Feuilletés à la cannelle selon Syl. nommés Pets de soeur par les québécois !!

logo syl gourmandises 2016Aujourd’hui notre Cheffe voulait que l’on pioche une recette chez une autre des gourmandes que nous sommes. Mais comme je ne peux pas cuisiner grand-chose aujourd’hui, je vous présente cette recette testée juste après le Nouvel An ! Je ne suis pas en avance et vous excuserez la qualité des photos, certaines sont floues mais je n’ai pas mieux en stock ! Et pas capable d’en refaire aujourd’hui… Comme la salade de fruits frais (éplucher l’ananas est déjà une expédition pour moi !^^) que vous verrez à la fin du billet…

J’ai voulu refaire ces feuilletés à la cannelle d’origine québécoise , voir la recette et les dosages exacts chez Syl., ICI,  ainsi que la façon de procéder. Parce que moi j’ai fait au pif, alors,  soit ma pâte feuilletée (toute faite, je sais, la honte) n’était pas terrible, soit j’ai mis trop (ou pas dans le bon sens) de beurre mais le « feuilleté » ne croustillait pas comme il aurait dû. Cependant avec le thé, le café ou un petit chocolat, cela passe très bien ! À manger dans la journée ou au plus tard le lendemain matin au petit déj’, en raison de la qualité du feuilletage, ce dernier ne « feuilletant » pas éternellement !!! En revanche, le goût de cannelle était plus prononcé le lendemain. Avis à ceux qui ne sont pas « cannelle » ! Lire la suite

Le premier jeudi poésie deux-mille-dix-sept en verdurette !

Logo des jeudis poésie pour ceux qui écrivent...

Logo des jeudis poésie pour ceux qui écrivent…

Bonjour à vous amis de la poésie et si vous avez regardé le calendrier des jeudis de cette année, hasard du dit calendrier, tous les mois débutent par un jeudi vert ! Et alors me direz-vous ? Ben rien… Je parle aussi dans le vide parfois !!! Je vous souhaite (à ceux qui m’auraient échappé) une année douce où la poésie trouvera la place qu’elle mérite si vous consentez à lui accorder cette place… Que ce soit en dénichant des vers de poètes que vous aimez ou en en écrivant vous-mêmes, parce que ça fait du bien et il en restera toujours quelque chose !

EDIT DE 01h22  : J’ai passé la journée d’hier aux Urgences (oui je sais, déjàààà et encooore ??? !!! ). Tout est rentré dans l’ordre, hormis l’attente insupportable qu’il faut endurer (5h avant de passer) (et quand l’iPhone vous lâche à 20h) (que vous n’avez pas eu le temps/la lucidité d’emmener votre livre).  Je viens juste de rentrer, je n’ai pas la force de retaper un poème de mon cru ou d’un autre, j’essaierais dans la journée si j’ai assez dormi… Heureusement que le billet est programmé dès le premier lien ! Je suis vraiment désolée, ça ne devrait pas tomber une veille de jeudi-poésie !

Ont poétisé avec moi aujourd’hui, les inconditionnels… :

Poèmes écrits par les participants :

1 – Martine, en turbulences inouïes, se lance dans une « Giboulée de haïkus » et réclame notre indulgence pour cet essai !

2 – Jacou nous parle de « Poésie automatique » pas automatique du tout mais allons plutôt lire !

3 – LilouSoleil montre le bout de son museau tout gelé et donne de la voix avec « Le chant de la liberté » !

4 – Emilie… et oui notre si jolie EmilieBerd roule déjà dans la « Poussière« … et après lecture, c’est de la poussière d’or…

5 – Monesille : où il est question de « Choses aériennes et célestes » !

6 – Modrone en haïkus comme Martine, chic alors !

7 – DimDamDom, très en retard (et en plus me laisser un lien sur FB, on n’a pas idée !!!), donc Madame nous recycle elle aussi (c’est la saison du blanc les filles, alors du neuf siouplaît !) avec « Je m’envoie en l’air » ! Tout un programme (lavage-rinçage-essorage).

Sandrion, très tardivement ce soir, un magnifique sonnet de Mallarmé « La vierge, le et le bel aujourd’hui »

Présentation d’un poème :

1 – Soène nous recycle un poème présenté il y a un an mais bon… on aime   « La Rose » de Robert Desnos !

2 – Sharon, ce matin s’accorde une « Rêverie » de Victor Hugo.

3 – Sandrion, très tardivement ce soir, nous offre un magnifique sonnet de Mallarmé « La vierge, le vivace et le bel aujourd’hui »

Bonne année 2017

a-bonne-annee-livresque-et-ecrivantePas de commentaires superflus ce matin, juste des souhaits de bonheur que nous formulons tous envers ceux que nous aimons, pour que monde soit meilleur et tant d’autres choses… Moi j’aimerais arrêter le temps mais c’est impossible alors je me résigne tous les ans à enterrer l’année en cours le plus dignement possible…

Pour l’occasion (et ça n’arrivera pas souvent), je vous embrasse !a-bonne-annee

 

Le dernier jeudi poésie de 2016 version trois mousquetaires !

Citation

Logo du jeudi poésie pour présentation d'un poète.

Logo du jeudi poésie pour présentation d’un poète.

Bon, en faisant poésie tous les jeudis de décembre, il était prévisible que nous serions peu à tenir la distance, surtout pour le dernier de l’année…moi même j’ai failli annuler hier car les  imprévus se sont succédé toute la journée ! Je n’ai pu approcher mon ordi qu’à 20 heures, donc je prends sur mon temps de lecture et de sommeil ha mais !!!  Comme je vous l’ai dit, tout rentrera dans l’ordre le 2 janvier …

Les trois mousquetaires du jour à poétiser avec moi, ce qui fait quatre sont , tadadam  :  😀 (5 avec Carnets depuis peu). Lire la suite

Joyeux Noël les amis !

img_3560Amis virtuels, réels, « virréels », amis bloguesques qui passez ici en laissant une trace ou en sous-marin, qui que vous soyez, que vous croyez au Père Noël ou pas, je vous souhaite un Joyeux Noël parce que…on a beau dire, quand on n’est pas croyant  (ou pour d’autres raisons), que c’est un jour comme les autres, je ne suis pas tout à fait d’accord, sauf si on n’est pas né dans une famille judéo-chrétienne.noel-coeur-de-boulesEn effet, quand vous grandissez dans une famille catholique (noël après noël), et même si elle ne va pas à la messe tous les dimanches, Noël a un caractère sacré même sans avaler l’hostie de la messe de minuit ! Que ce soit la date exacte ou pas de la naissance de ce pauvre Jésus, vous serez turlupiné par la sempiternelle question : « qu’est-ce qu’on fait à Noël ? », le « on » impliquant des membres plus ou moins proches de votre famille, géographiquement ou pas, des « assortiments  » possibles ou pas pour le plan de table (pas question d’inviter ensemble belle-maman et cette gourde de Marie-Angélique) (oui mais Marie-Angélique est la copine de Balthazar, le fils du beau-frère) (ça se complique)… Quand il vous est arrivé de passer un  Noël cauchemardesque avec Marie-Angélique ET le beau-frère, vous ne remettez jamais le couvert ni le houx dans les vases et vous passez sous les guirlandes en vous signant !  » Ha ? Noël ? J’t’ai pas dit, je pars une semaine à Madère, oui, mi-boulot, mi-détente mais tu sais je m’en serais passée »… » Et hop, emballez c’est pesé avec votre plus beau sourire hypocrite ! Ce soir là, toutes lumières éteintes chez vous, vous lirez un bon livre sous la couette en picorant dans une boîte de chocolats, sans stress ni détresse .a-aspho-a-mindounet-arf

Mais, il y a aussi des Noëls magiques, j’en ai connu quelques-uns et rien que pour ceux-là, en souvenir de ce que l’Amour (n’est-ce pas Célestine ?) peut accomplir comme petits miracles, rien que pour ça, je vous souhaite en cette période troublée, depuis presque deux ans déjà, de trouver en vous un ilot de sérénité, de calme et de bienveillance pour laisser passer ces fêtes dans la bonne humeur à défaut d’avoir le coeur  en liesse ! J’ai une amie dont le fils est entre la vie et la mort depuis une semaine à l’hôpital, c’est arrivé brusquement alors que sa famille devait venir passer Noël chez elle, et tout a basculé. Car tout peut très vite basculer. D’autres peuvent en parler aussi… Alors profitez du bonheur quand il passe, des sourires quand ils s’offrent et des lumières qui éclairent les obscurités de votre coeur. Laissez-vous faire de temps en temps ! Accepter de recevoir n’est-ce pas aussi une façon de donner ? J’dis ça j’dis rien…la philo à deux balles, hum …a-aspho-quand-jespere-quun-miracle-va-se-produire

Joyeux Noël et à très vite…

…et je repasse sur vos blogs dès que les fêtes sont finies parce que là je me dédouble depuis 15 jours et un sentiment un peu fou est en train de me monter au caberlot !img_3575Mousse chocolat aux orangettes maison ! img_3565Fournées de biscuits de Noël, anis étoilé et cannelle… img_3569Dernière fournée au gingembre-citron-amande amère. Et c’est fini pour Noël 2016 ! Déjà avec les Kipferl c’était limite ! ^^

Et je ne vous parle pas du père Noël d’Ariège, ni de celui de l’Isère…c’était monstrueux sous le sapin ! Et sans eux c’eût été bien vide ! 😉 Mais ce n’est en rien une obligation les cadeaux, juste la cerise sur le cheese-cake !

img_3601 img_3577 img_3597 img_3598et il n’y a pas tout …

Joyeux Noël !

Le jeudi poésie vert et rouge de presque Noël !

Logo des jeudis poésie pour ceux qui écrivent...

Logo des jeudis poésie pour ceux qui écrivent…

Chaud devant chaud devant, nous entrons dans une zone de turbulences et je vous demanderais de bien vouloir attacher vos ceintures, d’avaler votre champagne (ou jus d’orange) avant l’atterrissage prévu pour le 24 décembre au soir qui risque d’être un peu cahotique ! Coeurs sensibles s’abstenir ! Mais nous ne sommes que le 22 décembre et pour l’heure, c’est l’anniversaire de LilouSoleil, je vous invite à lui  souhaiter une belle journée toute en poésie bien sûr et emplie d’attentions délicates de la part de ses proches ! Bon anniversaire LilouSoleil !

Jeudi vert oblige, comme les aiguilles du sapin, vous avez été quelques-uns, moi incluse à proposer votre « production » (comme on dit maintenant et ça m’horripile, on n’est pas des robots), en vers ou en…prose. Et en rouge, comme les boules ou guirlandes (ou la tenue du Père Noël), celles qui continuent de voyager dans l’univers merveilleux des poètes.

Ont poétisé avec moi aujourd’hui :

Ceux qui ont écrit un poème :

1 –  Soène qui « Rêve en Rose », ce qui n’est pas surprenant !
2 – EmilieBerd n’aime pas l’hiver ni le temps qui passe et tel un Zola des temps modernes, elle accuse : « Les saisons Assassines »
3 – Modrone-Eguab ne me connaît pourtant pas mais il nous parle, en prose, de « La dame aux traits tirés » !
4 – Monesille m’a parlé de tout autre chose, ce sera donc surprise du chef !
5 – Asphodèle parle d’un « Triste décembre », ci-dessous.
6 – Célestine, toujours émerveillée va à l’essentiel avec « Lumière vitale »
7 – Carnets Paresseux, scrute les « mondes invisibles » et nous invite à la prose poétique avec un texte intitulé  » Brumes « 

Ceux qui présentent un poème :

Martine a l’humeur païenne en cette veille de Noël et elle s’accompagne de Jehan Rictus avec une prière « Notre dâb », extrait de Les soliloques du pauvre.

LilouSoleil (bon anniversaire ! 😀 ) regarde « La neige » avec Maupassant.

***

  DÉCEMBRE EN MIETTES…hiver-photo-laurent-hunzinker-sur-geo-17-10-14

Trop de rêves couverts de cendres
dans les mains froides de décembre ,
aux arbres qui ne jouent plus
que des adagios impromptus
loin des chants de Noël,
tristes Jingle Bells,
Sonnant fauxle-coeur-cousu-pour-illustrer-livre-de-cm
à mon coeur en morceaux,
caché à présent
sous les voiles noirs
de l’indécence ;
comme ces éteignoirs
brisant l’incandescenceailes-anges-ou-coeur-brise-gif-etoiles
des soirs de fête
avec l’étoile de minuit
évanouie,
quand s’est jouée la défaitefemme-au-piano
sur le piano du temps
d’un amour en allé il y a longtemps.

On ne le voyait plus sous le feu des routines,
glissantes et assassines…

©Asphodèle – 10 décembre 2016

Les Gourmandises de Syl et le mini-swap avec Nahe ! Et des petits gâteaux pour Noël !

Faut pas croire, vous ne me voyez pas beaucoup mais je vaque, je vaque ! Pour de bonnes comme de moins bonnes choses d’ailleurs…

Je ne vous présente plus les Gourmandises de Syl, notre rendez-vous croquignolet et (surtout) trèèès convivial du dimanche (quand je peux y participer) ! Aussi Syl, à l’insu de notre plein gré, en octobre a lancé une petite phrase (sur notre page Facebook) : « Et si on s’envoyait quelque chose » ? Moui ? Vous la connaissez, le « quelque chose » est devenu un mini swap, vraiment mini, nous ne devions pas dépasser une enveloppe de 30 cms. C’est Syl qui nous a attribué notre swappé différent du swappeur, de celui qui envoie. Ainsi ai-je envoyé une bricole à Sharon et c’est Nahe qui m’a adressé une enveloppe toute en délicatesse (comme Nahe) ! De Belgique ! Mais ça dépassait largement le cadre, j’ai été gâtée ! Je vous énumère la photo…img_3440img_3438Une jolie carte emplie de mots attentionnés, un carnet (comment ça on sait que je collectionne les carnets ?) avec « Faire un voeu » en couverture, du chocolat Galler (haaaaaaaaaa, si vous saviez comme il fut bon !) (surtout le Manon blanc alors que je n’aime que le noir d’habitude, même le praliné a été englouti rapidement !). Et ce sublime marque-page en bois ouvragé qui me dit « Tu es spéciale » (Ho ! Je fonds moi !). Mais elle est maline Nahe, petite enveloppe mais grandes idées et un peu coquine aussi…car ce n’est pas fini ! Il y avait une petite pochette avec un gros costaud bad boy aux couleurs de Noël et dans la petite pochette, un sac à sac, enfin que l’on garde dans son sac en cas de courses inopinées ! Mais regardez plutôt le lascar ! On me prend pour une cougar maintenant quand je fais mes courses, c’est malin ! 😀img_3441de FACE, le tatoué et…img_3442de dos ! Il est impressionnant non ?

Sinon, hier, j’ai passé ma journée en cuisine, oui la journée ! Entre la cuisine du jour (il faut se nourrir même quand on prépare autre chose…) Donc j’ai fait des « kipfels » (je ne suis pas du tout certaine du nom, je n’ai pas le papier à côté de moi), des petits gâteaux d’origine allemande, une recette d’Anne, la Douce chérie de Mindounet ! Hé bien Anne je ne te remercie pas, j’ai le dos ruiné ! 4 fournées après, sachant que j’ai commencé à 12h30 et fini à 19 h ! Merci Anne, ils sont délicieux ! 😀  Je vous donnerai la recette plus tard, là j’ai mes vapeurs et je dois ranger la cuisine qui ressemble à un champ de bataille !img_3548 img_3546

Ça s’appelle aussi croissants… Vu mon habileté, ils ne ressemblent à rien, au pire à un fer à cheval (quand ils ne se sont pas cassés en deux lors de la sortie du four, là on peut dire « boudins »…) !

Bonne semaine à tous et bon courage si vous avez des repas festifs à préparer !  🙂

Les coquilles Saint-Jacques et les Vannets !

logo-pour-moi-de-syl-ce-que-je-veux-quand-je-veux-naQuelle histoire ! Lors du passage de membres de ma famille cette semaine, nous voilà partis en fin d’après-midi à L’Aiguillon-sur-Mer pour acheter des huîtres et quelques bulots (et accessoirement voir le coucher de soleil sur la mer). Sauf que, une queue se formait devant un rideau de fer baissé et intriguée, je suis allée lire l’écriteau : il s’agissait d’une vente directe de coquilles Saint-Jacques à un prix très raisonnable de 17h30 à 18h30. Nous faisons donc la queue et très vite nous nous apercevons que ce sont des réservations pour la plupart et que la pile de coquilles devant la vendeuse baisse à vue d’oeil, elle m’assure d’ailleurs qu’il n’y en aura plus quand arrivera mon tour.img_3498 Pas grave, nous persistons et, dans la file d’attente,  on nous dit qu’il y a des vannets, que c’est délicieux. Ça ressemble à la noix de pétoncle mais la couleur claire de la coquille en fait une mini coquille Saint-Jacques, pas un bébé coquille, ce serait interdit mais ça se situe entre noix de pétoncle et la coquille sauf que nous les avons préparés comme les coquilles dont nous avons réussi à glaner 4 kilos et…ça nous a pris trois heures à les ouvrir, les  laver, les dessabler, les farcir, etc,  mais quel régal ! Il faut fermer les yeux et laisser fondre cette bouchée iodée au goût de noisette pour qu’éclatent en bouche toutes les subtilités offertes par  ce produit d’exception (quand il n’est pas surgelé et pêché au Chili). C’était notre pré-Noël et nous l’avons passé en pyjama, (on ne peut pas cuisiner pour midi (13h30) et s’occuper de soi) mais c’était encore mieux !img_3501

Merci Goo*le pour nous rappeler comment ouvrir et préparer des coquilles fraîches, allez-y vous trouverez des vidéos explicites et ce n’est pas si dur. Mais les vannets… Je voulais les préparer comme les pétoncles, en marinière et dans un sursaut de lucidité sceptique (bah quoi A. Nothomb a bien la nostalgie heureuse), j’ai quand même regardé et bien m’en a pris. Nous n’avons pas suivi de recette compliquée et fait sensiblement la même chose pour les coquilles et les vannets. Sauf que nous avons poêlé les coquilles et après looong nettoyage des vannets, nous les avons passé au four. Explications !img_3499

Ingrédients pour deux kilos de vannets : Pour 4 personnes.

50g de beurre demi-sel ;
deux grosses échalotes hachées menues ;
Trois gousses d’ail hachées ;
1 demi-bouquet de persil plat.

Si vous avez un robot vous pouvez tout mettre dedans et récupérer le hachis)

Faites dessabler la veille avec du gros sel les vannets et répétez l’opération trois fois minimum (celles que nous avions achetées n’étaient pas pré-désablées mais brutes de pomme). Comme pour les Saint-Jacques, enlever le nerf autour en soulevant , le rouge vient avec (nous n’aimons pas le rouge) et rincer une dernière fois sous l’eau pour être sûr qu’il n’y a plus de sable. Les éponger soigneusement une à une (oui je sais, c’est titanesque !). Les faire ouvrir à la casserole quelques secondes, ne garder qu’une coquille. Puis, faire revenir doucement au beurre le hachis échalotes-ail-persil et en parsemer les vannets avant de les passer deux minutes au four 180/200° ! Dégustez, c’est à tomber ! Nous avons fait au plus simple volontairement vu la qualité du produit, certains font des sauces crémeuses, nous avons préféré garder la saveur initiale, juste relevée.img_3502img_3504img_3506Ce qui a fait environ huit vannets par personne, on peut aussi les servir en apéritif, présentés différemment ! Mais après nous avons dégusté les Saint-Jacques et c’était aussi bon, je n’arrive pas trop à faire la différence, elle n’est pas énorme !

Syl, notre cheffe n’étant pas là ce week-end, je me suis proposé de récolter les liens des marmitonnes de la Brigade, elles peuvent me les laisser ici en commentaires pour plus de facilité ou sur la page FB dédiée…

Et voici les liens des marmitonnes : au fur et à mesure que je les lis…

Syl et une blanquette de saumon aux  girolles et graines de moutarde ;

Sandrion et des rougets à la provençale ;

Sharon et un cake chocolat-praliné ; recette du 3 décembre.

Une Comète et des cailles au miel sur lit de poires aux épices ;

Nahe et des croissants à la vanille ;

L’Irrégulière et des oeufs cocotte au foie gras.

Et je vous souhaite un bon dimanche !

Le jeudi poésie avec Jean-François Mathé.

Logo du jeudi poésie pour présentation d'un poète.

Logo du jeudi poésie pour présentation d’un poète.

Un mois de décembre très poétique puisque mon erreur  de la semaine dernière va nous réunir plus souvent que prévu… Mais ne participent que ceux qui le souhaitent ! Cette semaine, je vous présente un poète que j’ai découvert récemment, Jean-François Mathé,  et  dont j’aime la sensibilité, les mots clairs, légers comme une brise d’été ou au contraire sombres, mais jamais pesants. Il me fait parfois l’effet (en le lisant hein !) d’être le grand frère de Thomas Vinau. Il y a un air de famille dans leur « petite musique ». Et comme ce sont des poèmes très courts, je vous en offre deux, pour que vous vous fassiez une idée plus complète mais je pense que je vous le présenterai plus avant dès que j’aurais lu un recueil complet.

Ont poétisé avec moi aujourd’hui :

1 – Lilousoleil nous présente Au lion d’Androclès de Victor Hugo. Que j’adore !

2 – Martine a revêtu « Le Masque » (poème) avant de se perdre dans « Les villes tentaculaires » (le recueil d’où est tiré le poème)  d’Emile Verhaeren… Qui est ma madeleine, ma gaufrette à la noisette !

3 – Valentyne galope avec un poème sans titre  tiré du recueil  « À la lumière d’hiver » de Philippe Jaccottet. Que j’adoooore et admire !

4- Sharon et Nunzi nous invitent à lire le « Sonnet au lecteur » d’Alfred de Musset. Que je chéris comme un enfant terrible !

5 – Jacou fait un p’tit tour sur un « Dimanche » de Jacques Prévert. Que j’aime beaucoup !

6 – Modrone-Eeguab me fait un « Don » de …….. je n’arrive pas à le prononcer….Czeslaw Milosz. Que je ne connais pas ! Mais je vais découvrir.

7 – DimDamDom (une revenante) avec « Ils » de Brigitisis (Centerblog).L’auteure de ce poème répond au pseudo de Brigitisis et officie sur Centerblog.

8 – Claudialucia, en retard mais toujours bienvenue, en est « Rouge vive » d’Estelle Fenzy

Extrait du recueil Corde raide fil de l’eau (1991)temps-qui-passe-homme-horloge-paysages

dans la maison des morts
on mesure chaque chambre
et son volume de silence
on calcule la hauteur
entre la cave étreinte par la terre
et le grenier orphelin recueilli par le ciel

puis on ne trouve pas
de clé plus lourde que la tristesse
pour fermer la porte à jamaisa-cle-poesie-mathe

©Jean-François Mathé né en 1950 dans l’Indre.

et cet autre que j’aime beaucoup aussi :

Ces enfants, comme ils on vite passéa-enfants-neige-mathe

Ces enfants, comme ils on vite passé,
disparu en nous laissant
la neige sans leurs traces
et le vent sans leurs rires.

Auront-ils meilleur avenir que nous
ou le même,
avec les derniers mots de la chanson
tombés de la musique
pour qu’on les crie
ou qu’on les taise ?

***

Le jeudi poésie oublié du calendrier !

Logo du jeudi poésie pour présentation d'un poète.

Logo du jeudi poésie pour présentation d’un poète.

Mea culpa, je suis faillible ! Je fais mon planning avec un calendrier que je commande tous les ans à Vi******nt, avec de grandes cases pratiques pour noter les rendez-vous mais qui comporte un sytème de « grisé clair » pour les trois premiers jours du mois suivant, ce qui fait que je ne les ai pas vus . Et comme il y avait déjà trois jeudis poésie en décembre, ça ne m’a pas choqué. C’est donc l’horloge de l’habitude « tous-les-quinze-jours » qui nous a guidés, Soène, Modrone, Martine et moi à publier aujourd’hui ! Bon Soène, d’habitude , disons « avant » (mais c’était avant), tu me signalais mes erreurs de planning, hum, tout fout le camp ! 😀 Lire la suite

Le jeudi poésie vert mais pas que…

Logo des jeudis poésie pour ceux qui écrivent...

Logo des jeudis poésie pour ceux qui écrivent…

Un jeudi vert où vous pouviez écrire un poème, moi aussi. Sauf que je n’ai VRAIMENT pas eu le temps , pas de l’écrire, mais d’être concentrée et inspirée suffisamment… Ce sont des choses qui arrivent, alors vous aurez Marceline (Desbordes-Valmore) à la place…et c’est plutôt chouette non ? Promis, le mois prochain, j’en écris deux pour me faire pardonner !

Ont poétisé avec moi ce jeudi, mes fidèles amis de la poésie et je les en remercie  : (ça sent l’hiver, il y a du monde aujourd’hui ! On va se tenir chaud…) Lire la suite

Adieu Léo, on t’aimait tant…

Adieu, le premier chanteur américain que j’ai aimé d’amour. Avant Bob Dylan, avant Neil Young…  Il était un chanteur « actif » depuis plus de 40 ans, et c’est important de le dire, il n’était pas QUE la réminiscence « d’un passé qui n’est plus ». Il venait de sortir un superbe album, à 82 ans ! Que novembre est triste encore cette année. J’ai froid tout d’un coup alors je remets « ce vieil imperméable bleu » sur le dos de Suzanne, de Marianne que tu as rejoint en nous quittant. So sad…

 

Les Noces d’Albert Camus pour mon jeudi-poésie !

Logo du jeudi poésie pour présentation d'un poète.

Logo du jeudi poésie pour présentation d’un poète.

L’automne, en septembre nous est arrivé dans les bras de l’été, encore chaud et ébouriffé de soleil, laissant à octobre le soin d’enluminer les arbres. Novembre est encore doux chez moi, les feuilles jonchent l’allée du jardin et comme en poésie, je suis souvent à contre-saison, je vais vous livrer un passage de Noces d’Albert Camus, extrait d' »Un été à Alger », un livre de courtes nouvelles, que je relis régulièrement parce qu’il me parle personnellement mais surtout parce que sa beauté est universelle même si les choses décrites par Camus dans les années 1930 n’existent plus depuis longtemps, les paysages eux sont restés. Et puis Albert Camus n’écrivait pas pour « faire de la poésie », son écriture est poétique…. D’ailleurs j’ai eu du mal à choisir un extrait plutôt qu’un autre.

Ont poétisé avec moi les inconditionnels :

1 – Martine nous emmène découvrir la poésie grecque avec : Kikí Dimoulá : « Statue de femme aux mains liées », extrait du recueil « Le Peu du monde, suivi de Je te salue Jamais »

2 -Sharon, depuis que Bob Dylan a eu le Nobel de Littérature nous offre de jolis poètes-chanteurs et aujourd’hui c’est Mathilde de Jacques Brel ! Le Grand Jacques aurait pu l’avoir ce Nobel…

3 – Soène s’est blottie contre Albert Samain et nous dit « Je rêve de vers doux »…

4 – Modrone-Eeguab, de retour d’Italie a justement rencontré Musset (Alfred de) qui lui a parlé de « A mon frère revenant d’Italie » (le hasard fait bien les choses)…

5 – Valentyne, notre Jument Verte préférée, se remet en selle avec « Diego » de Sabine Sicaud. Au galop !

6 – Jacou, la bordelaise…nous présente « Bordeaux » vu par Ausone.

7 – Célestine nous raconte « l’ivresse » selon Baudelaire…

8 – Pativore, dont le commentaire s’était glissé dans Indésirables (et que je n’ai vu qu’aujourd’hui samedi)…nous glisse un poème d’Oscar Wilde.

Extrait de  » L’ été à Alger », p. 39 à 41  de mon édition Folio.a-noces-lamiraute-de-marthe-piothet

« Soirs fugitifs d’Alger, qu’ont-ils donc d’inégalable pour délier  tant de choses en moi ? Cette douceur qu’ils me laissent aux lèvres, je n’ai pas le temps de m’en lasser qu’elle disparaît déjà dans la nuit. Est-ce le secret de sa persistance ? La tendresse de ce pays est bouleversante et furtive. Mais dans l’instant où elle est là,  le coeur du moins s’y abandonne tout entier. A la plage Padovani, le dancing est ouvert tous les jours. (…) Le soir venu, je ne voyais plus son corps collé contre son danseur, mais sur le ciel tournaient, les taches alternées du jasmin blanc et des cheveux noirs, et quand elle rejetait en arrière sa gorge gonflée, j’entendais son rire et voyais le profil de son danseur se pencher soudain. L’idée que je me fais de l’innocence, c’est à des soirs semblables que je la dois. Et ces êtres chargés de violence, j’apprends à ne plus les séparer du ciel où leurs désirs tournoient. »

Je ne peux pas résister à ajouter celui-ci, extrait de « Noces à Tipasa » et qui a donné son titre au recueil. p.17.

ruines de Tipasa

SAMSUNG DIGIMAX A503

Un peu avant midi, nous revenions par les ruines vers un petit café au bord du port. La tête retentissante des cymbales du soleil et des couleurs, quelle fraîche bienvenue que celle de la salle pleine d’ombre, du grand verre de menthe verte et glacée ! Au-dehors, c’est la mer et la route ardente de poussière. Assis devant la table, je tente de saisir entre mes cils battants l’éblouissement multicolore du ciel blanc de chaleur. Le visage mouillé de sueur, mais le corps frais dans la légère toile qui nous habille, nous étalons tous l’heureuse lassitude d’un jour de noces avec le monde. »a-noces-plage-de-tipasa-image-google

©Albert Camus, extrait de Noces – 1938 –.

 

Cake au mascarpone, raisins secs et figues demi-sèches pour mon dimanche !

logo-pour-moi-de-syl-ce-que-je-veux-quand-je-veux-naBon, il n’y a pas une émission qui s’appelle « cauchemar en cuisine » ? Ce cake m’a fait passer par toutes les couleurs de l’arc-en-ciel ! Je sais bien que c’est Halloween mais quand même, je voulais une douceur italienne… Bon, je l’ai eue mais à quel prix ! Ma copine Samar du très bon blog Mes inspirations culinaires ne m’a jamais déçue alors je me suis dit que j’avais sûrement mis une araignée dans le potage (oui je sais avec Halloween, c’est petit ) ! Bah oui…quand on ne sait pas compter…on rame ! Quand on ne sait pas changer les ml en l (si,  je sais mais si je ne me concentre pas, j’inverse, dyslexie oblige)…

Donc Samar disait 10 minutes de temps de préparation, ça a duré 2h30 chez moi et les 40 minutes de cuisson …on arrive à 60 avec un gros moule à cake ! Quelle idée aussi j’ai eu de faire une recette « familiale » pour deux ! Arf ! Lire la suite

LE GARÇON DE MARCUS MALTE ≠ MRL2016 AVEC PRICEMINISTER

img_4954Mais qui  donc est ce « Garçon » dont tout le monde parle ?  C’est d’abord un auteur que j’affectionne, Marcus Malte  (ICI, , ENCORE ICI, ICI,  et SURTOUT LÀ) et que je félicite d’avoir obtenu le Prix Fémina avant-hier. Prix largement mérité pour ce livre inclassable, merveilleusement (bien) écrit et dont je vais essayer de vous parler. Le résumer est au-dessus de mes forces. Alors oui ce billet est trop long mais c’est comme ça ! C’est aussi une lecture commune avec Noukette, Hélène de Lecturissime et Moglug. Cest également ma participation pour les Matches de la Rentrée Littéraire 2016 orchestrée par Price Minister . a-logo-pm-mrl2016Et c’est plus qu’un coup de coeur.

Ce livre est un pavé de 535 pages,  il m’a fallu dix jours pour le lire, le savourer. Ce n’est pas un page-turner qu’on se le dise…même si une fois commencé, on ne le lâche plus.

Le Garçon n’a pas de nom, il pourrait être une pâle copie de « L’enfant sauvage » mais rien de cela. Il restera muet toute sa vie malgré les initiateurs qu’il rencontrera sur son long chemin de solitude, d’épines mais aussi de roses incandescentes. Long chemin parce que l’histoire se déroule entre 1908 et 1938, sur trente ans dont deux années de guerre pour ce Garçon et une guerre dont il ne sortira pas indemne, comme tous ceux qui n’en sont pas morts. Muet ou mutique, on ne sait pas vraiment, à l’inverse de « L’enfant sauvage », il ne sera pas étudié et disséqué. Et c’est tant mieux pour le livre. Et ce silence choisi par l’auteur permet une autre approche, d’autres sensations.

L’histoire est poignante, les digressions sous forme d’énumérations sont criantes et cruelles aussi, mais transcendées par l’écriture de Marcus Malte, les envolées lyrico-historiques m’ont rappelé les délires d’Ariane  dans Belle du Seigneur d’Albert Cohen. Rien que ça. Et je suis certaine qu’il n’a pas tout dit.  Mais revenons à notre Garçon.

Il naît dans le sud de la France, dans une zone reculée, une cabane quelque part, pas trop loin de la mer mais pas très près non plus. Le livre s’ouvre sur une nuit noire, le Garçon a 14 ans environ et porte sur son dos celle qui est sa mère mais il ne le sait pas. Sa mère ne lui a jamais rien dit, rien enseigné, ne l’a pas vraiment aimé d’après ce que l’on comprend. ils ont vécu en autarcie, loin du monde et elle veut qu’il l’emmène voir la mer avant de mourir. Il versera ses premières larmes mais pas les dernières. On devine dès les premières pages, l’immense page blanche qu’est ce Garçon, cette glaise brute et intouchée où tout reste à écrire, à modeler. « Tout homme laisse un jour derrière lui son enfance. Il ne la retrouvera pas. Seuls quelques très vieux ou très fous bénéficient parfois de cette seconde chance » (p.39).

Il va faire des rencontres, des gens humbles, une star de cirque déchue mais magnifique, dans un premier temps puis des personnes cultivées, bourgeoises même mais un peu décalées si on les juge à l’aune de la société de l’époque, moi je dirais qu’elles étaient en avance sur leur temps et profondément humaines. Comme Emma. Qui va l’aimer, l’initier et cela nous vaut des pages torrides comme cela faisait longtemps que je n’en avais pas lues, c’est à dire de qualité… Mêler désir ardent et poésie, je n’en connais pas beaucoup qui savent le faire sans tomber très vite dans le vulgaire.  » (…) Marche à deux temps, deux battements par mesure, deux pulsations. Largo. C’est le cycle des lunes et des marées. Sac et ressac. La mer à boire, mais de miel, de sirop, un nectar. Et ce lent, très lent va-et-vient dure et dure encore.
Debout devant l’évier. » (p.258). Et encore, ne vous mettre que ce petit bout est réducteur, il ne traduit pas « l’émotion » réelle que l’on ressent.

Mais le saule sous lequel ils s’aiment, où les rayons du soleil éclairent leurs corps en été ne sera plus un refuge…Le 1er août 1914, les cloches carillonnent et ce n’est pas pour un mariage. La Guerre 14-18 vient d’éclater et on sait ce que la Guerre fait aux hommes, même aux plus tendres, même aux plus purs, surtout à eux. Elle leur fait mal et les renvoie changés dans un monde qu’ils ne reconnaissent plus. Eux-même ne se reconnaissent plus, ça y est, ils ont été touchés par la saleté du monde. La guerre oblige à de petites et grandes trahisons avec soi-même dont on a du mal à se remettre. « Ce qui n’a pas été pillé a été détruit  ou souillé. La lèpre pousse dans les chambres. Au royaume des déments qui sont les rois ? «  (page 423).

Le voyage initiatique du Garçon est loin d’être fini, la guerre est un révélateur du visage de l’Humanité, de ses multiples facettes les moins glorieuses même si l’Homme parfois n’a guère besoin de guerre pour être monstrueux. Je recule toujours devant les livres de « guerre », ici, la partie du livre qui lui est consacrée a achevé de me  bouleverser.

Quels seront les ravages sur un esprit pur comme celui du Garçon ? Quelle sera la suite de l’histoire d’amour avec Emma ? Emma la pianiste, la poète érudite qui a tout compris en renonçant à « éduquer » le Garçon, consciente de sa vanité, car au fond, l’éducation nous rend-elle plus heureux ou meilleurs ? C’est aussi je pense une des questions du livre, voire la question : qu’est-ce qui est encore vierge de toute corruption aujourd’hui, de la plus légère, celle dont parle Emma (ci-dessous) à celle qui se joue au sommet de l’État et des Académies prestigieuses ?

 » (…). Fatalement cela aurait une influence sur son esprit, sur sa façon d’appréhender le monde et les choses – corruption douce mais corruption tout de même-(…). Quand elle observait,  autour d’elle, les êtres constituant la prétendue bonne société, que voyait-elle ?
La civilisation est ailleurs. » (p. 232).

A vous de lire ce chef-d’oeuvre (non je n’ai pas peur du mot), ce livre au souffle épique qui a coupé le mien plus d’une fois (au propre comme au figuré), mélange tous les genres, dans une musicalité de style parfaite, harmonieuse, malgré la cacophonie des obus et les lamentos épistolaires d’Emma pendant la guerre. Le musicien mélomane qu’est Marcus Malte a écrit une symphonie parfaitement achevée. Le livre d’or de la maturité…

Nous avons beaucoup discuté avec Noukette et Hélène hier en faisant nos billets, ce livre nous a vraiment chamboulé. Allez lire leurs billets ! Noukette, Hélène de Lecturissime et Moglug

De nombreuses chroniques ont fleuri que je n’ai pas encore lues, sauf celles de ma LiliGalipette (il y a longtemps)  et Yvan  (après mon billet) que je vous conseille car vous y trouverez le lien vers une interview de M. Malte (en septembre, avant le Fémina), très édifiante. Et bien sûr l’étude de Mazeppa de Claudialucia (en lien avec V. Hugo et la poésie), dont elle a parlé ICI . Je ne voulais pas trop en savoir avant de commencer ce livre et bien m’en a pris. Recueillis ce matin, les avis de Claudia Lucia, Kathel, Pr. Platypus, Yv, Zazy
et la chronique très « sexy » de Lorentzradfin

SUR L ‘AUTEUR  ???

Photos Soène, Quais du polar 2013.

Photos Soène, Quais du polar 2013.

What else ? Je vous ai déjà tout dit dans mes précédents billets et avec le Fémina, vous apprendrez certainement à mieux le connaître, cet anarchiste bad boy, discret, charmeur et intranquille… ! (ce descriptif n’engage que moi, je tiens à le préciser, j’assume !).

Lien pour poster chronique PM / MRL-2016: http://bit.ly/2cC07yP

Oyez oyez, le jeudi poésie en vers et en pas mûr revient avec les poètes amateurs …et les autres !

Logo du jeudi poésie pour présentation d'un poète.

Logo du jeudi poésie pour présentation d’un poète.

Retour du jeudi poésie « vert » où nous pouvions (pour ceux qui le souhaitent)  écrire un poème en vers, en prose avec ou sans rimes, peu importe, l’idée étant de se faire plaisir. Ayant eu un début de semaine difficile, j’ai fait court… vous ne m’en voudrez pas ?

Ont poétisé avec moi aujourd’hui, les poètes du « dimanche » (expression chère à notre Carnets) et les autres…

Ceux qui présentent un poème :

1 –  Martine, l’écriturbulente se laisse bercer par la « Rumeur des mots » de Bernard Mazo, , extrait du recueil LA VIE FOUDROYÉE.
2 – Sharon nous offre du Brassens avec « Mourir pour des idées »  !
3 – Sandrion a rencontré Queneau qui lui a dit « Si tu t’imagines… »

Ceux qui ont écrit un poème :

Logo des jeudis poésie pour ceux qui écrivent...

Logo des jeudis poésie pour ceux qui écrivent…

1 – Carnets Paresseux est allé sonder l’obscurité avec « Une nuit, la nuit » à travers   un petit conte ironique avec des vrais morceaux de poésie ? (sic) (CQFD) !^^
2- Jacou, quant à elle, nous emmène « Quelque part », allons découvrir !
3 – Soène innove (et intrigue) avec  « Imagillusions » !
4 – Asphodèle ci dessous avec ses « vestiges » !

 

VESTIGES

temps-qui-passe-horloges-arbres-eau-riviere

Et nous remonterons le courant
une fois de plus, le coeur boîtant,
la ride au front creusée,
espérant voir dans la nuit
quelques réverbères allumés,a-poeme-reverbere
sur ce qui nous a fait vibrer,
à midi ou à minuit,

sur ce qu’il reste en dépit de tout :

Photo Aifelle

Photo Aifelle

Cet or qui nous a rendu fou
Et que nous garderons serré,
dans le creux de nos âmes.a-baiser-lor

Vestige sacré
d’un destin de poussière et de brindilles
car l’on sait bien
qu’à la fin
la vie nous déshabille…

©Asphodèle – octobre 2016.

Risotto aux deux champignons, poulet et Marsala…

logo-pour-moi-de-syl-ce-que-je-veux-quand-je-veux-naLe mois Halloween de Lou et Hilde fait rage mais il se partage avec le mois italien d’Eimelle qui m’inspire bien davantage, comme vous pouvez vous en douter mais je vais bien trouver un nom horrifique pour ce risotto et le faire passer dans les deux challenges !  Non ? Comment ça c’est de la triche ? Mais pas du tout, c’est de la créativité, gnê ! Alors ce risotto pour Halloween se nommera « Riz aux yeux noirs de strega ivre  » ! (Demandez à Syl pour « strega », c’est sorcière en Corse….je crois !)

Un bon risotto demande juste 30 minutes mais 30 minutes de présence derrière la gazinière sans le lâcher une seconde… Un peu de préparation avant mais si peu…

INGRÉDIENTS  pour deux personnes (mais ça peut faire 2 repas) :img_3204

  • 2 verres de riz Arborio ou riz rond de votre choix ;
  • 1 petit verre de Marsala (pas aux amandes ni à la crème, du nature) ;
  • 2 échalotes coupées menues, 1 gousse d’ail, 1 bouquet de persil ;
  • champignons de Paris, pleurotes (parce que j’en avais mais mieux vaut les champignons de Paris si vous aimez le goût du champignon, la pleurote est assez fade)… Je n’ai pas pesé mais je dirais 500g de chaque, à faire revenir légèrement (pas trop non plus) avant avec de l’ail, une échalote, du persil, ça réduit beaucoup.
  • 2 escalopes de poulet fermier : la veille, les débiter en lanières puis en dés, les mettre à mariner dans de l’huile d’olive avec un oignon coupé fin, pratiquement haché, persil, thym, laurier, sel, poivre) et réserver au frais, filmé, jusqu’au lendemain. Vous pouvez aussi dépiauter les restes d’un poulet rôti…déjà cuit (mais  ce sera moins …bref…pas pareil).
  • 1 petite marmite (une marmitonne ?) de bouillon de poulet (idéalement fait maison), sinon un cube de bouillon de poule légèrement tiédi dans la « marmitonne » fera l’affaire. J’ai toujours du bouillon de poule maison au congél pour ces occasions !
  • et beaucoup beaucoup de parmesan, à râper au moins deux fois pendant que l’on mange (le garder à portée de main !img_3272

ACTION ! img_3258

Détaillez les échalotes finement (il me restait un oignon rouge, j’en ai profité et le(s) mettre à suer avec de l’huile d’olive dans une grande casserole. Dès qu’il (elles) est (sont)transparent(es), ajoutez les champignons juste précuits et les dés de poulet hachés avec l’huile de marinade.  Dès que c’est juste doré, ajoutez vos 2verres de riz et attention, la difficulté commence ! La seule, il faut que le riz devienne translucide sans attacher (et je n’ai pas choisi la facilité en l’ajoutant en dernier mais j’y ai gagné en saveurs). Dès que c’est fait, ajouter le verre de Marsala (et croyez-moi c’est bien meilleur que le vin blanc dans le cas présent), remuer un ou deux tours et ajouter une première louche de bouillon de poule/poulet.img_3262 img_3263Renouveler l’opération dès que ça prend au fond (avant que ça ne prenne au fond serait plus juste, arf !), jusqu’à ce que votre riz ne croque plus sous la dent (oui il faut goûter). Normalement et c’est ce qui fait le crémeux du riz, enfin pour moi (j’en connais certaines que je ne dénoncerai pas qui ajoutent de la crème fraîche, hérésia !!!), donc quand le riz est tendre et que vous avez l’impression qu’il reste trop de bouillon, comme ça :img_3270Oui c’est flou, mais il y a de la buée, c’est chaud hein ! Donc là, vous éteignez le feu, et vous recouvrez d’une assiette pendant 5 petites minutes et …img_3269 vous servez, c’est prêt-crémeux ! On peut ajouter une ou deux noix dont le goût se marie bien avec le champignon :

img_3271

Le parmesan est absorbé immédiatement, alors pensez à garder la râpe ! Buon appetito !

Mais allons voir chez Syl  notre Cheffe bien-aimée les noms et plats des participants…

logo-mois-italien-deimellePour Le mois italien d’Eimelle et si elles veulent encore de moi, les sorcières Lou et Hilde, pour le challenge Halloween…logo-halloween-lou-hilde

Je vous souhaite un bon dimanche…

Le fruit de l’arbre sec

Je reblogue rarement un article mais là… quand l’Ecriturbulente se lance dans un concours de nouvelles et a besoin de votes, de soutien, je n’hésite pas, surtout quand j’ai aimé ladite nouvelle ! Vous trouverez les liens pour aller voter, c’est simple comme bonjour ! Ne vous en privez pas ! Merci à vous !

Écri'turbulente, c'est en écrivant qu'on devient écrevisse.

bandeau-1-2016-09-15-16-46-41

Je me suis lancée (si si, j’ai osé) dans un challenge d’écriture organisé par Short Édition et le Département de l’Isère, pour le Prix Short Paysages. C’est la Médiathèque départementale – Service de la lecture publique du Département de l’Isère qui pilote ce concours de nouvelles (suivez les liens en rouge).

Le thème du jeu est « Paysage – Paysages isérois» et c’est sur ce thème qu’il faut créer une œuvre, un Très très court (une micro-nouvelle) ou un Poème.

Tous les genres littéraires seront acceptés : romance, thriller, fantastique, science-fiction, instant de vie… tant que l’oeuvre mentionne un paysage isérois, en toile de fond ou en sujet principal.

Trois catégories sont proposées :

  • Très très court : micro nouvelle d’une longueur de 6000 signes maximum (espaces compris) au ton, à la forme, au style de votre choix.
  • Poème : il n’y a pas de longueur minimum ou maximum requise et…

View original post 1 233 mots de plus

Je confiture ! Et ça colle !

logogourmandiseshalloween15Vous vous demandiez où je disparaissais ces derniers jours ? Brusquement… Derrière mon chaudron de sorcière pardi puisque Halloween (je me retiens de lancer une insulte en arabe à l’encontre d’Halloween mais ça me démange ! 😀 ). Aussi, avant de vous révéler la recette de ma confiture de pommes (version très personnelle, je ne suis pas normande), voici quelques photos de ma confiture de melon selon Samar, sa recette délicieuse ICI, et comme j’avais aussi fait un pot de gelée de mûres, j’ai mélangé les deux un matin sur mon pain grillé et ma foi, c’était délicieux ! Lire la suite