Tobie des marais de Sylvie Germain


tobie des marais(1)Comment ai-je pu laisser dormir ce livre un an dans ma PAL ? Voilà ce que je me suis dit après la lecture de ce roman magique porté par l’écriture magnifique de Sylvie Germain. Un grand merci à ma pourvoyeuse Somaja qui tape toujours dans le mille …

Ce livre vient de loin, de la nuit des temps, comment en parler sans le défigurer, en lui prêtant un sens qu’il n’a peut-être pas, car il est comme dupliqué sur la véritable histoire du livre de Tobit, récit biblique retrouvé en 1947 avec les manuscrits de la Mer Morte. Mais ça je l’ai su après ma lecture en allant me renseigner sur l’auteure. Comme quoi, rien n’est figé ou imposé dans ce roman, chacun y met sa propre part de rêve…

J’y ai vu d’abord, au-delà de Tobie, cet enfant solitaire qui doit grandir en étant orphelin de mère dès l’âge de cinq ans, un parcours initiatique entre réalité, croyances chrétiennes légendes et conte philosophique. Autrement dit un livre dense et envoûtant.

« Celui-ci avait beau ne rien savoir, il percevait tout avec une acuité douloureuse; tout c’est-à-dire l’impossible, l’innommable : l’intrusion subite du malheur. » (p. 24). Tobie a cinq ans quand sa mère qui fait sa promenade à cheval sur un sentier du marais, meurt décapitée par une branche. Le fait de ne pas retrouver la tête immédiatement va plonger le père dans un chagrin mutique profond après qu’il ait fait une attaque cérébrale. C’est donc Déborah, l’arrière grand-mère de 93 ans qui va se charger de l’éducation de Tobie. Déborah qui a parcouru le siècle sans pouvoir enterrer  ses morts, d’exils en deuils, elle a su s’intégrer à la vie du Marais Poitevin,  une survivante magnifique qui a gardé la marque de sa religion même sans lieu de culte, simplement en reproduisant le souvenir des mélopées que son père chantait lors des shabbats. Elle s’est solidifiée dans les malheurs successifs tout en gardant une force insubmersible. « La voix du père et de l’enfance, la voix des shabats et des fêtes, le souffle même de l’homme en sa gloire de vivant, (…). C’était le coeur secret du monde qui battait dans la nuit, dans les flancs de Medjele, dans le sang de Deborah. (p.61).

Et puis, à la lisière de cette famille atypique et des personnages sédentaires, il y a des voyageurs, un peu comme des âmes venues guider ceux qui s’enfoncent dans le néant des chagrins insurmontables. Raphaël, ici en archange bien réel, pieds nus, libre, la tête pleine de vent et d’étoiles surgit quand Tobie va avoir besoin de lui, il va le guider vers sa destinée, le faire voyager au-delà du marais de son enfance.  » Chaque destin vaut une plume, et cependant est aussi lourd que le monde. Et, à tout instant, chaque destin peut basculer du côté de la légèreté, de la transparence ou de celui de la pesanteur et de l’opacité. » (p.241). Il va le guider vers Sarra, adolescente maudite, les sept garçons qui l’ont approchée ou embrassée sont morts foudroyés. Depuis, elle vit recluse dans la maison de  ses parents sur une falaise face à la mer et ne sort que la nuit pour ne pas exciter les convoitises masculines tant elle est belle. Tobie brisera-t-il cette malédiction pour connaître l’amour à son tour ? « Les dormeurs reposent front contre front, leurs profils sont en miroir, la clarté de l’un nimbe la face de l’autre, le sourire de l’un se reflète sur les lèvres de l’autre. » (p.238).

D’une écriture minérale, poétique et sensuelle, Sylvie Germain nous fait voyager dans le Marais Poitevin, puis sur l’estuaire de la Gironde comme dans un siècle intemporel, un siècle de lumière où l’homme est resté homme qui vient de naître et qui doit transmettre avant de s’épuiser à souffrir et à mourir.  En passant par la rédemption pour continuer… Un coup de coeur, vous l’aurez deviné…coeur chromo ana-rosa

Vous pouvez également lire les 44 avis parus sur Babélio !

Une participation supplémentaire au challenge de Lystig, Vivent nos régions pour le Marais Poitevin si cher à mon coeur…

Logo Lystig

Publicités

44 réflexions au sujet de « Tobie des marais de Sylvie Germain »

  1. Hello Miss Aspho,
    J’adore ton logo « coup de coeur » 😆
    Je reviendrai lire ton billet à tête reposée 🙄 le temps me presse déjà… y’a la grève 😥 ça va être encore l’horreur dans les transports… Et ça ne fait que commencer…
    En lisant le début de ton billet, une réflexion m’est venue ! Un livre réussi doit inviter le lecteur à se faire sa propre idée, à extrapoler… Le lecteur est libre de l’interprétation de sa lecture 😉
    A plus tard pour cette lecture et à tout à l’heure autrement ;lol:
    Bonne matinée et gros bisous d’O.

    • Coucou So’N, ha la joie des transports en commun quand il y a grève ! Cela dit aux infos ils disent que « ça se passe bien », que ce n’est pas « très suivi », je l’espère pour toi !
      En ce qui concerne ce livre, heureusement je n’ai lu qu’après le fait qu’il soit la version de l’auteur sur l’histoire biblique de Tobit, je suis partie dans mes rêves à moi, c’est un livre qui emporte, fait rêver, ouvre des portes… Sans parler de l’écriture qui est tout simplement magnifique !
      Bises♥

    • Me voilé collée-serrée à Edualc aujourd’hui 😆
      Je constate que Sir Edualc est l’heureux propriétaire d’une galerie. Point de « PAL » chez lui 😆
      Plus sérieusement, je dirai qu’à part le Marais poitevin, ce thème ne me tente guère. Mais puisque vous en parlez si bien de cette Sylvie Germain, j’y songerai et j’essaierai d’offrir une 2e vie à l’un de ses romans abandonnés au Foyer ou chez un bouquiniste !
      Si tu savais, Miss Aspho, que c’est devenu plus qu’un jeu pour moi, un plaisir, de découvrir au hasard un livre ou un auteur que vous dégustez avec tant de bonheur 😉
      A chacun ses plaisirs, hein 🙄
      N’oublie pas ton combiné 😉
      @ très vite
      Bisous de ma tour : le soleil brille contrairement à ce qu’avait annoncé la météo
      Quant au transport de ce matin, RAS, tout était comme d’habitude : bus bondé et parcours encombré mais pas de catastrophe ni crise de nerf !

      • So’N, collée-serrée à Edualc, ben c’est du propre !!! C’est un zouk ? 😆 Dans ce livre, il y aussi l’estuaire de la Gironde, avec les petits cabanons perchés sur la mer, c’est splendide ! Si tu trouves Le Livre des Nuits de cette auteure dans tes réseaux économiques, n’hésite pas, il paraît que c’est un de ses meilleurs livres !
        Le soleil brille ici aujourd’hui après le crachin d’hier et il fait bon ! Mon téléphone est prêt !!! 😀 Bises

  2. Ta chronique est très belle et il y a sur le papier beaucoup de choses qui me tentent…je le note aussi mais pas pour tout de suite. Je ne connaissais pas de tout cet auteur avant que tu m’en parles.

    • Mind, Lili me parle d’elle depuis pas mal de temps, Somaja m’a offert deux livres, il fallait juste attendre le bon moment, maintenant elle fait partie de mes auteurs chouchous…Et j’espère que tu la liras un jour…

  3. Rolala, j’ai un peu honte, il est dans ma PAL et toujours en attente… PLus pour longtemps au regard de cette très belle critique ^^ bises Asphodèle et merci pour ce coup de coeur matinal !

  4. L’ennui avec Sylvie Germain, c’est que je ne sais plus exactement ce que j’ai lu et ce que je n’ai pas lu (dans ses anciens titres). Tu me diras, je peux toujours relire, j’y verrai peut-être autre chose.

    • Aifelle, moi je découvre mais j’ai lu une ITW où on lui demandait quel était son livre préféré ; elle disait qu’elle avait peut-être déjà tout dit dans Le livre des nuits (son 1er)… Celui-ci a vraiment une empreinte particulière avec cette construction décalquée à partir du vrai Livre de Tobie, ce manuscrit pas tout à fait approuvé par l’Eglise, hormis pour l’existence de l’archange Raphaël. Mais tout ça on ne le sent pas à la lecture……

  5. Ma maman était fan de Sylvie Germain.J’ai donc une dizaine de romans d’elle à lire…Pourquoi est ce que je recule l’échéance quand je lis ton ravissement?
    Ton logo « coup de coeur  » est superbe.

    • Pyrausta, quelle chance tu as ! J’ai hâte de lire Le livre des Nuits ! Tente et si ça ne te plaît pas tu tentes un autre, tu en trouveras un pour toi ! bises Pyrausta ! 🙂

  6. Justement, je suis en pleine découverte de Sylvie Germain avec « Le livre des nuits » et, comme toi, je me demande comment j’ai pu tourner autour si longtemps !!! Cette auteure est magistrale ! Je note « Tobie » pour la suite ^^

    • Lili, il ne faut pas que je loupe ton billet sur Le livre des nuits, c’est mon prochain achat ça c’est sûr bien que j’aie Magnus encore dans ma PAL… Quel style ! 🙂

  7. Oui, je plussoie à anne7500, ça donne plus qu’envie de le lire ! 🙂 Fou le nombre de perles qui dorment dans nos PAL… Le temps nous manquerait-il pour les lire tous ou la volonté nous manquerait-elle pour arrêter d’en acheter ? That is the question…

    J’adore ton logo ! un rien que pour toi, un spécial Asphodèle… la claaaaassse !

    • Belette si un jour tu veux te changer des polars et autres homelseries, voilà une auteure talentueuse où le style ample et flamboyant donne toute la mesure à l’histoire ! J’adore faire des logos, je n’en fais pas que pour moi d’ailleurs, je veux bien t’en faire un mais je doute que mon petit coeur chromo soit ton style, je vais essayer de te trouver ça sur mes toumbeleurs favoris !!! 😀

  8. Et oui, elle fait un effet comme ça Sylvie Germain… Je suis toujours heureuse lorsque je lis quelqu’un qui est tombé sous le charme de son écriture ! Bonne soirée à toi !

  9. Ping : Conseils de lecture (15) Réalisme magique – Lettres exprès

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s