Aujourd’hui, itinéraire – 36/366 réels –

Aurais-je aimé avoir l’itinéraire d’un(e) enfant gâté(e) ? Moi qui ai toujours eu le don de prendre des chemins de traverse … Les temps ont changé, aujourd’hui mon itinéraire personnel serait bien trop long et ennuyeux à raconter, alors celui d’aujourd’hui dans mon petit et mon grand jardin  m’a permis de prendre l’air et le soleil sans que je ne me perde. Pas besoin de boussole qui parle, je musarde, j’hume le romarin en fleur ici, j’arrache une ou deux mauvaises herbes là et je refais le chemin en sens inverse. Pas de quoi fouetter un chat ! Vous me suivez en photos ?

©Asphodèle – 8 avril 2015

Il faut descendre les quatre marches et c'est parti, ici c'est le "petit" jardin (d'agrément comme dirait ma mère)...

Il faut descendre les quatre marches et c’est parti, ici c’est le « petit » jardin (d’agrément comme dirait ma mère)…

Pas de doute, les tulipes s'en donnent à coeur joie sous le soleil et la tiédeur revenue...

Pas de doute, les tulipes s’en donnent à coeur joie sous le soleil et la tiédeur revenue…

On est dans un ancien jardin potager semi abandonné, pruniers, cerisiers, pêchers, noyers...qui donnent en fonction des années, on ne traite pas !

On est dans un ancien jardin potager semi abandonné, pruniers, cerisiers, pêchers, noyers…qui donnent en fonction des années, on ne traite pas !

Un prunier qui a poussé tout seul, il donne des fruits depuis deux ans, des reines-claude, vu les fleurs serrées, nous ferons de la confiture cet été...

Un prunier qui a poussé tout seul, il donne des fruits depuis deux ans, des reines-claude, vu les fleurs serrées, nous ferons de la confiture cet été…

De plus près...

De plus près…

Là, c'est "désolaçion" ! Le chemin des "filles d'à côté" (elles ne vivent plus ici), abandonné et retour à la luxuriance de la végétation....

Là, c’est « désolaçion » ! Le chemin des « filles d’à côté », abandonné, retourné à la luxuriance de la végétation….

Je suis passée sur le petit pont qui sépare les deux jardins et je remonte l'allée, parfois je m'appuie au gros noisetier plus que centenaire, sur la gauche... la promenade est finie !

Je suis passée sur le petit pont qui sépare les deux jardins et je remonte l’allée, parfois je m’appuie au gros noisetier plus que centenaire, sur la gauche… la promenade est finie !

Nombre de mots : 92 dans le texte mais avec les légendes des photos, plus !
Éléments du réel : aujourd’hui même !
Sur le vif : ho que oui !
En accord avec le thème : oui.

Pour en savoir plus sur cet exercice et connaître une liste partielle des participants, clic sur le logo.Logo réels Queneau2

Publicités