SI… Tu seras un homme mon fils, poème de Rudyard Kipling


Poème que j’ai dans ma bibliothèque depuis dix-neuf ans ans sous forme de livre-lettre des Nouvelles Éditions Tchou, illustré et très agréable à lire, relire ou feuilletter, mais je vous dis ce que j’en pense après… Paru en 1910 en Angleterre et traduit en 1918 par André Maurois sous le titre « Tu seras un homme mon fils ».

Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou, perdre d’un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir ;

Si tu peux être amant sans être fou d’amour,
Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre
Et, te sentant haï sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre ;

Si tu peux supporter d’entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d’entendre mentir sur toi leur bouche folle,
Sans mentir toi-même d’un seul mot ;

Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois
Et si tu peux aimer tous tes amis en frère
Sans qu’aucun d’eux soit tout pour toi ;

Si tu sais méditer, observer et connaître
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur ;
Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,
Penser sans n’être qu’un penseur ;

Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais imprudent,
Si tu sais être bon, si tu sais être sage
Sans être moral ni pédant ;

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite
Et recevoir ces deux menteurs d’un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête
Quand tous les autres les perdront,

Alors, les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
Seront à tout jamais tes esclaves soumis
Et, ce qui vaut mieux que les Rois et la Gloire,

                            Tu seras un Homme, mon fils.

Ce poème, le plus connu de Rudyard Kipling n’en est que plus émouvant quand on sait qu’il l’a écrit pour son fils unique John, alors âgé de douze ans, en 1910 et que ce dernier périra en 1915 à sa première bataille lors de la guerre 1914-18, âgé d’à peine dix-sept ans. Drame culpabilisant pour l’auteur qui l’avait un peu « poussé » dans ce choix militaire alors qu’il avait été réformé pour cause de myopie.

Si cette image « parfaite » de ce que doit être un homme dans son humanité toute entière, dans la ferveur de son être, il est certainement un des plus beaux poèmes du genre et l’écho qu’il laisse en chacun de nous, la résonance aussi, ne peuvent être que personnels malgré l’universalité du propos. N’oublions pas ce « Si », ce conditionnel de départ  nous rappelle que nous sommes faillibles et à jamais en quête d’une perfection à la hauteur de l’image que nous avons de la dignité de l’homme, de l’humilité posée pour nous permettre l’ouverture à l’autre comme apprentissage de la nature humaine mais aussi en gardant ma maîtrise et l’estime de soi. Et si être un homme accompli, adulte devait en passer par là pour acquérir, digérer ces valeurs en les appliquant à son propre chemin d’existence ? En faisant de la « pensée » un vecteur d’accomplissement et d’évolution au lieu de sotte rhétorique ? Tout en restant vrai, honnête et sincère pour mieux y parvenir… Sans pour cela tomber dans la crédulité aveugle et niaise, la flatterie,  la compassion pour soi-même à chaque obstacle dont notre chemin est jalonné. Mais ce poème reste pour moi une déclaration d’amour paternel (ou maternel) que l’on peut faire à son enfant de dix ans en espérant qu’il concrétise un jour tous ces espoirs et cette grandeur que nous avions placés en lui… Il nous faut, en temps que parents, la patience d’une vie pour le savoir ! Et parfois…de l’abnégation…

Pour en savoir plus sur Rudyard  Kipling dont la vie est souvent étroitement liée à son oeuvre, c’est ICI et Kipling et à droite sur cette photo.

Ma première participation au Challenge victorien d’Aymeline !

About these ads
Ce contenu a été publié dans Challenge Victorien d'Aymeline-Arieste, Littérature anglaise, poésie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

73 réponses à SI… Tu seras un homme mon fils, poème de Rudyard Kipling

  1. Syl. dit :

    Sans jamais l’avoir appris, je l’ai dans ma mémoire, bien ancré. C’est beau.

    • Asphodèle dit :

      C’est un merveilleux poème même s’il place la barre un peu haut… D’ailleurs, il en a payé le prix fort avec son propre fils… Mais si on ne place pas la barre haut, on ne va jamais bien loin ! Dans l’amour, la connaissance de soi et des autres bien sûr, l’ambition parfois n’est que vanité ! A offrir à ses fils quand on en a… ;)

    • Menasria dit :

      je viens de le lire avec ma fille ,tout en lui expliquant les mots cles de ce poeme intemporel.et je me suis dis :et si des hommes comme Rudyard etaient de nos jours ,le paradisne serait plus promesse.

    • LACROIX dit :

      Superbe poème, mais voilà que Kipling lors du massacre d’Amritsar le 13 Avril 1919 ne fait aucun commentaire, il ne s’insurge pas. Au contraire il donne au Général DYER. Se serait-il caché derrière son « if » c’est triste après avoir lu ce poème. Ils ne font pas taire Hitler; ils ne font pas taire Staline; ils ne font pas taire Pinochet…mais ils font des « Pater Noster »

      • Asphodèle dit :

        Bonjour LACROIX, je vous retrouve au fin fond de mes Indésirables, un mois après !!! Il ne faut jamais désespérer ! ;)
        Je ne suis pas très au fait de certains dessous de l’Histoire à cette époque, c’est dommage que l’on ne nous l’apprenne pas en même temps que l’oeuvre d’un auteur surtout quand la dite oeuvre a un tel impact universel. C’est un peu comme Rousseau qui a abandonné ses 5 enfants à l’Assistance Publique mais a fait tout un traité philosophique sur l’Education ! Il y en a qui savent s’arranger avec leur conscience mieux que d’autres ! ;) Qu’y faire ? Nous sommes là pour apprécier le talent des écrivains (ou pas), il est tard pour polémiquer même si c’est justifié ! ;)

  2. Gwenaëlle dit :

    Je ne le connaissais pas ce poème… et tu imagines bien qu’il me parle! ;-)

    • Asphodèle dit :

      Quoiii ? Je l’ai appris à l’école ! Comme quoi… Je l’avais acheté à mon fils pour ses cinq ans (la date est notée car cette collection permet d’offrir comme une lettre) mais je ne sais pas s’il en a retenu grand-chose ! :lol: Pourtant il l’a lu plusieurs fois…

  3. Catherine dit :

    Très beau poème.
    Ah, ce challenge… mais je ne peux pas m’inscrire partout…

    • Asphodèle dit :

      Bah tu sais un challenge, tu n’es pas obligée de prendre le niveau le plus haut, moi en prenant toujours le premier niveau, je m’en sors très bien, j’en ai même fini trois en six mois, mais je continue en passant à l’étage suivant ! Pratiquement toutes nos lectures entrent dans un challenge ;) (je vérifie dans ma PAL avant et il y a même des surprises imprévues !)…

      • Catherine dit :

        C’est vrai que presque chaque lecture pourrait être mise dans un challenge !
        Mais va voir sur mon blog, je me suis inscrite à 3 challenges supplémentaires rien qu’aujourd’hui !!!

        • Asphodèle dit :

          Ha oui ? Tu es atteinte de challengite aigüe toi aussi ? ;) Je vais aller voir ça… Quand un challenge est vraiment hors jeu (hors PAL et désirs de lectures), je ne me force pas non plus… Je sais que pour certains, même si j’ai les livres qui m’attendent ça va être dur de m’y mettre (Victor Hugo, les Romantiques) même si j’aime, ce n’est pas forcément la priorité. L’avantage c’est qu’en se forçant un peu parfois on a de belles surprises !^^

  4. Jeneen dit :

    je le connais par coeur. Avec trois autres poèmes que j’ai encadrés. superbe billet…

    • Asphodèle dit :

      Pas facile mine de rien de parler de ce poème, il y a tant d’évidences… Et en le relisant, c’est venu tout seul ! Moi c’est Liberté de Paul Eluard que j’avais accroché au mur sur quatre feuilles…

      • Jeneen dit :

        moi c’est « portrait d’une princesse inconnue » de Sophia mello breyner, une portugaise…sublime…je vais chercher Liberté…biz

        • Asphodèle dit :

          J’ai vu passer ton mail à 17 heures (enfin celui de la newsletter que je ne reçois QU’A 17 h !!!), et cherche Liberté, il est fabuleux ! Etonnant que tu ne connaisses pas d’ailleurs !!! Ah la la ces profs de Sciences, toute une éducation à refaire… :lol:

  5. irreguliere dit :

    il est magnifique ce poème !

    • Asphodèle dit :

      Un grand classique (je l’avais appris à l’école !) mais que j’ai eu plaisir à retrouver dans ce livre-lettre fort à propos (à l’époque^^) et très joli en plus…

  6. eiluned dit :

    Un très grand classique et un poème magnifique… Ton billet lui rend bien hommage !

    • Asphodèle dit :

      Merci ! Je t’avoue que je ne savais pas trop comment en parler, je tournais autour du livre depuis quatre-cinq jours et puis en relisant, c’est venu tout seul…

      • Soène dit :

        Je me pose là…
        Je l’avais oublié ce très beau poème…
        Et si on supprime toutes les épreuves de culture générale au nom de la sacro-sainte « discrimination », qu’adviendra-t-il de notre civilisation française ?…
        Bisous Aspho et @ demain pour la 56e d’Olivia

        • Asphodèle dit :

          Pose-toi…pose-toi, fais comme chez toi !^^ (il est bon ton sandwich ?)^^ Ce classique est encore étudié je pense ! Pass partout mais je connais pas mal de jeunes qui l’ont appris eux aussi à l’école ! Mais Rudyard Kipling (sic Wiki) ferait polémique par certains de ses écrits au temps de la colonisation des Indes par l’Empire britannique…Ceci est une autre histoire qui ne gâche pas le plaisir de lire un grand écrivain ! Je n’ai encore rien écrit pour demain, je vais essayer mais pas encore sûre, hélaaaas………… Bises Soène de la Saône ! :)♥

        • Soène dit :

          Pas de sandwich, une gamelle : canellonis de chez Picard et ratatouille « maison ». J’adore les mélanges !

  7. Aymeline dit :

    Ah j’aime ce poème !!!! Un très beau billet, merci pour ta participation au challenge :D

  8. Yuko dit :

    Magnifique ! Merci à toi de nous le faire redécouvrir ^^

  9. En effet, une belle déclaration d’amour paternel.
    La patience de toute une vie… devenir parent enseigne la patience, ça, c’est sûr !
    Merci pour ce partage.

  10. Jean-Charles dit :

    Lorsqu’on a un fils on se réfère souvent à ce poème. J’aime beaucoup l’interprétation de Bernard Lavilliers, notre rebelle bourlingueur national.
    Je passais souvent ce morceau à mon fils comme une main tendue vers la littérature mais sans succès.

    • Asphodèle dit :

      Je la connais cette interprétation mais j’ai préféré la version écrite que chantée pour le challenge victorien d’Aymeline ! Lavilliers et la reine Victoria, too much :D ! Et comme tu le suggères, quand on a un fils, ce poème semble une évidence…qui hélas ne se concrétise pas forcément comme les parents l’eussent souhaité ! ;)

  11. miriam dit :

    J’ai toujours des réserves sur le fait d »être un homme » …. la virilité…..ce n’est pas ma tasse de thé!

    • Asphodèle dit :

      Je pense que ça va plus loin que la « virilité » ! Il pourrait aussi bien se terminer par « Tu seras une femme, ma fille », c’est le sens de l’homme dans l’humanité plutôt que la masculinité…

  12. Natacha dit :

    Splendide, je le note pour mon panier amazon ^^

  13. Lystig dit :

    une poésie qui m’a toujours touchée

  14. Solange dit :

    C’est vraiment un superbe poème, mais comme tu le dis la barre est haute. Lorsque j’étais adolescente je m’étais fait un cahier de poèmes et il trônait sur la première page.

    • Asphodèle dit :

      La barre « haute » vient aussi de l’éducation de l’auteur qui n’a pas toujours eu une enfance « facile »… Il fait aussi partie de mes poèmes favoris ! ;)

  15. sophie57 dit :

    un texte sublime…il est sur mon blog, j’y tenais! comme une évidence…à adresser aux filles également!

  16. inconnu dit :

    terrible!

  17. Ping : Challenge victorien : récapitulatif « Au coeur de mes lectures et mes rêveries

  18. Ping : Challenge victorien : récapitulatif « Au coeur de mes lectures et mes rêveries

  19. Ping : SI… La leçon de management de Rudyard Kipling | Management durable | Scoop.it

  20. Jacques Hayek dit :

    C’est un poeme que mon feu pere m’a donne a lire profondement et attentivement a l’age de 16 ans environ, il y a bien 40 ans de cela. Poeme, que j’ai maintes fois cherche partout et par pur hasard de memoire je le decouvre aujourd’hui par le biais du Google et d’une memoire retenue de quelqu’un au nom de kipling et j’ai reussis. C’est un Poeme qui m’a impressionne a plusieurs etapes de ma vie. Poeme a transmettre a ses transcendances sans soucis et sans limites d’age.

    • Asphodèle dit :

      Bonjour et bienvenue Jacques ! Oui nous pouvons le transmettre sans modération, faut-il encore que nos enfants le lisent !!! ;) Mais à chaque âge (et même quand on est une fille) on y trouve des résonances différentes…

  21. Lystig dit :

    un poème…
    (et donc la traduction diffère du texte en anglais, mais en garde l’esprit !)

  22. Albert dit :

    la richesse de cet écrit est impréssionnante

  23. lydia66 dit :

    Moi qui ne suis pas « très poésie », j’adore ce poème que j’avais découvert lorsque j’étais au collège. Il est puissant.

  24. psychomademoiselle dit :

    J’ai toujours adoré ce poème. Tout simplement magnifique.

  25. jean dit :

    JTM Asphodèle

  26. jean dit :

    Je kiffe grave ce poème !!
    ; )

  27. Carmele dit :

    Ce poème représente pour moi ma force de vie et chaque vers nous fait plonger dans notre vie personnelle ,il me donne la force de continuer et d’avancer malgré les difficultés d une vie

    • Asphodèle dit :

      Carmele, ce poème a cela d’unversel et de grandiose qu’il nous fait réfléchir à chaque étape de notre vie, on peut le relire sans cesse et sans cesse y trouver un écho en nous ! Bon dimanche et merci de votre passage ! :)

  28. Etienne dit :

    Je préfère la traduction d’André Maurois, celle montrée sur cette page, que la version originale en anglais nommée IF.

  29. C’est LE Poème de Kipling…
    À chaque fois que je le lis, j’en ai des frissons !

    • Asphodèle dit :

      Bonjour et bienvenue ici ! Oui ce poème est intemporel et suscite toujours beaucoup d’émotions, surtout chez les garçons même si on pourrait appliquer le texte à une fille ! Pourquoi pas après tout ? :D

  30. Paty Meress dit :

    ce poème est tellement beau et plein de sens que je ne peux m’empècher de le lire toutes les fois que je perds courage.
    CHAPEAU BAS A TOI RUDYARD KIPLING qui à travers ce poème me donne la force d’avancer

  31. laguel abdelkrim dit :

    Un chef d oeuvre qu on devrait traduire dans toutes les langues et dialectes et qu on devrait enseigner obligatoirement au moins dans les collèges.

  32. toto dit :

    Anglicismes ! « challenge » en français c’est DÉFI !

  33. @ Myriam : mais la virilité présentée par Kipling est assez noble je trouve et elle pourrait s’appliquer tout autant aux jeunes filles d’aujourd’hui non ? Courage, mesure, humilité, de belles valeurs unisexes ?
    @ Asphodèle : Tu me donnes envie de lire… Alors que cette année, le temps de lecture va être consacré à réviser les cours (back sur les bancs de la fac). Mais tu m’apportes aussi la solution ! Quelques poèmes de temps à autre… Merci à toi !
    Ce poème de Kipling est magnifique et il est assez aisé à lire anglais.

    • Asphodèle dit :

      La Pintade : courage à toi alors, pas facile de retourner en FAC après une longue pause ! La poésie est un bon compromis et on y trouve beaucoup de jolies choses, pas seulement « poétiques » mais avec une vraie réflexion comme ce poème immortel, indémodable et que l’on peut effectivement appliquer aux femmes, d’ailleurs j’ai toujours compris le « Tu seras un homme » comme un humain digne de ce nom, peu importe que ce soit un garçon ou une fille et heureusement encore ! ;)

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s