LE GARÇON DE MARCUS MALTE ≠ MRL2016 AVEC PRICEMINISTER


img_4954Mais qui  donc est ce « Garçon » dont tout le monde parle ?  C’est d’abord un auteur que j’affectionne, Marcus Malte  (ICI, , ENCORE ICI, ICI,  et SURTOUT LÀ) et que je félicite d’avoir obtenu le Prix Fémina avant-hier. Prix largement mérité pour ce livre inclassable, merveilleusement (bien) écrit et dont je vais essayer de vous parler. Le résumer est au-dessus de mes forces. Alors oui ce billet est trop long mais c’est comme ça ! C’est aussi une lecture commune avec Noukette, Hélène de Lecturissime et Moglug. Cest également ma participation pour les Matches de la Rentrée Littéraire 2016 orchestrée par Price Minister . a-logo-pm-mrl2016Et c’est plus qu’un coup de coeur.

Ce livre est un pavé de 535 pages,  il m’a fallu dix jours pour le lire, le savourer. Ce n’est pas un page-turner qu’on se le dise…même si une fois commencé, on ne le lâche plus.

Le Garçon n’a pas de nom, il pourrait être une pâle copie de « L’enfant sauvage » mais rien de cela. Il restera muet toute sa vie malgré les initiateurs qu’il rencontrera sur son long chemin de solitude, d’épines mais aussi de roses incandescentes. Long chemin parce que l’histoire se déroule entre 1908 et 1938, sur trente ans dont deux années de guerre pour ce Garçon et une guerre dont il ne sortira pas indemne, comme tous ceux qui n’en sont pas morts. Muet ou mutique, on ne sait pas vraiment, à l’inverse de « L’enfant sauvage », il ne sera pas étudié et disséqué. Et c’est tant mieux pour le livre. Et ce silence choisi par l’auteur permet une autre approche, d’autres sensations.

L’histoire est poignante, les digressions sous forme d’énumérations sont criantes et cruelles aussi, mais transcendées par l’écriture de Marcus Malte, les envolées lyrico-historiques m’ont rappelé les délires d’Ariane  dans Belle du Seigneur d’Albert Cohen. Rien que ça. Et je suis certaine qu’il n’a pas tout dit.  Mais revenons à notre Garçon.

Il naît dans le sud de la France, dans une zone reculée, une cabane quelque part, pas trop loin de la mer mais pas très près non plus. Le livre s’ouvre sur une nuit noire, le Garçon a 14 ans environ et porte sur son dos celle qui est sa mère mais il ne le sait pas. Sa mère ne lui a jamais rien dit, rien enseigné, ne l’a pas vraiment aimé d’après ce que l’on comprend. ils ont vécu en autarcie, loin du monde et elle veut qu’il l’emmène voir la mer avant de mourir. Il versera ses premières larmes mais pas les dernières. On devine dès les premières pages, l’immense page blanche qu’est ce Garçon, cette glaise brute et intouchée où tout reste à écrire, à modeler. « Tout homme laisse un jour derrière lui son enfance. Il ne la retrouvera pas. Seuls quelques très vieux ou très fous bénéficient parfois de cette seconde chance » (p.39).

Il va faire des rencontres, des gens humbles, une star de cirque déchue mais magnifique, dans un premier temps puis des personnes cultivées, bourgeoises même mais un peu décalées si on les juge à l’aune de la société de l’époque, moi je dirais qu’elles étaient en avance sur leur temps et profondément humaines. Comme Emma. Qui va l’aimer, l’initier et cela nous vaut des pages torrides comme cela faisait longtemps que je n’en avais pas lues, c’est à dire de qualité… Mêler désir ardent et poésie, je n’en connais pas beaucoup qui savent le faire sans tomber très vite dans le vulgaire.  » (…) Marche à deux temps, deux battements par mesure, deux pulsations. Largo. C’est le cycle des lunes et des marées. Sac et ressac. La mer à boire, mais de miel, de sirop, un nectar. Et ce lent, très lent va-et-vient dure et dure encore.
Debout devant l’évier. » (p.258). Et encore, ne vous mettre que ce petit bout est réducteur, il ne traduit pas « l’émotion » réelle que l’on ressent.

Mais le saule sous lequel ils s’aiment, où les rayons du soleil éclairent leurs corps en été ne sera plus un refuge…Le 1er août 1914, les cloches carillonnent et ce n’est pas pour un mariage. La Guerre 14-18 vient d’éclater et on sait ce que la Guerre fait aux hommes, même aux plus tendres, même aux plus purs, surtout à eux. Elle leur fait mal et les renvoie changés dans un monde qu’ils ne reconnaissent plus. Eux-même ne se reconnaissent plus, ça y est, ils ont été touchés par la saleté du monde. La guerre oblige à de petites et grandes trahisons avec soi-même dont on a du mal à se remettre. « Ce qui n’a pas été pillé a été détruit  ou souillé. La lèpre pousse dans les chambres. Au royaume des déments qui sont les rois ? «  (page 423).

Le voyage initiatique du Garçon est loin d’être fini, la guerre est un révélateur du visage de l’Humanité, de ses multiples facettes les moins glorieuses même si l’Homme parfois n’a guère besoin de guerre pour être monstrueux. Je recule toujours devant les livres de « guerre », ici, la partie du livre qui lui est consacrée a achevé de me  bouleverser.

Quels seront les ravages sur un esprit pur comme celui du Garçon ? Quelle sera la suite de l’histoire d’amour avec Emma ? Emma la pianiste, la poète érudite qui a tout compris en renonçant à « éduquer » le Garçon, consciente de sa vanité, car au fond, l’éducation nous rend-elle plus heureux ou meilleurs ? C’est aussi je pense une des questions du livre, voire la question : qu’est-ce qui est encore vierge de toute corruption aujourd’hui, de la plus légère, celle dont parle Emma (ci-dessous) à celle qui se joue au sommet de l’État et des Académies prestigieuses ?

 » (…). Fatalement cela aurait une influence sur son esprit, sur sa façon d’appréhender le monde et les choses – corruption douce mais corruption tout de même-(…). Quand elle observait,  autour d’elle, les êtres constituant la prétendue bonne société, que voyait-elle ?
La civilisation est ailleurs. » (p. 232).

A vous de lire ce chef-d’oeuvre (non je n’ai pas peur du mot), ce livre au souffle épique qui a coupé le mien plus d’une fois (au propre comme au figuré), mélange tous les genres, dans une musicalité de style parfaite, harmonieuse, malgré la cacophonie des obus et les lamentos épistolaires d’Emma pendant la guerre. Le musicien mélomane qu’est Marcus Malte a écrit une symphonie parfaitement achevée. Le livre d’or de la maturité…

Nous avons beaucoup discuté avec Noukette et Hélène hier en faisant nos billets, ce livre nous a vraiment chamboulé. Allez lire leurs billets ! Noukette, Hélène de Lecturissime et Moglug

De nombreuses chroniques ont fleuri que je n’ai pas encore lues, sauf celles de ma LiliGalipette (il y a longtemps)  et Yvan  (après mon billet) que je vous conseille car vous y trouverez le lien vers une interview de M. Malte (en septembre, avant le Fémina), très édifiante. Et bien sûr l’étude de Mazeppa de Claudialucia (en lien avec V. Hugo et la poésie), dont elle a parlé ICI . Je ne voulais pas trop en savoir avant de commencer ce livre et bien m’en a pris. Recueillis ce matin, les avis de Claudia Lucia, Kathel, Pr. Platypus, Yv, Zazy
et la chronique très « sexy » de Lorentzradfin

SUR L ‘AUTEUR  ???

Photos Soène, Quais du polar 2013.

Photos Soène, Quais du polar 2013.

What else ? Je vous ai déjà tout dit dans mes précédents billets et avec le Fémina, vous apprendrez certainement à mieux le connaître, cet anarchiste bad boy, discret, charmeur et intranquille… ! (ce descriptif n’engage que moi, je tiens à le préciser, j’assume !).

Lien pour poster chronique PM / MRL-2016: http://bit.ly/2cC07yP

Publicités

88 réflexions au sujet de « LE GARÇON DE MARCUS MALTE ≠ MRL2016 AVEC PRICEMINISTER »

  1. Ton billet est splendide ! Et c’est vrai qu’il pousse à se précipiter sur ce roman que tu évoques avec autant de poésie et d’émotion.
    Mais le nombre de pages a immédiatement freiné mon impulsion. Je suis incapable de lire un tel pavé quelle qu’en soit la puissance !
    Des bises, ma Belle.

  2. Tu as raison, n’ayons pas peur des mots : c’est bien un chef d’oeuvre, en tout cas pour beaucoup de monde ;-).
    Je suis content parce que ta belle chronique va donner envie à d’autre de le lire.

    • Yvan mais que fais-tu dans Indésirables ? 🙄 Chacun a certainement sa définition du chef-d’oeuvre mais je n’ai pas lu de livre aussi puissant, aussi « complet » depuis des années , et ce mot m’est venu en refermant le livre… Je serais très heureuse de donner envie de le lire mais je pense que Le Fémina va aider beaucoup à le connaître, mieux que ma petite chronique…même si elle est longue ! 😀

    • Bianca, n’hésite pas, si ta bibli l’a, feuillète-le et emmène-le : la lumière se fait au fur et à mesure de la lecture, pas seulement en quelques pages, c’est là où réside la force et le …talent de l’auteur ! 😉

  3. Quel billet ! Il est arrivé à la bibliothèque. J’aurais pu le prendre la semaine dernière, mais j’ai trop à lire ; je ne vais quand même pas tarder, il me tente beaucoup.

    • Aifelle, il m’a bien absorbée et retournée ! Comme une crêpe ! Sincèrement, c’est un indispensable… Il y a Le Garçon…et les autres qui vont me sembler bien ternes maintenant ! 😉

    • Hi hi Keisha, quand on a survécu à Proust (et plutôt bien en ce qui te concerne), je pense que Le Garçon te semblera léger léger et tu en redemanderas… Mais tu fais comme tu le sens ! 😉 Et ma référence à BDS n’est qu’une réflexion personnelle sur certaines énumérations mais cela n’a absolument rien à voir ! C’est le propre des grands auteurs d’être comparé à d’autres grands…

  4. Ah, oh….. merci pour ce beau billet. Je ne partage pas le « chef-d’oeuvre » mais suis rassuré de lire que toi aussi tu penses à « Belle du Seigneur ». Toutefois absolument à lire ce livre.

    • Lorenz, comme je le disais ailleurs chacun sa définition du chef-d’oeuvre ! 😉 Je n’emploie ce terme que rarement, sauf quand un livre est aussi abouti, protéiforme et dont le message touche à l’universel. Et que je trouve la lecture indispensable, donc nous sommes d’accord ! 😀 (oui il a des accents de Cohen par moments !) 😉

    • Mais Marcus Malte est musicien également, un fou de musique même, il peaufine son style et je pense que cette « oreille » s’entend dans le style… Après, opéra ou symphonie…euh… 😆

  5. Je lirai ton billet plus tard, Miss Aspho, je suis dans le brouillard, dans le jus, quoi 😥
    Hier, j’ai entendu à la tv que le beau Marcus avait reçu le Fémina et j’ai pensé à toi qui a sauté de joie 😆
    Mon pêle-même date de 2013… déjà… comme le temps passe…
    2012 est encore plus loin, tu me diras, mais je me vois encore comme quand nous étions ensemble 😉
    Bref, pas question d’engager cette lecture pour le moment, je n’ai toujours pas fini les 800 pages de Padura et je devrais lire les plus de 1 000 pages du Chardonneret de Donna Tartt (pour le 2e Club de Lecture qui vient de naître et dont je suis la coach :roll:)
    Alors rajouter les 500 pages de Marcus, tu vois les dégâts.
    Tiens, je m’aperçois avec tous mes chiffres que je fais comme le Ministre de l’Intérieur, je chiffre tout 😆 😆 😆
    Allez, je file encore… et pas la laine, hein !
    Et puis j’ai reçu la récolte des feuilles de notations pour les roses que je dois saisir… En fait, je pense parfois que j’aimais mieux avant, quand j’étais tranquille dans ma tour…

    Heureusement, que les Liseuses qui te suivent parlent de ton long et beau commentaire sur Le Garçon…
    Te voilà rassurée et Price Minister également 😉
    Gros bisous et bonne fin de semaine à venir

    • Ma So’N, oui tu n’es pas la seule à regretter le « bon temps de ta Tour » : nous aussi, on te voyait davantage ! 😀 Oui déjà 3 ans…et 4 pour notre première rencontre… Tu sais quoi, j’ai envie de te dire : pose tes lectures de Padura et Dona Tartt et lis celui-ci, il est fabuleux ! Puissant et inoubliable… Gros bisous ! 🙂

  6. Pas à dire, il te fait de l’effet Marcus 😉
    A moi aussi remarque, je l’adore, tout simplement, et ce roman est son chef d’oeuvre, je suis bien d’accord avec toi.

    • Hi Jérôme ! Oui Marcus me faisait déjà de l’effet mais là c’est le coup de grâce ! 😉 Dis donc j’ai cherché hier soir ton billet sur ton blog, en long en large et en travers, je l’ai même googlisé mais rien, nada, j’ai rêvé ou quoi ? Je voulais ajouter ton lien , il me semble vraiment avoir vu un billet de toi !

  7. Ping : Le garçon – Marcus Malte #MRL16 | Synchronicité et Sérendipité

  8. Tu as tout dit ! Et c’est vrai que ce roman inclassable a tout d’une symphonie… La perfection…! ❤
    Un vrai plaisir de "partager" Marcus avec toi et les autres ! 😉

    • Noukette je ne sais pas si j’ai tout dit, il me semble que je pourrais encore en parler des heures, de petits détails du livre (qui ont leur importance dans cette symphonie) mais que l’on tait pour ne pas trop spoiler… Et c’est toujours un plaisir de partager ses lectures hors antenne ! ça leur donne une autre dimension ! Bisous ma belle 😉

    • Caro, je suis à terre après ce livre…Il méritait le Goncourt si tu veux mon avis tout personnel…mais je ne peux que t’encourager à le lire, c’est vraiment un « grand » livre, de ceux que je classe dans les incontournables-indispensables ! 😉

  9. Et bien, et bien quel enthousiasme, c’est le ténébreux Marcus qui te met dans cet état ?
    IL y a du bon et du moins bon dans ta chronique, d’abord moi non plus je n’ai pas aimé Belle du Seigneur, ensuite le prix fémina ! et puis price Minister ! bon c’est pas des références ça ! et puis sur la foi de chronique j’ai acheté vraiment beaucoup de navets ces dernières années, quand je passe devant ma bibliothèque je trouve des livres qui me surprennent ! je ne me souviens même pas les avoir lus !
    Mais bon , je connais ton bon goût habituel, et je suis aussi allée lire le billet de Claudialucia…ç’est vrai que c’est tentant, en plus je te l’ai dit, je suis dans un phase historique en ce moment ! je vais voir en feuilletant à la librairie car cela m’étonnerait qu’il arrive jusqu’à notre médiathèque avant l’an kevin ! Le bon de ralentir internet c’est que j’ai retrouvé le temps de lire ! Que du bonheur.
    Bises chère Asphodèle !

    • Ma Dame Camomille, Price Minister, je le fais tous les ans et toujours sur un livre que j’ai ENVIE de lire (que j’aurais acheté de toutes façons) et j’aimais Marcus bien avant le Fémina et d’ailleurs c’est une réelle surprise car il ne fait absolument pas partie des canons qui rentrent dans des cases (c’est un loup solitaire) donc c’est que vraiment son roman est bon ! En ce qui me concerne il est excellent mais je ne t’oblige pas à le lire, et puis mes « références » sont des « sensations » de lecture toutes personnelles (J’ai mis presque un an à lire BDS dont je n’ai pas tout aimé) mais j’adore Albert Cohen pour d’autres livres et ce livre est tout simplement magistral, il touche l’universel des choses, il est intelligent, complet car l’histoire d’amour est magnifique, bref…même si je ne t’ai pas convaincue, je me suis fait plaisir à le lire et écrire ce billet… Moi aussi je retrouve le temps de lire quand je suis moins sur mon ordi, d’où le peu de publications…si je pouvais conjuguer les deux ce serait mieux mais c’est impossible ! 😉 Bises Monesille et contente toujours de te voir même en pointillés ! 😉

      • Ouh, la, la de oups la, la, j’ai l’impression de t’avoir vexée là ! scuse me dame Asphodèle, Marcus je l’avais vu en quatrième de couverture du magazine littéraire, me semble un peu trop…je ne sais pas, j’ai sans doute un a priori, ! bises en entier bien que ma présence soit en pointillé, j’en conviens, je rame !

        • Mais non tu ne m’as pas vexée Monesille !!! Je ne pense pas (je m’en souviens quand on me vexe) ! Ce que je pense de Marcus Malte depuis 5 ans maintenant tout le monde le sait (tout est sur ce blog), moi aussi j’avais des a priori et ils sont vite tombés quand j’ai commencé à le lire, surtout que j’ai commencé avec un livre estampillé Jeunesse (tout ce que j’aime 🙄 ) et… et voilà où j’en suis !!! 😆 Sinon je vois bien que tu es en « pointillés », mais c’est mieux que rien hein ! 😦 Gros bisous, on t’attend sans les pointillés quand tu voudras ! 😀

    • Oui Kathel mais dis-moi comment (à moins d’être de mauvaise foi ou chipoteur chronique) ne pas l’aimer et reconnaître sa puissance ? Tout est là… La qualité n’a pas de prix ! 😉

  10. Yvan dans les indésirables ! Elle est bonne celle-là ! WP fait parfois un peu le fou, même avec les membres les plus éminents ! 😆

    Je viens de l’acquérir et je vais le lire sur ordre justement du barbu Yvan le Terrible ! 😀 Mais j’ai pas peur…

    • Hi hi Belette, vouiii ! Yvan dans Indésirables, j’en suis restée bouche ouverte ! Toi avoir peur d’une lecture ? Tu as raison car il touche là où ça fait mal et accessoirement où ça fait du bien !!! 😆 OK je sors ! 😀 Commence-le et nous en reparlerons très vite, je suis sûre que tu vas adorer ! 😉

      • Bon, en tout cas, le garçon est chez moi, yapuka le lire avant le mois de décembre sinon un petit homme vert va me taper dessus.

        Ma foi, je devrais mettre les chroniques d’Yvan dans les indésirables, ça me ferait économiser pas mal… je sors aussi te rejoindre.

        Si ça fait du bien là où ça doit le faire, je vais lire ce livre avec un grand sourire… 😆

        • Hi hi Belette, je t’attends dehors, je vais te dire direct les pages qui font du bien !!! 😆 Dis-donc c’est un tyran le Yvon, tu dois le lire avant décembre ??? Sinon quoi ? Il te découpe en rondelles ? Misère, t’as raison, on va ouvrir une page Indésirable rien que pour lui ! Pourvu qu’il ne repasse pas… 😆 Arf… Sinon c’est de la p.*** non…finalement je ne te dis pas, tu auras la surprise c’est beaucoup mieux !!! 😀 Sur un air d’opéra et en italien en plus ! 😉

          • Oui, le Yvan nous tyrannise et quand il se fâche, parait qu’il devient tout vert… j’en tremble. Je pense que si je ne le lis pas avant la fin de l’année, il va se mettre à chanter des airs tyroliens ou des chansons allemandes en tournant autour de la table et en sautillant avec sa chaise (La grande vadrouille).

            Si jamais, je t’engagerai pour rédiger une chronique élogieuse du roman si jamais j’ai pas le temps de le lire… PTDR

            Chouette, j’aime l’italien !

            • Ha ouiche ! Quand même… 😆 Je ne l’imaginais pas comme ça !!! Remarque avec son micro baladeur j’aurais dû me méfier (pour les ioules et autres ululements 😆 ) Si j’écris ton billet, il n’y aura pas la Belette’s touch, il va le voir de suite, vaut mieux pas, le châtiment serait piiire ! Quelques mots italiens pendant ce passage amoureux, je peux te dire que ça ne gâche rien ! *soupir*…. 😀

              • Zut, moi qui voulais sous-traiter pour éviter le châtiment de la flammekueche en cas de non remise de la chronique à temps et à heure… Je n’ai plus qu’à faire appel à Amnesty pour qu’il se penche sur mon cas de maltraitance ! 😆

                Il est dangereux avec son micro baladeur, pire que Michael Young et son gueulophone…

                Je vais demander à mon homme de me susurrer des mots d’amour en italien pendant l’acte !!! ❤

  11. Quelle jolie note pour parler d’un auteur et d’un livre que je découvre grâce à toi. Le prix Femina va lui donner une exposition certaine. Quand les « bons » livres sont récompensés c’est chouette. Rien ne vaut le plaisir de partager un coup de cœur avec d’autres bloggeurs. La période abordée est passionnante en plus. Merci Asphodèle pour la découverte, Bises d’une Bretagne en mode pluvieux ! 😉

    • Re-coucou Frédéric, alors oui cet auteur est un Petit Poucet que je suis depuis les débuts de mon blog, surtout connu pour ses livres noirs et Jeunesse mais dont le talent va bien au-delà, et ce livre est un monument de talent, d’érudition et de sensibilité. A lire absolument ! 😉

  12. coucou ma belle
    ahhh quand on ne lache plus un livre cela signifie qu’il est tres interessant j’ai fini la semaine derniere 3 livres je ne pouvais plus m’arreter du meme auteur il m’en reste le dernier a lire La derniere nuit du Rais je ne sais pas si tu connais
    grosse bise

    • Samar, oui quand un livre nous occupe jour et nuit c’est qu’il est bon (quand on y pense alors qu’on l’a posé pour faire autre chose)… Hé bé je vois que tu es fan de Yasmina Khadra, je n’en ai lu qu’un de lui il y a longtemps et j’en ai 2 ou 3 sur ma liste à lire mais pas son dernier, la vie de Khadafi non merci, je n’ai pas envie du tout !!! 😆 Gros bisous 🙂

  13. Wahou, on dirait bien que tu as passé plus qu’un agréable moment avec ce livre 😉 je le note, merci mon Asphodèle de tes conseils toujours judicieux 😉 Bisousss

    • Yuko, on peut dire que j’ai passé un grand moment de littérature ! C’est très rare …et d’autant que ce livre en contient plusieurs, comme un livre-gigogne, nous allons de surprises en surprises…C’est fabuleux, je te le conseille les yeux fermés ! 😀 Bises ma belle ! 😀

  14. C’est le premier billet que je lis sur ce livre et tu fais bien passer l’émotion. Je pensais au début à l’enfant sauvage, mais je te lisais, et le portrait s’estompait. Je pense l’offrir pour Noël.
    Ah ! puis j’aime cette couverture !

    • Syl, tu peux le mettre sous le sapin sans problèmes ! Je vais l’offrir à qui-tu-sais mais ne lui dis pas !!! Pour Mister B. vas-y, ça va lui clouer le bec !!! 😀 La couverture a déjà du doré, pas besoin de papier cadeau ! 😀 Bisous♥

  15. Ping : Félix sexique | Coquecigrues et ima-nu-ages

  16. J’ai lu un peu en diagonale ton billet parce que je veux le lire sans trop en savoir plus… (mais mis ton billet dans vos plus tentateurs histoire de le relire plus attentivement après ma lecture) Je partage ton goût pour Marcus Malte (enfin, pour ses écrits, quoi qu’il soit bel homme à mon sens aussi ;0) depuis ma lecture de Garden of love que je considère comme un chef d’œuvre (oui, rien que ça ;0) alors j’ai vraiment hâte de le lire (il devrait arriver assez vite dans ma PAL normalement ;0) Bises, bon week end

    • L’Or, tu as bien fait de ne pas lire mon billet si tu prévois de le lire bientôt, maintenant je fais comme ça aussi sinon, j’ai l’impression d’avoir lu le livre , plus ou moins… Euh oui je le trouve très sexy Marcus Malte, très charmeur surtout ! 😆 Mais bon, ce qui fait l’Homme c’est aussi le talent et l’intelligence, le physique n’est que l’enveloppe… Si tu considérais Garden comme un chef-d’oeuvre, dis-toi que ce n’était que le brouillon de ce qui t’attend avec le Garçon… Nous en reparlerons, bisous !♥

  17. Hello Aspho. Je n’oublie pas que tu m’as fait découvrir Les harmoniques il y a quelques années. Mais alors là c’est un raz de marée d’enthousiasme. Bises picardes et à ttds.

    • Edualc et encore Les Harmoniques est loin d’être mon préféré ! Celui-ci est hors norme, je te conseille de te jeter dessus, je ne peux pas mieux dire ! C’est un indispensable indispensable !!! 😀 Bises et à ttds♥

  18. Hello Aspho. Torrentiel, assez démesuré mais toujours passionnant. Tu l’as si bien exprimé. Mon avis, un tout tout tout petit peu moins enflammé, pas beaucoup, le 18 décembre en LC avec Valentyne. Bises et à ttds. J’espère que tu vas bien.

    • Merci Moka, je crois que je n’ai pas précisé qu’il s’agissait de ta sélection (dans le feu de la LC avec Hélène et Noukette^^)… Et bientôt ma chronique sur Martin Eden que tu m’as donné envie de lire, j’ai a-do-ré ! 😉 Après Le Garçon, il fallait bien ça…

      • Pas de problème. Rares sont ceux qui le mentionnent à vrai dire et ce n’est pas ça qui compte. Tant que tu as fait une belle découverte, le reste importe peu. 😉
        Et tu me vois doublement ravie avec ton enthousiasme pour Martin Eden.

        • C’est vrai que je n’y ai pas pensé, shame ! Mais ça ne m’étonne pas que tu l’aies choisi et que ce soit chez toi que je l’aie vu (ha ma mémoire avec les Dragibus 😆 ). Non seulement c’est une belle découverte mais je l’ai déjà offert deux fois et fait lire (presque imposé) à deux autres copines ! 😀 ! Je suis encore sous le charme de Martin Eden…j’ai du mal à m’en remettre là aussi…

  19. Ping : Le garçon | D'autres vies que la mienne

  20. Ping : Noël 2016 : le plein de littérature – Écri'turbulente, c'est en écrivant qu'on devient écrevisse.

  21. Ping : Le Garçon – Maltus Malte – Moka – Au milieu des livres

  22. Tiens, je n’avais pas commenté ? Peut être lassé à l’époque des différents billets sur le Marcus 😀
    Je l’ai fini hier, je vais essayer de faire aussi ma chronique. La tienne est top, et en effet on ressent un réel enthousiasme de ta part et pour l’auteur et pour l’histoire. Et pareil pour moi, j’ai beaucoup beaucoup aimé. Moi j’ai mis 14 jours à la lire mais en réalité 12 car le week-end sur Paris je n’ai rien lu. C’est un grand auteur et quand on compare à des tas d’auteurs actuels que par ailleurs j’adore, ben il est bien au dessus quand même. Pas faut le petit côté Albert Cohen parfois. J’ai juste un bémol, sur la toute fin du roman…pas la fin fin, mais disons le périple du garçon autour du monde et ses nombreux « métiers » . Pas très crédible pour moi. 20 pages de trop peut-être . Je relirai le Marcus, toujours pas pour ses polars mais en roman c’est certain !

    • Hé oui tu vois ça t’arrive de ne pas commenter certains de mes billets mais je ne t’en tiens pas rancune !!! 😆 Arf ! Tu comprends mieux pourquoi l’engouement qu’il y a eu avec ce livre, c’est une pépite inclassable ! Moi je l’ai lu avant le Fémina ! Tu sais, Marcus Malte ne serait pas content de t’entendre parler ainsi des polars, il nous l’a dit quand nous avons assisté à sa conférence en 2013 à QDP, il ne supporte pas ce mépris des polars car selon lui (toujours), l’écriture de polars permet tout et mène à tous les genres, ce qui n’est pas le cas pour d’autres « cases ». Et c’est vrai qu’il a écrit des polars (ou classés ainsi) qui n’en sont pas vraiment, bref ce qui compte c’est la rencontre entre une écriture, un auteur et son lecteur…et j’avoue devenir faible dès qu’il s’agit de lui car je l’ai aimé de suite et c’était via un livre…Jeunesse qui soit dit en passant n’est pas du tout mon style, comme quoi ! Il n’a pas tort… 😉 Je suis vraiment contente que tu aies aimé Le Garçon, je suis d’accord aussi avec toi pour certains passages de son « voyage » dans la seconde partie ! Je l’ai tellement offert ce livre que je ne suis même pas sûre d’avoir encore mon exemplaire, je me le rachèterai quand il sortira en Poche ! Bisous Poussin ;)♥

      • Alors ça c’est un comble de n’avoir plus ton exemplaire ! Je ne méprise pas les polars, pas plus que les BD, les livres historiques ou d’autres, simplement ça ne m’intéresse pas. Je me consacre aux romans, de temps en temps il peut se glisser un essai, un thriller (mais sans policiers, cadavres et compagnie) mais au final, je vais rester sur le roman, j’ai tellement à lire et si peu de temps ! Sans compter les livres sur les Brontë qui me prennent du temps !!

        • Bah oui c’est un comble mais quand j’aime, je ne compte pas et je partage sans compter ! 😆 Donc ça m’arrive souvent, pour certains livres de devoir me les racheter ! Mais ce n’est pas grave, je suis contente quand un livre que j’ai aimé « tourne » et que d’autres en profitent, il n’y a que mes livres de poésie qui ne « bougent » pas, pas question et quand je veux en offrir un, là je le rachète pour la personne à qui je veux l’offrir. La poésie c’est sacré et on la relit tout le temps contrairement à un roman (tu ne peux pas comprendre mais c’est pas grave !!! 😆 ). J’aime tous les genres du moment que ça me plaît, peu importe sa catégorie et de toutes façons, nous n’aurons pas le temps de tout lire, quels que soient les genres… Un polar ou une saga prennent moins de temps que certains romans d’auteurs « difficiles » ou assimilés comme tels mais de temps en temps, on a envie de s’évader différemment… Gros bisous Poussin !

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s