LA MAISON ATLANTIQUE de Philippe Besson


BessonOu quand Philippe Besson se prend pour Sagan, ce n’est pas moi qui le dit, c’est lui, renchéri à la fin de l’émission (La Grande Librairie) par François Busnel qui conclue : « Cela commence comme du Sagan et finirait comme du Simenon ou du Chabrol » ! Ni plus ni moins ! Vous êtes prévenus !

Cette maison Atlantique, située au bord de l’Océan aurait pu s’appeler la maison maudite ou la maison hantée puisqu’elle est un véritable mausolée à la gloire de la mère disparue, idéalisée, et dont le sujet n’est pas, ici de briser le piédestal.

Notre héros se rappelle l’été de ses 18 ans où son père a insisté pour qu’ils partent tous deux entre hommes redonner vie à cette maison. Sauf que le fils ne cèdera pas un pouce de terrain à ce père honni, dragueur, voire prédateur et que le père ne communiquera pas avec ce fils devenu machiavélique avec les années. La souffrance n’accouchant pas forcément d’anges égarés parmi nous… Un huis clos étouffant « à l’oisiveté poisseuse » s’installe, lisse en surface mais les drames ne vont pas tarder à surgir, on les attendait ! Rien de phénoménal dans le suspense où j’ai deviné les choses avant qu’elles n’arrivent. Mettre une jolie quadra dans les pattes d’un père obsédé sexuel, ça s’appelle comment ? De la provocation téléphonée, si vous voulez mon avis !  Mais las :  » Si on m’avait convié dans ce vaudeville, j’aurais sans doute témoigné mon malaise, mais je m’en serais éloigné aussitôt. » Et moi je n’en suis pas si sûre quand on constate au fil des pages la sournoiserie de ce jeune homme qui cherche à se faire plaindre « regardez comme j’ai pas eu de chance, non seulement ma mère parfaite est morte mais je dois supporter l’indifférence de mon père et surtout ses obsessions sexuelles » ! Cela dit, alors qu’il vit une jolie romance estivale avec Agathe, ça ne l’empêche pas de s’envoyer en l’air avec un garçon (ho !  ha ! trop d’alcool, on ne sait plus vraiment ce qu’on fait) prénommé Jérémy et d’avouer ensuite qu’il a aimé ça ! Tromper et découvrir son homosexualité ! Il a été à bonne école pour ce qui est de tromper mais alors qu’il cesse de brandir l’adultère comme péché mortel ! N’est pas Sagan qui veut ! N’ a pas qui veut cette petite musique qui la rendait unique… Et même si Bonjour Tristesse avait été également publiée chez Julliard…en d’autres temps !

Dans un style narratif appliqué mais plat, voire ampoulé et prétentieux, sans les reliefs nécessaires qui suscitent l’émotion, Philippe Besson nous dépeint une banale histoire de famille, une relation père-fils irréparable face à celle qui existait avec la mère décédée et sanctifiée. Rien ne sonne juste dans ce livre et c’est ce qui m’a mise très mal à l’aise. J’ai refermé les volets de cette maison sans joie ni peine, ce qui est pour moi pire qu’une réelle détestation. Pourtant l’Atlantique ne manque pas de sel, le livre non plus, ce doit être une question de dosage… On va dire que je suis passée à côté…

L’avis de Leiloona et d’autres que je n’ai pas recensés sur l’ogre G***gle !

Merci à Cécile des Editions Robert Laffont / Julliard / Nil pour ce partenariat pas transcendant, ce sera mieux la prochaine fois !

La Maison atlantique, sorti le 7 janvier 2014 chez Julliard, 217 pages, 19€.

Si certains aiment l’auteur et/ou aimeraient se faire leur propre avis, je peux le faire voyager !

Publicités

60 réflexions au sujet de « LA MAISON ATLANTIQUE de Philippe Besson »

  1. J’ai écouté l’auteur parler de son roman sur France Inter un ou deux matins de la semaine dernière. Sympa. Mais tu n’as pas l’air convaincue (ma lal te dit merci!)

    • Keisha, je le trouvais plutôt sympa moi aussi jusqu’à ce que je le voie à LGL où je l’ai trouvé fat, amoureux de son style, etc : et comme je lisais son livre qui m’ennuyait prodigieusement, ça n’a pas aidé ! 😉

  2. Je crois l’avoir vu à la Grande librairie. Rien de neuf en vue, ce qui n’est pas grave, c’est le regard de l’auteur sur les choses et les sentiments qui compte, pas l’originalité mais visiblement son regard ne t’a pas intéressé.

    • MTG, si : son regard aurait pu m’intéresser s’il y avait eu une once de sincérité dans le récit et une plus grande modestie dans le style ! Il n’est pas fait pour moi, point ! 🙂 Quand je dis « banale » c’est qu’il n’a pas su en faire quelque chose de mémorable (dont on se souvient), contrairement à d’autres qui écrivent sur des sujets vieux comme le monde et pourtant en les lisant, nous avons l’impression de redécouvrir le monde ! c’est loupé ! 😉

    • Je l’ai vu, je l’ai lu et c’est un auteur très « prétentieux », ça se sent dans son écriture qui manque cruellement de sincérité… Et tu sais que pour moi la sincèrité est une des qualités premières d’un livre, un auteur peut parler de ce qu’il veut du moment que lui y croit, sinon c’est fichu ! 😉

  3. Je l’avais lu à la Grande Librairie et je l’avais trouvé bien prétention ce monsieur Besson que je connaissais pas du tout, il ne m’avait pas donné envie de lire son livre, tu enfonces le clou, direct aux oubliettes 🙂

    • Rp, je n’en avais pas entendu que du bien mais pas de mal non plus, en fait il est très superficiel dans sa façon de traiter les sujets ! Et on voit venir la suite gros comme une maison…

  4. Et bien ce n’est malheureusement pas le premier billet « déçu » sur ce livre…. Je passe mon tour, dire que j’ai failli me laisser tenter… Oui, j’aime les belles couvertures, et celle-ci m’avait tapé dans l’œil….

    • Cledesol, j’ai été futile sur ce coup ! je me suis laissée tentée par le titre et la couverture, et comme je ne connaissais pas l’auteur je me suis dit que c’était l’occasion de le découvrir ! Raté ! 😉

  5. J’ai lu « Soi frère » (beaucoup aimé) et « Les jours… (je ne sais plus, là sur le moment !!) » sur la soeur de Rimbaud, bien aussi. Je dois en avoir un qui traîne dans la PAL. Il écrit peut-être trop pour se renouveler vraiment, Philippe Besson (malgré ce qu’il en a dit chez Busnel) ?

    • Anne, moi c’était mon premier, je n’avais que de bons a priori puisqu’un ami à moi l’aime beaucoup mais là, non non ! Je n’ai rien aimé et surtout pas le style ! Entre ce qu’il a dit chez Busnel et la réalité, il y a…son ego et ses rêves ! 😆 Mais si tu veux je peux te l’envoyer, si tu veux te faire ton avis !^^

  6. J’ai toujours pensé que les livres de P. Besson étaient anecdotiques et que le foin médiatique autour de sa personne était exagéré. Ton billet confirme mes impressions et je pense ne jamais lire cet auteur !

    • merci Leiloona, toi au moins tu comprends ce que j’ai voulu dire ! 😆 Son passage à la GL est la goutte qui a fait déborder l’Atlantique : quel ego ! Et se prendre pour Sagan, ça je l’ai en travers ! ^_

      • J’ai pensé à elle quand je l’ai lu aussi, et je l’ai regrettée … La fin est tellement bâclée, il a tenté de nous appâter dès le début et pfiuuuut cela retombe comme une chaussette …

            • Leiloona, mouiii mais alors de loin, si à chaque fois qu’il y avait une maison au bord de la mer avec un père seul avec son enfant (fille ou garçon) adolescent, un auteur prétendait réécrire Bonjour Tristesse, Françoise serait ravie d’être ainsi imitée mais Sagan furieuse car jamais égalée ! 😉 ET PUIS Bonjour Tristesse est vraiment méditerranéen, pas atlantique ! 🙂

  7. J’en ai lu pas mal de lui (je pourrais en mettre dans la remorque cet été ! 😉 ) et je garde un souvenir ému de « En l’absence des hommes », mais celui-là ne me dit rien, ouf ! Merci de ton manque d’enthousiasme, je lis si peu en ce moment que ma Pal ne maigrit pas la malheureuse ! et moi non plus ! bououououou !
    bises

  8. Je pense que la fameuse Cécile te maudit depuis ce billet. En fait ce livre me tentait énormément (peut-être à cause du titre remarque), je n’aime pas du tout le personnage de Besson que j’ai trouvé d’une grande arrogance à LGL, et ton billet achève de me convaincre qu’il y a de la posture là dedans (davantage que du fond)

    • Galéa, ho non Cécile ne me maudit pas, c’est le jeu des SP, elle sait très bien que si ça ne nous plaît pas, on ne se gêne pas pour le dire ! D’ailleurs il en va de même pour tous mes SP et on ne m’a pas encore lapidée malgré le nombre de livres que j’ai descendus en flammes ! 😆 Quant à Besson, idem pour la sensation d’arrogance qu’il dégage ! Il est même imbuvable ! Et le pire c’est que son style est AUSSI prétentieux, alors là c’est too much pour moi !

  9. J’ai souvent eu envie de piocher un Besson comme toi, à cause d’une raison futiles : leurs belles couvertures ! Je tenterai peut-être mais pour l’instant, j’ai trop de choses à lire…

    • Touloulou, j’avoue que la couverture a influencé mon choix, dès qu’il y a un bateau, je me fais avoir sans parler du titre ! 😆 Oui bon alors, lis ce que tu as à lire, celui-ci n’est vraiment pas un indispensable ! 😉

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s