Quand je finis troisième à un concours…

Prix Hervé Bazin microfiction afficheEt que j’ose en parler ! Le plus dur étant de participer, soi-disant, certes ! Mais quand vous recevez un mail vous annonçant que vous êtes dans les dix finalistes (sur 400 tout de même), qu’ensuite il faut vous rendre sur place car vous êtes peut-être une des trois finalistes, eh bien, beaucoup d’émotions, et au final une petite satisfaction personnelle quoi qu’il en soit ! Mais de quoi je parle ? Aux pressé(e)s, je vous préviens, ce billet sera honteusement plus long que d’habitude…EDIT DU 22/10/2013 : Joël Glaziou m’a envoyé deux photos sur la scène du délit, je demande votre indulgence ! Lire la suite