-être Suzie, peut-être…
Elles marchèrent longtemps en cueillant des fleurs sauvages mêlées aux bruyères. Mademoiselle sentait l’impatience de l’enfant au fur et à mesure qu’elles approchaient.
– Regarde maman, regarde c’est ta maison !a maison bretonne volets bleusMademoiselle écarquilla les yeux de surprise. Un homme jeune, le cheveu blondi par le soleil, la peau creusée de sel et de sillons précoces, se tenait sur le pas d’une coquette porte repeinte en bleue. Les mains en éventail devant les yeux, il se protégeait des rayons obliques du couchant. Quand il reconnut Mademoiselle, il se précipita à sa rencontre. Il plongea ses yeux clairs presque transparents dans ceux de Suzanne et ils lui renvoyèrent un miroir. Aucune question n’était nécessaire.

C’est alors qu’une étincelle courut entre les bruyères autour de la maison aux volets bleus, un feu follet célébrait les retrouvailles des amants séparés et sous ce feu illuminant les herbes, ils sentirent un désir intact courir dans leurs veines et sur leur peau.
– On m’avait dit que… murmura-t-il en l’embrassant et en les broyant toutes deux contre sa large poitrine, Suzanne déjà accrochée à son cou, inquiète et pourtant béate.
Chuuut, répondit Mademoiselle avant de lui donner un baiser pour y croire, juste y croire.
– Hé monsieur tu me fais mal !
– Ce n’est rien mon petit, ce n’est rien, c’est de l’amour qui se rattrape…

©Asphodèle – 25 avril 2015 – 683 mots.

Les 26 mots imposés étaient :  Allergie, velléité, brise, espérance, étincelle, écrire, déplaisir, censure, enfant, gourmandise, première, tramway, rides, éphémère, envie, amour, voyage, peluche, chocolat, pair (animal ou verbe), envol, baiser , attendre ou attente, vibrer, volutes, valser.

LES PLUMES 43 – Résultats de la collecte pour « désir ».

Logo Plumes aspho 4 ème tiré du tumblr vanishingintocloudsBeaucoup de bavardages pour nos retrouvailles mensuelles et 23 mots qui ont réussi à s’échapper, suivis de mes trois mots en V (je finis l’alphabet), ce qui fait 26, vous avez donc le droit d’en ôter DEUX :

Allergie, velléité, brise, espérance, étincelle, écrire, déplaisir, censure, enfant, gourmandise, première, tramway, rides, éphémère, envie, amour, voyage, peluche, chocolat, tapir (l’animal ou le verbe au choix), envol, baiser (dans le sens que vous voulez), attente, vibrer, volutes, valser.

EDIT DE 23 H 11 : j’avais oublié « attente« , le mot de Soène ! 😥 Soène ça t’apprendra à me laisser ton mot au dernier moment quand je suis dans le billet de 20h, la tête dans les gifs  !!!

EDIT DE 10H34 le mardi 21.04 : on me souffle dans l’oreillette, en fait c’est Soène qui me souffle dans les bronches que  son mot n’était pas « attente » mais « attendre », où avais-je la tête hier ?  Aussi, vu que la plupart a du relever la liste, vous pourrez utiliser soit l’un soit l’autre !

La collecte, c’est aussi l’occasion de papoter, on l’avait compris, et bien sûr, il y a toujours des râleuses, des pas contentes, la NUMBER ONE en tête qui a passé son temps à me dire de faire les Plumes tous les deux mois !!! J’ai nommé mais… Lire la suite

LES PLUMES 43 – LA COLLECTE D’AVRIL !

Logo Plumes aspho 4 ème tiré du tumblr vanishingintocloudsC’est reparti pour un tour de Plumes, visiblement certains  les attendaient avec impatience et pour tout vous dire, moi aussi, vous m’avez manqués ! Finalement c’est long un mois, je vais réfléchir…

Tout de suite, les résultats du sondage où je vous demandais quelle formule vous préfériez, tadadam, verdict !

Thème (classique) : 41,94 %
La phrase : 25,81 %
Pas d’avis : 16, 12 %
Autre chose: 16, 13 % (ceux qui ont cliqué sur « autre chose »  sont priés d’émettre des idées  (viables tant qu’à faire) dans la boîte du même nom ! 🙂 ).

Donc les urnes ont parlé même si ce n’est pas la majorité absolue, j’essaierai d’alterner thèmes et phrases en fonction de ma propre inspiration pour vous les trouver ! Aujourd’hui on repasse au thème classique…

Avec le retour du printemps qui a l’air de vouloir s’installer, je vais vous demander ce que vous inspire (dans tous les sens du terme s’il vous plaît) le mot DÉSIR. (Toute tentative pornographe sera refusée, merci de votre compréhension)…

Vous avez jusqu’à 20 heures pour laisser votre mot en commentaires. Pour les nouveaux qui souhaiteraient participer, je conseille d’aller lire le nouveau règlement avant, merci !

Quelques images cueillies pour vous hier !

IMG_2725

Cerisier en fleurs, à son paroxysme !

IMG_2734

Cerisier au petit matin, de loin vu de ma chambre.

Je vous souhaite un bon lundi  !

LES PLUMES 42 – LES TEXTES DE MARS 2015 !

Logo Plumes aspho 4 ème tiré du tumblr vanishingintocloudsScénario catastrophe pour ces Plumes puisque mon ordi m’a lâché jeudi, gentil réparateur est venu le chercher et depuis…silence ! J’ai pu finir ce billet sur un ordinateur de secours qui à tour de rôle : m’a fait le coup de la panne de Wifi (ce n’était qu’un bouton débranché), du plantage en série pour cause d’anti-virus trop puissant et enfin last but not least, le chargeur étant cassé à l’intérieur (c’est pour ça qu’il s’appelle « de secours »), je ne peux l’utiliser qu’avec modération. Je ne peux vous rendre visite pour le moment ni répondre à mes commentaires (une vraie punition) car la hantise de le voir se vider complètement sans pouvoir le recharger ne me quitte pas ! J’attends donc des nouvelles du réparateur avec impatience ! En cas de panne totale, mon amie Dame Syl. vous tiendra informés de la suite…

Ont participé par ordre d’arrivée des liens :

Nunzi, Soène, Thiébault de Saint-Amand, Marlaguette, Ghislaine53, Monesille, Grenouille59, Patchcath, Jacou33, Martine Littér’Auteurs, Biancat, Cériat, Valentyne, Astrid-Toinette, EmilieberdMartine27, Carnets paresseux, Jean_Charles, Claudialucia, Pascal Bléval, Lilousoleil, Eva, Mijo64. La Plume et la page. Dimdamdom59. Célestine. Bizak, L’Ornithorynque, Janick.

Les 22 mots à placer étaient :

Douceur, printemps, déserter, sommeil, chaleur, renaissance, air, bernard-l’hermite, édredon, paresse, plume, aile, volupté, insouciance, liberté, vaporeux, virevolter, cigogne, nuisette, ubac, univers, urgence.

Mon texte ci-dessous. Encore un semi-poème, je n’ai pas eu le temps de faire mieux…

L’HOMME QUI RÊVAIT DU PRINTEMPS…a loup solitaire

De tes victoires anciennes
De tes gloires païennes

Virevoltant dans la douceur
Des années enfuies,
Tu gardes dans ton sommeil
La chaleur des brûlures
Bien après que l’édredon se soit

Vidé de ses plumes,
Comme la coquille échouée
à marée basse
du bernard-l’hermite
Parti  ailleurs
Chercher une calebasse.

Alors, vieux loup solitaire,
Anar, libertaire,

Sans Dieu ni maître
Tu as l’air malin (tes bas tombant sur tes chaussettes)
Avec tes ailes repliées
Sur des lendemains  sans confettis.

Tu es assis avec paresse et insouciance
tes soeurs d’infortune,

Sur des volcans éteints…
Tu peux prendre ton air des grands soirs
Espérant apercevoir
Une cigogne majestueuse qui t’apporterait
En urgence
Un berceau  empli de promesses,
de renaissance

Désormais tu vis à l’ubac du temps,
Tu regardes l’Univers
Qui recueille les cendres
de ta liberté chimérique,
de tes rêves chafouins.
Ta bouche ne mord plus
Avec volupté
les poitrines des belles passantes
en nuisette vaporeuse,
Sitôt embrassées, sitôt oubliées…
Elles aussi ont déserté ta couche.

C’est que tu t’es perdu vieux loup !
À courir après un idéal
qui n’est jamais venu
ou qui s’est fait la malle
dès que tu croyais l’atteindre.
Tu en pleurerais mais comme l’a dit un poète :
« N’est-ce pas le chemin qui compte ? »…

Et soudain s’envole une hirondelle
« Ecoute écoute » me murmures-tu
en riant,
« C’est le printemps, il est revenu ! »
Je te regarde et je soupire :
« Oui c’est sûrement le chemin »…

 332 mots pour tout le billet – © Asphodèle – 13 mars 2015

LES PLUMES 41 – Les textes de février !

écritoire vanishingintoclouds(3)Nous allons savoir ce que vous ont inspiré les mots de février, après la collecte « difficile » ! Les 20 mots à placer étaient :  question, inattendu, merci, gâteau, méditer, souplesse, culot, surprise, hasard, décision, inspiration, trouver, hypocrite, goéland, bataille, réflexion, objectif, tourbillonner, turban, tison.

 Ont participé, par ordre d’arrivée des liens 24 courageux (moi comprise) : Eva, Martine Littér’auteurs, Ghislaine, Jacou, Valentyne, PatchCath, Monesille, EmilieBerd, Cériat, Nunzi, Sharon, Soène, Janick, Martine27, Val (grenouille^^), Modrone-Eeguab, Carnets Paresseux, Adrienne, Célestine, Mariejo64. Et Choupi-Jean-Charles-Fred Mili que j’avais OUBLIÉ (trop forte ! 😦 )… La Plume et la Page (ce matin 28.02). Pascal Bléval (samedi matin, également)

Une fois n’est pas coutume, j’ai écrit sous forme de poème, la rime n’y est pas toujours. Je demande votre indulgence…

 LES ESSEULÉESfemme a sa fenetre comtesseduchocolat - CopieDans les bras trop grands de l’attente
Glisse l’ inspiration des hasards ;
Ils consolent les absentes éplorées,
Les abandonnées,
Celles qui chantaient
Dans une autre vie
Les yeux étoilés de surprise.

Elles avancent aujourd’hui
Les cheveux de neige blanchis
Sous un turban de cendre grise.
Les mal-aimées,
Comme on dit
Amères ne pas avoir trouvé chaussure
À leur démesure.

Les lignes de fuite et les failles
Ont remplacé les batailles
Au lit de leurs amours
Où dansaient des flammes

Et s’entretenaient les tisons
Fichés dans leur coeur,
 Leurs corps ondulant de souplesse,
de tendresse,
 d’un bonheur
Donné en gage d’éternité.

Elles ne disent pas merci à l’inattendu
Venu briser la pendule qui égrène
leurs heures raisonnables.

Il ressemble au vide infini
Lourd d’inacceptable,
Quand les enfants sont partis,
Les maris enterrés
avec les dernières années
d’une retraite hypocrite
Passée à se sourire en biais
pour éviter la solitude,
Sans objectif à réaliser.
Sans rêve pour avancer.horloge & rail maya47000 tumblrSe souviennent des longs déjeuners
Passés en silence,
Remâchant lentement
Le gâteau rance
Du dimanche d’avant.

Elles éteignent leurs réflexions,
Hésitent à prendre des décisions
,
La mémoire en bulle de savon,
Ne posent plus de questions
Auxquelles seul le vent répond.

Elles méditent pour ne plus penser.

Elles finiront par trouver un compromis
Où accrocher
leurs jolis souvenirs
Ce qu’il en reste…
Un éclair passera,
Un rire ancien fuseraIMG_0456
Venu d’un passé
Où s’envolaient les goélands,
Les soirs d’été
dans les nuages

Quand elles tourbillonnaient
Sur les plages
Face aux vagues impétueuses

Le culot à marée haute,
Le baiser à fleur de lèvres
Dans les bras salés et impatients
D’un amour

Qui ne se rejouera plus…

©Asphodèle – 27 février 2015