Faites pousser vos idées ! chez Gwen…

Gwen, ce dimanche, nous traitait de « Fils de pub », ICI et nous donnait dès potron-minet (hein Lili ?), 15 slogans publicitaires connus en nous demandant d’en caser dix dans notre texte. Les voici :

1. Faites du ciel le plus bel endroit de la terre (Air France) ;
2. A l’origine, il y a toujours Francine (Farine Francine) ;
3. Vous êtes vivant, alors vivez ! (Coeur de Lion)
4. Vous ne viendrez plus chez nous par hasard (Total) ;
5. Grandir, pour quoi faire ? Renault Modus) ;
6. C’est tellement mieux d’être une fille (Barbie) ;
7. Think different/Pensez différent (Apple) ;
8. A fond la forme (Décathlon) ;
9. Nous vous devons plus que la lumière (EDF) ;
10. Faites pousser vos idées (Jardiland) ;
11. Ca pique, ça arrache ! (Pimousse) ;
12. Je suis pas jolie, je suis pire (Kenzo) ;
13. Quand y’en a marre, y’a Malabar (…) ;
14. La vie est une question de priorités (Magnum) ;
15. La vie n’est pas en noir et blanc, elle est en or (Ch. Dior).

Pour l’occasion je fais revivre Hortense et Marcel, un couple improbable et épistolaire… J’ai placé 13 slogans en en mettant un à la première personne. Qui a parlé de détournement ???

Mon cher Marcel,

Suite à ta dernière proposition insensée de faire du ciel le plus bel endroit de la terre, je te rappelle que nous ne nous envoyons pas en l’air tous les jours et la réalité m’inciterait plutôt à faire de mon lit le plus bel endroit… Mais ne rêvons pas trop non plus ! C’est tellement mieux d’être une fille dans certaines circonstances, on peut tricher, tricher… Toi-même un soir où tu étais quelque peu entamé a bien voulu admettre que je n’étais pas jolie, j’étais pire. Je n’ai pas relevé tous les sous-entendus visqueux qui se glissaient dans ta voix de chamallow avarié. Tu vas encore lever les yeux au ciel et me dire que ça ne pique pas, ça arrache mais malheureusement tu ne comprends que la manière forte ! Tu es tellement cliché et prévisible. Si je t’entends encore une fois me dire « Grandir pour quoi faire » ? afin d’excuser tes enfantillages récurrents, je crois que je vais regarder de plus près mon charmant voisin au torse musculeux… Bah, tu devrais savoir que quand y’en a marre, y’a Malabar ! Et il se pose là… Je sais bien qu’à l’origine, il y a toujours Francine, ta chère maman aux mains blanchies de farine qui t’a saupoudré les méninges d’un nuage blanc en te faisant croire que toutes les femmes seraient à ta disposition pour te passer le sel, le poivre et pourquoi pas le beurre ? Elle me trouve imbuvable paraît-il, tant mieux je ne suis pas soluble. Et ce n’est pas une excuse.

Tu n’es plus à fond la forme mon pauvre Marcel, alors think different très vite si tu veux sauver les meubles (et la face). Je sais que la vie est une question de priorités, ne me prends pas pour une cruche car là c’est toi qui ne respectes plus du tout la formule et…notre pacte ! Quand tu auras cessé de pleurnicher sur  ton nombril et tes défaillances (les deux étant intimement liées), tu ne viendras plus chez moi par hasard ! Et n’oublie pas qu’il y a Malabar sous roche…

Ta chère Hortense…