Jeudi poésie en vert et contre tout !


Logo des jeudis poésie pour ceux qui écrivent...

Logo des jeudis poésie pour ceux qui écrivent…

La pause commencera vraiment dès la fin de cette semaine (déjà bien entamée), je m’étais engagée à assurer ce dernier jeudi-poésie  « vert » mais je ne suis pas sûre que tout le monde ait suivi… Nous ne sommes pas nombreux(ses) ! A partir du jeudi 9 juin, c’est Martine, notre Écriturbulente qui assurera l’intérim et prendra le relais jusqu’à mon retour, je vous laisse le lien vers sa page et je la remercie très fort de continuer ces jeudis auxquels je tiens beaucoup ! Je vous suivrai de loin mais je vous suivrai !

Aujourd’hui, nous pouvions écrire un poème, en vers ou en prose ou, présenter une poésie d’un auteur. N’ayant pas eu le temps d’écrire un poème, j’en ai ressorti un ancien de mes vieux carnets, certains l’ont déjà lu ailleurs, je l’ai un peu modifié . Je devais être très en colère quand je l’ai écrit (je ne me reconnais pas trop en le lisant mais allez savoir ce qui dort dans l’inconscient 😀 )…Voici les quelques rescapés, ami(e)s de la poésie… qui ont poétisé avec moi ce jeudi :

celles (et celui) qui ont écrit une poésie :

1 – Emilie est allée, nue et en string, à la rencontre de « l’Orage » !
2 – Asphodèle vous ressert « Les mains nues de la rage » (ci-dessous)
3 – Monesille aussi « recycle » mais nous offre un « Porte-bonheur » ! Merci 🙂
4 – Valentyne nous parle de « l’itinéraire d’un enfant gâté ».
5 – Carnets Paresseux, fabulise  (en affabulant comme un Dodo), « En attendant le dernier pont ».

celles qui nous présentent un poète :

1 – Martine  nous présente un poème sans titre, lui même extrait de Plantain 1921 in « Requiem Poèmes sans héros » d’Anna Akhmatova.
2 – PatchCath est remontée jusqu’au XVIIIème siècle pour nous présenter un « Fleuriste et des légumes » ! (Cette fable extraite du livre des fables nouvelles mises en vers par Mr Richer et dédiées à Son Altesse Sérénissime Monseigneur Le Prince de Conty avec Privilège du Roy du 18ème siècle.)
3 – Lilou a déniché un poème du chanteur des Doors, Jim Morrison.
4 – Soène, en rose de mai qu’elle est a rencontré Renée Vivien et d’autres roses…à « l’Intérieur »

LES MAINS NUES DE LA RAGEécrire maya47000Que veux-tu que je te reprenne
toi qui ne m’a rien laissé ?
rien donné avant de me lâcher
comme un vieux porte-clés
dans une bouche d’égout
qui puait la mort
et me renvoyait au néant.

Que veux-tu que je dise de toi ?
Aujourd’hui que le temps a passé,
que je devrais avoir oublié
les rancoeurs et les rancunes
comme il est humain de le faire…

Parce que, paraît-il,
avec le Temps,
seuls restent en nos mémoires
les souvenirs heureux.
On décapite ceux
qui nous ont tordu les tripes,
cloués au lit avec une mauvaise grippe
pendant des jours,
à se demander
s’il fallait continuer
de vivre en rampant
de dormir en pleurant
de marcher les jambes coupées
La bouche sèche d’amertume
les yeux noyés de brume
Sous une pluie insatiable
qui n’arrêtait plus de tomber,
vortex inéluctable
des amours consumées…

Foutaises que ces souvenirs heureux !
J’ai encore mal
aux bleus tatoués sur mes bras,
dans mon cou et à l’orée du coeur.

Je sens vibrer encore,
corde sensible du désaccord,
la rage qui a été
ma compagne
dans ce long après,
ce désert que j’ai traversé, des épines
fichées dans les mains ;
et je me souviens même
avoir marché sur les mains…
pour ne plus sentir le sang noir âcre et malsain
qui empoisonnait

ma vie.

Et même, longtemps après l’après,
alors que nous vivons aujourd’hui
dans un autre monde
dans une autre vie,
Que j’ai replantée
avec les mains nues de la rage,
oui quand je repense à toi,
à ce que tu m’as fait,
loin de moi l’envie chrétienne
de tendre l’autre joue !

J’aimerais Ô que j’aimerais parfois
t’enfoncer un poignard
dans le coeur
et regarder le sang
se vider de ton corps hagard,
sans éprouver un cent
de pitié.

Tu peux mourir
dans les pires souffrances,
te faire brûler
sur un bûcher funéraire
ou te faire dévorer
par les vers,
je ne bougerai pas un cil.
Tu m’as refilé ta haine de pierre
indélébile.

C’est tout ce que j’ai à te rendre
pour continuer ma route
sans me pendre.
Pour galoper loin

des tas de cendres
qui ensevelissent les années

Perdues…cheval blanc au galop dans un nuage d'écume sur xaxor com

©Asphodèle.

 

Advertisements

62 réflexions au sujet de « Jeudi poésie en vert et contre tout ! »

  1. Ah mais que voilà une belle surprise, Miss Aspho
    Un poème asphodélien dans toute sa splendeur, je ne déplore que la longueur 😉
    Moi, je joue aussi, en solitaire, contre vents et marées 😆
    J’ai mis un lien et ne suis pas sûre qu’il marche, on verra à 7 h
    J’ai bien noté que Martine prend le relais pour le prochain rendez-vous.
    Gros bisous

  2. Si tu savais… comme ton poème fait resurgir des émotions anciennes de 25 ans ! Tout ce que j’ai ressenti, sans pouvoir-savoir l’exprimer, à cette époque, je le trouve dans tes mots. Et je t’en remercie.
    Bisous ❤

    • Ma Tine, je pense que nous avons tous éprouvé ce sentiment à un moment ou un autre de notre vie, sauf que quand je l’ai écrit, je n’étais pas « en rage », c’est ça qui est encore plus étrange ! Mais je crois savoir (en me relisant) à qui cela s’adresse (et ce n’est pas un être humain !^^)… Bisous♥

    • Carnets que ferais-je sans toi ? Je n’ai pas pu te répondre ce matin mais j’avais vu ton comm sur l’iPhone et je suis vite remontée le changer !!! 😀 Evidemment, en y regardant de plus près, il était à la date d’hier, pfff ! 😀

  3. Aspho… Ce poème me parle et me touche ! Quand tu dis « que j’ai replanté avec les mains nues de la rage », c’est une image que j’aime beaucoup… oui quand on perd beaucoup, on se sent nu quelque part, mais c’est là qu’on se rend compte qu’il y a une chose qu’on ne pourra jamais nous prendre, et la rage en fait partie, je pense. Et même si c’est un sentiment qui peut être destructeur, parfois c’est tout ce qui aide à tenir.
    Bisous !

    • Touloulou, il est bizarre même pour moi ce poème, car je n’avais pas de rage particulière quand je l’ai écrit, je veux dire après quelqu’un…en particulier ! Mais oui, comme le dit Monesille, la rage « dessine les contours de ce que nous sommes », elle fait partie de nous et permet de nous reconstruire après un échec, une rupture ou un deuil… Je t’embrasse et te dis à bientôt !

  4. « O rage au désespoir » écrivait Corneille. « Très en colère » est le moins qu’on puisse dire. Impressionnant de violence et de…rage. Je t’embrasse et t’assure de ma présence. A ttds. Je suis désolé mais effectivement je n’avais pas prévu de poésie pour ce jour. A très vite, tu me manques déjà.

    • Claude, comme je viens de le dire à Monesille, avec le recul, je crois savoir après QUOI j’étais en colère et non pas QUI ! Car je n’ai jamais été « violente » à ce point après quelqu’un ! D’ailleurs après l’avoir écrit j’étais bizarre ! 😆 Je suis là encore jusqu’à la fin de la semaine, après tu me trouveras dans mes mails ! Je recommence mon programme kiné-balnéo et maman son programme « DMLA »…Gros bisous et à ttds♥

  5. Une rage productive, tu fais bien ! J’ai écris aussi de tels temps et puis les choses passent et la rage aussi, il est important de ne pas se laisser détruire par ce qui n’est pas nous. La rage aide à mieux nous connaître, mieux définir nos contours négatifs.Alors galope, galope forte et libre ! L’image est très évocatrice ! Bises chère Asphodèle.

    • Ma Dame Camomille, le pire c’est que je n’étais en « rage » après personne quand j’ai écrit ce poème !!! Mais je crois savoir ce que c’est et non pas qui… Parce que ça fait longtemps que je me suis débarrassée de la rage « vengeance », bien longtemps…mais je peste toujours après les choses « injustes » de la vie…Ce qui ne m’empêche pas de galoper toujours plus loin, pas de temps à perdre à ruminer ! 😀 Gros bisous♥

    • Aifelle, le pire c’est que je m’interroge moi-même, je ne réglais rien du tout quand je l’ai écrit !!! 😆 Mais ça devait bien venir de quelque part ! 😉 De très loin sûrement…

    • Merci Samar, tu sais nous sommes des « poètes du dimanche » comme on dit, on ne se prend pas au sérieux mais on y met tout notre coeur ! 😀 Bisous grande cuisinière ! 🙂

  6. « J’aimerais Ô que j’aimerais parfois
    t’enfoncer un poignard
    dans le coeur
    et regarder le sang
    se vider de ton corps hagard,
    sans éprouver un cent
    de pitié. »
    Cela ne te ressemble effectivement pas je trouve …
    Je me demandais après qui tu en avais er les commentaires précédents m’ont informé… Ce n’est pas après qui mais après quoi …

    Bisesss Asphodèle 🙂

    • Val, oui tu as compris, je serais bien incapable de regarder quelqu’un se vider de son sang sans rien faire…sauf pour…quelque chose qui m’aurait déjà tout pris ! 😉 Bisous♥

  7. Merciii d’avoir été chercher mon lien, Miss Aspho 😉
    Rendez-vous pris, la prochaine fois, avec Martine
    Bonne fin de semaine et gros bisous
    PS : promis, je parlerai des roses du Parc de la Tête d’Or, très prochainement 😆
    J’ai tant de choses à dire sur elles et mes aventures !

    • Oui ma So’N t’as vu ça, je n’ai rien dit mais je l’ai ajouté !!! 😀 C’est tellement rare que ça t’arrive, je n’allais pas te gronder en plus !
      Oui j’aimerais bien revoir des photos de la Tête d’Or sur ton blog, j’en ai vu, via le FB de mon frère qui avait posté un diaporama de « OnlyLyon » il me semble mais c’est impersonnel, ça n’a pas l’âme que toi tu mets dans tes billets ! 😉
      Martine va bien s’occuper de vous et je pourrais récupérer les liens à mon retour ! Enfin, quand j’en aurais fini de ma ré-organisation et que j’aurais plus de temps pour bloguer ! Parce que là, hormis répondre à mes comms et sauter sur 3/4 blogs en catastrophe, ça n’est pas terrible ! 😥
      Gros bisous et à très vite (mon mail est ouvert^^)♥

    • Merci Poussin, tu l’avais déjà lu sur l’Ecritoire : j’ai juste changé quelques mots et la fin… Vi vi, j’ai beaucoup galopé, pour m’enfuir plus vite, par le passé (parce que maintenant c’est au « pas » !!!) 😀 Bises♥

  8. Diantre c’est fort ce poème! J’ai lu dans les commentaires que tu ne savais pas après qui tu en avais ce jour là? C’est vrai? Ou j’ai pas compris un seconde degré!
    En tous cas j’adore 🙂 Quand faut que ça sorte , faut que ça sorte et là c’est fait avec fougue et brillo! C’est gothique!
    Gros bisous ma belle, prends soin de toi!

    • Mahie, oui c’est ça le plus étrange avec ce poème écrit en 2014 (mais toujours d’actualité), je n’avais pas la rage après quelqu’un et en le relisant, deux ans après, j’ai compris après quoi j’en avais…après celle qui nous arrache le meilleur de nous-mêmes, ou des gens à qui nous tenions. Mais ça peut être quelqu’un, chacun y met ce qu’il y voit et veut ! Gros bisous aussi à toi et bon courage pour la suite de tes péripéties ! 😉

  9. Bonjour Asphodèle, je découvre ton blogue ce soir alors que je viens de me plonger dans la couleur verte ce matin ! Puissant, ce poème, bravo !
    Repose-toi bien, prends bien soin de toi, dans la verdure printanière !

    • Ma Céleste amie, vous me manquez aussi mais si tu savais mon planning, je ne peux pas me dédoubler ! 😦 Et ça va être surbooké jusqu’à mi-juillet ! Après je vais voir, mon frère doit venir mais en principe pas avant début août et j’espère qu’il m’aidera sinon … Bloguer est moins fatigant tu sais ! 😀 Gros bisous♥

  10. coucou ma belle
    je passe te souhaiter une bonne fete j’espere que vous avez eu du beau temps et que tu as pu profite pleinement de la journee en famille
    grosse bise

    • Merci Samar mais je ne fête pas les mêmes fêtes !!! 😉 Ce n’est pas grave, le coeur y est et c’est le principal ! Oui il fait enfin beau et même chaud d’un coup mais c’est l’été ! Gros bisous et bonne vacances si tu en prends ! 🙂

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s