Après la cuisine, le livre de cuisine ? Syl, tu abuses !


a-aspho-quand-on-me-dit-en-mai-fais-ce-quil-te-plait-et-que-je-me-caille-comme-en-janvierNon je n’ai pas tout à fait sombré corps et biens au large de Noirmoutier (tout le monde ne vit pas à Tahiti, on fait ce qu’on peut), je n’hiberne pas non plus (quoique),  rassurez-vous ! Certes, il y a eu un petit glissement de terrain ce janvier, pas du tout prévu et qui a retardé mon espoir de vous revenir en « entier » mais je m’applique à remonter la pente ! J’essaie au moins d’être fidèle à certains rendez-vous (j’en oublie d’autres, oui Soène ne me regarde pas comme ça, je suis déjà assez cramoisie comme ça ! 😳  !). Ce dimanche, Syl. notre Cheffe (adorée) nous demandait de parler d’un « beau livre » de cuisine… Je ne manque pas de livres de cuisine, de « beaux » comme on dit, vous vous en doutez, mais j’ai choisi de vous parler d’un vilain petit canard qui me suit depuis toujours, il n’est pas « beau » au sens strict du terme, il est abîmé, n’a pas de jolies photos comme on en voit sur les blogs maintenant mais ce livre est une mine, j’y ai trouvé la recette de la meilleure blanquette, celle du turbot au champagne (je n’en ai pas fait depuis 20 ans au moins mais bon, c’est pour dire) et surtout ce livre raconte des histoires en même temps qu’il vous donne la recette ! Vous comprenez mieux pourquoi je l’aime ? Il existe encore mais en occasion… C’est, c’est, le suspense est insoutenable…img_3721100 Merveilles de la cuisine française de La Reynière, édité au Seuil.img_3722Vous voyez, ce n’est que la première page du Navarin et déjà deux histoires se télescopent ! On sent la gourmandise dans les mots de l’auteur, le souci de l’anecdote qui a rendu célèbre telle ou telle recette. Non seulement les recettes sont excellentes, mais il nous renvoie à cette truculence que l’on aime tant rencontrer au hasard de notre terroir. Ce qui a fait qu’un plat est entré (ou pas) au Panthéon de ces 100 merveilles ! Je ne vous cache pas que certaines  de ces « merveilles » ne sont pas toujours réalisables aujourd’hui (le cours du turbot a beaucoup augmenté, par exemple) mais à coeur vaillant rien d’impossible, on peut appliquer (essayer) la recette à un autre poisson. Néanmoins,  je vous confesserais que l’intérêt de ce livre est justement l’histoire d’une recette en particulier où tout entre en ligne de compte, les ingrédients, leur qualité,  par qui elle fut réalisée, etc. Bien sûr maintenant on peut faire des Tatin de tomates et même d’olives vertes si le coeur vous en dit, mais on sait, à la base, que la tarte Tatin est aux pommes et résulte d’une erreur magnifique des soeurs Tatin (ou alors on rentre chez soi se cacher !).img_3727Je vous mets quand même les ingrédients du fameux turbot au Champagne, ce n’est pas diététiquement correct, ça c’est sûr ! On n’en mange pas tous les jours non plus et on peut aussi alléger certaines recettes… Mettre 250g de beurre pour un turbot , de la « crème DOUBLE » (où en trouve-t-on encore ?) haaaan ! Ma vésicule me maudit d’avance ! Nos corps ne sont plus habitués (le mien en tous cas) à de telles doses de « gras »… Notez bien, que ceux qui mangent de la junk food ne seront pas dépaysés et ce sera certainement plus sain pour leur cholestérol (et meilleur n’en parlons même pas !) .

Voilà et vous allez me demander mais qui est  La Reynière, cet auteur mystérieux qui m’enchante chaque fois que je chipe une recette ou une idée de recette élaborée dans ce livre ? Bah, en fait je n’aurais jamais dû passer une heure sur Wiki et autres sites…comme le Monde parce que franchement, il est infréquentable ! Écoutez plutôt : de son vrai nom Robert Julien Courtine ( 1910-1988),  La Reynière est un de ses nombreux pseudos (avec Savarin, quel hasard !) et je vous dis après mon sentiment là-dessus mais en ce qui le concerne : Action Française, anti-sémite, anti-maçonnique, COLLABO notoire pendant l’occupation et condamné à 10 ans de prison, il n’en fera que cinq (déjà !), inutile de vous dire que le bonhomme bonhomme de mes dimanches m’a collé des vapeurs ! Auteur très prolixe, et pas que d’ouvrages sur la gastronomie (d’ailleurs les 100 merveilles ne figurent même pas dans sa bibliographie, ce doit être une compilation d’autres ouvrages effectuée par les éditions du SEUIL), bref, j’ai failli en tomber de ma chaise de cuisine en formica ! Cet extrait de Wikipédia expliquant comment il a « collaboré » , décidément un mot qui lui colle aux papilles, pendant 30 ans au journal Le Monde (en toute amnésie sur son passé collabo et de ses opinions discutables) pour ses rubriques gastronomiques  :
« Les innombrables lecteurs du chroniqueur et auteur gastronomique signant Courtine ou La Reynière, les grands chefs cuisiniers qui l’ont en amitié et / ou le craignent, ne semblent pas vraiment conscients, pendant plus de trente ans, de son activité pendant l’occupation. Des rumeurs courent au sujet d’une condamnation à la Libération, certes, mais en chuchotis entre journalistes et chroniqueurs copinant plus ou moins avec lui, notamment au sein du jury du prix Marco-Polo Casanova : il publie hebdomadairement dans Le Monde jusqu’en 1993 (il a alors 83 ans), on ne lit d’informations plus ou moins « sourcées » dans les médias que cinq ans après, à sa mort.
Les livres, les biographies et les pamphlets qui concernèrent Le Monde lorsque Courtine y collaborait «n’abordent d’ailleurs jamais le passé du chroniqueur», note la journaliste Raphaëlle Bacquet, citée plus loin.. »

J’eusse préféré que ce fût lui, le vrai, qui naquit au 18ème et mourut au 19ème siècle, et considéré avec Brillat-Savarin comme l’un des pères fondateurs de la gastronomie française : Alexandre Balthazar Laurent Grimod de la Reynière (1758-1837), il avait une bonne bouille et moins de casseroles au derrière (un comble pour un critique gastronomique)  et dont le Julien Courtine, en prenant ce pseudo (et celui de Savarin à l’occasion, tiens donc), se rachetait une virginité…enfin si tant est que l’on puisse avec un tel dossier ! La preuve que si !alexandre_balthazar_laurent_grimod_de_la_reyniereBah voilà, mais bon, je ne le savais pas quand on m’a offert ce livre dans les années 80 et l’essentiel est que cet ouvrage remplisse sa mission à la fois éducative et gourmande.

Sinon, on mange quoi aujourd’hui ? Une (fausse) tartiflette puisque mélange butternut-pommes de terre, bien réconfortante  par ce temps (ce qu’il en reste) et une galette (en plus ça rime) mais je vous ai déjà donné les recettes ! 😉img_3697Avec un Reblochon fermier en direct de Haute-Savoie, merci ma cousine (encore une Sylvie, elles sont adorables) !

 img_3686Non ce n’est pas moi qui l’ai faite celle-ci et elle penche quand même un peu ! Ha ha ha ! Les pâtissiers professionnels sont aussi imparfaits, ça me réjouit ! Allons voir chez Syl. les choix livresques et culinaires des marmitonnes !

Bon appétit Messieurs-Dames et bon dimanche !

P.S. : après un billet aussi long sur un livre de cuisine , vous seriez en droit de penser  que je pourrais faire des billets de lecture, et vous n’auriez pas tout à fait tort, sauf que je n’ai que le samedi soir de « vraiment libre » deux à trois heures d’affilée… Soupir…

Publicités

86 réflexions au sujet de « Après la cuisine, le livre de cuisine ? Syl, tu abuses ! »

  1. Tu as de bien mauvaises fréquentations Asphodèle !!! Ses excellentes recettes ne suffiront pas à lui obtenir le pardon à ce triste sire 😦 Ceci dit, ta fausse tartiflette me plairait bien et la galette aussi. Il faut des plats qui tiennent au corps avec le froid que nous avons en ce moment.

    • Hu hu Aifelle ! Pour mes fréquentations, je ne le savais pas, il n’y avait pas Internet chez moi jusqu’en 2011 et parfois, vivre dans l’ignorance ne change rien aux choses ! 😉 En plus, on me l’a offert, mais tu vois j’étais persuadée qu’il s’agissait du vrai de la Reynière, d’un autre siècle et que c’était « une reprise »… Il fait plus doux aujourd’hui mais -1° jusqu’à maintenant, alors c’est sûr, les plats qui tiennent au corps sont les bienvenus… Mais il a fallu que je fasse éplucher les légumes par l’aide ménagère du vendredi et c’était pour éviter que ma Butternut ne se perde ! C’est excellent en tartiflette !

  2. Il y a deux ans, sur mon blog précédent, j’avais présenté un livre de cuisine, absolument magnifique : celui d’Hélène Darroze, « Personne ne me volera ce que j’ai dansé ».
    Nettement plus contemporain que le tien, mais riche de mots. Cuisine, écriture, photographies et émotion garantis…

    http://litterauteurs.canalblog.com/archives/2014/05/28/29964049.html

    Bon dimanche, Miss Tartif-lette de l’épiphanie.
    Pour nous aujourd’hui, ce sera poule au blanc… C’est roboratif aussi, avec les sept degrés au dessous de zéro qui accueillaient le lever du jour aujourd’hui.

    Bisous à la crème normande ❤ ❤

    • Vi vi Martine, je m’en souviens puisque je l’avais cherché dans la foulée (je t’ai laissé un comm sur ton ancien blog, Syl aussi !). De toutes façons j’adore aussi les beaux livres mais quand il y a de quoi nourrir le corps et l’esprit, c’est un plus pour un livre de cuisine… J’aime beaucoup Hélène Darroze qui plus est…
      Tartiflette qui a demandé « des étapes » et de l’aide pour la pluche ! 😆 Mais on n’allait pas laisser perdre le Reblochon de Savoie, huuum ! Ta poule au blanc me fait bien envie aussi ! 😀 Avé de la « double crème » normande :lol:, en espérant que le lait des vaches normandes fasse encore de la crème, il paraît que le beurre va augmenter à cause de ça ! 🙄 Pfff ! Bisous d’épiphanie de janvier♥ 🙂

    • Oui Myo, ce livre, malgré l’auteur que je sais maintenant infréquentable (paix à son âme) a toujours été source d’inspiration et il me fait toujours passer de bons moments ! 🙂 Bon dimanche et bisous !

    • Bisous Isa, ce n’est pas un « beau » livre comme je les aime aussi (avec photos de pros) mais il a un autre charme et surtout il donne des recettes d’anthologie ! 😉

    • Gwen, moi aussi, je ne me lance pas des défis impossibles où le « visuel » (comme on dit maintenant) l’emporte sur le reste, quand les deux sont réunis c’est parfait mais j’ai pas mal de livres qui font tapisserie dans mes étagères car effectivement très beaux mais recettes in-mangeables ! 😆 Les valeurs sûres, on les garde ! 😉

  3. Peu loquace sur les livres de cusine je me tiens par contre parfairement bien à table. Je dis ça au cas où… Je connais surtout le célèbre Navarin de Tarascon, qui ressemble un peu au Daudet de veau. 😛 Pardon pour cet humour de réfectoire indigne des belles tables dominicales que tu nous présentes souvent. A la vôtre à tous.
    Grosses bises et à ttds.

    • Hi hi ! 😆 T’es en forme Edualc ce matin ! Je me doute que tu te tiens bien à table ! Mais tu sais, c’est pas parce que tu es un « homme » qu’il faut bouder les livres de cuisine, certains valent le détour même si tu ne fais pas les recettes !!! 😀 Mes tables dominicales ne sont plus ce qu’elles étaient ! Bises et à ttds !

  4. Quelle merveilleuse idée de présenter ce vieux grimoire ! Quand je pense que j’en ai un qui date de la grand-mère de Mister B., le plus précieux de ma collection, et que j’aurais aimé vous montrer… Il faudra alors refaire ce rendez-vous !!! avec pages jaunies…
    Beau billet Aspho ! Pas reluisant ce monsieur ! Navarin, turbot champagne, financier… une cuisine gastronomique qui se fait rare dans nos cuisines d’aujourd’hui et de tous les jours.
    Bisous

    • Syl mais celui-ci n’est pas le plus vieux de mes étagères !!! J’ai aussi celui de la mère de mon père (en morceaux mais je l’ai) « La cuisinière des cuisinières » ! Là par contre, diététiquement c’est encore pire ! Irréalisable aujourd’hui (1/2 livre de beurre pour un steak ou une sole !!!). J’aime bien réactualiser ces vieilles recettes traditionnelles, pas tous les jours évidemment mais pour celles qui ne sont pas onéreuses (le Mironton, le Navarin, le Pot-au-feu), c’est encore faisable ! Merci, je suis contente que tu apprécies mon effort « billet-esque », ça n’a pas été sans mal ! 😆 Gros bisous♥

      • Alors nous allons programmer ce billet du plus vieux livre de cuisine que nous ayons sur nos étagères… Les filles vont t’acclamer… Bravooo Aspho, quelle bonne idééée !!!

  5. Je connaissais le vrai La Reyniere de nom et de réputation pas personnellement hein mais celui de ton grimoire pas du tout mais il est clairement infrequentable. Heureusement les recettes même si elles sont datées doivent être gourmandes à souhait. Bon dimanche Aspho !

    • Bianca, mais moi aussi, je connaissais vaguement de nom (pour l’avoir croisé dans certains romans historiques) le « de la Reynière » et je pensais que c’était une réédition « modernisée », tout périt vite !!! 😆 Certaines recettes comme la blanquette, passent très bien et ne sont pas du tout datées ! D’autres par contre… Bisous et bon dimanche 🙂

  6. Ping : Les contemplations gourmandes | Thé, lectures et macarons

    • Bah oui Sharon un collabo, un vrai , un anti-sémite et tout et tout ! Mais même ses collègues au journal le Monde semblaient avoir oublié ce passé en lui confiant leur rubrique gastronomique et puis là je pense , s’il fallait incriminer quelqu’un (ce que je ne ferai pas), ce sont les éditions du Seuil lors de la publication de ce livre dans les années 70-80… Rien n’est dit sur l’auteur, ni en incipit ni en post-face ! 😉

  7. Super idée de présenter un vieux livre, et le personnage est folko dis donc !! Si j’avais fait ça j’aurais présenté le Ginette Matthiot qui a accompagné mes premières années de jeune adulte !

    • J’ai encore plus vieux en stock Sandrion 😉 ! Notre Cheffe va bien nous choisir un dimanche spécial « sortez vos plus vieux grimoires les sorcières » !!! Quand j’ai commencé à cuisiner je n’avais pas de livre, rien, que des recettes recopiées sur un cahier ou de mémoire… C’est vers 25 ans que l’on a commencé à m’offrir des livres de cuisine (je cuisinais depuis 10 ans^^), et que j’ai commencé à en acheter ! 😉 Il faut que tu nous présentes Ginette ! 😆

  8. Ping : Amaretti moelleux au citron et fleur d’oranger | D'autres vies que la mienne

  9. Mince alors (pour ne pas dire autre chose) ! En voyant sur ton livre « La Reynière », j’étais persuadée moi aussi qu’il s’agissait de Grimod de la Reynière. Bon, inutile de se mettre la rate au court-bouillon, l’essentiel est que les recettes soient bonnes ! Bises !

  10. Il existe un livre, non pas exclusivement de recettes, puisque c’est un roman, LA CUCINA, de Lily Prior; cela parle tout du long de cuisine sicilienne, celle-ci mijotant, pendant que l’héroïne vit autre chose, conseils de cuisson, et nous expliquant jusqu’au bout la recette, entrecoupée d’anecdotes sans rapport avec la cuisine.
    Certaines recettes, comme le « tonno alla Siracusa », est très tentant…sans parler de la description de la préparation du timballo…et même si la quantité, pour les ingrédients n’est pas précisée, cela donne envie d’essayer.
    Bon dimanche. Bises amicales.

    • Ha mais Jacou, je suis preneuse ! Je le note, j’adore quand on parle cuisine dans les romans (c’est humain de manger non ?) Et cuisine sicilienne en plus, je fonds, merci pour le tuyau, ma généreuse ! 😉 Gros bisous.

    • Bah non Keisha, c’est sûr mais là les éditions sont deux fois plus condamnables d’avoir joué avec les mots…et le personnage connu le vrai « Grimod de la Reynière »…

  11. Quel délice de te lire mon Aspho, aussi bien lors d’une chronique littéraire que pour nous parler d’un livre de cuisine, tu as l’art, la manière et les mots justes pour l’écrire, un régal.
    Tu imagines que j’adore aussi les « beaux » livres de cuisine, j’en possède quelques uns toujours à portée de main mais le tien est gourmand et bien pittoresque !
    Merci du partage, gros bisous.
    Lylou
    Merci également de tes visites sur mon blog.

    • Ho merci Lylou !!! Ça me touche ce que tu dis, moi qui ai tant de mal à revenir ! 😉
      Je ne m’inquiète pas, tes étagères doivent regorger de beaux livres et autres trésors ! 😉
      Je t’embrasse, merci de ton passage 🙂

    • Ha mais oui c’est vrai ça Val !!! 😆 J’ai encore du mal à t’imaginer en altitude !!! Ma cousine est venue après les Fêtes, c’est pour ça, mais sinon pour l’envoyer, arf, il faut être sûr de la Poste, tu imagines ??? 😆 C’est adorable à toi ! Bisous♥

    • Mindounet, hi ! Comment ça ce n’est pas léger tartiflette ET galette ? En même temps, on n’a pas tout mangé à la suite, on a mangé la galette à 17h avec un thé (café pour moi)…:lol: Je suis certaine que tu aurais aimé. Pas relevé, le Reblochon cuit : pas trop fort et puis la Butternut apporte un plussss ! ^-^Quant à la galette, je préfère quand c’est moi qui la fait, il y a plus de frangipane et moins de pâte ! 😆 Mais bon… Bisous, diable ! 😆

      • Ha mais oui j’aurais aimé…le reblochon fermier de Haute Savoie c’est top en tartiflette. Ta galette c’est le même concept que ton Kir cassis ? Plus d’alcool et moins de fruits ?? 😀 😀

        • Le Reblochon fermier c’est quand même autre chose que celui qu’on achète en grande surface (j’ai fait les deux et je vois la différence) !
          Ho rhooo ho mais tu m’insultes là ou me trompé-je ??? 😆 😆 Non mais ce n’est pas ma faute si tu ne supportes pas les boissons à plus de 3° d’alcool !!! 😀 😆 😆 La mama se sentirait insultée si je lui disais ça !!! 😉 Cela dit tu n’as pas tout à fait tort, elle avait un peu forcé sur l’eau-de-vie !!!^^

    • Violette, ha ben moi c’est l’inverse, à partir de 25°, je suis mal mais vraiment mal et je réagis mieux au froid qu’à la chaleur ! 😆 Cela dit, je n’aime pas trop les extrêmes non plus : à -13°, je ne sais pas si je sortirais de chez moi ! Nous n’avons pas ce genre de températures sur la côte atlantique ou très très rarement… 😉

  12. Quel billet ! Mais quel billet ! C’est un vrai marathon, un essai philosophico-historique sur ce livre de cuisine quand même extraordinaire. Le graphisme et la police d’écriture me font penser aux livres de la bibliothèque rose…
    Quant à tes recettes en photo, je ne les regarde pas trop, de peur de prendre trop kilos…
    Bisous gourmands
    ¸¸.•*¨*• ☆

    • Hi hi Célestine, le pire c’est que j’étais très enthousiaste pour parler de ce livre qui me suit depuis …très longtemps mais j’ai déchanté en allant voir « sur l’auteur » sur Internet ! Quelle déception ! Enfin, ça n’enlève rien au livre mais tout de même !
      Il faut se remettre à la gym ma copine, pour les kilos, la sédentarité n’aide pas à les perdre, c’est bien connu ! 😆 Gros bisous même !

    • Alex, j’espère quand même que mon billet n’était pas aussi ennuyeux qu’un cours d’histoire (comme ça peut arriver avec un prof ennuyeux 😉 )… Moi aussi j’adore le fromage Brillat-Savarin, son crémeux… 😉

  13. C’est avec les vieux livres que l’on fait les meilleurs recettes 😀 😀
    Ceci dit, je sais où en trouver de la crème double…Ah non, c’est de la double crème ( de Gruyère) que j’ai! Ce n’est peut-être pas pareil.
    Gros bisous

    • …et dans les vieilles marmites avec une vieille cuisinière !!! 😆
      Hi, la « double crème » fraîche n’a rien à voir avec la double crème de Gruyère (qui est excellente aussi) mais alors rien à voir ! J’en trouvais quand je vivais à Paris, j’avais un « crémier » qui faisait tout venir de Normandie, une tuerie cette boutique ! 😆 Je ne sais même pas si les « crémiers » existent encore…
      Gros bisous Emilie 🙂

        • Ha mais c’est bien, je suis ravie de l’apprendre car dans la rue où j’habitais à Paris, les deux ont fermé depuis longtemps… J’adorais mon crémier, j’en ressortais toujours avec du tendre, du moelleux, de la douceur en pot !;) Cela dit, Nîmes, ça fait un peu loin pour de la crème « fraîche » ! 😆

          • Un plug-in de Firefox, tu surfes avec d’autres adresses IP que la tienne, mais je pense que WP n’aime pas certaines origines d’adresses IP et il me fourgue dans la poubelle. Pas la première fois, mais bon, il l’a déjà fait sans Anonymox aussi…

            Oui, toujours les mêmes pseudos, moi, si c’est pas Belette, c’est Cannibal (Lecteur ou pas) ou Irene Adler…

            • Un plug-in ? Moi quand j’en ai un sur la page sur laquelle je bosse (sur Internet), en général, ça me bloque tout, je dois réactualiser ! 😆
              Je connais ton nom FB…mais Cannibal (sans Lecteur), je pensais que c’était quelqu’un d’autre ! Faut pas se perdre dans ce monde virtuel ! Y’a intérêt à se promener avec des cailloux blancs plein les poches ! 😆

              • J’ai des tas de plug-in et ils sont pas chiants du tout, me bloquent rien, sauf publication de liens sur FB, là je dois désactiver Greasmonkey et Adguard, sinon la photo n’apparaît pas dans le lien.

                Cannibal tout court c’est sur Betaseries.com uniquement.

                • Belette, je n’ai jamais rien compris à ces plug-in, j’ai Adblock , je désactive pour les photos sur certains sites mais c’est tout, le reste c’est abstrait pour moi ! 😆
                  Haaa ? Il me semble avoir vu un Cannibal sur d’autres blogs…j’ai dû me tromper, je ne sais pas ce qu’est « Betaseries » ! 😆

                • Betaseries, c’est là où tu gères tes séries à voir, tu les sélectionne et le site de dit ce que tu dois encore regarder, les nouveaux épisodes, combien de temps tu as passé devant ta télé et combien de temps tu vas encore devoir passer… mdr

                  J’adore les plugins de firefox, j’en ai une collection !! 😀

                • Hi hi Belette, voilà un site qui m’irait bien avec tout ce que j’oublie !!! 😆 Il te dit aussi quand tu peux aller aux toilettes ? 😆 mdr !

                • Non, il te propose juste des épisodes à voir de ta liste, si tu le souhaites… te refile les liens des sous-titres et te dit quand le nouvel épisode de la série que tu suis est là. Pratique !

                • Je n’en doute pas ma Belette, je passe à côté de tas de choses avec mon ignorance mais en même temps, je ne sais pas si j’aurais le temps de visionner autant que toi (déjà le temps que je comprenne et que j’installe le truc, tu vois^^) mais quand on sait exploiter les outils c’est sûr que ça nous facilite la vie ! 😉

                • Hé, il y a un an je ne connaissais pas le site, c’est Yoda Lit qui me l’a indiqué ! Mille merci à lui (elle ??).

                  J’exploite les outils de téléchargement pour rentabiliser les abos internet qui sont putain fort chers en Belgique ! Et puis j’aime les séries, donc, j’en profite, mais comme les politiciens qui amassent du fric, j’amasse des séries et j’ai pas toujours le temps de les voir 😦

                • Tu as bien raison d’exploiter ce que tu peux, les prix des DVD sont rédhibitoires aussi, sauf les bonnes occasions ! 😉 Au fait j’attends ton mail et ton pris pour Downtown Abbey !!! 😆 Je perds un peu la mémoire mais pour tout, t’as vu ça? 😀 😆

      • Roh zut, nous on a eu la neige (et on l’a encore dans certains coins…), oui, je suis doucement en train de te dire qu’il fauit que tu viennes nous voir 😉 bises

        • C’est gentil Yuko, j’aimerais bien tu sais, j’ai au moins trois blogueuses à rencontrer (toi comprise) dans l’est, sans parler de ma cousine… mais ce n’est pas facile ! 😉 Gros bisous !

  14. hé oui, on ne sait pas toujours tout sur tout le monde avant d’acheter un bouquin…. mais je crois que je te bas en naïveté : il y a quelques années j’ai acheté un bouquin des années 30 sur l’histoire du cinéma signé Robert Brasillach en me disant « quelle poisse, quand même, pour l’auteur, d’être l’homonyme d’un collabo ! »
    Sauf que ça n’était pas un homonyme, mais bien le même bonhomme 😦

    • Hi hiiiii ! 😆 Alors là bravo le Dodo ! Note bien que j’aurais (peut-être) fait comme toi, étant persuadée que celui dont tu parles se prénommait Raymond, va savoir pourquoi ! Hé oui, nous ne sommes pas des encyclopédies ambulantes et nous avons vécu des décennies sans Goog et Wiki, sans que ça ne soit vital ! 😆 En plus, c’est un cadeau de mon papa, qui s’était lui-même fait avoir, donc peu importe au final, je garde ce livre comme une relique… Ce serait un traité anti-sémite il aurait brûlé mais là… 😉

      • Le pire, c’est que son bouquin sur le cinéma est très intéressant (dans l’édition de 1935, il parait que celle de 42 a quelques ajouts antisémites) et wiki dit que c’était un excellent critique cinéma, très proche du Langlois de la Cinémathèque.

        • Ça n’enlève rien au talent, c’est ça le pire ! Mon « La Reynière », c’est pareil, son style est savoureux et ses sources fiables, j’en ai vérifié deux ou trois… Il n’y a rien qui laisse soupçonner qu’il est anti-sémite ou autre…

    • Ha ho ! Je serai bien en peine figure-toi ! J’avais Histoire d’Ô que j’ai prêté et qu’on ne m’a pas rendu (je m’en fiche un peu) et pis c’est tout je crois bien ! Il faudra que j’aille vérifier à l’arrière des étagères ! 😆 Mais attends, le plus « vieux » en cuisine, on le sort fin février avec les Marmitonnes, celui que tu vois là est récent à côté ! 😉

        • Mais mais…quand même ! « blanche asphodèle » !!! 😆 Comment tu me traites là ? 😆 C’est vrai, je ne suis pas totalement déniaisée en littérature, je n’ai jamais trop lu les auteurs sulfureux ! Si, Radiguet (c’est ce qu’il y avait de pire chez mes parents !^^). Sûrement d’autres en cachette mais je n’en ai aucun souvenir ! Je préférais « l’action » vois-tu aux grandes tirades, on change avec l’âge ! 😀 😀

  15. Coucou Miss Aspho
    Moi 🙄 je t’ai dit quoi ? J’en dis tellement que je ne me souviens plus du tout de tout 😉
    Ceci dit, je préfère 100 fois ce type de livres qu’un beau, aux pages glacées, énorme et pas facile à manipuler en cuisine 🙄
    Je ne collectionne pas ces livres, mais plutôt les magazines, plus simples et plus accessibles en prix, que j’achète au gré de mes envies… J’ai pris dernièrement un abonnement de six mois à Marmitton trop sophistiqué à mon goût.
    Et avec internet, c’est tellement plus simple d’aller piocher une recette et l’imprimer 😆
    Quant aux auteurs, s’ils se cachent sous un pseudo, cela ne me dit rien. A part Rabelais 😆 je suis nulle dans ce domaine.
    Gros bisous de ce matin en liberté

    • Soène, c’était un clin d’oeil pour le Défi du 20 que j’ai totalement oublié !!! Tu ne m’as rien dit, justement, tu aurais dû me le rappeler ! 😆
      Ce livre ne craint plus rien, vu son état ! J’aime aussi les beaux livres de cuisine mais pour les feuilleter et je les garde pas dans la cuisine pendant la recette, ils risqueraient d’être éclaboussés (je si maladroite)…
      Cela dit je n’en achète plus beaucoup, j’imprime aussi beaucoup sur Internet ! Mais j’aime les (re)lire, comparer les recettes, d’une région à l’autre, d’une époque à l’autre…
      Moi aussi je suis nulle en pseudos (merci Wiki), ça se faisait beaucoup au début du 20ème siècle, surtout pour les femmes qui se cachaient derrière des pseudos masculins ou l’inverse quand il s’agissait de cuisine !!!
      Gros bisous et profite de ta liberté, c’est tellement important ! 😉

  16. Hahaha !! En voyant l’auteur, j’ai aussi pensé à celui du 18e siècle, mais quand tu as parlé de tarte tatin, j’ai vu que ce n’était pas le même 🙂 Et effectivement, ça donne envie de le reposer. On dit souvent que ceux qui cuisinent bien aiment bien, apparemment ce n’est pas toujours le cas 😉

    • Hi hi Estelle, oui la tarte Tatin était postérieure au de la Reynière auquel nous avons pensé… Ne l’ayant pas su pendant tout ce temps, ça n’a rien changé à l’amour que j’ai pour ce livre et aux délicieuses recettes que j’y ai trouvées… Mais si c’était à refaire… Aujourd’hui on sait tout tout de suite, on ne peut pas comparer !!! 😆

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s