LE FILS DE JEAN-JACQUES ou la Faute à Rousseau d’Isabelle Marsay

Ou comment un homme « éclairé » du Siècle des Lumières a abandonné successivement ses cinq enfants en toute mauvaise conscience ! En dédouanant cette conscience par des justifications…fallacieuses ! « Il aurait fallu, dans ma situation, les laisser élever par leur mère qui les aurait gâtés et par sa famille qui en aurait fait des monstres. Je frémis encore d’y penser. » Et nous donc ! J’ai frémi d’autant plus que Rousseau en impose avec L’Émile qui est un traité d’éducation. Après cette lecture, je vois bien en l’Émile, un fils de substitution, un fils fantasmé tout au moins… Phrase tirée des Rêveries du Promeneur Solitaire (neuvième promenade), p.25. Lire la suite