Une année chasse l’autre et le temps continue son tic-tac…

Je ne passe pas souvent mais je ne voulais pas que vous pensiez que j’avais la peste, que le chagrin était contagieux ou qu’il fallait y réfléchir à deux fois avant de me parler ! Alors, oui, je ne commence pas 2018 dans un délire d’espoirs et de (fausse) joie propres à ce moment de l’année.

 Alors oui, 2017 la cruelle, la maudite s’en est allée et je ne la regretterai pas, elle a ouvert une faille profonde qui sera longue à refermer…Mais  cela ne m’empêche pas de  vous souhaiter à tous une très belle année 2018 même si l’on sait qu’il est utopique de lui faire porter une partie de nos rêves irréalisables. Souhaitons déjà que des instants de bonheur viennent chasser la grisaille qui ne manquera pas de nous dégriser, qu’ils mettront un peu de baume sur les coeurs endoloris parce que l’espoir et l’amour ne meurent jamais et nous empêchent de sombrer. Comme votre présence que je sens, dans l’ombre de ce blog où la lampe s’est éteinte un jour de tempête. Elle se rallumera, il faudra de la patience…

Je vous embrasse chaleureusement.

Asphodèle

Publicités