Un extrait de Kundera pour mon jeudi…

Oui, je sais, je ne suis pas encore inscrite chez Chiffonette mais rien ne m’empêche de vous faire partager un extrait d’une de mes lectures en cours… (j’arrive Chiffonette, j’arrive…). Mais Milan Kundera n’attend pas.

Après avoir lu il y a longtemps La Valse aux Adieux, L’Insoutenable légèreté de l’être et le Livre du Rire et de l’Oubli, je me suis plongée dans l’Immortalité, paru en 1990 et pas encore ouvert. Bien m’en a pris ! Je retrouve cet auteur, son univers qui me touche au plus haut point et cet extrait de la page 45 m’a semblé terriblement actuel !

 » Elle pensa à la soeur de la reine d’Angleterre et se dit qu’à présent l’oeil de Dieu était remplacé par l’appareil photo. L’oeil d’un seul était remplacé par les yeux de tous. La vie s’était transformée en une seule et vaste partouze à laquelle tout le monde participe. Tout le monde peut voir sur une plage tropicale la princesse d’Angleterre fêter nue son anniversaire. Apparemment, l’appareil photographique ne s’intéresse qu’aux gens célèbres, mais il suffit qu’un avion s’écrase près de vous, que les flammes s’élèvent de votre chemise, pour que vous aussi soyez célèbre et inclus dans la partouze générale qui n’a rien à voir avec la jouissance mais annonce solennellement que personne ne peut plus se cacher nulle part et que chacun est à la merci de tous. « 

Et je continue ma lecture…