LES PLUMES 49 – LES TEXTES DES PLUMES VAGABONDES !

 

Logo Plumes aspho 4 ème tiré du tumblr vanishingintoclouds

Nous partîmes à vingt dans ce vagabondage et arrivâmes à… 25 (moi incluse) ! Mais je ne compte pas les retardataires qui sauront se manifester ce matin…Par ordre d’arrivée des liens, des anciens et une nouvelle que je vous demande de chouchouter, c’est Lydia ! (Soène, je n’ai pas revu ton Jean-Pierre  😀 ). EDIT DE 19H53 : j’ai compté les retardataires dont vous trouverez les liens ci-dessous ! Je vous l’dis c’est pas une sinécure les Plumes ! 😀

Nunzi, Soène, Mind The Gap, Monesille, Jacou33, Lydia B. (Bienvenue à elle !^^), Carnets Paresseux dit Cow-boy Dodo pour la circonstance, Mijo64Marina Chili, PatchCath, Martine la Turbulente,Célestine, Anne de Louvain-la-Neuve, EmilieBerd, Martine27, Cériat, Isabelle (Les tribulations d’une lectrice), Claudialucia. Valentyne. Bizak. Ce matin samedi arrivent : La Licorne (bienvenue), Domicano et Eva. Et JoBougon à 19h53 qui s’en va danser le tango de la mort avec Anne DLLN , un régal ! Et Flipperine, mardi 1er mars !

Très peu (ou mal) inspirée cette semaine, j’ai fait un texte « soénien » (à partir d’une actualité pour ceux qui ne sauraient pas). Voici le lien de l’article de Rue89 sur Pavel Dourov qui m’a inspiré ce texte ! Je tiens à préciser que je ne connaissais absolument pas ce monsieur avant de lire cet article et c’est sa photo en Une ainsi que le premier paragraphe de l’article qui ont déclenché ce qui suit…avec les supputations fictives (ou réelles) que cela implique.

LA DIAGONALE DU FOUPavel Dourov millionnaire russe chelou

Il a fait des avions en papier son emblème jusqu’à pousser la coquetterie (ou le délire) à les porter en boutons de manchettes (en argent). Sur une chemise noire monacale. Comme le reste de sa tenue ou plutôt son uniforme puisqu’il ne s’habille, lis-je, qu’en noir. J’apprends qu’il boit une camomille !!! A ce stade (je manque de m’étrangler ), je remonte de quelques lignes sur mon écran jusqu’à la photo et je plonge dans son regard sombre, mystérieux. Une gueule d’ange pour celui qui ne boit ni thé, ni café, ni alcools, mange végétarien… Houlà (cet homme est dangereux) ! Où va-t-il donc pacager quand il veut s’amuser un peu ? Visiblement, et puisqu’il est le « cerveau » d’une messagerie Internet connue, il n’a pas le profil à baguenauder pour ne rien faire. Tout son temps doit être optimisé et ses flâneries lient sûrement l’utile à l’agréable. Je suppose. Je n’en sais rien. Mais s’il a été surnommé le Marc Zuckerberg russe c’est qu’il y a un potentiel…a Pavel Telegram la messagerie photo Rue89Ce qui m’a intéressé ? Son prénom… Pavel…un prénom de poète. Il est russe, beau, jeune (31 ans), riche et vit exilé depuis deux ans, exilé de force. L’argent l’indiffère mais il est blindé. Seule la liberté l’intéresse. Le sens qu’il prête à ce mot me fait tiquer (trop proche de libéralisme). Paria en Russie, il mène une vie d’errances qui le conduit de villes en villes, célèbres pour leur charme. Il a créé une messagerie au code inviolable (et sujet à polémiques) parce qu’il vient d’un monde où les conversations sont écoutées, où la liberté n’est qu’un miroir aux alouettes. a Pavel Durov à ParisAinsi dépeint, tu m’es presque sympathique même si tu n’es pas le genre d’homme qui m’aurait attiré à ton âge. Tu permets que je te tutoies Pavel ? Je modère mon enthousiasme quand je rencontre des hommes comme toi parce qu’il est difficile de deviner derrière quel nuage de fumée se dissimule la vérité. Et aussi je me méfie des hommes qui boivent de la camomille, comme des discours de presse, fussent-ils réputés sérieux. Ta vie actuelle est le fruit de circonstances malencontreuses mais je ne dirais pas malheureuses. Tu as le charme d’une libellule éphémère voletant au-dessus d’une prairie pestilentielle. Tu sais jeune homme, la solitude des cimes existe et ne rend pas l’homme meilleur, elle contribue à un certain vertige. Celui du pouvoir absolu . Tu mènes une vie libre en exil mais tu restes prisonnier de ton image. On sent bien que tu aimes garder le contrôle, tu évites tout ce qui pourrait te mettre en danger, je parierais que si une bombe ne t’explose pas à la figure, tu vivras plus que centenaire. Mais seul.a Pavel Durov 2

Sauf si… une forme de grâce venait à te toucher ! Pavel, si tu pouvais rejoindre tes frères qui se prénomment comme toi, les artistes, les poètes, les Kogan, Pacha, Krosnas et autre Tchelitchev… J’aimerais (cela restera un rêve pieux) que, derrière tout ce noir qui te nimbe d’un faux romantisme, se cache une lumière non virtuelle. Qu’elle éclaire l’autre versant de ton âme. Il n’y a pas que les chiffres, les codes, les algorithmes et l’adrénaline pour aider un homme à se sentir vivant. Tu découvrirais le sens du mot bohème et toute la chair contenue dans « liberté ».
Ton portrait renvoie l’image d’un être qui ignore l’amour et la poésie. Il y manque la tendresse d’une femme gironde qui ouvrirait ton cœur à la légèreté évanescente des nuages d’été. Pour t’agripper aux crinières des chevaux célestes dont tu rêves parfois. Ton exil alors aurait un goût de sel et d’algues fraîchement découvertes par la marée, on y entendrait un ressac pour donner à ton itinérance le rythme d’un cœur qui bat comme celui du sable quand l’écume des vagues l’embrase d’un simple murmure…

Crédit photo : Pavel Durov/compte Instangram.

Crédit photo : Pavel Durov/compte Instagram.

Bon vent Pavel !

©Asphodèle – 27 février 2016
643 mots (signature et titre compris)

Les 20 mots à placer étaient : flânerie, pacager, liberté, baguenauder, circonstance, enthousiasme, prisonnier, errance, prairie, libellule, céleste, nuage, délire, rencontre, bohème, parie, alouette, gironde, évanescent, agripper.

Je les ai tous placés sauf « rencontre » que j’ai transformé en verbe, de toutes façons, la collecte manquait de verbes !

LES PLUMES 49 – Résultats de la collecte pour vagabondage !

Logo Plumes aspho 4 ème tiré du tumblr vanishingintocloudsLa cuvée de février est correcte ! Jute 20 mots, avec le mien, donc vous ne pourrez en enlever qu’un seul, ha ha ha, j’en entends déjà qui soupirent. À propos, nous allons mettre deux ou trois choses au clair et ceci est valable pour les anciens comme pour les nouveaux ! Puisque la majorité d’entre vous a une mémoire de poisson rouge et oublie le règlement d’un mois sur l’autre, il serait bien que vous le relisiez de temps à autre, au moins que vous vous souveniez des points élémentaires ! Hum ! Alors oui, on laisse son mot en lettres majuscules parce que quand il y a plus de cent commentaires, c’est plus pratique pour tout le monde de les visualiser !

Nous allons en reparler, en attendant, voici la liste :

Flânerie, pacager, liberté, baguenauder, circonstance, enthousiasme, prisonnier, errance, prairie, libellule, céleste, nuage, délire, rencontre, bohème, paria, alouette, gironde, évanescent, agripper.

J’ai rarement vu Soène aussi sereine, m’avouant même qu’elle avait fait sa sieste ! Soène ? Une sieste !!! Tout fout le camp…a soène qui promet d'être sage quand j'ai le dos tournéBref ! En attendant notre Monesille-Camomille, soi-disant burn-outée la semaine dernière… a drôlement bien récupéré….plumes nunzi quand elle est au bord du burn-out a drôlement bien récupéré (bis, sur l’air de un dos tres)….a Monesille qui compte les pointsQuand je suis arrivée dans mes commentaires …a aspho quand je vois un mot qui va faire hurler SoèneJ’ai compris que ma journée allait être terrible ! D’ailleurs j’ai exigé….gif plumes quand j'ai besoin de café en IVdu café en intra-veineuse et j’ai bien fait ! Parce que…entre…a émilie quand elle a noyé ses enfants ET fini son ménage !Emilie qui ne comprend qu’un mot sur deux (après avoir noyé ses enfants et terminé son repassage) (et partie en quête de « profondeur » mystérieuse »)… et son jumeau astral…a Mindounet quand il lit un mot compliqué !Mindounet…quand il a vu pacager…ce matin !…ou quand…a mind quand il explique les stats de son blog !il essaie de me démonter le règlement ! Mais notre Dodo (alias Carnets Paresseux), à ce sujet…(ci-dessous quand il fayote)…plumes le faillot de servicea plumes quand le Dodo réinvente l'histoire !rebondit (il a de la détente en stock) sur le sujet et veut garder TOUS les mots écrits en majuscules ! Rhaa, je sens…aspho, après une journée collecte j'essaie de garder mon calme en mangeant du chocolat !qu’après en avoir tué deux ou trois, je vais me venger sur le chocolat ! Mais ce n’est pas fini… Aujourd’hui TOUT LE MONDE (sauf 2) avait oublié le règlement…En fait j’ai eu l’impression devant ces regards vides…a alzheimer collectif2…d’assister à un Alzheimer collectif et …après un grand moment de solitude… Soène, toujours prête à aider, s’est mise…a Soène quand elle arrive pour taper !…à taper tout le monde ! Pour être réveillée…elle a même fait…a Soène quand elle découvre JP un nouvel homme aux plumes !du charme à un nouveau aux plumes, Jean-Pierre du Var ! Haaan…comment Monesille…monesille qui découvre les mots composés !s’est moqué d’elle, c’est moche les filles ! En attendant, Emilie  que l’on attend…a Emilie qui rentre enfin des profondeurs !Voilà comment elle est rentrée des ses « profondeurs », à l’heure où je mets sous presse, je n’en sais pas plus mais son mari a lancé un avis de recherche (aux voisins déjà)… Sinon, Célestine ? Ha vous ne saviez pas ? a Monesille le retour…nous avons vu ses jolies jambes et sa démarche chaloupée ce matin…en fait…a claude hi hi les pussycats dolls are back !elle est partie rejoindre Edualc à un atelier-guitare !… J’aurais bien d’autres potins à vous révéler… Plumes quand Soène passe à autre chose !vous savez que j’en sais sur tout le monde, avant-après…plumes quan untel mefait du chaermeperdu de vue, je vous laisse deviner qui c’est, moi-même je ne sais plus…mais j’ai mes amies Syl, Martine aussi et Somaja qui ….plumes syl et ses copines attendent le 20 heuresattendent le 20 heures et il est 58 ! Monesille, Emilie, Mindounet et Soène, vous m’avez épuisée aujourd’hui ! a sharon après une journée de collège !Alors  c’est finiii pour aujourd’hui, à samedi et bonne semaine à tous !plumes c'est fini je vous embrasseLes nominés punis sont  (par ordre alphabétique) : Anne de Louvain-la-Neuve, Brindille33, EmilieBerd, Flipperine, Mind The Gap et Pascal Bléval (ça en fait des Alzheimer non ?) : vous me copierez 100 fois : « je laisse mon mot en majuscules dans la collecte des Plumes » ! Bonne inspiration et à vos plumes !

LES PLUMES 49 – La collecte de février est arrivée !

Logo Plumes aspho 4 ème tiré du tumblr vanishingintocloudsBonjour amis plumitifs ! Frrrt frrrt ! Vous entendez ? Il y a de l’air dans les plumes en ce moment, les oiseaux ont commencé à se reproduire depuis la mi-février et ils font un bruit joyeux dans le jardin ! Leurs chants commencent de plus en plus tôt et je laisse mon esprit se perdre dans leurs cris. On sent une légèreté nouvelle…Tout ça (ouiiii) pour vous demander ce que vous inspire le mot :

VAGABONDAGEcrédit photos : Soène (quand elle est "en balade" !

©rédit photos : Soène (quand elle est « en balade » et « en rigolade »)

N’en profitez pas pour vous égailler dans tous les sens ! Vous avez jusqu’à 20 heures pour me laisser un mot en commentaires. Pour les nouveaux qui souhaiteraient participer, le règlement est ICI !

Heureuse de vous retrouver et bon lundi à tous ! 😉

N’OUBLIEZ PAS DE LAISSER VOTRE MOT EN MAJUSCULES ! Merci !

La poésie du jeudi avec Philippe Jaccottet

Logo du jeudi poésie pour présentation d'un poète.

Logo du jeudi poésie pour présentation d’un poète.

J’avais découvert Philippe Jaccottet (au sens de révélation) chez ClaudiaLucia avec « Parfois les larmes montent aux yeux » et j’ai continué à lire des bribes de ci de là, au gré du Net mais sans plus. Jusqu’à ce que Martine, férue de poésie et turbulente passeuse de mots m’offre ce livre. Et je ne la remercierais jamais assez de cette découverte immense…IMG_4050

Philippe Jaccottet est un monsieur de 90 ans, qui est entré en 2014 dans la Pléiade. Tout le monde sait que rentrer de « son vivant » dans cette illustre Collection est un honneur pas donné à tout le monde puisque le dernier poète français en date il me semble était Paul Valéry…en 1972 !. Ce livre contient deux recueils  :  « À la lumière d’hiver« , suivi de « Pensées sous les nuages ». C’est de ce dernier qu’est extrait le poème que j’ai choisi aujourd’hui, écrit en décembre 1981-janvier 1982, alors que le poète n’avait « que » 56 ans…(vous comprendrez pourquoi en lisant le titre…) Je vous reparle de lui à la fin du billet.

Ont poétisé avec moi ce jeudi, les fidèles mordus de la poésie :

1 – Monesille effectue un retour aux « bases » avec « L’horloge » de Maurice Carême
2 – Martine la Turbulente nous présente une poétesse québecoise, Marie Uguay, avec un poème non titré, extrait du recueil « L’outre-vie ».
3 – Soène a réussi à nous trouver des « Limbes lumineuses » chez Henri Michaux
‘4 – Valentyne (en pleine mutation verdoyante) nous fait découvrir « La langue verte » de Norge.
5 –
Marie, une de nos « Même les Sorcières lisent », se laisse emporter par « La brise vagabonde » d’André Gide.
6 – Modrone-Eeguab a ressenti « L’éblouissement bleu de l’éclair »  ‘d’Allen Ginsberg.
7 – PatchCath ne m’a pas laissé le nom de l’auteur mais me l’a offert avec ce titre « Je t’offrirai »…
8 – Sharon et Nunzi respirent le parfum suave des « Roses de Sââdi de Marceline Desbordes-Valmore ( poétesse chère à Soène).
9) Quant à LylouAnne, c’est avec Jean de la Fontaine et « L’homme et son image », une fable moins connue, qu’elle nous invite à méditer !

Bon jeudi-poésie à tous !

LE POÈTE TARDIF… (deuxième partie, page 170)a poésie gouttes de pluie ou larmesVoilà que désormais
toute musique de jadis lui monte aux yeux
en fortes larmes :

 » Les giroflées, les pivoines reviennent,AVRIL-MAI 2013 SWAP & FLEURS 102l’herbe et le merle recommencent,
mais l’attente, où est-elle ? Où sont les attendues ?
N’aura-t-on plus jamais soif ?
Ne sera-t-il plus de cascade
Pour qu’on en serre de ses mains la taille fraîche ?a poésie cascade

Toute musique désormais
vous bâte d’un faix de larmes. »

Il parle encore, néanmoins,
et sa rumeur avance comme le ruisseau en janviera poésie ruisseau hiveravec ce froissement de feuilles chaque fois
qu’un oiseau effrayé fuit en criant vers l’éclaircie.

©Philippe Jaccottet – Éditions Gallimard  de 1977 pour À la lueur d’hiver (…), 1989 pour Pensées sous les nuages et 1994 pour la présente édition. Collection Nrf. Poésie/Gallimard.

a jaccottet auteur poésieSUR L’AUTEUR :

Philippe Jaccottet est né dans le canton de Vaud en Suisse en 1925.Il s’est installé  en Drôme provençale, à Grignan (La Marquise de Sévigné peut trembler avec un poète aussi talentueux sur ses terres)avec son épouse, Anne-Marie (artiste peintre) en 1953, après leur mariage et ils y sont restés, loin du tumulte parisien. De son enfance suisse, passée dans un milieu austère et protestant, il a gardé des souvenirs pas vraiment joyeux, « brumeux » mais consignés dans un journal qui été publié et intitulé « La semaison« . Il fut chroniqueur, journaliste, et surtout un grand traducteur d’allemand et d’italien pour ceux qui ont été aussi source d’inspiration pour lui :Hölderlin, Novalis, Rilke, Leopardi et surtout Giuseppe Ungaretti qu’il avait rencontré à Rome en 1946 et dont il traduisit la moitié de l’oeuvre. . Avant de vivre de sa plume, il fallut nourrir femme et enfants (une fille, un garçon).

Comme je l’ai lu quelque part en préparant ce billet, il est le poète du « néanmoins« … J’ajouterai qu’il est aussi celui des parenthèses ! Comme s’il voulait nous dire, humblement, qu’il ne détient aucune vérité, qu’il faut sans cesse observer la beauté du monde, prendre conscience de notre présence à celui-ci tout en ne cessant jamais de nous remettre en question. Il faut toujours (néanmoins), avancer dans nos raisonnements, élargir l’espace de la réflexion pour ne pas que meurent ou se figent les mots juste écrits.
Toutefois, c’est souvent entre les bras rassurants de ces parenthèses qu’il nous livre des vers merveilleux non dénués, de temps à autre, d’une lueur ironique comme ceux-ci, page 129 :

(Prière des agonisants : bourdonnement d’abeilles noires,
comme pour aller recueillir au plus profond des fleurs absentes
de quoi faire le miel dont nous n’avons jamais goûté (…).

La parenthèse se referme à la fin du poème, 6 paragraphes après… Jaccottet n’est pas suisse pour rien, ses vers malgré les quelques libertés qu’il prend avec la forme (il reste un poète classique) ont une précision d’horlogerie, une justesse millimétrée quand on les relit à voix haute. Bref, vous l’aurez compris, c’est un poète dont j’ai succombé au charme (en tout bien tout honneur) et dont je ne me lasse pas, je vais me procurer d’autres recueils pour faire plus ample connaissance… et je vous encourage à en faire autant ! 😉

APNÉE livre de photos d’Aurélia Frey, textes d’Emmelene Landon.

VIMG_3386oilà un opuscule magnifique que j’ai lu avant mon départ au Goulag, je l’avais chroniqué dans un carnet mais n’étant pas photographe de génie, les photos que j’avais faites du livre ne me plaisaient pas et surtout, ne rendaient pas hommage au talent d’Aurélia Frey. J’ai donc attendu que l’on m’en envoie de plus jolies, ce livre ayant voyagé, je ne l’avais plus pour en refaire quand je m’en suis aperçue…mais j’ai quand même 6 mois de retard…ahem ! Lire la suite

Gâteau moelleux à l’orange (presque) sanguine !

logo syl gourmandises 2016Un moelleux que j’avais cuisiné avant Noël et que j’ai voulu refaire…dans le cadre du Mois du polar de Sharon, avec des oranges sanguines. Mais…il s’avère que trouver des VRAIES oranges sanguines sanguinolentes est difficile dans mon b!ed. Après un dialogue de sourds avec mon épicier à qui je passais commande il me dit : »Elles ne sont pas rouges à l’extérieur mais rouges à l’intérieur », moi : « Ha …mais ce sont des sanguines ? » ;  ! Lui : « moui ». J’ai évalué ce « moui » timide, pas très convaincu et pour cause. Sur l’étiquette pastillée sur l’orange, il était précisé (en espagnol certes mais quand même) qu’il s’agissait d’oranges à « intérieur » rouge. Quel patakès, me direz-vous ! Sauf qu’elles n’avaient pas non plus vraiment le goût particulier des sanguines que j’aime tant. Bref… Autre point, on m’avait conseillé de le faire dans un moule à savarin ou moule à « baba » vu qu’il est généreusement arrosé quand il sort du four mais le mien a disparu, ma voisine m’a donc prêté  un moule à kouglof. Booon… je vous rassure, le gâteau est très bon, très moelleux mais il n’a pas cuit-doré comme je le voulais, je saurai pour la prochaine fois. Après toutes ces considérations futiles, si vous êtes encore là, voici la recette ! Lire la suite

LE JEUDI EN POÉSIE avec poèmes personnels pour certains et classiques pour d’autres !

chromo oiseau couronné ana-rosa(1)Voilà, nous y sommes à ce jeudi attendu par certains et redouté par d’autres !

Petite précision pour qu’il n’y ait pas d’affolement dans les rangs de celles qui doivent se lever dès potron-minet : je programme mon billet à 6 h afin qu’elles puissent le lire avant d’aller travailler mais certaines programment beaucoup plus tard donc si le lien « ne marche pas », attendez un peu…avant de me vouer aux gémonies ! Cela dit il peut arriver qu’un lien « cassé » ne fonctionne pas et je compte sur vous pour me le dire en commentaires à une heure…acceptable par tous ! 😉

Nous sommes huit téméraires à avoir tenté d’écrire un poème et huit, plus raisonnables, nous présentent une oeuvre de leur choix. Nous sommes donc seize à table ce jeudi, ouf on a évité la Cène  ! Ont poétisé avec moi les fidèles, les amoureux doués (Valentyne, Célestine et Carnets Paresseux), les lunaires inspirés (Monesille et Emilie), les « écrivaquiers » doués (Modrone) et les écrivains du dimanche (Carnets Paresseux  -c’est un Dodo à plusieurs casquettes)-), quoique Carnets mérite une place ex-aequo avec Valentyne… et moi …la dilettante (rassurez-vous, je le vis bien !) Lire la suite