LE LIVRE DE DINA – Tome 1 : les limons vides » de Herbjørg Wassmo


a-pinces-0-linges-logo1a-dina-les-limons-vides-tome1Un livre dont j’ai eu  envie de vous parler à chaud car il est d’une violence inouïe. Aussi c’est ce brouillon resté en jachère que je vous livre aujourd’hui, presque deux ans après cette lecture marquante. Une plume trempée à la fois dans la glace et le feu.   Le style est somptueux, mais exige une attention soutenue, n’allez pas le lâcher une semaine (vous ne pourriez pas de toutes façons, il vous rappellerait)  et même avec cette attention le procédé narratif, fait de phrases courtes, rapides comme la vie de Dina la météore, vous laissera en chemin si vous ne suivez pas ! Le livre s’ouvre sur une galopade suicidaire, en plein hiver, dans le Nortland norvégien, autant dire presque le cercle polaire et la glace n’est pas destinée à finir au fond des verres de vin qu’écluse Dina, elle sublime les paysages et cette étrange enfant qu’est Dina, sauvage, presque autiste parfois bien qu’elle ait bénéficié d’ un minimum d’éducation dans la maison de son père, un commissaire de police veuf, mal remarié selon Dina (les belle-mères, c’est jamais ça, là c’est pire !) .

Mais en Norvège jusqu’au milieu du XIXème siècle, les filles étaient « mineures à vie », se sont rebellées, ont commencé à se créer des mouvements d’émancipation qui n’étaient pas  du luxe.  Elles passaient donc de la tutelle du père à celle du mari. Ce n’est qu’à partir de 1845 qu’elles seront reconnues majeures à 25 ans et que ça commencera à bouger. Il y a même une page Wiki sur « Les femmes de Norvège », c’est dire quand même l’impact sociétal et historique de la condition féminine d’alors, mieux vaut le savoir avant de lire ce livre pour en prendre toute la mesure et en saisir les subtilités. Et d’ailleurs l’auteur nous dresse un portrait magistral de cette Norvège sauvage et ancestrale.

L'écrivaine des années 1920, Hulda Garborg est montée au créneau , estimant que les

L’écrivaine des années 1920, Hulda Garborg est montée au créneau , estimant que les « acquis » des années 1880 étaient dépassés…

Le livre commence un matin d’hiver glacial. Dina est dans la montagne, elle tire un traîneau où gît son mari très mal en point, elle ne semble pas éprouver d’états d’âmes comme il semblerait normal d’en éprouver en pareil cas.. Il est beaucoup plus vieux qu’elle, c’est un ami de son père, elle a 18 ans et lui 48, des phrases en  italiques nous font comprendre que c’est elle qui parle, de temps en temps dans le récit, phrases chocs à chaque fois, contrastant avec la Dina qui d’habitude, s’exprime à peine mieux que son rouquin de lad  qui la suit comme son ombre car elle est inséparable de Lucifer, son cheval noir sur lequel elle galope par tous les temps, de nuit comme de jour. Libre Dina et surtout insoumise à toute forme d »obéissance. Elle ne cède qu’à sa loi, à ses instincts, ses désirs..  Elle prend mais ne donne pas. » Je suis Dina, entraînée à la suite de l’homme dans le tourbillon du torrent écumant. Puis il passe de l’autre côté. Je n’arrive pas à saisir le dernier instant, ce qui m’aurait fait découvrir ce que tout le monde redoute. Le moment où le temps s’arrête.
Qui suis-je ? Quand, où et à quel endroit ? Suis-je à jamais damnée ? » (p.14)

On se le demande dès le début. Quelle est cette malédiction puisque , à l’âge de 5 ans, elle a tué sa mère en l’ébouillantant. Une mère qu’elle aimait tant, au point de ne lire  que son livre « le livre de Hjertrud » qui n’est autre que…La Bible. Dans la vie qui l’attend, sa vie de femme mariée, on lui dira que ce n’est pas Le livre de Hjertrud mais la Bible. Dina se révèle  insupportable, capricieuse, exaltée jusqu’à la folie. Elle vrille les nerfs de sa nouvelle maisonnée, celle pourtant tolérante de son époux qui l’adore, en jouant du violoncelle toute la nuit, en allant et venant, toujours la nuit, buvant trop,  névrosée mais lumineuse, antipathique et attachante. Paradoxale.

Dina qui va prendre de l’assurance face aux  grands fils de feu son mari  dans son  nouveau domaine au bord de la mer de Norvège, un monde maritime qui sent le bois, le goudron et le poisson (mais aussi l’argent). On ne sait pas où la mènera sa destinée dans ce premier tome qui m’a donné une envie furieuse de me jeter sur la suite, je ne l’ai pas fait car les circonstances m’ont déviée de ma trajectoire mais c’est un livre qui ensorcelle et vous savez à quel point je les aime… C’est à la lisière de la légende, tant la folie grandiose de Dina sublime le quotidien. Mais je reviendrai dans ce Nortland du bout du monde, avec ses aurores boréales à la beauté envoûtante, avec les chants du vent qui hurle comme hurle Dina les soirs de pleine lune, un livre d’excès, de passion dans un décor à la hauteur des personnages. Et , quand nous arrivons à la fin, nous avons envie de reprendre au début car finalement, Dina n’est-elle pas cette femme éternellement au bord d’un précipice ? Un abîme dangereux mais dont est modelée sa nature inassouvie et indompatble , jusqu’au plus profond d’elle-même.

Un classique venu du « froid » que je vous recommande chaudement si vous aimez les histoires romanesques et intemporelles. D’autant qu’aujourd’ui, les trois tomes sont réunis en un seul …

Aurore boréale sur les iles Löfoten.

Aurore boréale sur les iles Löfoten.

Herbjog Wassmo, Copenhague, 2014.

Herbjorg Wassmo, Copenhague, 2014.

SUR L’AUTEUR (pris sur le site Gallimard-Montréal ) :

« Herbjørg Wassmo, née en Norvège en 1942, vit à Hihnôy, une petite île située au nord du Cercle polaire.
Très populaire dans les pays scandinaves, cette ancienne institutrice férue de poésie se consacre à la littérature depuis vingt ans. Après la trilogie de  » Tora  » (La Véranda aveugle, La Chambre silencieuse, Ciel cruel), elle connaît un grand succès avec la trilogie  » Le Livre de Dina  » (Les Limons vides, Les Vivants aussi, Mon bien-aimé est à moi), puis Fils de la Providence. Herbjorg Wassmo achève l’épopée de la flamboyante Dina avec la trilogie  » L’Héritage de Karna  » (Mon péché n’appartient qu’à moi, Le Pire des silences, Les Femmes si belles).
Le Livre de Dina a depuis été porté à l’écran par le metteur en scène danois Ole Bornedal avec Gérard Depardieu, Maria Bonnevie et Pernilla August dans les rôles principaux. Herbjorg Wassmo a également publié La Fugitive et Un verre de lait, s’il vous plaît (Gaïa, 2007).« 
 Bande annonce que je n’ai pas regardée, pour ne pas déflorer les deux tomes qu’il me reste à lire mais pour ceux que ça intéresse, voici le lien….
Advertisements

62 réflexions au sujet de « LE LIVRE DE DINA – Tome 1 : les limons vides » de Herbjørg Wassmo »

  1. Je l’ai lu il y a longtemps et ne m’en souviens pas beaucoup. J’aimerais le reprendre et cette fois-ci lire la trilogie. J’ai adoré rencontrer l’auteure au festival America, en novembre.

    • Oui Aifelle, à reprendre car on a l’impression qu’il ne se passe rien (du moins dans ce 1er tome) alors que le feu est souterrain, comme les ondes de choc provoquées par Dina ! Va voir sur Wiki, il y a l’ordre de la suite (plus ou moins) de cette trilogie) et d’autres de cette auteure fantastique ! 😉

    • Adrienne, je concède que ce n’est pas reposant mais les paysages sont splendides, les sentiments exacerbés par ce climat de nuit ou de jour perpétuels, 😉 l’ambiance est bien dépeinte, ainsi que la société des femmes de l’époque… Il faut passer outre nos propres angoisses pour l’apprécier pleinement ! J’attaque la suite et je sais que j’en ai d’autres de cette auteure à lire…

    • Ha Keisha, tu pourrais aimer, la sauvagerie de la nature alentour est en accord avec celle des humains qui y vivent et Dina en est le chef d’orchestre, bon, un peu perrturbée certes mais ça donne un climat électrique et passionné !

    • Gwen, je ne sais pas, c’est particulier et très très passionnel… Mais la beauté de la nature alentour et la vie dans ces contrées reculées inhospitalières, associées à une peinture juste de la société norvégienne de l’époque en font le sel ! J’attaque le Tome 2 pour me faire une idée plus approfondie… Toujours est-il que presque 2 ans après cette lecture, je suis encore hantée par certaines images…cela n’arrive pas avec beaucoup de livres (dans la masse)… 😉 Cela pourrait t’inspirer pour ta peinture aussi, c’est époustouflant !

    • J’attaque le Tome 2 car j’ai vu qu’il y avait d’autres suites et une autre trilogie, je ne m’en lasse pas ! Pour l’adaptation ciné, je l’ai vue en cherchant « sur l’auteur », c’est resté confidentiel ! 😉

    • Dommage Syl, je suis sûre que ce climat passionnel te plairait même si un peu froid pour toi ! 😆 Quoique…c’est chaud aussi ! Le feu et la glace ! 😉 Demande à Somaja, elle a adoré !

  2. Je sais seulement que la trilogie est l’objet d’un vrai culte en Norvège. Il y a très longtemps que je connais le titre. Mais c’est bien tout ce que j’en sais. Je ne savais même pas pour le film. La Norvège est pourtant un pays où la parité est une réalité (je crois) mais au XIXème c’était loin d’être le cas. J’avoue que ça m’effraie un peu. Et les titres de la première trilogie, que j’ignorais,(La Véranda aveugle, La Chambre silencieuse, Ciel cruel) ne sont pas pour me rassurer.

    C’est toujours avec plaisir que je lis un article sur un livre, livre qu’en l’occurrence je ne lirai probablement pas, mais j’aurai grâce à cette chronique une idée plus précise de l’univers de Herbjorg Wassmo. On dirait que je suis un peu moins bête. Bises et à ttds à toi.

    • Hi hi Edualc ! En ce qui me concerne je vais continuer ma lecture de cette trilogie (les livres sont courts ou regroupés en un seul tome) et c’est un monde à la limite du fantastique alors que tout est réel ! Les décors grandioses y sont sûrement pour quelque chose ! Et si les femmes norvégiennes ont été opprimées jusqu’à la moitié du XIXème, elles ont obtenu leur indépendance bien avant nous, en tous domaines, je te conseille vraiment cette auteure…à l’occasion, en biblio… Bises et à ttds 😉

  3. C’est étrange, il me semblait avoir lu un livre de cette auteure. Je viens de vérifier dans sa bibliographie : eh ben non !
    J’ai dû la « rencontrer » dans une autre vie.
    Ce que tu écris sur ta lecture ne me tente pas du tout, cela dit !
    Bisous Belle 😉

    • Dommage ma Tine, c’est un style qui te plairait sûrement, en plus des paysages presque surnaturels de ce bout du monde polaire ! C’est dense et passionnant et les les livres sont courts ( moins de 200p chaque tome)… Mais tu fais ce que tu veux (avec tes cheveux !!! 😆 ) 😀 Bisous♥

    • Voilà une trilogie qui te plairait, j’en suis (presque) sûre ! C’est un monde particulier ce cercle polaire, presque surnaturel et fantastique, ça peut rendre fou ! Il faut avoir des nerfs en acier trempé pour y survivre !
      J’essaie de surmonter ma poisse,:lol: 4 nuits blanches à la file plus trois tempêtes, ça secoue !!! 😉 Aujourd’hui, je me remets… Bises Isa et à très vite 😉

    • Belette, t’as toujours l’oeil où il faut toi hein ! 😆 Et bien c’est une trilogie qui joue beaucoup avec le glacé et le brûlant si tu vois ce que je veux dire !!! 😆 Mais je ne sais pas si ça te plairait, je vais finir déjà la trilogie et je pourrais étayer mon jugement ! 😀 Moqueuse, va ! 😀

      • J’ai toujours l’œil où il ne faut pas… 😀

        Le froid est brûlant, en effet. Attention de ne pas jouer aux jeux des ados avec le challenge « Ice salt » ou tu mets du sel sur ton bras et tu passes un glaçon ensuite, le but étant de rester le plus longtemps possible. Brûlures au second degré !!!

        Non, je zappe ta trilogie, mais pas tes articles sur la trilogie 😉

        Moqueuse, moi ??? Non, jamais 😆

        • Non mais ils sont fous ces ados !!! 🙄 Comme si les urgences n’étaient pas déjà saturées… Bref !
          Dommage que tu zappes cette trilogie, je suis sûre que ce personnage indomptable aurait pu te plaire mais je sais que ta PAL est déjà bien fournie et on ne peur pas tout lire, en lisant mes billets, comme moi, je me régale des tiens, on est moins bêtes ! 😆
          Si si toi moqueuse !!! 😀

          • Les ados sont cons, mais nous l’avons été aussi, sauf que nous n’avions pas les réseaux sociaux pour nous pousser à faire encore plus les cons !

            Ma PAL est trop fournie !!

            • Les ados…pas que les ados d’ailleurs !!! Mais oui, c’est vrai que les réseaux sociaux amplifient étrangement ce qui serait resté secret il y a 20 ans et disons aussi que l’on remarque davantage les cons !!! 😆
              Ma PAL est bien dodue aussi mais c’est surtout la place qui me manque, là ça devient critique ! 😆

              • Le pire c’est que le monde entier est vite au courant que tu as la trouille de pas le faire… ça influence les ados. :/

                Passe au numérique : ta PAL enfle mais tu t’en fous parce que le tout tiens sur une mini carte SD 😉

                • Pfff ! Belette , tu as raison ! Mais je ne suis pas encore prête à passer au numérique ! Ça viendra sûrement…mais chaque chose en son temps ! 😉

  4. J’ai adoré ce bouquin! Et dire qu’en mai je pars en Norvège et je vais aller dans les îles Lofoten à l’endroit où se passe le roman ! Quant à la condition féminine en Norvège, je te signale qu’elle était encore pire en France et que lorsque je me suis mariée j’ai dû jurer obéissance à mon mari qui était désigné comme le chef de famille. Vieille, moi ? oui? Mais non, je ne suis pas née au XIX siècle !
    Bonne soirée Asphodèle. Bises

    • Quelle chance Claudia, voilà un endroit qui me fascine ! Surtout les aurores boréales, enfin, entre autres, la nature y est somptueuse dans sa sauvagerie et son inhospitalité…
      Sinon, je sais pour les droits des femmes, les norvégiennes ont été bien plus en avance que nous et elles revenaient de plus loin ! Ma mère aussi n’avait droit à rien quand elle s’est mariée, quand on y pense…Et ce n’est pas si vieux que ça, tu as raison de le souligner, les marches arrière peuvent être aussi rapides qu’ont été les avancées, ne le perdons jamais de vue ! 😉
      Gros bisous Claudia (je vais répondre à ton MP) mais avec les 3 tempêtes, je n’ai pas été beaucoup à l’ordi ! 😦 Bisous à Wensounet itou !♥

    • Cela pourrait te plaire, c’est passionnel comme tu aimes et les aurores boréales sont magnifiques… Je n’ai pas continué car je n’avais pas le tome 2, tu sais c’était la fois où j’avais commandé, persuadée d’avoir le livre complet mais non, c’était juste le tome 1 !!! et après, je suis passée à autre chose, le temps court trop vite, voilà voilà… Là je vais m’y remettre, j’ai les 3, hé hé !!! 😉 Bisous Poussin, pas trop ébouriffé par la tempête ? 😀 Ici, après 3 d’un coup, on ne sait plus ce que le mot brushing signifie ! 😆

        • Ha Mindounet, si j’étais plus en forme (qui sait , ça peut revenir maintenant que je ne fume plus, ça se sent à mon souffle 😆 ) j’irais bien me perdre aussi dans les couleurs fantastiques d’une aurore boréale ! Avec un livre de cette auteure dans mon cabas bien sûr ! Ici aussi, temps pourri depuis les tempêtes, ça vire aux giboulées, même s’il fait plus doux, je préfère le froid sec et ensoleillé ! 😉 Bisous en attendant de planifier un séjour « vivifiant » aux îles Lofoten ! 😆

  5. Tiens, faudrait que je le mette dans les pattes de mes lectrices assidues, ça les calmerait peut-être 🙄
    Ca ne me tente pas en ce moment. D’ailleurs, aucun livre ne m’accroche… Je n’ai pas envie de lire sûrement parce que je n’ai rien d’intéressant à lire…
    Et pourtant, il fait un temps à lire 😥
    Neige et nuages blancs se confondent sur les collines de mon horizon…
    Ceci dit, je ne connaissais pas cette dame-écrivain, tu t’en doutes !
    Bisous

    • Alors là ma Soène, pour une fois écoute-moi si tu veux calmer tout le monde, tu leur mets la série « Le goût des autres » de Marie Laberge entre les mains et tu es tranquille jusqu’en mars (3000 pages environ avec Gabrielle, Adélaïde et Florent) ! C’est génial, addictif, bref des livres qui réconfortent comme il en faudrait plus souvent ! Je vais essayer d’en parler bientôt mais sans déflorer , 3 c’est dur… Je les ai lus en un mois pile , pendant la canicule, du 15 août au 15 septembre ! Je lisais parfois jusqu’à 200 pages par jour tellement j’étais accro, incroyable !!! 😆
      Bisous pluvieux de fin de tempête (3 d’un coup, c’est bon, on est essorés) ! 😉

  6. Tu en parles de manière magistrale et ça me donne envie de me lancer !! Avec mes étudiants, on travaille sur « une maison de poupée », de Ibsen, on est en 1878 et en Norvège, les femmes étaient encore mineures, et dans cette pièce il montre une femme qui se libère des carcans, c’est super !

    • Sandrion, si tu es dans la Maison de poupée, lance-toi dans celui-ci, tu ne vas pas être déçue et le style est plus…accessible (enfin, je trouve) ! Dina, pour se libérer, elle se libère, que ce soit légal ou pas !!! 😆 Je commence la suite cette semaine, j’ai fait un peu de rangement dans mes livres et j’ai retrouvé les Tomes 2 et 3… Quand je commence une saga, il faut qu’elle soit complète !!! Sinon, je n’ai pas la patience ! 😉

    • Laure, je me suis fait avoir quand je l’ai commandé (je l’avais vu chez Lili, la petite marchande de prose et je pensais qu’il n’y avait qu’un seul tome !), donc quelle ne fut pas ma déception, et le temps de recevoir les deux autres volumes, j’étais passée à autre chose ! 😉 Impatiente moi ? Meuh non ! 😀

  7. J’ai adoré ce livre que j’ai lu l’an dernier, je l’avais d’ailleurs mis dans mon billet récapitulatif des mes lectures de l’an dernier https://monesille.wordpress.com/ Herbjörg Wassmo, et c’est bien le seul auteur Norvégien dont je trouve les livres buvables, enfin ! lisables, euh, lisibles 🙂
    Bizarrement je ne me souviens pas d’un livre violent ??
    Et puis on en reparlera de la libération des femmes, humpf, scusez moi, m’dame, j’ai gloussé !!
    Bisous miss utopique !

    • Ha et ce billet de récap4 m’aurait donc échappé ??? Non ? Tu as lu la trilogie ou juste le tome 1 (comme moi qui me suis faite avoir à l’achat) ? Je l’ai trouvée violente la Dina tout de même, elle picole, elle casse tout, elle n’est pas l’image même de l’angelot(e) ! 😆 Peut-être qu’elle se calme après mais dans ce tome ce n’est pas un parangon de douceur ! Quant à la liberté de la femme, oui, je sais il y a beaucoup à dire mais nous n’avons pas connu l’époque où on ne pouvait pas avoir de chéquier si on n’était pas mariée, hum… Mais, oui, bon, hein, on est encore loin du compte et ce n’est pas par les temps qui courent que ça risque d’évoluer… no comment ! 🙄 Pas si utopique la miss, bisous Dame Camomille-réaliste ! 😀

      • J’ai lu les trois premiers tomes, je voulais acheter la suite et puis je suis passée à autre chose…
        La liberté dans le chéquier, mouahah, je vais y songer cette nuit !
        Bises chère Asphodèle.

        • Monesille-Pétronille, tu as lu la trilogie, c’est bien ! Si j’avais eu les 3 livres à la suite je les aurais lus, mais d’attendre, je suis aussi passée à autre chose, en l’occurrence (et en relisant mon carnet de lectures), j’ai enchaîné sur la bio de Daphné du Maurier par T. de Rosnay ! J’avais hâte aussi … Bisous ma Dame Camomille !!! 😆

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s