La poésie du jeudi avec Hélène Cadou


chromo oiseau couronné ana-rosa(1)Hélène Cadou nous a quitté à l’âge honorable de 92 ans le 20 juin dernier, elle est partie rejoindre son cher René-Guy, mort d’un cancer en 1951… Ils s’étaient rencontrés à Clisson (44, limite 85) en 1943, épousés en 1946 avant que la mort ne les sépare. Elle n’a eu de cesse de faire connaître et reconnaître l’oeuvre de son cher René-Guy tout en continuant à bâtir la sienne. Leurs deux vies, comme leurs deux écritures vont bien au-delà de la complémentarité. On pourrait presque dire qu’il n’y a qu’une seule voix mais celle d’Hélène a la particularité de celles qui ont parlé longtemps dans le silence, sans attendre de réponse si ce n’est celle du « bleu » du ciel dont elle a fait sa couleur d’éternité. Une voix forte et puissante qui résonne par-delà les tombeaux, une voix parfois cassée par le chagrin mais une voix inoubliable. Hommage et respect pour cette grande dame avec un court poème… issu de « L’inomminée »… et qui pourrait s’intituler la « lingère » comme Hélène Cadou aimait à se définir. Poème vu lors des hommages rendus le jour de son décès, je n’ai pas encore de recueil d’elle sous la main, mais ça ne saurait tarder.

Ont poétisé avec moi aujourd’hui (je crois deviner que beaucoup ont été inspirés par la mer, on sent que les vacances approchent…) :Béné 31 avec Entre soleil et silence de Mohamed Bennis, Valentyne, Marie et Anne, Nadaël, Soène, Nélinha, Jacou33LylouAnne. Modrone-Edualc-Eeguab. DimDamDom59.

draps blancs au vents image googleLes draps sont blancs
pour quel sommeil ?
Ils gémissent sous le vent
dans la courbe du verger
épinglés au fil des heures
l’eau rêve contre la pierrerivière ombragée
une hirondelle l’effleure à peine
il va pleuvoir
sous la bruine
qui vient du laclinge draps ramassés par Désiré-François Laugée 1883
une lingère décroche
les messages sans nom
que personne
jamais n’aura décachetésmanuscrits correspondance brin lavande lylouanne

Hélène Cadou, 1921-2014. In « L’innominée ».

Publicités

51 réflexions au sujet de « La poésie du jeudi avec Hélène Cadou »

    • De rien Sharon, j’aime de plus en plus le jeudi et les découvertes que j’y fais, que ce soient mes recherches persos ou les choix des autres… Et je ne lis que ça en ce moment, ça me fait du bien…

      • Non, non, j’ai bien mis un « o » mais je pensais à tout autre chose, tu sais… 🙄

        Tant que vous ne poétez pas plus haut que votre luth… 😀

        Tu me « sens » venir… no comment 😆 PTDR

                • Je m’en doute, on verrait pétiller mes yeux de malice à travers le grillage ! un gloussement à un mot tendancieux et hop, je serais démasquée 😆

                • Ça doit faire mal, mais ça me rappelle une blague !

                  Dans un village proche de Nazareth, la foule en délire est en train de lapider une femme adultère.

                  Arrive Jésus, qui s’interpose en déclamant haut et fort une de ses désormais célèbres maximes : « Que celui qui n’a jamais pêché lui jette la première pierre ».

                  Tous s’arrêtent en pestant contre le Messie : « Même pas drôle, si on peut plus s’amuser un peu… »

                  À ce moment-là, un énorme caillou vient se fracasser sur le visage de la femme adultère, l’assommant définitivement.

                  Jésus se retourne en soupirant et dit :
                   » Je ne parlais pas à toi, Maman… »

    • Martine, je l’avais copié dans mon cahier perso et j’ai bien fait car je n’en ai pas trouvé beaucoup sur le Net… Je vais me commander le recueil « Le bonheur du jour »…

    • C’est chez toi Martine que je l’ai découverte 😉 Sa poésie me fait penser aux haïkus 😉
      Bravo Aspho et merci de nous l’avoir fait découvrir. Tes illustrations sont superbes.
      Bisous.
      Domi.

  1. J’aime beaucoup René-Guy Cadou. Sa femme et Lui formaient un couple très touchant. Elle a reçu le Prix Verlaine en 1990. Je connais surtout son recueil: « Le bonheur du jour » – « Je sais que tu m’as inventée, que je suis née de ton regard… » Celui que tu as choisi est très beau aussi et très évocateur.. Je suis désolée d’apprendre son décès!

    • Gwen, je vais mieux ! 😉 Merci… Moi aussi je re-découvre René-Guy que j’ai lu à l’adolescence (alors autant te dire que c’est presque une nouvelle lecture) mais Hélène, je connaissais de nom c’est tout, je suis agréablement surprise !

  2. Hello Miss Aspho
    Un joli nouveau décor chez toi 😉
    Pas de chance de mourir pendant le Mondial de Foot, cette triste nouvelle m’a échappée 🙄
    Je ne connaissais pas ce couple Cadou.
    Pourquoi se définissait-elle avec ces termes pas très flatteurs de « innominée » et « lingère » ? Elle semblait n’avoir pas une très bonne opinion d’elle-même alors ?
    Un beau poème et qui parle d’hirondelles, des demoiselles qui ont hélas déserté nos grandes villes.
    Bisous

    • Coucou Miss Soène !
      Moi je ne suis pas le Mondial donc la disparition d’Hélène Cadou m’a touchée davantage que les buts d’une équipe quelconque ! 😉
      Ce poème est tout en métaphores, les draps sont autant de lettres jamais ouvertes, pas facile d’expliquer et elle ne se dépréciait pas loin de là, il n’y a rien de péjoratif ici dans le terme de lingère ! Son mari est mort en 1951 et elle a passé sa vie à le « promouvoir » , tu te rends compte, elle lui a survécu 63 ans, plus de temps qu’ils n’en ont vécu ensemble… C’était une autre époque…

    • Ha Lydia, contente que ça te touche, j’ai eu du mal à choisir car sur le Net, je me méfie mais là ça venait d’une « spécialiste » alors j’ai choisi ce passage qui illustre bien sa longue vie seule, à mettre son amour dans la lumière tout en écrivant elle-même…

    • Domi, effectivement ce n’est pas l’envie qui me manque de t’étriper mais j’ai décidé d’être bonne aujourd’hui alors je mets ton lien sans rechigner ni grogner !!! 😆 Bises, je commence juste ma tournée, ouille ! 😉 Par contre, là où je serais ravie c’est si tu me laissais le nom et le titre du poète et du poème ainsi que ton lien SUR LA PAGE dédiée « les poésies du jeudi c’est ici » !!! 🙄 Quand je mets le cahier à jour je cours après les titres ou les noms et tu sais que j’ai du mal à courir !!! Grrr ! C’est de qui ton poème ? J’irai voir mais ne recommence pas hein !!! 😆

    • Biancat il a eu un succès fulgurant à la fin des années 30 mais sa mort le fut aussi donc c’est grâce à Hélène qu’il a continué à être connu (plus amplement disons) 😉

    • JP, René-Guy, bien qu’ayant vécu moins longtemps était beaucoup plus connu, souhaitons que sa fidèle épouse ait une reconnaissance posthume à la hauteur de ce qu’elle a oeuvré sa vie durant…

  3. Oh, tu me l’apprends Asphodèle ! J’ai souvent lu et étudié avec mes élèves le beau poème intitulé « Hélène », de RG Cadou. Elle lui a survécu sacrément longtemps !

    • Sandrion, elle lui a survécu 63 ans ! Plus de temps qu’ils n’ont vécu ensemble… Hélène est un très beau poème, je présenterais sûrement un poème de René-Guy une fois prochaine, je l’aime beaucoup ! 😉 (ha, le foot occulte pas mal d’informations j’ai l’impression 😉 )…

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s