LA BARRIÈRE


gif mer ressac headlikeanorange tumblrDerrière la barrière invisible, je regarde furtivement les gens autour de moi, propulsée dans un monde qui semble ne plus tourner rond, étouffant dans cet espace clos et insane où tombent comme la pluie des hallebardes de larmes enfouies sous le fer des cuirasses humaines.
Pas de grilles, pas de barbelés mais autant de prisonniers enfermés dans un corps déjà mort, aussi creux qu’une boîte de conserve vide. Qui dégouline de trop de chair ou d’os à vif. Les blessures se voient, éclatent à la lumière chaude du jour, dans ce zoo non dissimulé à la vue des passants. Chacun y entre ou en sort dans une indifférence mêlée de crainte ou en réprimant un frémissement d’horreur. L’arc-en-ciel des poètes ne descend jamais au bas de ces murs sales et gris ni à l’horizon de ces hommes rompus par la vie. Ils titubent, ivres d’alcool, s’accrochant à la main d’une femme lourde d’une grossesse qu’on ne sait si elle est désirée tant les visages sont lugubres. Je me dis qu’il n’y aura pas de bisounours dans le berceau du bébé, juste un sein las où il tètera de l’amertume au  lait d’une mère dépassée par une dépression post-partum et qui, entre deux nausées essaiera de trouver le repos. Ecoeurant, mais l’homme ne finira jamais de se reproduire en croyant assurer sa survie.

Derrière la barrière, les moins atteints relèvent la tête, font semblant de ne pas voir, se disent qu’ils ne font pas partie de cette zone indéfinissable où la frontière entre la vie et la mort vous suspend à un précipice perpétuel. Entre vertige et désespoir. L’âge est aboli quand la chair est triste, qu’elle redevient peau écorchée sur des os rongés par le temps et les souffrances. Je reste debout, tétanisée, évitant de regarder la femme qui ne respire que par une seule narine. J’ai envie de pleurer, alors j’invoque le dieu de la mer, s’il existe… Lui qui dirige le mouvement des marées, pourquoi laisse-t-il ceux-là, pourrir sur le sable asséché par une éternelle marée basse ? Qu’il gonfle la vague qui déferle trop loin de la grève, qu’il souffle  dedans pour qu’en noyant la plage, elle emporte avec elle ces poissons agonisants.  Regarde leurs cris d’effroi ! Ils débordent de leurs yeux et avec eux, leur incapacité à dire d’où ils reviennent, quand ils savent s’ils sont revenus…

Alors oui, dieu de la mer, viens les arracher au sable des galets qui leur brûle la peau, ils se sont déjà effacés du monde, on a perdu leurs empreintes, brûlées à la température trop haute d’un dernier volcan en éruption. Vas-y, gonfle la vague de toutes les forces du vent et qu’il emmène avec lui le murmure inaudible de leurs derniers soupirs… Peut-être alors, verra-t-on des cerfs-volants danser au-dessus des vagues, heureux comme ces âmes qui rencontrent la joie au détour d’un nuage…

Je n’ai pas utilisé météo ! Vous me pardonnerez…

logodesmotsunehistoireC’était ma participation à l’atelier 105 « Des mots, une Histoire » d‘Olivia, les mots imposés étaient : arc-en-ciel – (bisounours) – hallebarde – fer – conserve – écoeurant – nausée – grossesse – dépression – repos – météo – température – chaude – horizon.

Advertisements

58 réflexions au sujet de « LA BARRIÈRE »

    • Choupi, je ne relèverais même pas cette « shamitude » ! C’est moi qui devrais penser a mettre un copyright a mes textes mais bon… Les plagieurs sont vite retrouves quand on « gougueulise » ! Bises

      • C’est une boutade ma chère, juste histoire de dire que ce texte est particulièrement bien écrit. 😛 Mais bon, je vois que quelle que soit l’heure, tu ne me comprends jamais. 😥 😡

        • Jc allez c’est ça refais-moi ta Cosette, tu es trop mignonne quand tu boudes !!! 🙄 Meuh si j’avais compris mais tu sais bien que je ne te passe rien !!! Warf ! 😀 Bises mon pauvre Calimero !!!^^

                • 🙄 Parce que quand on pèche on fait acte de contrition ensuite, et ne me dis pas que tu le savais pas sinon tu vas prendre double pater et triple Je vous salue Dame Asphodèle, warf !!! 😆 Et je crois que je vais aller me coucher avant que tu me rendes chèvre, j’ai de la lecture sur le feu moi Môssieur !!! Bises choupinet !!! 😀

  1. c’est topissime Asphodèle, c’est sinistre, beau et désespéré. je l’ai lu deux fois, Bravo bravo, tu as du talent

  2. Pas de météo, tant pis, tu nous as gratifié d’une fra&icheur infinie avec ton image Merci
    Ghislaine (je suis sur mon autre blog, atelier ecriture)

          • T’aimes pas ma grosse poule ? 😆
            Et Cocotine ?
            Bref, brrrrrrrrrrr ça me fait froid dans le dos la lecture de ton billet Miss Aspho 🙄
            J’aurais bien eu besoin pourtant d’un remontant littéraire après cette journée galérienne dans ma tour…
            C’est bien écrit, comme d’hab, mais j’aime pas le sujet 😉
            Bisous de ma tour
            Y’a des orages par chez toi ?

            • Bah ma Cocotine faudrait savoir, quand je t’écris de l’amour tu me traites de guimauve et là t’aimes pas !!! 🙄 T’es jamais contente hein !!! Pas grave !!! 😆 Et puis le sujet eh bien c’est ce qu’on voit dans les hôpitaux, j’ai même fait soft !!!
              Oui y’a des orages, des éclairs depuis ce matin ! Heureusement que j’ai le portable, il y a des moments où je débranche tout ! 😦 J’espère que tu as perdu tes couleurs d’azur !!! 😆 Gros bisous♥

    • Merci Marla, j’essaie de progresser, je coupe, je reprends, je coupe, pas facile de garder ce qu’on pense être le meilleur ! 5 % d’inspiration et 95 % de sueur, qui a dit ça ? C’est vrai !!! 😆

  3. Alors chapeau d’avoir pu placer » Bisounours », alors que « météo » aurait plus facilement trouvé une place dans ton superbe texte 😉
    Je lis le com rempli d’humour de Jean-Charles (qui n’en est pas dépourvu) concernant le plagiat.
    Penses-tu que broder autour d’une blague trouvée sur google est un plagiat? Car dans ce cas je plaide coupable hihi!!!
    Vu mon retard pour ce coup là voici mon lien : http://dimdamdom59.apln-blog.fr/2013/06/14/des-mots-une-histoire-n105-de-olivia-billington-sale-temps/
    Je te souhaite un agréable wee-end.
    Bisous
    Domi.

    • Merci Dimdam, JC adore asticoter !!!^^Le plagiat c’est copier-coller entièrement des morceaux d’une oeuvre quelle qu’elle soit, après reprendre une idée et la mixer à ta sauce je ne pense pas mais bon, je ne suis pas spécialiste non plus !!! 😆 Merci pour ton lien, je vais voir ça ! Bon week-end à toi aussi, sous le soleil si possible…

  4. Moi aussi j’ai cru que c’était un extrait de roman, alors si depuis ton retour tu as une panne d’écriture, continue d’écrire parce que c’est très beau, bravo !

  5. Encore un très beau texte, comme tu sais si bien faire. Très sombre aussi… Mais tout ne peut pas être toujours rose. Qui sait, le séjour à l’hôpital t’aura peut-être influencée et inspiré ces lignes pleines de poésie.

  6. C’est tout comme j’aime !!! Je ne peux le décrire tant cela résonne en moi… Tu comprendras forcément pourquoi j’aime (enfin je pense). C’est d’une force incroyable !! 🙂
    Gros bisous ♥

    • Merci Laure c’est gentil tout plein, je comprends ta sensibilité donc je crois comprendre ce qui peut t’émouvoir mais tu sais quand on écrit on ne sait jamais à l’avance comment cela sera perçu… Bises et bonne fin de soirée !!! 😀 ♥

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s