Le jeudi poésie avec Rimbaud

chromo oiseau couronné ana-rosa(1)Aujourd’hui j’ai choisi Sensation d’Arthur Rimbaud car ce poème a une histoire ! Outre le fait qu’il soit le tout premier poème de Rimbaud, très court, deux quatrains en rimes croisées, c’est le premier que j’ai lu de cet auteur (coïncidence) et que je me récitais souvent dès que l’envie de printemps ou d’été me prenait.  L’histoire de cet adolescent qui rêve de vagabonder à sa guise résonnait très fort en moi…Et voilà que je tombe dessus à l’oral du Bac français ! Joie, petite danse sioux dans ma tête, je me voyais déjà avec un 15/20… mais non ! J’avais oublié le fascicule  et le professeur (complètement cramé par ailleurs) m’a donc donné le Bateau Ivre, qui ne fait pas tout à fait la même longueur. J’ai dû commenter les trois strophes du milieu et j’en suis sortie avec un piètre 9, à savoir que le fou qui nous interrogeait ne donnait pas plus ! Avec Sensation, le supplice eût été plus court !

Poétisent avec moi aujourd’hui : Pyrausta, avec Robert Desnos et « J’ai tant rêvé de toi« , Béné31 et Bretagne de José Maria de Heredia, Eeguab et Gérard de Nerval avec Lettre à Madame Henri Heine. Marieetanne avec Il a neigé de Maurice Carême, Soène et un poème sur le Beaujolais nouveau (pochtronne va ! :lol:), Natiora et un très beau poème sur l’automne intitulé Dans le parc de Albert Samain. Lili (la petite marchande de prose) et un poème en prose de rené Char adressé à Arthur Rimbaud : Tu as bien fait de partir. Et LilaMango avec un poème attribué à Rimbaud mais pas que…allez le lire, il s’intitule Poison perdu !

SENSATIONsensation adaptation cinéPar les soirs bleus d’été, j’irai dans les sentiers,
Picoté par les blés, fouler l’herbe menue :
Rêveur, j’en sentirai la fraîcheur à mes pieds.

Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :
Mais l’amour infini me montera dans l’âme,
Et j’irai loin, bien loin, comme un bohémien,
Par la Nature, – heureux comme avec une femme.

Arthur Rimbaud, mars 1870.sensation de rimbaud