GÖTTINGEN de BARBARA…pour la paix franco-allemande


Hier dans Boule de Suif, la haine du Prussien était exacerbée, et il en fut longtemps ainsi. Barbara,  née le 9 juin 1930, décédée le 24 novembre 1997, de son vrai nom Monique Serf fut élevée par son  père alsacien,  d’origine juive, et sa grand-mère russe Esther Brodsky. Sous l’occupation nazie, ils déménagèrent souvent pour fuir les rafles du régime de Vichy. A 20 ans, elle se rendit à Auschwitz, vomit et ne put visiter les blocks. Elle en  garda un dégoût irréversible pour le « temps du diable et de la haine », priant « pour que jamais il ne revienne « . Avec cette chanson (on aime ou pas !) elle nous appelle à la mansuétude, à ne plus avoir de haine face à l’ennemi héréditaire en nous rappellant que les  enfants… « sont les mêmes à Paris ou à Göttingen… « 

Bien sûr, ce n’est pas la Seine,
Ce n’est pas le bois de Vincennes,
Mais c’est bien joli tout de même,
A Göttingen, à Göttingen.

Pas de quais et pas de rengaines
Qui se lamentent et qui se traînent,
Mais l’amour y fleurit quand même,
A Göttingen, à Göttingen.

Ils savent mieux que nous, je pense,
L’histoire de nos rois de France,
Herman, Peter, Helga et Hans,
A Göttingen.

Et que personne ne s’offense,
Mais les contes de notre enfance,
« Il était une fois » commence
A Göttingen.

Bien sûr nous, nous avons la Seine
Et puis notre bois de Vincennes,
Mais Dieu que les roses sont belles
A Göttingen, à Göttingen.

Nous, nous avons nos matins blêmes
Et l’âme grise de Verlaine,
Eux c’est la mélancolie même,
A Göttingen, à Göttingen.

Quand ils ne savent rien nous dire,
Ils restent là à nous sourire
Mais nous les comprenons quand même,
Les enfants blonds de Göttingen.

Et tant pis pour ceux qui s’étonnent
Et que les autres me pardonnent,
Mais les enfants ce sont les mêmes,
A Paris ou à Göttingen.

Ô faites que jamais ne revienne
Le temps du sang et de la haine
Car il y a des gens que j’aime,
A Göttingen, à Göttingen.

Et lorsque sonnerait l’alarme,
S’il fallait reprendre les armes,
Mon cœur verserait une larme
Pour Göttingen, pour Göttingen.

Mais c’est bien joli tout de même,
A Göttingen, à Göttingen.

Et lorsque sonnerait l’alarme,
S’il fallait reprendre les armes,
Mon cœur verserait une larme
Pour Göttingen, pour Göttingen…

Publicités

30 réflexions au sujet de « GÖTTINGEN de BARBARA…pour la paix franco-allemande »

      • Ben courant d’air n’est pas vraiment le mot ^^. Je m’enlise dans le déménagement du stock et je ne vois plus les jours passer Grrr
        Quand j’ai 5mn, je passe depuis le bureau jeter un oeil, mais j’ai même plus le temps pour ça.
        Là, j’ai préparé les repas de la semaine et maintenant, je vais m’ateler à nettoyer un peu la maison car il n’y a pas que les blogs que j’abandonne :)… la vaisselle au fond de l’évier, le balai au fond du celier le tri sélectif va finir par déborder et ne parlons pas du linge à repasser… heureusement que la machine lave seule mais il faut prendre le temps d’étendre 😀
        Bref comme on dit par chez moi « je suis à Païolle »
        Bon dimanche

        • Je ne sais pas si tu sais encore ou tu es mais je sais pourquoi on te voit moins et je comprends pourquoi !! On ne peut pas se dédoubler… Et pour les travaux ménagers, il fait quoi ton coloc ??? 😉 Moi je prends le temps de lire et de me reposer, sinon je ne tiendrais pas longtemps !! 😉 J’ai aussi un jardin à m’occuper, une maman âgée et une maison, c’est un boulot à plein temps…

  1. Et pourquoi Gottingen, et pas Hambourg ou Stuggart? C’est la question qui m’est venue à l’esprit ce matin (et que je ne m’étais jamais posé jusqu’à ce jour) , une recherche rapide et je découvre en deux clics (source wikipedia) la réponse: tout simplement parce qu’elle fut invitée par le directeur du théâtre de cette ville et elle fut si touchée par l’accueil qu’elle prolongea son séjour et créa ce magnifique texte….
    Moralité de l’histoire, accueillez bien vos invités s’ils ont du savoir vivre, ils vous le rendront bien!

    • Que ferais-je sans vous ? Je l’avais lu dans ses Mémoires, il y a longtemps et ne m’en rappelais plus. Sa visite à Austchwich m’avait marquée… Mais je vais soigner mes invités « artistes » ou potentiellement… 😉

  2. Quand j’ai marché dans Auchwitz, j’ai vécu les deux heures les plus étranges de ma vie. Le calme qui y règne aujourd’hui, le silence. Il y avait du soleil et des fleurs sauvages dans les travées ce jour-là. J’ai pleuré pendant des heures en sortant de là. Et je ne suis même pas certaine de savoir pourquoi.

    Cette chanson de Barbara est magnifique.

    • Tu as été à Auschwitz ?? Je crois que je réagirais comme Barbara : la nausée et…le pardon parce que les nouvelles générations n’ont pas à porter ce fardeau éternellement !! J’adore Göttingen pas seulement pour les paroles, mais aussi la musique et l’inteprétation de cette grande Dame !!

  3. comme tu le sais peut-être je suis lorraine(par ma maman, et j’y habite depuis toujours), et dans certaines régions de France, en voyageant, il y a toujours des imbéciles pour me dire:ah oui vous vivez en Allemagne!(quand on ne se fait pas carrément traiter de « boches ») et vue l’histoire tourmentée de la Lorraine et de l’Alsace, je sais mieux que personne que l’identité nationale, qui paraît si naturelle à certains, est chose fragile. je n’ai jamais ressenti de haine contre les alllemands, ça aurait pu nous arriver à nous aussi, et on n’a vraiment de leçon à donner à personne en la matière! merci pour cette belle chanson Asphodèle!

    • Boule de Suif a été le déclic, car le commandant prussien parlait « comme un alsacien » (1870). Et la Vendée ayant été très « résistante » j’ai souvent entendu « sale boche » (pas pour les alsaciens ou les lorrains) et ça me choquait, ça me choque encore. Cette chanson devrait être au programme scolaire pour « nuancer » certains clichés qui ont la vie dure. Et si elle t’a fait plaisir en plus, j’en suis doublement contente ! ^^

  4. Très belle chanson qui montre la nécessité du pardon, j’ai eu moi aussi des morts dans ma famille pendant cette guerre et ça ne me viendrait pas à l’idée d’accuser les allemands qui ont eux aussi beaucoup souffert.

  5. quand j’etais à Cracovie j’ai refusé d’aller à Auschwitz.Mon ami y est allé….
    Barbara,un point commun ..Tu le sais d’ailleurs.Suis allee sur Wikipedia pour connaitre les circonstances de cette chanson..Ils ont eu bien raison de lui faire un bel accueil!

  6. J’aime énormément cette artiste quoique j’ai entendu pas mal de critique sur elle et son comportement odieux. Le mal de vivre, la petite cantate, Ma plus belle histoire d’amour, le soleil noir, l’Aigle noir et bien d’autres encore ont bercé mon enfance.

    • Il y a toujours des controverses sur un artiste…Je ne les écoute pas !Elle continue de me bercer et on ne peut que saluer son talent d’auteur-compositeur et interprète, il n’en existe pas tant que cela (et avec autant de bonheur) qui cumulent ces trois qualités…

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s