Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceau-les-Mines de Pierre Thiry

© Myriam Saci (clic sur l’image) Lire la suite

Publicités

PETITS BLEUS DANS PARIS de Joëlle Leblond et Véronique Villemin

Livre Lutin poche de l’école des loisirs, 1993.

Livre vieilli à la couverture jaunie mais qui m’a ramenée, en noir et blanc, avec un fil bleu, avec nostalgie aussi, à Paris, avec comme point de départ les grands magasins où un petit garçon, Jean et sa maman font des courses. Attiré par un chat sur une boîte à musique, Jean va se perdre et se retrouver seul sur le Pont des Arts.

C’est là qu’il rencontre un pigeon bleu gentil comme tout qui se propose de lui faire visiter Paris, des quais de Notre-Dame (et ses gargouilles), en passant par Montmartre,  la Tour Eiffel…

Mais après cette visite guidée et circonstanciée, tout a une fin ! Jean est fatigué et le pigeon se propose de le ramener chez lui accroché à ses ailes, ce qui nous vaut des images aériennes (pas trop haut non plus !) de toute beauté.

Jean va retrouver sa maman qui s’inquiétait un peu quand même…

Et lorsque nous arrivons à la dernière page, c’est une photo floutée de pigeons gris et à terre que nous retrouvons, les vrais pigeons parisiens. Comme Cendrillon lorsque son carrosse redevint citrouille. Mais qui a dit que seuls les enfants pouvaient mettre des couleurs là où il n’y en a guère ? Que le rêve est parfois voilé et la réalité criarde ? Ici c’est l’inverse. J’avoue que ce petit livre plaît autant aux grands par sa « plastique » qu’aux plus petits avec cette gentille histoire. Mais je l’ai toujours re-re-feuilleté avec plaisir ce joli petit livre ! Je ne sais pas s’il est toujours commercialisé mais il a un code ISBN 2 211 029 58 2 /01 94 et il ne coûtait alors que … 36 F. Nostalgie jusqu’au bout !!

Les loupiots et la chèvre de Monsieur Seguin de Bruno Heitz

Livre Hachette Jeunesse, collection Copain, à partir de 6/7 ans, 40 pages. 1991.

Ou l’histoire de la Chèvre de Monsieur Seguin revisitée avec humour !

En effet, les loupiots ici sont fils de loup, vivent dans leur famille avec maman et papa loup dans une maison. Le soir, avant d’aller se coucher, papa avant d’aller « travailler » (et oui un loup ça travaille la nuit !), leur raconte l’histoire de la chèvre de Monsieur Seguin, ce qui met les loupiots en transe. En cachette, ils partent à l’assaut de la montagne violette enchanteresse et…terrifiante, dans le but avoué de ramener une chèvre à leur maman au petit matin.

Après diverses péripéties, ils vont LA rencontrer et à vélo siouplaît ! Elle éclate de rire en les voyant ainsi, transis et incrédules,  et leur propose de venir dans sa maison héritée de sa célèbre grand-maman,   chalet de Dame Tartine, confortable où s’ébattent ses nombreux chevreaux. Elle revendique le fait d’être la petite-fille de la célèbre chèvre de Monsieur Seguin et leur dit enfin la VÉRITÉ sur l’histoire de sa grand-mère ! Et comment cette dernière, à l’instar de ce que nous savons, est devenue célèbre ! Ce que je me garderais bien de vous dire évidemment… Hé, hé, il faut qu’il en reste pour les enfants !!

Nos loupiots, épuisés et marris regagnent le domicile parental, racontent avoir croisé ours et yéti, ne voulant pas avouer bien sûr l’histoire de leur nuit ; devant tant d’incohérences et d’invraisemblances, maman loup reproche au papa de leur lire des histoires abracadabrantes et surtout trop effrayantes pour leur âge. Pour couper court, le papa conclue que ce soir, pour changer, il leur lira…Le petit Chaperon Rouge !! Ça ne mange pas de pain…quand on a une faim de loup !

Lire la suite

Une journée dans la vie de Roméo et Juliette d’Yves Pinguilly

« Il peut arriver des choses ordinaires et des choses extraordinaires à chacun d’entre nous. C’est vrai. Des choses fantaisistes… spéciales… étonnantes… magiques… sybillines… pittoresques et ahurissantes. Même une fois par an, particulièrement quand l’année est bissextile, il est possible qu’une chose mirlitonesque arrive à la reine d’Angleterre ou au roi Dagobert (celui qui justement… comme dit la chanson. (…) Drôle d’histoire vraie en vérité. Tenez vous bien parce que la dernière fois qu’elle l’a racontée notre histoire, Juliette, c’était pour les touristes. Ceux qui s’assoient sur la place, sur le rebord de la fontaine. Eh bien, le ciel leur en  est tombé sur la tête. (…) Oui, tous, sauf la japonaise de Yokohama, qui en tomba sur le cul… C’est vrai, je l’ai vue. » 

Ainsi est présentée en incipit, cette histoire « jeunesse » de 64 pages avec beaucoup plus  de texte que d’images  (Hachette à partir de 7 ans), et les illustrations-aquarelles mignonnes comme tout de Michel Charrier, copyright 1988.  Lire la suite