LE CHOIX DE JANE, FILM.

J’ai regardé hier soir sur Arte, le Film Le choix de Jane de Jeremy Lovering avec Olivia Williams dans le rôle de Jane et ce film m’a bouleversée… Ici, ce sont les deux-trois dernières années de Jane Austen qui sont évoquées, elle approche de la quarantaine au début du film et s’éteindra à 41 ans, malade et épuisée.

Sa nièce Fanny est sa plus fidèle admiratrice, allant même jusqu’à confondre les livres de sa tante avec la réalité, une complicité très forte la lie à elle, et Jane, mi-amusée, mi-amère lui donne quelques conseils (vivement sollicités par la nièce) pour qu’elle ne fasse à aucun prix un mariage « sans affection ».

© toutes les photos viennent d’allô ciné

Ce film est basé sur la correspondance avec l’être qu’elle chérissait le plus au monde : sa soeur Cassandra. Et on se doute, consciente de sa mort prochaine que le bilan de sa vie a enfin sonné. Ses amours mortes avant que d’être, le mariage d’argent qu’elle a refusé au dernier moment et dont son ancien prétendant lui demandera juste avant de mourir de lui avouer ses regrets  (la suppliant de mentir ! ) … Ce à quoi elle répond : « Pourquoi maintenant ? » avec un petit sourire mystérieux et une infinie lassitude dans le regard.

Ses frères qui jusque là prospéraient plus ou moins sont ruinés Henry le banquier) et le cottage où elle écrivait risque de disparaître. Elle se débat avec ses éditeurs qui veulent lui acheter l’ensemble de son oeuvre pour la misère de 450 000 £ivres… Dans les derniers moments, si regrets il y a, son orgueil lui empêche de les avouer et même si elle a conscience de finir sa vie dans la solitude et la pauvreté, elle remercie le ciel d’être restée une femme libre. Et à sa mère qui lui reproche d’être à l’origine du malheur de sa famille, elle rétorque : »J’aurais dû me vendre pour de l’argent ? », alors que la maladie en a fait l’ombre d’elle-même… Mais la petite Fanny a bien veillé à ce que Cassandra, effondrée après la mort de Jane  ne brûle pas toute la correspondance qu’elles avaient échangée… Une fin infiniment triste pour cette femme qui s’est battue contre les corsets de la société, et qui a laissé le dernier mot à sa plume, le choix de Jane, s’il a impliqué des sacrifices était le seul qu’elle pouvait faire pour continuer d’écrire…et de survivre à sa condition féminine muselée. Un très beau film !! Qui m’a fait verser une larme, ce qui est rare !

Ma première participation au challenge Jane Austen d’Alice