BELLA CIAO, LE chant des partisans italiens…

 

TRADUCTION de LA version des PARTISANS

Un matin, je me suis réveillé

O bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao

Un matin, je me suis réveillé

Et j’ai trouvé l’envahisseur

Oh partisan emmène-moi
O bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao
Oh partisan emmène-moi
Car je me sens mourir
Et si je meurs comme un partisan
O bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao
Et si je meurs comme un partisan
Tu devras m’enterrer
Et m’enterrer là-haut dans la montagne
O bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao
Et m’enterrer là-haut dans la montagne
Sous l’ombre d’une belle fleur
Et les gens qui passeront
O bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao
Et les gens qui passeront
Me diront « Quelle belle fleur »
C’est la fleur du partisan
O bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao
C’est la fleur du partisan
Mort pour la liberté.

Chanson que j’ai découverte grâce à ma meilleure amie, d’origine italienne et qui m’avait juste dit que c’était une chanson que les italiens chantaient dans « les manifs ». Je me suis renseignée et elle est bien plus que cela !

Au départ, on ne sait pas quand, elle était une chanson populaire, chantée principalement par les « mondines », ces piqueuses et émondeuses qui travaillaient, de l’eau à mi-mollet, dans les rizières du nord de l’Italie, dans des conditions épouvantables, rêvant d’être libres un jour. Ce qui a inspiré plus tard, le très beau film de Giuseppe de Santis, « Riz amer ».

Pendant la guerre, les résistants l’ont transformée pour leur combat et cela nous donne la version d’aujourd’hui. Elle est aussi devenue un chant de lutte et de ralliement contre la mafia.

Toutefois, elle aurait subi (selon Wikipédia), de multiples transformations depuis sa création).

Publicités