LES PLUMES 48 – LES TEXTES DE JANVIER 2016, selon l’humeur du jour…


Logo Plumes aspho 4 ème tiré du tumblr vanishingintoclouds

EDIT DE 21H44 LE 21/01/2016 : Notre chère Anne de Louvain-La-Neuve a écrit un superbe texte sans me laisser le lien, à l’occasion, si vous repassez par là, ne la manquez pas !

EDIT DE 11h le mardi 19/01/2016 : le texte de Mart. et pour ceux qui l’attendait, la suite de celui de La Plume et la Page. Ainsi que le BON lien de LilouSoleil qui a disparu depuis samedi dans un vortex avec un lien erroné…:mrgreen:

Ouf, La tempête s’est calmée depuis lundi, ici du moins, je sais que la neige est arrivée chez certains d’entre vous et j’en bave ! Pardon pour ceux qui la détestent (je pense à quelqu’un en particulier qui se reconnaîtra) mais elle m’a bien aidée (la neige pas celle qui ne l’aime pas) pour mon texte qui combine encore une fois le thème « blanc » de l’Agenda ironique qui se passe chez PatchCath ce mois-ci, et les mots imposés des Plumes. J’ai utilisé 23 mots de la liste retenue et 11 de la liste écartée !  Ce qui fait 33 mots en tout mais je ne bats pas notre Dodo national qui a utilisé 43 mots !

Les deux listes de mots, l’officielle et l’officieuse dans laquelle nous pouvions piocher, j’ai mis en rouge, les mots dont je ne me suis pas servie.

LA LISTE RETENUE : 24 mots avec le mien qui est le dernier. On pouvait en laisser un.

Jour, gentillesse, motivation, coupable, fer, almanach, visite, éparpillement, dilettante, farandole, insomnie, maison, passe-partout, plaisir, poésie, éclaircie, tempête, mélancolique, serpillière, agacement, chaleur, respirer, minuscule et syncopé.

LA LISTE NON RETENUE : 23 mots puisque Eva n’a laissé que le mot « gentillesse », inclus dans la liste officielle. J’en ai utilisé 11.

Humeur, inspiration, content, liberté, aube, pluie,  procrastination, pingouin, mélancolie, oiseau, famille, olympien, linge, fantaisie, pédestre, coeur, passé, wassingue (serpillière en flamand et c’est dans le Larousse 2015), diaporama, bonheur,pandiculation*, majuscules et essorer.

 Et maintenant, le rideau se lève… Par ordre d’arrivée des liens, voici les 24 participants (moi incluse), à ces Plumes du premier mois de l’année :

Marina Chili (ex VDM), Nunzi, Ghislaine, Thiébault de Saint-Amand, Soène, PatchCath, Mind The Gap, Carnets Paresseux, Martine, La plume et la Page, Célestine, Valentyne, Claudialucia, BrizeMarie-Jo64, Domicano, EmilieBerd, Monesille, Nadège, Modrone-Eeguab pour sa dernière participation (snif) (et il dit pourquoi !), Cériat , LilouSoleil, MerquinJacou,   et mon texte ci-dessous. DimDamDom en ce dimanche matin…

FOLLE ET BLANCHE SOLITUDEa plumes maison anglaise neige

Louisa avançait dans le long couloir aux murs blancs repeints de frais, regardant de tous côtés comme si une horde de rats allait jaillir des recoins sombres du lieu. Seule une serpillière fatiguée gisait à côté d’un vieux seau en zinc et rappelait que l’endroit n’était pas totalement abandonné comme on aurait pu le croire en arrivant devant cette ancienne maison bourgeoise,  austère,  éloignée du monde.

La femme qui l’avait accompagnée jusque là faisait preuve d’un calme olympien et pourtant Louisa ne parvenait pas à chasser son agacement dû à l’excessive gentillesse de son accompagnatrice, son humeur trop enjouée pour la circonstance, sa chaleur mielleuse semblait forcée. Elle se méfiait tellement des autres depuis… La femme lui indiqua sa chambre, sortit un passe-partout aux clés rouillées et s’effaça pour la laisser entrer avant de refermer la porte à double tour derrière elle. Elle repartit vaquer à des occupations qui n’avaient rien de dilettantes.

La pièce, éclatante de blancheur répondait à celle du parc immaculé qu’elle voyait de sa fenêtre. Elle respira un grand coup, soudain éblouie après l’obscurité des couloirs. La tempête de neige de la veille s’était inclinée devant une éclaircie pimpante où les rayons acides d’un soleil d’hiver illuminaient le paysage, féérique, illusion qui fondrait elle aussi comme…

Non ! Elle voulait chasser les raisons qui l’avaient conduites ici. Sans motivation personnelle. Brusquement,  son souffle devint syncopé, elle oublia de faire les gestes de pandiculation utiles dans ces cas-là. Elle avala vite une pilule rose déposée sur la table en fer blanc avec d’autres cachets dans un boîtier plastifié, à côté d’une pile de linge « maison » et d’un vieil almanach sans date. Évidemment…

Elle se détendit d’un coup et sourit brièvement à l’idée de se réveiller demain avec du givre déposé sur ses cils et ses cheveux, parure nuptiale ou mortuaire,  ultime futilité liée à des plaisirs enfuis. Que se fige aussi la farandole  mélancolique de souvenirs qui brisaient sa mémoire en un bruyant éparpillement de verre brisé. La pluie remontait déjà dans ses yeux avec la même fantaisie déplaisante que ses obsessions. Ses insomnies récurrentes…Le dernier baiser de Jean…alors qu’il ignorait encore que c’était le dernier. Depuis ces évènements inexplicables, des éclairs redoutables et douloureux l’aveuglaient et la terrassaient, la rendant selon ses proches incohérente et dangereuse . Pourtant, au bout des nuits blanches, seule la douceur majuscule de l’aube la rendait à elle-même, s’y cachait un semblant de bonheur, une poésie qu’elle lisait dans les nuages qui passaient. Où était le danger ?

Elle prit son carnet et écrivit fébrilement :  » Mon amour, entends-tu ces oiseaux de glace qui lancent leurs chants d’adieu aux forêts refermées sur des secrets de vie et de mort ? La mort… Je sens déjà l’ombre livide de son haleine frôler ma peau. Là où je suis c’est le néant. On m’y oubliera comme une coupable que je ne suis pas. Mon coeur est grillagé de toiles d’araignées que je ne peux plus démêler. Le seul chemin qu’il me reste -si cette lettre te parvient un jour- est celui qui te ramènera vers moi, même sans amour, sans baiser, même les mains vides. Ne laisse pas les prismes trompeurs et transparents de la glace, des reflets m’enfermer dans la folie. Mon âme, déjà lâche prise sous le regard complice des étoiles qui s’éteignent… Si vite s’effacent les traces de nos pas dans le poudroiement des neiges qui ne tiennent pas au sol, comme nous les minuscules, qui ne sommes rien d’autre que la poussière de ces mêmes étoiles… »

Louisa.a plumes balançoire coeur de neige solitaire

©Asphodèle – 14 janvier 2016

579 mots.

Publicités

89 réflexions au sujet de « LES PLUMES 48 – LES TEXTES DE JANVIER 2016, selon l’humeur du jour… »

  1. Hello Miss Aspho
    Comme c’est beau mais comme c’est triste…
    Toujours la poésie et le romantisme dans ton écriture, Aspho 😉
    Il faudra qu’un jour, je me lance aussi 😆
    Bon we et gros bisous
    Ici, la neige essaie de tomber…

    • Ma So’N, tu sais bien que j’ai du mal à faire gai (depuis le temps ça se saurait^^) ! Je repasse vous lire, là je mets à jour les mauvais liens et les retardataires ! 🙄 Bisous et bon week-end (la neige ici on espère toujours sans y croire ! 😆 )…

    • Carnets, corrigé dès que j’ai vu ton lien, je reviens pour la lecture ! le samedi matin c’est « ajout » des retardataires et « correction » des liens qui ne marchent pas… entre deux jonglages ! 😆

  2. Ben voilà, j’ai raté le coche : on est samedi et je n’ai envoyé ni lien ni texte mais je comprends un peu à retardement et j’agis de la sorte aussi, c’est de saison, la neige m’endort comme les ourse. Bravo pour ce joli texte enlevé (peu importe la tristesse pourvu qu’on ait l’ivresse), pour ces jolis croisements de mots. Si « elle » sombre dans la mélancolie, je n’ai rien ressenti de tel dans ces envolées : à sa place, au mec, j’accourrais !

    • Hé bien Anne tu es restée dans l’humeur d’un de tes mots donnés lundi ! Tu as procrastiné ! Moi la neige me reboosterait plutôt, si j’en avais mais là il ne faut pas r^ver, pas un flocon depuis 2010 ou alors des petites choses infimes qui arrivent fondues avant de toucher terre ! Moi j’aime l’hiver (je sais je ne suis pas normale) , je cocoone, c’est aussi une forme d’hibernation dan cette période hyémale qui m’enchante ! 😆 Bises et…pour ton texte, peut-être la prochaine fois si je continue les Plumes… 😉 Quant à mon texte, il était axé sur la « blancheur » de la folie, d’une certaine forme de folie et cet homme disparu ne reviendra pas d’entre les morts mais l’héroïne ne veut pas l’admettre…un peu tiré par les cheveux, j’aurais fait plus sobre si le blanc ne s’en était pas mêlé ! 😆

  3. Coucou Asphodèle 🙂
    Elle est bien mystérieuse cette jeune femme …
     » Elle se méfiait tellement des autres depuis… »
    Depuis ?
    Je file relire au cas où j’aurais raté un indice ..,.
    Bonne journée 🙂 bisesss

    • Merci Lydia, le jour où je ferai gai c’est qu’il neigera justement mais nous allons éviter d’en parler, je sens que ça te chagrine ! 😥 Bisous ! 🙂 Et bon week-end !

    • Ha Sharon ? Je n’avais pas l’impression qu’il faisait peur, du moins ce n’était pas le but ! 😆 Je n’ai rien lu d’Henry James hormis ses « balades en France » qui n’avaient rien de gothiques et étaient plutôt plan-plan ! Mais si tu le dis, je te fais confiance ! Ici il n’a pas neigé, la question de savoir s’il n’y en a plus ne se pose pas ! 😉

  4. Bonjour Asphodèle, la lettre de Louisa parviendra-t-elle à son destinataire dans l’au-delà ? Très mélancolique et de saison ton texte. 😀 Pourtant, la poésie nous transporte ( comme à chaque foi ). 😀
    Bise 😀

    • J’ai vu ça ce matin et comme je ne pouvais accéder à ton blog, j’attendais que tu me redonnes le bon : ça devient une habitude fort désagréable chez BS ! 🙄 Presque à tous les coups avec tes liens, je t’avouerais que ça commence à me courir sur le haricot, j’ai déjà assez à faire avec ces dits liens … Soit tu me le laisses quand ton texte paraît (vu que la programmation BS est problématique), soit tu ne laisses rien… Merci de ta compréhension ! 😉

    • Merquin, je ne sais pas où tu as vu de l’espoir, si ce n’est celui « fou » de Louisa mais elle est un peu « dérangée », ça ne va pas être facile ! Mais bon, on sait un peu que les fous sont « heureux » à leur façon, parfois…

  5. A Louisa
    Ta « confession » est de celles qu’on n’oublie pas. Louisa je ne te connais pas mais je n’oublierai pas le noir et blanc, de cette missive, ni cette maison qu’on dirait helvétique, où s’achèvent tourments et bonheurs.
    Aspho, tu sais ce que je pense de ton écriture.

    • Merci Claude pour Louisa que je viens de « créer », je ne sais pas où sa « folie douce » va m’emmener, si je lui donnerais une suite ou pas, mais c’est pure fiction et n’ayant jamais été « folle », pas à ce point 😆 ce n’est pas évident, je suis plus à l’aise pour le « noir et blanc » des sentiments qui la traversent… merci de ton appréciation que je sais sincère ! Bises et à ttds 🙂

  6. Je ne m’essaierai jamais à égaler cette plume romantique qui est tienne.
    Cette lettre de Louisa à Jean me semble tellement authentique que je ne parviens pas à croire qu’elle n’est que romancée.
    Prends soin de toi. ❤

    • Ma Tine, ça te va bien de dire ça ! Tss ! Tu pourrais t’essayer sans problèmes quand je vois le poème dont tu nous a fait l’honneur ce matin ! 😉 Et je t’assure que c’est pure romance ! Je n’ai jamais écrit de poème de ce genre à quiconque ! 😉 Il « collait » je pense (pour conclure) avec la folie de l’héroïne (je n’aurais pas aimé être à sa place !: ^^)… Bises ♥

      • Non non, ce n’est pas ce que je voulais dire. Je sais bien que ton texte est pure romance, aucun doute. Mais pour reprendre le commentaire de Nunzi chez Eeguab, nos écrits reflètent parfois ce que, dans la vraie vie, nous ne dirions pas !
        Mis ne justifie rien, ma Mie, c’était juste une impression, qui, si elle n’est pas fondée, est nulle et non avenue.

        • Ma Tine, je vois ce que tu veux dire d’autant que là Eeguab a eu le courage (et je l’ai encouragé) à dire ce qu’il pensait, dire ce qui le dérangeait aussi…
          Je pense que même dans des textes de pure fiction comme celui-ci, il y a certainement beaucoup de nous, enfoui dans un subtil inconscient que nous ne percevons pas et un jour ça sort, « comme ça  » ! D’ailleurs sans vouloir rien justifier (je serais bien en peine), je vais te faire le making-off de ce texte : j’ai écrit le premier paragraphe le mardi, j’avais idée que ça se passerait en psy (avec le blanc la neige, et le noir comme pendant, etc), puis le mercredi, en pensant aux oiseaux,à la solitude de Louisa, j’ai écrit le dernier, la lettre. Le jeudi, qu’est-ce que j’ai fait le jeudi hein ? J’ai coupé mon téléphone et je me suis immergée dans cette histoire avec une tête, une queue mais pas de corps !!! 😆 Et sans grosse difficulté, tout s’est « emboîté » naturellement… Voilà tu sais tout !!! 😆 Alors, pour démêler le « vécu » de l’imaginaire, il faudrait un psy à mon avis, lol ! 😀 Bises ma Tine-attentive !♥

  7. Je viens d’aller faire le tour de quelques blogs qui participent aux plumes (pas tous, pas aujourd’hui, je n’aurai pas le temps ) et bien on peut dire que tu as du gratiné dans les participations ! Et par ce temps, un bon petit gratin… ça réchauffe le coeur.
    L’absence de thème à démultiplié les inspirations et ce n’est pas plus mal car la personnalité de chacun, même chagrin perce sous sa plume. Difficile dans ces cas de rester muet ou sibylline et, sans être bavarde 🙂 je trouve toujours quelque mot à dire sur les qualités appréciées dans chaque texte. Je ne sais pas pour beaucoup mais n’étant pas professionnelle de l’écriture, on fait c’qu’on peut, on n’est…
    Quant à ton texte,est-il encore besoin de louanger ? Comme un appel, une lassitude, une attente d’une fin inéluctable, certains disent romantique, je pense triste, si triste. La lettre perce le coeur. Si c’est vraiment imaginaire, chapeau, je serai incapable d’un tel jeu de rôle.Si ça ne l’est pas, bisous à la poussière d’étoile.

    • Monesille, je suis ravie que tu aies retrouvé ta langue ! 😀 Oui c’était gratiné mais j’aime, car souvent dans ces écrits, il y a beaucoup de sincérité et/ou « d’investissement » personnel, ça, ça pèche souvent… Finalement, que les inspirations se débrident sans suivre le même thème était plutôt rafraîchissant (l’impression vraiment d’entrer dans des univers différents). Et le gratiné, justement je donne une recette demain d’une « presque-tartiflette » ! 😀 Comme tu dis ça réchauffe !
      Sinon pour en revenir à nos commentaires plus ou moins « sincères » comme il a été évoqué suite au texte de Claude, je suis tout à fait d’accord : on ne peut pas aimer tout le monde mais il y a toujours des points positifs qui sauvent un texte (ou pas mais là c’est encore un autre débat) et effectivement comme je l’ai dit, Les Plumes ne se prennent pas pour une référence de haut vol mais doivent permettre à chacun, à son niveau d’écrire ce qui lui tient à coeur, après… comme dit le proverbe « le reste n’est que littérature » ! 😉
      Merci pour tes compliments en espérant qu’ils soient sincères (hein ?):lol: : je t’invite à lire ma réponse à Martine, juste en-dessous (ou au-dessus pour toi) ! Je ne suis pas encore de la poussière d’étoile, quoique…ne le sommes-nous pas un peu tous ? Gros bisous et bon dimanche, je vais taper ma recette sinon Syl va m’assommer avec son rouleau à pâtisserie (toute poussière d’étoile que je sois, warf)! 😀

      • Et ben ! et c’est moi que l’on dit bavarde 😀
        Mes commentaires sont toujours sincères, preuve en est certains qui ne publient même plus mes commentaires, mais bon j’ai l’habitude. Cela fait longtemps que je publie sur divers site et il y a une chose dont je me suis bien rendue compte, c’est que bien sûr il y a les commentaires de complaisances, parce qu’on est copine ou parce qu’on veut un commentaire en échange, mais un bon texte reste un bon texte et celà se dit très vite et dans ce cas là le nombre de commentaires est vite explosif, regarde le succès qu’à eu le carnet avec sa cigale et sa fourmi, le score est monté en quelques minutes. Après on n’est pas obligé de se fier au succès pour tenir sa ligne de conduite.

        • Monesille, nous sommes tous bavards ! Plus ou moins mais ça se vaut ! Et je suis totalement d’accord avec toi sur ce que tu dis pour les commentaires, c’est la base de la blogo en général! Moi quand je n’aime pas et que je ne suis pas obligée de commenter, je ne laisse pas de commentaires, sauf si on me demande expressément mon avis, ce qui est rare !!! 😀 Le succès parfois n’est pas toujours lié à ce que l’on écrit ! Je vois sur mon blog, des billets de lectures qui m’ont pris 4 heures (ma moyenne pour ce genre de publication) qui sont à peine commentés (mais très « vus » pour certains) alors que pour un TAG ou un billet d’humeur, je récoltais parfois plus de 100 commentaires… Il faut savoir garder la tête froide et surtout ne pas s’emballer, raison garder en somme ! 😉

            • Ma Camomille, non je ne te crois pas « feignasse », moi j’adore faire des billets de lecture , c’est un vrai partage et c’est enthousiasmant mais comme je te le disais, entre mon brouillon rédigé sur carnet papier « à chaud », puis la rédaction sur le blog, les relectures, les liens éventuels à ajouter quand il a été lu par des blogs-amis, ça me prend minimum 4 heures, et là, depuis juin dernier, je n’ai plus 4 heures d’affilée (éventuellement la nuit) ! Ou alors un quart d’heure par ci par là ce qui donnerait une chronique hachée où même moi je m’y perdrais ! Je vais essayer de faire plus court ou d’ouvrir une catégorie, « ces livres dont j’aurais aimé vous parler longuement », histoire de donner une idée de ce que j’ai lu et de continuer à partager car mon emploi du temps ne va pas s’améliorer ou alors je prends sur mes nuits mais là, quand je ne dors pas, je lis ou j’écris (autre chose qu’un billet) ! 😉 Pas facile la vie de blogueuse ! 😆 Et il me faut aussi des moments de « répit » pour tenir la cadence ! Voilà BavardeBis a dégainé ! 😆 Gros bisous 🙂
              P.S. : et je ne parle pas du temps que je prends (et ça j’y tiens) pour répondre aux commentaires !!! 😀

              • J’avoue aussi que le temps me manque pour en faire plus, j’ai proposé une participation à Syl pour une tarte au pomme/cannelle, je n’ai même pas le temps de faire la photo !
                Pour les livres, je fais simplement une liste de lecture en mettant des étoiles en fonction des livres que j’ai aimé ou pas, c’est on ne peux plus primaire ! Un jour j’aurai le temps…ou alors je serai morte ! Il faut dire que j’ai eu la bonne idée cette année, à la fois de m’inscrire à un cours de dessin, plus les cours de saxo, en plus du boulot ça me fait beaucoup ! mais bon, au moins je n’ai pas le temps de m’ennuyer.
                Et bien sûr le temps de répondre aux commentaires.:D Je dois être un peu décousue parfois, heureusement je tape très vite !
                Pour le poème de Léopardi, I’m sorry, j’approfondis un peu la poésie Italienne, et quand tu l’avais publié en juillet, il ne m’était pas resté dans l’oreille ! Je ferai plus attention la prochaine fois.
                Bises et prend soin de toi, aussi !

                • Bah oui, il y a tellement de choses que l’on aimerait faire en plus si nous avions juste un chouïa de temps en plus ! C’est ce petit « manque » qui fait parfois toute la différence… Des fois je commence des photos d’un plat ou d’un gâteau et…j’oublie de prendre la part dans l’assiette (la plus importante) ou je n’ose pas (aussi quand il y a des invités, je ne vais pas couper le gâteau AVANT leur arrivée pour la photo !!! 😆 )
                  Je vois que tu as un bel emploi du temps : dessin et saxo, quelle artiste complète tu fais ! Bientôt je te demanderai d’illustrer tes poèmes !!! 😆
                  Moi je ne tape qu’avec deux doigts (vite mais deux doigts), j’ai hâte d’avoir un ordi à fonction vocale (comme l’iPhone et ce, malgré les fautes, on gagne du temps, tant pis on corrige de toute façon) ça me fatiguerait moins et ce, à tous les niveaux…
                  L’avantage de la poésie, c’est qu’elle est faite pour être lue et relue, sans se lasser, surtout quand il s’agit de Léopardi ! Bonne nuit ma Dame et bonne camomille du soir ! 😀

      • Coucou Monesille,
        Je passe par ici pour te dire que j’ai laissé un commentaire sur ton blog qui doit certainement se balader du côté des indésirables 😉 Voilà ce que c’est d’avoir déserté les Plumes depuis si longtemps 😦
        Bises dominicales.
        Domi.

        • Non Domi, quand ça passe dans Indésirables (et je l’ai déjà dit 10 fois) c’est à cause des liens que tu laisses (plus de deux chez moi et hop c’est filtré) ou à cause de l’alternance tablette-ordi-smartphone ! WP n’aime pas plusieurs adresses IP pour le même pseudo, rien à voir avec ta « désertion », tsss !!! 😆

  8. Un film en noir et blanc et si froid, glacial, mais c’est de saison me diras-tu! Une belle écriture pour un récit terrible , un personnage insaisissable et perdu, si seul et si distant même de lui-même. Hors du temps, hors de la vie mais cette petite braise au fond du coeur qui transparait dans l’ultime lettre… un phare dans la nuit de l’âme. Superbe!

  9. Les plus beaux écrits sont souvent écrits avec tristesse, je l’ai remarqué !
    C’est magnifique Isa…
    Moi je ne prends rien pour dormir, je sais que cela ne fonctionne pas !
    Des que je vais me coucher, mon cerveau se met en mode » survolté  » et
    il travaille et construit des plans qui étrangement marchent super bien bien !
    Tiens hier soir, j’ai transformé mon salon, salle a manger en 2 belles chambres , et de
    notre chambre, j’en ai fait la salle a manger, salon !! Incroyable tout allait,
    meme le mur que j’ai monté en 2 secondes !!
    C’est génial ce que je peux imaginer !!
    Me suis endormie vers 4 H du mat !!

    • Merci Ghisou, la tristesse est plus facile à écrire pour moi va savoir pourquoi ! Je vois que tes nuits sont optimisées même quand tu ne dors pas, c’est déjà ça !!! 😆 OMG, tu me fatiguerais !!!^^

    • Hi hi Syl, tu me fais rire ! Givrée moi ? Meu non enfin, tu me connais ! Bah tu n’es pas la première à le dire alors que je ne m’en suis absolument pas rendu compte, triste oui mais qui « fout les chocottes », c’est nouveau ça ! 😆

    • Merci Emilie, tu me rassures avec ton « inquiétant juste ce qu’il faut », à lire Syl et Sharon j’avais l’impression d’avoir écrit Shining (enfin loin de moi l’idée de me comparer au Maître King, mais tu vois ce que je veux dire !!! 😆 ) ! Bah tu vois, celui-ci ne m’a pas posé de problème à écrire, je vais peut-être réitérer dans le genre ! 🙂 Bisous

        • Tu « couturises » Emilie ? Je « devrais tirer sur un fil gothique » ? Damned !!! Mindounet a dû me refiler sa « brontitude » ! 😆 Tu sais, j’écris comme ça me vient mais comme je suis davantage « force obscure » que joie de vivre (en écriture), je vais me pencher sur ma tapisserie et voir quels fils je peux « tirer » warf ! Merci ma belle de ce conseil malin ! 😉 Bises

  10. Voilà une jolie création dans laquelle nous plongeons de suite ! C’est pas follement gai, mais le lecteur s’y accroche avec une pointe de tristesse et d’intérêt pour la suite. Et le « poudroiement des neiges », ça, j’aime beaucoup ! Oui, je sais. Parfois, je m’arrête à certains détails non fondamentaux, mais j’aime bien… Après t’avoir torturée ce mois-ci, chère Mzelle Asphodèle, je te fais une bise délicate ( même pas sur le bout de ton nez glabre…) et bon dimanche ! 😉

    • Merci Thiebault pour ce commentaire constructif ! J’aimerais aussi que l’on me dise ce qui plaît moins mais je pense que je vais devoir attendre encore ! Ha le poudroiement ! Quel homme futile tu fais parfois ! 😆 Laisse donc mon nez loin des horreurs dont tu as parlées ! Je veux bien être ta vieille tante mais sans les poils hein ! 😆 Bises l’artiste ! 😉

    • Merci Brize, j’ai essayé et j’ai eu du mal à trouver une photo qui correspondait à l’idée que je me faisais de cette « pension » particulière, c’est en Angleterre…

    • Tu as certainement déjà lu du Collins sans le savoir : il a été le secrétaire de Dickens et son ghost-writer pour une part importante de l’oeuvre du bon Charles 🙂
      au passage Dickens essayait de l’empêcher de publier en tant que W. Collins, pour le garder à son service et pour éviter la concurrence…le brave homme!

      C’est vrai que c’est de sacrés pavés….à l’occasion, essaie « la Dame en blanc », et si ne te plait pas, tant pis !

      • Oui j’ai lu quelques Dickens mais c’est tellement loin qu’il me faudrait relire les bonnes pages ! Je ne savais pas que ce vieux Wilkie avait été le « nègre » de Dickens ou son « ghost-writer » (c’est plus gothique comme expression^^) ! J’avais essayé La dame en blanc mais il m’était tombé des mains à la moitié, trop de longueurs… je le reprendrai un jour où je serai moins impatiente ! 😉

    • Désolée Claudia de t’avoir refroidie ! 😦 Mais bon, c’était un peu le but (pas trop non plus), mes mots ont dépassé ce que je comptais dire… ;)Bises du dimanche à toi et Wensounet, je finis ici et je vais voir les résultats de l’énigme… 😉

  11. Tu as le don de créer des héroïnes romanesques, qui naviguent dangereusement entre la passion et la folie. Et c’est tellement bien écrit…
    Bon pour contrebalancer la noirceur de toute cette livide blancheur, mon texte faite dans le rose.
    On ne se refait pas, hein?
    Bises chère écrivaine, Claude m’a volé mes mots par rapport à ton écriture.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    • Ma chère copine de récré, figure-toi que j’étais chez toi (pour voir ta réponse) alors que tu lisais ce texte, quelle « osmose » comme dirait notre Mindounet préféré ! 😆 Merci de ce commentaire, je ne sais pas si j’ai le « don », loin s’en faut mais j’adore imaginer des portraits de femmes aux antipodes de ce que je suis, c’est stimulant ! 😉 Oui j’ai vu que ton Lucien rose et quelque peu « lubrique » s’accommodait fort bien du rose pour se glisser dans tous les petits recoins de ton anatomie ! 😆 Quelle coquine tu fais quand même ! 😀 Bises et bon dimanche (ce qu’il en reste) ma céleste amie ! ♥

  12. Et bien bravo, me voici après une nuit d’insomnie complètement refroidie 😉 Pourtant je m’étonne, je me suis levée d’assez bonne heure, attirée par un fumet de tartiflette hihi!!!
    Bon je te charrie , car j’aime beaucoup ton texte qui me parle un peu en moins pire, je te rassure 🙂
    Je vais suivre tes conseils et laisser un peu de côté mon état de procrastination en allant découvrir quelques textes.
    Merci à toi pour avoir accepté de mettre encore mon lien 🙂
    Bises dominicales.
    Domi.

    • Oui je te rassure ma nuit fut aussi courte que la tienne car même quand je ne dors pas, je ne peux plus faire de grasses mat’ (le devoir m’appelle si tu vois ce que je veux dire et ce « devoir » ne souffre d’aucune procrastination 😥 ) ! Ce qui ne sert à rien car ensuite il faut rattraper et on a l’impression de courir deux fois plus, c’est encore plus fatigant ! 😉 Ne me remercie pas je ne suis pas un tyran contrairement à la réputation que l’on me fait ! 😀 Bises et bonne fin de dimanche : pour moi ce sera dans la brume mais pas moyen non plus de faire une sieste …

  13. Rhoo mais c’est très beau et très triste, c’est un texte à toi, aucun doute ! Au début je pensais un peu à l’ambiance de Rébecca…cette vieille maison impressionnante. Les nuits blanches, la peur blanche de la mort qui rendra tout blanc derrière elle…c’est flippant.
    Le dernier paragraphe est magnifique et je te pardonne cette lumière des étoiles mortes qui revient encore et encore et encore…grrrrrr 😀 😀

    • Mindounet, je suis contente que ça te plaise mais bien loin de moi l’idée de Rebecca, vu l’ambiance « blanche-glacée » que j’avais entête, j’étais à mille lieues de Manderley ! Ha bon je parle encore d’étoiles mortes ? 😆 Tu sais qu’à mon âge on commence à se répéter, je vais être plus vigilante, merci de me l’avoir signalé (enfin un qui me lit attentivement !!! :D) Bises mon Poussin ! Je pense à une suite…peut-être…

    • La Plume, je commence à tricoter une suite dans ma tête, pour l’instant Louisa est « seule » mais ce n’est peut-être qu’une illusion… on verra aux prochaines Plumes ce qu’elle est devenue (ou pas, si elle me quitte brutalement^^)…

  14. Ce n’est pas simple de lire un tel texte. On sent une atmosphère glacée, déjà par l’environnement immédiat et puis par les mots exprimés par Louisa qui planent comme un brouillard s’apprêtant à l’envelopper et la momifier à jamais. Mais ton imagination est fertile autant Alan Edgar Poe. Je ne te connaissais pas ce côté mélancolique, mais c’est d’une belle plume.

    • Merci Bizak de ton commentaire détaillé et constructif ! Je ne pensais pas faire « peur » pour tout te dire, je cherchais surtout à ce que le « blanc » froid ressorte…visiblement j’ai été dépassée par ce que je voulais initialement ! Mais si ça plaît tant mieux, on est encore trèèès trèès loin de Poe !!! 😆

  15. Bonsoir Aspho, j’ai diffusé mon petit texte sur mon blog hier soir, je te laisse le lien comme tu me l’as proposé si gentiment. Si tu n’as pas le temps de me rajouter, je comprendrai tout à fait Asphodèle. Je passerai à partir de demain lire ton billet et tous les autres. Merci et très bonne nuit.
    http://1autrechemin.canalblog.com/

    • Mart, je t’ai ajoutée, en haut du billet dans un EDIT . Comme ça, si des retardataires qui n’ont pas fini leurs lectures du week-end voient ton lien, ils iront te lire mais le mardi, c’est déjà bien éclairci dans les rangs ! Je passe te lire ! 😉 Bises !

  16. @La plume : lien ajouté en EDIT en haut de mon billet pour qu’il soit visible et lisible, je vois (au titre du lien) que la blancheur est arrivée jusqu’à toi ! 😆 Je viens lire cette suite ! 😉

  17. Ping : Agenda ironique de l’an neuf (mais seize) et du mois Blanc – patchcath

  18. J’ai quitté hier soir, une femme qui avait un pet au casque ! C’est à la mode ou quoi ? La mienne c’est l’héroïne de « d’après une histoire vraie » ! Flippant, comme la tienne qui se pare de givre pour avoir l’air plus jolie morte ! Ça va lui faire une belle jambe, ensuite ! Ah il va être content, le Jean. Et elle aimerait qu’il revienne même sans amour ? Oui, elle a vraiment un pet au casque ! Un de perdu, dix de retrouvés, on ne le lui a pas appris ? 😀 Bises

    • Mijo, je suis désolée mais je n’ai pas lu le dernier Delphine de Vigan si c’est celui dont tu parles ? Car j’en ai marre moi des « histoires vraies », j’avais aimé « rien ne s’oppose à la nuit » de cette auteure mais ça m’a guérie des « secrets de famille » ! Certes mon héroïne a un pet’ au casque mais c’est de la pure fiction, je ne me suis inspirée que de mon imaginaire lui-même très influencé par le thème du « blanc », donc de fil en aiguille (le givre, etc) nous arrivons à ce résultat !!! 😆 Et puis qui dit que Jean est toujours vivant, qu’il va revenir ? Même moi je ne connais pas la suite, j’y travaille !!! 😆 Mais si tu veux des contes de fées avec « ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants » (après quatre divorces et un enterrement), c’est pas chez moi que tu trouveras !!! 😀 Bises

        • Hé ho ton « Jean » n’est pas une marque déposée hein !!! 🙄 Ni un logo comme Jean d’O. qui se compare à une marque, warf ! Mes héros en général s’appellent Pierre, Paul ou Jean, jamais de prénom compliqué… Pour tout te dire je n’ai pas envie qu’il soit mort et je me creuse les méninges pour une suite moins folledingue où certaines vérités seraient rétablies !!! 😆 Mais ton Jean est hors de cause, il peut dormir tranquille et toi aussi ! 😆

          • surtout que je lui ai fait des compliments et des gentillesses toute la journée ! Je vais lui acheter une auréole ! Mais je la lui piquerai de temps en temps parce que, quand je le veux, moi aussi je peux être adorable. Mais moins souvent que lui, comme ça, il voit la différence ! 😀 Appelle-les donc comme tu veux. Des comme le mien, il n’y en a pas deux, je ne risque pas de confondre ! 😀 Bises

            • Mais oui il n’y en a jamais deux pareils pour un coeur amoureux c’est pour ça que je ne suis pas d’accord avec la formule « un de perdu dix de retrouvés », non non non et non !!! 😆 On sait ce qu’on perd…mais on n’en retrouve pas comme ça des amours qui durent… Tu me comprends n’est-ce pas ? 😀 Bonne nuit, je ferme boutique… 😉

    • Mais Jacou pourquoi ai-je donc l’impression que tu coures ? 😆 Je crois que j’ai respecté le thème du « blanc » mais pour l’ironie, on pourra toujours attendre avec moi ! 😀 Bisous et bon week-end !^^

  19. Ta poésie est aussi douce que semble l’être cette neige immaculée sur la photo.
    C’est triste mais… Tellement joli…
    Belle fin de journée Asphodèle 🙂

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s