LES PLUMES 31 – Résultats de la collecte des Retrouvailles !

écritoire vanishingintoclouds(3)Ça sent les vacances (soupir) ! Moins de mots que de coutume mais ceux qui se plaignent d’en avoir toujours trop seront contents (il faut voir le bon côté des choses) ! Je déplore les non-participations de Soène, Modrone-Claude, Domi, Choupinet-Jean-Charmles mais je sais que pour certains des obligations impérieuses vont les tenir éloignés un temps de la bloguo… J’aurais dû choisir les « Adieux » comme thème… (je me retiens)… mais je ne vais pas verser ma larmichette, rassurez-vous !

Les quelques 15 mots imposés, suivis de mes trois mots en I sont :

Séparation, revoir, froid, embrasser, larmes, famille, fête, ripaille, allégresse, bilan, amour, quai, adieu, joie, ami, inquiétude, irréparable, intensément.

Et comme il n’y en a pas 20, vous devrez tous les utiliser ! Comme ils sont d’une facilité confondante…je pense que vous ne devriez pas avoir trop de difficultés…

J’avais bien noté que, depuis quelques temps, notre amie Soène s’intéressait davantage aux rosiers qu’à la bloguo… mais savoir qu’elle ne participera pas aux Plumes cet été… après TROIS saisons…gif plumes quand  célestine veut des admirateursje n’imaginais pas que ça…me mettrait dans cet état !! Bref, Sans parler de Choupi qui ne vient même plus dire bonjour ! Il …choupi a chauda dû prendre un coup de chaud la semaine dernière ! Ou, ou, chose envisageable (essayez de le dire 10 fois très vite , tiens !)… gif plumes quand JC a trop bu et s'endort dans sa gamelleIl a encore trop bu d’absinthe et il s’est endormi dans son pipi sa gamelle ! De toutes façons, les absents ont toujours tort, c’est bien connu !  😉  En attendant, Mindounet, à présent…gif plumes Batman je me la joueseul homme des Plumes (du moins de la collecte) ne se sent plus…gif plumes quand MTG paniqueMême s’il a quelques moments de panique (Hein Maurice ?)…surtout quand Martine…gif plumes quand soène rigole de voir domi dans les griffes de choupinetlui demande ce qu’il a après les retraitées et que…gif plumes quand soene me demande un bon gif pour ce soir voilàSoène acquiesce (en silence mais avec brushing ès retraite)… je vois Nunzi qui dit :GIF quand Martine ne sait plus de quoi je parle« balle au centre » !!! Et c’est pas Pierrot (pro du tennis) qui la contredira ! Pendant ce temps, notre chère Domi, en vacances…GIF Domi en vacances qui en profiteS’en jette un petit en nous regardant de loin et en redemande….gif plumes quand dom commence l'apéroParce qu’on lui manque un peu, hein !!! Mais attendez, savez-vous que Jacou…

GIF quand Mind mesure l'ampleur de sa tâche ce matin, son blog lui parlait en TURC !!! J’ai vaguement parlé de hackers et de tapis volant, pour rire et Martine… (encore elle)…gif chat plume la voleuseme parle de Mary Poppins, là j’avoue…GIF quand je comprends plus rieneuh…je décroche !!! C’est la fin de la journée alors vous ne m’en voudrez pas ? Si je vous dis c’est tout pour aujourd’hui ? Eh bé si !

Je vous souhaite une bonne semaine, bonne inspiration et à vos plumes, bande de fainéants les amis !!! plumes quand je tire la langue plumes fin du lundi collecte tired Cows on FBet….bonne nuit à mes copines Syl. et Sharon, elles comprendront !!! A l’heure où je mets sous presse, on me souffle dans l’oreillette que la France a gagné contre le Nigéria, j’entends enfin certaines respirations, j’en connais qui étaient en apnée…

L’ARMOIRE DES ROBES OUBLIÉES de Riikka Pulkkinen

livre armoire 046L’action se passe en Finlande, à Helsinki dans un milieu cossu. Trois générations de femmes se côtoient sans que nous ayons l’impression que le monde a évolué entre 1964 et maintenant. Je ne sais si c’est dû au style qui, bien que poétique et maîtrisé, crée une distance ; nous avons du mal à nous attacher aux personnages jusqu’à une bonne moitié des 423 pages.

Elsa, la doyenne, qui fut une psychologue réputée et une conférencière souvent en voyage se meurt. Elle entre en phase terminale d’un cancer et veut profiter de ses derniers instants chez elle, entourée de sa fille Ella, médecin et de sa petite-fille Anna, encore étudiante.

Dans l’armoire d’Elsa, Anna trouve une robe ayant appartenu à Eeva. Eeva …le sujet qui fâche mais dont il faut parler avant qu’Elsa ne meure et ne puisse plus donner sa version des faits. Eeva qui en alternance de chapitres, raconte sa vie de baby-sitter d’Ella de 1964 à 1968 quand elle était seule avec « l’homme » et « la petite ». Car il y a un homme, Martti, le mari d’Elsa, le père aimant d’Ella, le grand-père malicieux d’Anna, peintre célèbre des années 60, amoureux de sa femme, certes…mais qui n’a pas su choisir entre deux femmes à une époque. Les blessures sont loin d’être refermées, surtout pour Ella, la « petite » devenue grande et trouvent chez Anna un écho à une histoire d’amour passée. Elsa est définie comme cela : « Elle est la plupart du temps, résolue, adulte et impénétrable. Elle pense qu’une femme doit cacher certaines parts d’elle-même pour rester crédible. » (p. 94).

Nous entrons doucement dans la vie de cette famille, froide, qui ne dit pas ses sentiments facilement, chacun reste enfermé dans des certitudes parfois faussées. Seule Eeva, l’absente qui revient raconter la vie de ces années-là, sous forme de journal  m’a touchée un peu plus que les autres. Elsa reste peu loquace et centrée sur ses jours qui finissent (un peu normal), Ella fuit, court, n’est pas prête à réentendre l’histoire alors qu’Anna la petite-fille s’en délecte. Il y a aussi  les paysages finlandais, la maison de vacances au bord du lac, les nombreux saunas et leurs rituels, les tartes aux fraises et aux myrtilles, un enchantement !

Eeva peut nous sembler bien légère aujourd’hui mais n’oublions pas le contexte « peace and love » de l’époque où l’amour justifiait tout : « Les mains dans les poches et la cigarette aux lèvres. Il m’est familier. Je suis allée au centre du monde et je n’ai su oublier ce que ça fait d’aimer. » (p.305). Une époque si éprise d’absolu qu’ il était possible de mourir d’aimer. Tout en militant pour la libération des femmes… Cette époque, avec des incursions à Paris est bien restituée, alors que l’époque actuelle,( hormis la présence des  portables), est moins fouillée.

Malgré la distance cultivée par les personnages, (ce qui en soi évite le pathos),  j’ai trouvé ce roman délicieusement vintage, j’en suis ressortie émue. Avant la résilience, il y a la transmission et surtout le pardon qu’accordent plus volontiers les mourants que ceux qui restent et doivent continuer à vivre avec ce qu’on a bien voulu leur dire … Une lecture qui ne laisse pas indifférent !

Merci au Livre de Poche pour ce partenariat. logo ldp

Les billets de GWEN (coup de coeur pour elle), Yv (qui a aimé les mini-jupes sixties), Clara et enfin  Aifelle qui a moyennement apprécié.

Une participation au Challenge d’Anne, « VOISINS-VOISINES » CHALLENGE AMOUREUX  de l’Irrégulière dans la catégorie « Amours impossibles » et une chez Lystig pour le Défi SCANDINAVIE BLANCHE. 

logo challenge amoureux 3logo-scandinavie-blanchelogo voisins 2013