LES PLUMES 51 – LES TEXTES EN A COMME AVRIL !


Logo Plumes aspho 4 ème tiré du tumblr vanishingintocloudsAprès une collecte d’avril échevelée, et à l’heure où je mets sous presse,  les 20 gentils participants (moi incluse) qui ont eu le courage d’écrire, sont, par ordre d’arrivée des liens :

La Licorne, Violette Dame Mauve, Lydia, Ghislaine, PatchCath, Nunzi, Carnets Paresseux, EmilieBerd, Monesille, Célestine, Domicano,Valentyne, Anne de Louvain-la-Neuve, Michelle la belette (une petite nouvelle à qui nous souhaitons la bienvenue^^), Martine l’écrit’urbulente , Astrid, Martine27 la Malicieuse, Cériat, Janickmm. Bizak. Eva and Family (à midi le samedi 23). Et JOBOUGON, ajoutée le 27 à 17h32…

Les vingt mots à placer étaient : abeille, arabesque, ambre, arpenter, automobile, abricot, actif, azimuté, s’agenouiller, anamorphose, aimé, accroche-coeur, ajouter, affirmativement, approximatif, alléchant, ambiance, ahuri, agir. La petite phrase en plus à placer dans le texte : « La soif ne le quittait plus » : à adapter à la situation : « ne LA quittait jamais ou encore ne ME quittait jamais si le texte est écrit à la première personne. Mais, hormis le Dodo Paresseux et Dame Camomille,  tout le monde avait compris …

À L’ABREUVOIR DU TEMPS…a abreuvoir horloge à eau

Pourquoi dit-on de l’aube et du crépuscule que ce sont les heures les plus fragiles ? Pour leur courte durée, éphémères presque, tant il faut se dépêcher d’en saisir la beauté avant que l’une ne cède la place au jour pendant que l’autre ouvre les portes de la nuit ? Anamorphose subtile de ce qui nous échappe…a abreuvoir plage du minou à Brest par Breizh sur FlickRAu contraire, je les trouve forts ces instants-charnières de la journée, comme des abeilles actives traçant des arabesques au seuil de la tendresse. Affirmativement ancrés dans l’intangible, derrière les lueurs bleutées du levant ou celles, finissantes d’un couchant  d’ambre tiède,  pendant les soirs d’avril qui s’appliquent à découdre les fils d’ennui accrochés à leurs manteaux d’hiver. Instants majeurs qui nous ramènent aux battements approximatifs de nos coeurs infusant dans le sucre de la mélancolie. Posés là comme des accroche-coeurs ou des attrape-rêves qui ajoutent un goût de miel puissant au printemps frileux. Juste avant qu’agisse la chaleur insupportable de l’été. Juste avant  de mordre dans l’abricot juteux qui chasse cerises et framboises fragiles des étals des marchés.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

S’il est des heures sensibles sur les courbes impalpables du temps, ce sont celles qui arrivent au mitan du jour ou de la nuit. Qui ne s’est jamais senti ahuri de ne point dormir à trois heures du matin ? Qui ne s’est pas enfui, l’esprit azimuté vers les trois heures d’une après-midi interminable quand l’ambiance devient détestable ? Qui n’a pas trouvé alléchante l’idée de sauter dans son automobile et de rouler jusqu’à la mer ? Ou plus loin, là-bas vers l’innommé, où l’air doux comble les failles, adoucit les douleurs et où le sang qui coule de nos yeux se transforme en coquelicots ivres, bercés de vent et de rêves inachevés.

Quand se rejouent sur une plage désertée, les souvenirs ingrats parfois de nos plus belles années. S’envolent alors les notes d’un chant venu d’on ne sait où… qui nous fouaille, nous écartèle, nous agenouille sur le sable humide des marées. Il nous semble entendre les soupirs d’ombres aimées et enfuies, nous nous en abreuvons encore et encore de cette écume douceâtre qui nous maintient debout. Pour arpenter les chemins étroits qu’il nous reste. Pour que poudroient chaque jour aube et crépuscule, on sait enfin pourquoi la soif ne nous quittait plus. Parce qu’à cet endroit précis, dans un temps qui n’existe plus, un jour un poète nous a tenu dans ses bras…a abreuvoir couple face à la mer

©Asphodèle – 21 avril 2016.

506 mots.

Publicités

56 réflexions au sujet de « LES PLUMES 51 – LES TEXTES EN A COMME AVRIL ! »

  1. Un texte àla fois mélancolique et mélodieux … J’aime particulièrement « les soirs d’avril qui s’appliquent à découdre les fils d’ennui accrochés à leurs manteaux d’hiver. » et aussi accroche-cœur et attrape-rêve qui sont des mots qui vont très bien ensemble 🙂
    Bisesss Asphodèle d’Avril 💜💚

    • Merci Val ! La phrase que tu aimes était la première (et unique) d’un texte commencé (et jamais fini) pour l’Agenda Ironique… Je l’ai replacée là ! Bises et bon week-end Val 🙂 ♥

  2. Hello Miss Aspho, je suis sous le charme aussi 😉
    Et tu as le don d’employer des mots que je n’emploie pas !
    Ces heures intermédiaires sont comme des promesses ou des désespérances selon chaque individu. Je préfère l’aube !
    J’aime bien aussi cette nouvelle version de tes Plumes et cette consigne de dernière minute qui anime la session 😆
    Bon we et gros bisous d’O.

    • Merci ma So’N ! J’aime autant l’aube que le crépuscule mais j’avoue avoir un faible pour la première moi aussi ! ça me fait tout drôle que tu ne participes pas ce samedi ! 😦 Mais je comprends, ne t’inquiètes pas ! 🙂 Gros bisous tout gris de l’Ouest ! ♥

  3. Une fois de plus un texte magnifique Miss Aspho. Tu sais nous enchanter de ces moments « juste avant », subreptices et fugaces,et si prégnants malgré tout. Et ce poète final, je me rêve à l’être, en toute immodestie. Je t’embrasse. Je suis un peu encalminé mais la brise va renaître, ne t’inquiète pas . Rebises et à ttds.

    • Merci Claude ! Un texte qui est venu tout seul jeudi, j’avais juste une phrase sur « les fils de l’ennui des manteaux d’hiver » et finalement j’ai dévié… Tu me fais sourire quand tu te dis « encalminé », arf ! J’espère bien que tu vas renaître ! Haaa ce poète…c’est une chimère, alors que toi tu es bien réel ! 😀 Bises et à ttds 🙂

  4. « Parce qu’à cet endroit précis, dans un temps qui n’existe plus, un jour un poète nous a tenu dans ses bras… »
    Alors celui qui, un jour, t’a serrée contre lui, a su instiller dans ton coeur les mots de la poésie. Ton texte est superbe !

    Je file à mes reportages, et d’avance, je demande excuse à celles et ceux que je ne lirai pas aujourd’hui, ni demain. Le temps ne sera pas à la lecture, ce week-end, mais aux rencontres et à l’écriture de billets pour la presse.

    Bisous.

    • Merci ma Tine ! Je crois que la poésie était en moi avant « le poète », disons qu’il a précipité les choses ! 😀 Mais bien sûr que tu es excusée, on a jusqu’aux prochaines Plumes pour lire les textes (enfin, à peu près^^) ! Courage pour tous ces reportages qui t’attendent et gros bisous♥

  5. Que c’est beau, comme tu écris bien sur les soirs d’avril,
    et on voit bien aussi que tu as eu la chance de connaitre le bonheur de te blottir dans les bras du poète chère Aspho,
    Merci de cette jolie fin de semaine

    • Merci Patch ! Tu sais il ne faut pas croire tout ce que je raconte, je mêle souvent fiction et réalité ! 😀 Mais bon, nous avons toutes connu un « poète » au moins une fois, non ? 😀 Bisous et bon week-end…

  6. Très appétissante cette confiture d’abricot avec une pointe de lavande.
    Un très beau texte, plus gai que le mien….
    J’espère que dans le prochain je serai plus optimiste.
    Bonne fin de semaine et merci pour ce jeu qui me ravit.
    Bisous

  7. Coucou Asphodèle
    Les insomnies à trois heures du matin, cela nous connaît, hélas !
    Et pour des raisons personnelles, je ne fais pas trop la différence entre l’aube et le crépuscule.
    Je te laisse sur ses mots : je crois que nous allons enfin avoir notre petit déjeuner.
    Bon samedi!

  8. En toi le rythme des mots du poète continue de t’animer, avec douceur, avec tendresse comme ces moments délicats de l’entre deux jour/nuit où les couleurs sont en demi teintes et nous caressent l’âme. Tes mots nous rendraient aussi poètes, sais-tu? Des bises

    • Rhooo merci Domicano ! Je ne pensais pas que mon texte inciterait à la poésie mais si tel est le cas tant mieux ! J’ai toujours aimé ces instants de clair-obscur et je leur trouve une force incroyable malgré l’éphémère… Bises itou 🙂

    • Eva, ajouté ! Pfffiou, tu as bien fait de le laisser là car je ne reçois pas de News de ton blog et avec 20 participants, j’aurais pu oublier moi aussi ! Quelle idée aussi de prendre des vacances, on en revient toujours plus fatigués qu’avant le départ ! 😀 😀

  9. Douceur mélancolique des crépuscules…et .nostalgie sentimentale…font vraiment bon ménage sous ta plume…c’est doux et sucré comme une cuillerée de confiture abricot-lavande !
    Un régal…

    Mais…est-ce moi qui ai la berlue ?
    Ou est-ce que je te prends en flagrant délit…de trichaillerie ?
    Aurais-tu subrepticement, à la faveur du clair-obscur de potron-minet…
    changé la phrase à « caser » ?
    Je vois un « me-le-la »…qui devient « nous » (enfin, ça, c’est pas un gros problème »)
    mais surtout un « plus » qui devient « jamais »…

    Hum, hum…pas un bon exemple pour la jeunesse, ça, madame Asphodèle…
    Y’en a qui vont s’engouffrer dans la brèche, je le sens… 😉

    Grosses bises de midi.

    • Merci la Licorne, je t’offre volontiers une cuillère pleine de confiture abricot-lavande au goût d’été…
      Alors, dis donc, heureusement que tu as l’oeil ! Non non je ne trichais pas (honte à moi si tel était le cas), mais sur mon cahier j’avais écrit « la soif ne le quittait jamais » et le lundi soir j’ai dû mettre « la soif ne le quittait plus »…et comme j’écris avec mon cahier sous le nez, bah voilà ! Même la consigne aujourd’hui était faussée. J’ai corrigé et la consigne et mon texte ! Voilà ce que c’est de faire sa folle le lundi pendant la collecte ! 😆
      Et personne ne va s’engouffrer dans la brèche ! Certains ne m’ont pas attendue pour le faire me diras-tu en déformant un peu la phrase mais bon, allez, tant qu’elle n’est pas transformée je ferme les yeux ! Plus ou moins… 😉 Bises de presque 13 heures et bonne fin de week-end !

  10. Oh que oui j’ai eu envie de tout ce que tu décris Asphodèle……..
    Et bien sur que très souvent, je ne dors pas encore à 3 h du matin..

    Mais te lire me fait vraiment oublier ces petites misères.
    Au milieu du texte, j’aurai bien mis une musique douce et mélodieuse pour aller avec tes mots..
    Ton texte, il m’a chanté du bonheur, de l’espoir, de l’humanité et m’a insufflé de l’énergie,
    toi qui en manque tant, tu l’offres aux autres………..Merci…….
    Tu es la première que je lis.
    J’irai lire tous les autres ce soir ( je passe la journée avec ma fille)
    Heuuuuuuu, moi j’adore l’ Aube………….Au Crépuscule ma vue est trop faible………

    Bises amicales et encore merci pour ces mots, pour «  » Ces Plumes «  » que j’aime tant…♥♥♥

    • Rhooo merci Ghisou, c’est adorable ce que tu me dis ! Je ne mets jamais de musique, comme ça chacun y met celle dont il a envie ! Tant mieux si tu as aimé et que ça t’a donné de « l’énergie » ! 😀 Et… merci d’aimer les Plumes avec autant de fougue ! Bises et bonne journée avec Fifille ! 😀

  11. Je m’incline toujours devant l’élégance et la grâce. Je vous tire mon chapeau, dame de plumes, qui peut ainsi parler de l’éphémère et du non tangible, avec des doigts de fées, la souplesse du corps et des pas de la danseuse et la délicatesse de l’alouette. Merci pour ces instants de poésie volée à la lourdeur d’un quotidien qui sort du coup de sa banalité ! C’est cela la vertu de l’écriture.

    • Anne de LLN, des sels des sels je vais m’évanouir après un tel commentaire ! Merci en tous cas de me prêter cette lègereté qui, à défaut de me dé-lester les jambes se glisse peut-être dans mes mots (on ne se rend pas compte quand on écrit^^). Quant à la souplesse, c’est vrai, j’en ai gardé un peu de mes années de danse, tu m’as bien cernée finalement ! 😆 L’écriture a tant de vertus insoupçonnées…on le découvre chaque jour mais…en écrivant sans cesse ! Bises ! 🙂

  12. J’avoue avoir pirouetté parce que je n’arrivais pas vraiment à caser tous ces mots en A dans un texte harmonieux; tu t’en sors admirablement et cela rappelle la première gorgée de bière…je préfère les aubes au crépuscule, les lève-tôt étant nettement moins nombreux que les couche-tard et profiter de ces instants uniques…Ces heures volées à la nuit n’appartiennent qu’à nous. Bravo pour ce texte épatant, même si comme le fait remarquer la Licorne tu es la première à déformer la consigne, tststs et même je suis un peu dubitative sur la phrase « pour arpenter les chemins étroits qu’il nous reste » mais ces petits détails ne gâchent pas l’amour immense que tu as pour la vie, sous toute ses formes et qui se révèle dans ce texte.
    Bisous chère Asphodèle.

    • Dame Monesille et que tu pirouettes bien dis donc !!! La reine de la roulade avant-arrière !!! 😀 Si tu as lu ma réponse à La Licorne, il y a eu malentendu et j’ai tout « réparé », ça peut arriver, surtout quand on a Monesille dans les pattes quand on fait son billet, n’est-il pas ??? :mrgreen: Tu peux être dubitative, car c’est une phrase que j’ai rajoutée pour placer « arpenter », sans conviction… Je reprendrai ce texte en enlevant les mots qui m’ont faire des circonvolutions lourdingues pour l’alléger un peu ! 😉
      L’amour de la vie, il faut l’avoir chevillé au corps parfois pour continuer ! Gros bisous♥

      • Je me marre en notant tout de même que je suis plus souvent sur ton blog que sur le mien ! et heureusement qu’il y a tes animations autrement en ce moment je ne publierais pas grand chose ! je mets au programme de ma semaine de reprendre un peu mon blog en main, ne serais-ce que de changer la bannière ! qui n’est plus vraiment de saison.
        Bises ma belle et continue de nous entraîner dans ton sillage dynamisant même si je me doute que ça doit être épuisant.

        • C’est ben vrai ça Dame Camomille !!! 😆 C’est très bien de reprendre ton blog en main, ça nous oblige à une certaine discipline (quand on n’est pas complètement dévorée par la vie IRL) et c’est notre petite fenêtre de décompression ! Pour ta bannière, je t’aurais bien aidée, mais nous n’avons pas le même thème et ça change d’un thème à l’autre ! Toutefois, si tu as besoin de photos sur un thème précis n’hésite pas à me demander, j’en ai en stock dans mes tableaux Pinterest ! 😉 Bises dynamisantes, je recharge mes accus cette semaine pour être fin prête pour les Plumes du 2mai (ça va être vite venu mine de rien^^) 🙂 Bon dimanche !

            • Voui déjà ! Mais comme j’ai reporté celles d’avril, c’est pour ça ! J’espère pouvoir… Parce que reporter c’est vraiment en cas d’urgence extrême, ça n’arrange pas la suite, la preuve ! Alors je vais t’avoir sur le dos en plus ? mais tant mieux !!! 😀 👿 niak niak…

  13. « Qui n’a pas trouvé alléchante l’idée de sauter dans son automobile et de rouler jusqu’à la mer ? Ou plus loin, là-bas vers l’innommé, où l’air doux comble les failles, adoucit les douleurs et où le sang qui coule de nos yeux se transforme en coquelicots ivres, bercés de vent et de rêves inachevés. »
    Magnifique!
    Et la photo des pots est très belle! J’aime les couleurs!
    Gros bisous

    • Merci Emilie, ton commentaire me fait plaisir !
      J’ai cette photo des pots depuis pas mal de temps et je la gardais, attendant l’occasion, elle me fait saliver ! 😀 Bises belle blonde ! 😀

  14. « Parce qu’à cet endroit précis, dans un temps qui n’existe plus, un jour un poète nous a tenu dans ses bras… » Comment tu le sais ? 😉
    Ton texte est une pure splendeur et je l’ai relu dix fois.
    J’ai des frissons. Les mots sont quand même des choses absolument magiques quand ils sont mis ensemble par une magicienne.
    merci de tout coeur
    ¸¸.•*¨*• ☆

    • Je le sais Célestine, je le sais !!! Disons qu’avec le recul, on s’aperçoit qu’il s’agissait d’un poète ! Dix fois ? Hé peuchère, tu prends un café sur la Canebière ou quoi ? 😆 C’est moi qui te remercie, je t’embrasse ma belle aux yeux d’étoiles♥ 🙂

  15. Je ne sais pas, mais pour moi, c’est un de tes plus beaux textes, chère Aspho. Tout est poésie, tout est bonheur entraperçu et filant rejoindre son nid, il n’aime pas prendre froid, il est fragile, tu l’as dit ! Un sublime texte qui me charme et qui me dit que tes mots chantent quand tu te dodelines la tête dans les étoiles. Vraiment je suis ravi. Bisou

  16. Haaaa, de l’ Asphodèle pur jus et réussi. Tu reviens à tes premières amours en quelque sorte.
    J’aime vraiment beaucoup les 2 premiers paragraphes…le passage du sucre est vraiment très beau.
    Bisous et belle semaine.

    • Haaaa Mindounet, je savais que ça te plairait ! Je n’ai jamais dit au-revoir à mes « premières amours » comme tu dis (au propre comme au figuré d’ailleurs 😆 ) mais ça ne « vient » pas sur commande ! Là c’est venu d’une traite le mercredi soir et j’ai modifié (très peu) le jeudi…Il a fallu que je rajoute deux mots, mais à l’occasion, je le retravaillerai en enlevant deux ou trois mots imposés qui m’ont embarrassée…Bisous Poussin 🙂

  17. Je suis tout chose après avoir lu ton si joli texte. Et toute dépitée de rien pas avoir participé à ces plumes 51 !
    Mais pourquoi suis-je si étourdie ?
    Je relirai tes jolis mots plus tard, pour le plaisir, plus lentement, sans me laisser distraire par les commentaires qui suivent et qui ont vidé ma petite tête. 😀
    J’ai noté pour le 2 mai, jour mémorable pour moi ! Bises

    • Rhooo Mijo, merciii ! Tu veux un petit cordial pour te remettre ? Cordialement bien sûr ! 😆 Ha ha le 2 mais serait-il le jour de ton anniversaire, tu as tout du Taureau !!! 😀 Ne te mets pas la rate au court-bouillon, tu participeras quand tu pourras ! Bisous 🙂

        • Bah je te trouve très Taureau et tu me dis que c’est un jour important, faut pas être sorcier non ??? 😆 Arf !Et puis tu ne passes pas une dizaine cette année, ou l’an prochain car il me semblait avoir « imprimé » que nous avions juste 10 ans d’écart ! Alors ce serait encore plus important ! 😀 Moi je change de dizaine en 2017, misère de misère ! 😥

    • Ha mais je comprends bien, l’iPhone non seulement fait des fautes, on les corrige et il en ajoute de nouvelles (ce qu’il a compris) après correction ! C’est pour ça que je commente rarement avec, ça me mine ! Je passe plus de temps à corriger qu’à taper un comm ! Et attends, quand Safari marche et m’amène jusqu’aux commentaires… Ce que je regrette mon Blackberry ! Le prochain ne sera pas un iPhone à la pomme euh à la noix, pardon !!! 😀

      • Je viens d’en commander un autre iPhone. Il faudrait juste que j’agrandisse la police. Ce que je vais faire immédiatement. Mais si je relisais au lieu d’envoyer sans vérifier ? Ce ne serait pas mal non plus ! Bon là, je viens de relire. Il ne devrait pas y avoir de faute ! 😡 bises

        • T’es accro à la Pomme toi ? Tu sais que les gens en achètent moins déçus qu’ils sont après avoir eu un Samsung ou autre ? Apple n’est plus ce qu’il était ! Mon 1er ordi perso a été un Mac, milieu des années 90, ça a bien baissé depuis…

  18. Très beau texte sur le fil de la vie, au bord des rêves et des espoirs et sans doute que le poète était aussi fragile que le lecteur ou la personne tenue dans les bras, merci

    • Merci Janick pour ce joli commentaire ! Le poète était fragile oui, trèèès fragile, il n’est plus de ce monde… Bises et bonne fin de semaine ma douce bretonne ! 🙂

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s