Le jeudi poésie avec Les papillons bleus de Jacques Viallebesset


Logo du jeudi poésie pour présentation d’un poète.

Il fallait que je vous le dise : l’Agenda Ironique ce mois-ci installé chez L’Ecrevisse Turbulente, rencontre un succès grandissant, avec des participations de qualité qui me réjouissent. Il  a été aussi, pour moi, matière à m’esclaffer cette semaine, quand deux participantes emportées dans le feu de leur conversation ont parlé des jeudis poésie d’Asphodèle, ajoutant pour l’une que ce nom  lui évoquait « les salons du siècle passé et même du siècle d’avant » !!! Inutile de vous dire qu’outre le fou-rire qui ne me lâche pas depuis quand j’entends « salon », je pense pampres et cotonnades fleuries, parfum d’iris et de violettes, gibus et crinolines froufroutantes ! Dodo m’ayant demandé un doigt d’angustura, je vais penser à concocter un goûter très XIXème d’ici peu pour nos délires poétiques ! Merci aux deux jeunes filles en fleurs qui ont rebaptisé ce jeudi en « salon du siècle dernier et même de celui d’avant » d’avoir fait ma semaine ! 😆

Un peu comme ça non ?

J’ai donc hésité à ressortir de son placard naphtaliné,  ma chère Marceline Desbordes-Valmore, emblème féminin de la poésie du XIXème mais c’est un poème que m’avait offert Martine en conversation privée sur FB l’an dernier qui a eu ma préférence …(et oui, je garde tout, je suis vraiment d’un autre siècle !)…D’un poète inconnu de moi et je n’en ai pas appris beaucoup plus en cherchant sur lui (Cf. à la fin). Mais son poème m’a touchée et ça me suffit.

Ont poétisé avec moi, les fidèles anciens et une nouvelle, Clémentine du joli blog « Les narines des crayons », souhaitons lui bienvenue chaleureusement !

1 – Claudialucia nous fait découvrir une poétesse norvégienne  Gunvor Hofmo avec deux poèmes

2  – Donc bienvenue au blog  Narines des crayons (Clém pour faire plus court ou Clémentine pour les intimes^^) qui après moults tergiversations a choisi « Les colchiques » de Guillaume Apollinaire.

3 – Carnets Paresseux (notre Dodo national) nous présente un mystérieux poète du siècle dernier avec un titre qui pourrait faire penser à Apollinaire mais je crois bien qu’il s’est trompé de jeudi et que c’est lui, cet élégant en costume gris perle assorti à ma rositude !  En attendant, inlassablement depuis des siècles,  « Sous les ponts, coule la Seine »…

4 – Quant à Martine, notre pro de la Turbulitude, elle nous propose un poème en puzzle (hé oui si on veut le titre, va falloir faire le puzzle, chic chic !) et comme c’est son mois Jacques Prévert pour honorer les 40 ans de la disparition du poète, c’est un poème extrait du recueil Fatras, 1966.

5 – La douce Eléonore nous rappelle, en ces heures troubles,  avec Jean-Pierre Siméon « Comme il est bon d’aimer »

6 –  Nunzi, la chatte la plus poète de la blogosphère (aidée de Sharon, son humaine), malgré sa cécité nous invite à lire «  Il m’a dit » d’Edmond Jabès

7 – Modrone-Eeguab-Edualc , toujours sportif, part battre la « Campagne » avec ce pauvre Antonio Machado (mort trop tôt)…

8 – LilouSoleil (ce matin) me dit qu’elle a choisi Victor Hugo…(j’ajouterai le titre dès que je l’aurai).

9 – Monesille (ce matin) rimbaldise avec « Les poètes de sept ans » d’Arthur Rimbaud.

10 – Soène (ajoutée le 28.04) était partie seule avec Rainer Maria Rilke qui lui disait : « Rose, d’où vient… »

 EDIT DU 29.04.2017 / Poème dédié à Célestine dont l’animal-totem est le papillon et qui a eu la gentillesse de me « prêter » ses beaux yeux bleus pour illustrer les derniers vers…

LES PAPILLONS BLEUS

Dans les alvéoles de sa mémoire
La petite fille qu’elle était danse encore
A chaque battement de ses paupières
S’envolent de ses yeux des papillons bleus
Elle savait déjà tout sans vraiment le savoir

Elle a tout donné venu de son grand cœur
Des années dorées transformées en plomb
Les ailes du malheur ont fracassé les cages
Ses oiseaux se sont envolés dans son ciel
Ils pépient le soir à la margelle des pupilles

Elle a dans le cœur un cerf-volant qui poursuit
Les tendres moutons roses du ciel en rêvant
À des croisières bleues au pays du croissant
Où languide dans les saveurs ocres de l’orient
De ses mains naissent des chants de couleursA l’instant de rejoindre le ventre de la terre
Elle laissera ici-haut quelques traces légères
De bleu pour que les douces jacinthes des cœurs
Les océans le ciel les humains se rappellent
Que les yeux bleus sont les yeux des amoureux

Jacques Viallebesset, Extrait de Le pollen des jours. Copyright éditions le Nouvel Athanor.

SUR L’AUTEUR :

Pas de page Wikipédia, j’ai attrapé au vol, une photo de ce Monsieur sur le site « Recours au poème » et l’extrait ci-dessous est copié chez Babelio qui le tient lui-même de La Cause Littéraire :

« Jacques Viallebesset serait le nom de plume d’un écrivain et poète français .
Il résiderait en Auvergne. Franc-Maçon, il s’est fait connaître comme co-auteur d’un roman La Conjuration des vengeurs (Dervy, 2006), où il utilise tous les ressorts de l’imaginaire maçonnique. Adapté en bande dessinée sous le titre éponyme en 2010 chez Glénat.
Egalement poète , il a publié deux recueils, remarqués par la critique, L’Ecorce des cœurs en 2011 et Le Pollen des jours en 2014 aux éditions Le nouvel Athanor. Son prochain recueil, Sous l’étoile de Giono, paraitra en 2014 aux éditions Alain Gorius/Al Manar. Ses poèmes sont présents dans plusieurs revues et anthologies internationales.
Il travaille actuellement à un roman, dans la même veine que son précédent, Le Testament de l’initié, devant paraître en 2015 ainsi qu’à son quatrième recueil : Ce qui est épars. »

Publicités

114 réflexions au sujet de « Le jeudi poésie avec Les papillons bleus de Jacques Viallebesset »

  1. Je ne connais pas du tout ce poète, et, comme de bien entendu, je suis allée fouiner… Sur le site de Poética (http://www.poetica.fr/categories/jacques-viallebesset/), j’ai aussi trouvé ce poème, parmi d’autres :

    Avec toi

    Je suis avec toi âme sincère et cœur pur
    Egaré dans le dédale de ta forêt obscure
    Cherchant en aveugle la clairière de l’être
    Je suis le compagnon qui a travaillé comme toi
    A qui tu peux dire tes espoirs et désirs secrets
    Je t’apporte les forêts les mers les montagnes
    Je suis avec toi quelles que soient tes erreurs
    Dans tes yeux sont gravés tes rêves ta nostalgie
    Toute l’innocence perdue depuis l’enfance
    Cette absence de pureté que tu ne vois plus
    C’est ainsi que la mort arrive avant l’heure
    Je suis ton compagnon en perpétuelle révolte
    Et si la société a tué en toi cette faculté
    Je te dis que les prés fleuris t’appartiennent
    Je suis avec toi partout où tu es esseulé
    Je t’attends aux estuaires de ta résignation
    Tu imagines les routes du vent les joies du monde
    Au nom de l’espoir je t’offre amour et amitié
    Pour soumettre ton désir au rythme du cosmos
    Je suis avec le berger qui t’attend près de ta source.

    Jacques Viallebesset, Extrait de Sous l’étoile de Giono. Copyright Editions Alain Gorius/Al Manar

    • Haaaan ma Tine, ça va ??? Tu as lu le début de mon billet ? C’est TOI qui m’avais envoyé ce poème l’an dernier ou il y a deux ans sur FB !!! 🙄 « Elle a dans le coeur un cerf-volant qui poursuit les moutons roses… », tu ne te souviens pas ? Je l’avais gardé au chaud ! 😆 Bon, ce n’est pas grave, il a peu écrit (ou publié) ce Monsieur mais ce qu’il dit (et dans le fond et sur la forme) me touche beaucoup… Gros bisous et fais attention à toi ! 😆 ♥

    • Claude, moi aussi je découvre ! Et en poésie contemporaine, il y a de quoi faire, que d’inconnu(e)s pourtant talentueux ! J’ai me ton bleu qui vire aux bleus… 😉 Bises et àttds.

    • Hi hi Aifelle, non non pas de titre s’il te plaît ! 😆 J’avoue que j’aime bien aussi les tenues XIXème même si ça ne devait pas être pratique à porter et à entretenir ! 😉

  2. J’ai regardé que les images, tu sais comme les albums à colorier en somme. Ben oui, la poésie ne pouvant pas sauver les hommes, autant se concentrer sur les couleurs !
    Papillon de lumière…sous les projecteurs…
    Bisous.

    • Dommage que tu n’aies pas lu (au moins l’introduction) 😦 Les images peuvent être trompeuses et les papillons « de lumière » comme tu dis se brûlent les ailes s’ils approchent trop près des lampes ! La poésie ne sauve peut-être pas les hommes mais les hommes ne sauvent de rien, alors entre les deux, je choisis la poésie ! Bisous Poussin.

      • Il est beaucoup question de poésie chez Sigolène Vinson, ma chouchoue…et c’est elle qui arrive à cette conclusion ! Je lis les poèmes que tu écris et certains autres, mais les poèmes comme ça, ça sert à rien, c’est comme si toi tu lisais un traité sur la logique des chiffres !

        • Mindounet répète un peu ? « les poèmes comme ça ça sert à rien » !!! 🙄 No comment… Sur ce coup, je ne suis pas du tout d’accord avec ta chouchou ! Mais avec Jean-Pierre Siméon qui a écrit « La poésie sauvera le monde » et si tu regardes un peu l’Histoire (bien que tu n’aimes pas ça non plus) et bien, la poésie, c’est ce qui survit à tout ! Il y a davantage de poètes en « classique » (donc qui ont traversé les siècles) que de romanciers… Les romanciers sont souvent des fashion victim, les poètes plus rarement…
          Lire un traité comptable non et non, mais sur la logique des chiffres, je crois que je pourrais, avec un peu de bonne volonté ! 😆 Misère ! 😆

          • Mais tu n’as pas compris, ce n’est pas le poème qui ne sert à rien, ça ne sert à rien que je lise des poèmes puisqu’il ne se passe rien 😀 😀 Par contre je lis les tiens et ceux D’Emilie avec plaisir et attention…
            Ma chouchou est grande amatrice de poésie et d’art…il est beaucoup question de Rimbaud dans 2 de ses livres…tu verras…et je te parie un plan comptable 2018 que tu vas aimer ce que tu liras…oui oui…

            • Voui♥♥♥ on en a bien besoin dans ce monde de brutes que nous offre Mindounet !!! Cyndi et Katty…haaaan !!! 😀 La poésie est en danger, sauvons-là, à l’abordage !!! 😀 😆

  3. C’est Delon ?
    Un très beau poème qui me rappelle la petite fille de L’enfant précoce. Mais celle-ci n’a que des souvenirs.
    « Et toutes deux, avec des langueurs d’asphodèles,
    Tandis qu’au ciel montait la lune molle et ronde,
    Savouraient à longs traits l’émotion profonde
    Du soir et le bonheur triste des cœurs fidèles. »
    Verlaine

  4. « De ses mains naissent des chants de couleurs »
    Si c’est pas beau, ça !! Une vie tout en couleur, et sans lunette rose…
    Je ne connaissais pas… Je vais me disputer avec la responsable du rayon poésie de ma librairie…
    Gros bisous

    • Hi Emilie, tu as une responsable de rayon poésie toi ? Tu as donc une grande librairie près de chez toi !!! Moi il faut que j’aille à Nantes pour trouver mon bonheur ou sinon je commande par Internet mais c’est moins bien que de farfouiller en rayons… Oui ce poème est vraiment beau, j’y aurais mis un peu de ponctuation, ça aurait mis en valeur certains passages qui le méritaient… 😉 Bisous 😉

      • Euh, en effet, je me suis peut être emballée…Il y a un rayon poésie dans la librairie, mais la responsable est responsable de tous les rayons… C’est à une vingtaine de minutes de chez moi en voiture…Le rayon poésie contient quelques recueils contemporains en plus des classiques…Et la personne en question en avait lu quelques pages…c’est déjà mieux que certaines enseignes que j’avais quittées très très énervée 😤J’y ai pris, entre autres, « La poésie sauvera le monde » De JP Siméon …

      • Pour la ponctuation, je pense que c’est important aussi car ça donne un rythme… Ici c’est peut être pour se rapprocher d’un vol de papillon, léger, tourbillonnant et éphémère comme un clignement de paupières 😉😆❤️❤️❤️

        • Ha dans mes bras Emilie ! Cette mode qui a sévi toute la seconde moitié du 20ème siècle et encore aujourd’hui, consistant à ne pas ponctuer pour X raisons (aussi bonnes ou mauvaises les unes que les autres) me heurte moi aussi ! Je pense que la fluidité du vol du papillon ou de celui du cerf-volant n’aurait pas été freinée par une ou deux virgules fort à propos !!! 😆 Mais bon hein…les poètes sont des rebelles qui n’en font qu’à leu tête c’est bien connu ! 😆 Bisous ♥

          • Hi hi😉On l’oublie souvent…Ils utilisent la force des mots pour mieux jouer avec leurs contraintes…Comme si les règles à dépasser obligeaient à la beauté et à en extraire la « substantifique moelle. »😉

            • Nan mais franchement, vos commentaires sont bien plus intéressants que le texte…Asphodèle et Emilie Bird présentent  » le club des poètesses en vadrouille ». Bienvenue sur culture rime . com…le site qu’il vous faut ! Et pendant ce temps, on ne parle pas du nouvel Katy Perry qui à un titre français,  » Bon appétit « . 😀

              • Mais dis donc Mindounet si on ne parle pas poésie un jour de jeudi poésie où va le monde ??? Et tu sais qu’il y a de l’idée avec ton culture.rime.com, on va voir ce que l’on peut faire, notre époque manque cruellement de culture et de poésie !!! 😆 Non mais Katy Perry, non mais oui c’est bien (pour toi surtout) mais voilà quoi !!! 😆

    • Mais Lilou non tu ne m’as rien laissé !!! 😦 Je reviens d’Indésirables et tu n’y es pas non plus ! Tu as bien laissé sur la page du jeudi-poésie parce que si tu as posé ton lien ailleurs, il est possible, dans le flot des commentaires qu’il m’ait échappé, alors que si tu le laisses dans les comm’ de la Page « Jeudi poésie 2016-2017, laissez vos liens ICI », je les vérifie tous la veille… 😉 Et le titre du poème ? C’est en option ? 😆 Rhaaa !!!
      Ne pleure pas, tu auras plein de choses à nous raconter à ton retour, la Chine ce n’est pas rien ! 😉

      • J’affirme et je confirme que j’ai envoyé le 24 avril sur ta messagerie un mail
        dont copie
        Lilousoleil
        24 avr. (Il y a 3 jours)

        À Asphodèle
        Voilà j’ai trouvé un poème de Victor Hugo intitulé « Premier Mai ».

        https://lilousol.wordpress.com/2017/04/27/poesie-du-jeudi-victor-hugo
        Je mets donc mon lien et je pars mercredi prochain pour la Chine et ne reviens que le 23 mai avec des belles photos.
        je programme à tour de bras et si je trouve un poème pour le 11 mai je le prépare.

        Prend soin de toi
        bises
        Voil mon Aspho même que ce n’est pas grave
        avec bises et sourire

        • Exact ma Lilou, je viens de faire une recherche dans ma boîte Yahoo et je l’ai, sauf que :
          1) Il ne FAUT PLUS m’écrire perso sur cette boîte depuis qu’elle a été piratée mais sur leslecturesdasphodele@gmail.com car je ne lis pas tous mes mails Yahoo le jour même contrairement aux gmail, vu que j’y reçois les mails personnels et
          2) Eviter d’envoyer les liens par mail, je ne reçois plus non plus sur mon nouveau portable et ne pouvant plus être à l’ordi comme avant…voilà ce qu’il se passe , et enfin
          43) si j’ai créé cette page, c’est JUSTEMENT pour y regrouper les liens, qu’ils ne soient pas dispersés aux quatre vents du Net !!! 😆
          Non ce n’est pas grave mais c’est dommage ! Je te souhaite un bon voyage en Chine et oui, je fais ce que je peux pour prendre soin de moi, bisous ma souriante ! 😉
          P.S. : le 11 mai est un jeudi « vert », tu peux donc aussi en mettre un de ta plume mais tu sais que j’accepte les deux, alors pas de souci ! 🙂

  5. Merci pour ce poème aux belles images. Simple mais profond, mais simple ( tout ce qu’il me faut 🙂
    Très belle aussi cette strophe qui fait comme écho à ton précédent texte.
    A bientôt.

    • Bien vu V.s, effectivement j’ai trouvé aussi que la 1ère strophe faisait écho à l’Azemmour !!! Tu es trop fort(e) !!! 😉 . Merci de ce commentaire « scrutateur » ! 🙂

  6. Poète ignoré mais dont les mots sont dignes d’être reçus, donnés, dégustés. Merci pour la simplicité douce de vers attendris. Il y a quelque chose d’Hugo dans l’Art d’être grand-père notamment….

    • Il n’est jamais trop tard pour la poésie, je te rajoute ma Camomille !!! 😆 Mon Salon n’a pas affiché « tenue correcte exigée », hé ho !!! 😆 Moi-même, euh…comment dire ? Je suis encore en « tenue d’intérieur », arf ! 🙂 Je t’ajoute de ce pas !!!

  7. Ping : Le Salon Poésie de Dame Asphodèle | monesille

    • Célestine, j’ai bien failli te demander la photo de tes yeux (ton « avatar ») pour illustrer la dernière image, ce sont les plus beaux (et sans flatterie vile de ma part) que je connaissais pour dire les derniers vers ! Mais je savais que ces papillons te plairaient belle enfant ! 😆 Je t’embrasse♥

    • Et allez on en remet une couche sur le salon ! 😆 Je vais rebaptiser les jeudis poésie si ça continue ! Ça ferait un peu « Précieuses Ridicules » du coup ! 😆 Oui, je suis d’accord avec toi, poète à découvrir même si sa production poétique semble moindre par rapport à celle de romancier !

    • Merci Lydia, je dois dire que là j’ai cherché pas mal pour illustrer ! Ça fait plaisir d’avoir des retours ! 😉 Gros bisous et bon long week-end qui se profile à l’horizon ! 😉

  8. Ben moi, j’ai poétisé toute seule, en jeudi en liberté-poésie car je n’avais pas cette date, ce qui m’avait surprise d’ailleurs 🙄
    Eloignée de vos « salons où l’on cause », Miss Aspho, je suis un peu perdue mais je trouve juste la comparaison, adaptée à l’ère du temps 😉
    Fouillé, farfouillé, c’est le but un peu de ces rencontres pour nous surprendre et nous apprendre à lire d’autres poètes tout aussi méritants que les « Grands ».
    Il y a des papillons dans la campagne, en ce moment, j’en croise pas mal même s’ils se tiennent obstinément loin de mon objectif 😥
    Merci pour cette découverte et gros bisous

    • Mais oui ma So’N, je suis même repassée sur ton dernier billet mercredi soir pour te demander si tu participais ??? Le jeudi est noté au calendrier ! Je vais t’ajouter au Cahier de poésies quand même et je viens te lire, pendant que j’ai 5 minutes à moi ! :roll:…
      J’adore découvrir des nouveaux poètes contemporains, il y a un vivier et le Net nous permet des rencontres que l’on aurait pas pu faire avant alors il faut en profiter ! 😉
      Je suis d’accord avec toi, photographier les papillons n’est pas facile et il faudrait de gros zooms ! 😆
      GrOs bisous ma Cocotine ! 🙂

    • C’est une image So’N, bien sûr qu’elle n’en a pas besoin puisqu’elle est toujours aussi fraîche malgré les siècles qui passent ! 😉 Comme nous, arf !!! 😀 😆

  9. Coucou ! je découvre ce poète grâce à toi. Qu’il fait bon de venir flâner sur ton blog ma chère Asphodèle. On se cultive, on apprend, on sourit, on est ému, bref c’est une belle tranche de vie que tu nous offrent là. Je fais une pétition pour le retour du soleil ici en Bretagne. On nous l’a volé je crois loll Bisous du bout du monde 😉 🙂 passe un excellent weekend !

    • Merciii Fréd, ça me fait très plaisir d’entendre ça ! D’autant que j’y suis par sauts de puce (sur le/les blogs) mais il faut dire que j’ai une bande de papoteurs pas piqués des vers ! Bienvenue dans mon « Salon vintage » ! 😆 Je fais ce que je peux pour l’alimenter (blogounet) mais il a connu des repas plus consistants ! 😀 Ici le soleil va et vient, alterne avec un petit crachin mais le matin il fait très froid… J’espère qu’on va nous le rendre pour le week-end (et plus hein !), je t’embrasse et te souhaite également un bon week-end à clochettes parfumées ! 😉 😀

    • Coucou Marie, quelle joie de te revoir ici !!! Hé hé ça manque la poésie hein ? 😀 Ce sera avec plaisir si tu participes à nouveau (si vous participez^^) ! C’est vrai qu’une fois par mois, ce n’est pas trop contraignant !!! 😀 Gros bisous ! 🙂

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s