COMMENT GARDER LE MORAL même par temps de crises de Patricia Delahaie ! Concours inside !


008J’ai reçu ce livre, que je chronique en partenariat avec Le Livre De Poche, juste après ma lecture de Rien ne s’oppose à la nuit de Delphine de Vigan. Comme grand écart, on ne peut mieux faire ! A savoir aussi que les livres sur le développement personnel ne sont pas vraiment ma tasse de thé, je me suis bien « développée » toute seule jusqu’à maintenant, donc souvent je trouve ces conseils de vie un peu niais simplistes, voir basiques. Mais celui-ci a su m’amuser, me détendre et comme nous sommes en plein dans l’anniversaire des 60 ans du LDP, ce dernier vous propose d’en gagner un exemplaire, cinq en tout sont mis en jeu. Juste après mon billet, si le thème vous a plu, si vous êtes curieux ou intéressé, je vous poserais une question simplissime , en rapport avec mon blog et le LDP (pour ceux qui suivent^^)… C’est la première fois que j’ai l’occasion de vous faire gagner un livre, ça se fête !

Bon ! Pour apprécier la portée du discours de Patricia Delahaie, psychosociologue de formation, encore faut-il vouloir considérer que « le bonheur est un objectif à garder en tête », « cultiver notre joie de vivre » et « retrouver le sens de l’entraide et du partage« .

Il faut d’abord se connaître, se réconcilier avec soi-même avant d’espérer pouvoir donner à autrui, comprendre les mécanismes de nos faiblesses pour mieux repérer nos points forts. De même que la tristesse, la culpabilité, « les coups de mou » ne sont pas forcément inutiles. Tout est étudié dans ce livre pour nous remonter le moral, nous faire retrouver une confiance en nous qui aurait pu s’égarer ou qui n’a jamais été là, tout le monde n’a pas le même regard sur les choses et là où certains écartent les problèmes d’un revers de main insouciant, d’autres se laissent submerger et ne s’en sortent pas sans l’aide d’une main charitable ou tout simplement ne voient jamais le positif d’une situation donnée… Comme l’a dit Alain, le philosophe (pas l’autre^^) : « Le pessimisme est d’humeur, l’optimisme est de volonté. »Page 30. Voilà pour l’inné ; mais il y a aussi les inégalités de l’acquis en fonction de notre milieu socio-culturel et les conditions dans lesquelles nous avons vécu notre enfance.

La crise économique est très chargée en ions négatifs pour certains et peut affecter profondément quand il s’agit de perte d’emploi à un âge où il est difficile d’en retrouver un autre  ; mais, si l’auteur a laissé le mot « crises » au pluriel dans le titre de l’ouvrage c’est pour nous parler de toutes les crises qui entravent notre joie de vivre et donc notre sérénité. « Une crise est un costume qui  ne convient plus à celui qui l’habite » . Car, au final, le secret du bonheur n’est-il pas dans notre capacité à nous adapter aux changements qui bousculent nos vies, aux cataclysmes qui  les dévastent ? Sans cette volonté de nous adapter sans cesse pour continuer, difficile d’avancer et a fortiori d’aller vers l’autre. Le but de Patricia Delahaie, après analyse de chaque situation ou état d’âme est de nous amener au constat que nous sommes dans une mutation de société radicale, nous passons de la culture de « l’index » à celle du « pouce » (plus orientée vers l’entraide et le partage) : « Ce n’est plus le pouvoir qui donne le moral, c’est le partage » P. 214. (On apprend quand même des choses !!!) (quand on n’a pas fait socio en Fac)…

Le livre est bien fait avec des encarts grisés à chaque chapitre tels « Le principe dl’élastique » p. 135, vous savez ce que c’est vous ? De même,  « Devenir une personne autotélique » ( ou se faire plaisir comme seul but personnel), etc. Mais le dernier encart qui reproduit la lettre du chanteur et poète Julos Beaucarne, resté veuf en 1975, avec deux enfants en bas âge, après l’assassinat de sa femme est très émouvant et il nous dit malgré l’horreur et le chagrin « Il faut s’aimer à tort et à travers ». P.208. Mais ne vous y trompez pas, la lecture est accessible à tous, et aidera certainement bon nombre d’entre nous qui n’ont pas la chance d’avoir une « bonne nature » ou comme moi d’être à un âge où on bichonne le développement durable de sa bonne humeur ! A mettre entre toutes les mains des déprimés, boudeurs ou ronchons de tout poil qui passent par là ! Et 237 pages qui se lisent très vite !

LDP 60a

Si les thèmes (et je n’ai pas tout développé) vous plaisent, et si vous souhaitez en gagner un exemplaire, répondez à la question suivante et… donnée : Qui a fondé les éditions du Livre De Poche en 1953 ? (Réponse dans un billet récent de mon blog) . Vous avez jusqu’au 28 janvier 2013 minuit (le cachet de la poste faisant foi) pour m’envoyer votre réponse par mail à leslecturesdasphodele@gmail.com.  Un tirage au sort, parmi les bonnes réponses sera effectué par une main innocente. A vos marques ! 😀

Mais attention, ne pourront participer que les personnes résidant en France, en Belgique ou en Suisse et celles ayant laissé au moins trois commentaires dans les trois derniers mois…

012

019

Publicités

63 réflexions au sujet de « COMMENT GARDER LE MORAL même par temps de crises de Patricia Delahaie ! Concours inside ! »

    • Yorlane, pas de problèmes, tu es une fidèle depuis le début, cve livre contrairement à beaucoup du genre a de bons côtés et des références littéraires ce qui ne gâche rien ! J’attends ton mail ! 😀

  1. Chaque personne va à son rythme dans son développement et certains ne se préoccupent même pas de ce genre de chose, fuyant surement la réalité de leurs faiblesses (essentiellement les hommes non ? :lol:) . Il est vrai que je n’ai pas vraiment besoin de ce thème là, je suis de nature joyeuse et optimiste, et je préfère lire en général plutôt d’autres types de livres pour cela. Après cela peut tout de même être intéressant de le lire quand on est curieux, ou bien je peux aussi l’offrir 🙂 alors je vais participer pour ton premier concours !!!! 😉 grosses bises 😉

    • Laure, le développement personnel comme son nom l’indique est différent selon chacun !!! 😆 Mais je n’aurais jamais imaginé il y a une vingtaine d’années qu’on en ferait des bouquins, il y a des gens qui ne sont rien sans un coach pour ceci et cela ! Et pas que des hommes, quoique ! 😉 Justement, lire ce genre de livres nous fait mieux mesurer la détresse de certaines personnes et la chance que nous avons de pouvoir nous en passer !!! 🙂

      • JC et moi je ne me souviens pas avoir dit quelque chose (de malveillant) à ce sujet mais j’ai fait mon billet avant-hier, donc j’ai déjà oublié ce que je disais !!! 😆 Et les « dragibus » ne m’aident pas ! 😦

  2. Je partage ton avis quant aux conseils basiques des bouquins qui traitent de développement personnel. Quand je pense à tous les blogs qui fleurissent sur le sujet et qui essaient d’en faire leur fond de commerce, je me dis que c’est un peu abuser de la crédulité des gens. Beaucoup se disent spécialistes du développement personnel, alors qu’ils ont une petite vingtaine d’années. Hum… j’ai de gros doutes sur leur compétence…
    Bon, pour le livre que tu présentes, je ne sais pas. Ce que je crains, c’est que justement il ne soit pas lu par ceux qui en auraient le plus besoin. Tu sais… les déprimés, boudeurs ou ronchons de tout poil.
    Je ne savais pas pour Julos Beaucarne. Cela m’évoque la vie de Martin Gray dans « Au nom de tous les miens », qui a été émaillée de malheurs qu’il est parvenu à surmonter. Quand je pense que nous nous lamentons souvent pour des broutilles…

    • MCL, tu veux que je te dise ? Eh bien c’est le premier livre que je lis sur le sujet ! J’ai vu beaucoup d’extraits dans les magazines (et pas que féminins) et ça me faisait sourire ou lever les yeux au ciel ! Justement la partie finale qui propose de nous décentrer de notre nombril et de regarder vers des gens comme Julos Beaucarne m’a semblé plus constructive que certaines formules à la Jacques Salomé… Mais avec l’arrivée des réseaux sociaux beaucoup de gens ne savent plus communiquer dans la vie analogique, c’est dramatique ! 😀

  3. L’humour me semble une bonne façon de garder le moral…
    Tu sais, j’ai ri en voyant tes initiales LDP, parce qu’avec mes copines, quand on se met à dire (gentiment) du mal des absent(e)s , on dit qu’on fait le quart d’heure « LDP » = Langue de P….
    LOL! désormais,je penserai à toi à chaque fois…

  4. Je l’ai reçu aussi avec le beau marque page. Je ne l’ai pas encore lu mais je n’ai jamais été vraiment séduite par ce genre de livres. Il est possible cependant qu’avec celui-ci je change d’avis!

    • Mango le marque-pages est superbe ainsi que le dossier des 60 ans ! Personnellement, je n’avais jamais lu de livres sur le sujet, en dehors d’extraits ici ou là, je m’attendais à du « Jacques Salomé », style phrase positive qu’on se répète comme un mantra mais non, c’est un peu plus élaboré et étudié ! Je ne pense pas en avoir vraiment besoin donc ça n’a peut-être pas le même impact sur moi que sur quelqu’un qui voit VRAIMENT tout en noir !!! 😆

  5. Aimons-nous les uns les autres, Miss Aspho 😆
    Mais c’est un titre pour moi, ça !
    Et je rentre dans tes cases 😆
    Bonne soirée & bisous d’O. pour ta nuit

  6. Ah zut je peux pas y participer (snif snif!) Bon bonne chance à tous! C’est sympa ton concours! Et la lecture à l’air pas mal. Je ne suis pas trop friande de ce genre là comme toi sauf des livres Les paresseuses parce que je trouve que c’est drôle. A bientôt!

  7. Comme je suis hors concours, je suggère que livre de poche a été crée par le duc de Poche, noble ruiné qui n avait plus les moyens de lire les editions originales…

    • Antiblues, rhooo !!!! 😆 La réponse est beaucoup plus simple !!! Il suffit de faire la requête sur Gougueule et tu l’as en 2 mns ! Si le livre t’intéresse, je peux te mettre sur la liste des « tirés au sort » ! Tu me dis ou tu me mailes, pas de soucis ! 😀 A circonstances exceptionnelles, solutions exceptionnelles !!! On se connaît non ? Bises 🙂

  8. Mais dis moi il n’y aurait pas un sens caché dans ces théories…se faire auto-plaisir, l’élastique…la culture du pouce et de l’index…bref du beau développement personnel en perspective…
    Aie je vais me faire taper sur les doigts…en plus je ne sais pas qui a fondé le livre de poche, sûrement un mec qui avait de petits pantalons et de petites étagères à la maison.
    Bon allez je sors , tu peux me bannir à jamais d’ici mais s’il te plait continue de m’écrire…allez s’il te plait.

  9. je n’ai pas l’habitude de lire ce genre de livres, mais pourquoi pas? mon secret pour garder le sourire est d’éviter comme la peste les infos… ça fait un peu ermite, mais bon !

    • Violette, ce livre n’est pas nuisible ni pontifiant, il ne prône pas la Vérité Absolue (comme c’est parfois le cas pour ce type de sujet) ! Si tu veux participer, tu m’envoies un mail avec la bonne réponse et tu feras partie du tirage au sort du 28 ! 😀

    • Alex, oui et non, c’est surtout et aussi une autre façon de se regarder, de faire avec ce qui ne va pas et qu’on ne peut pas changer, hey on ne vit pas dans un monde de Bisounours !!! 😉

    • @ Lytig : drôle n’est pas vraiment le mot que j’emploierais mais il y a des passages qui le sont ! Il manquerait plus qu’un livre de développement personnel fasse pleurer ! 😉

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s