L’ENQUÊTE de Philippe Claudel


swap béa LE ClaudelUn livre offert par ma Béa-Comète-binômette que je n’ai pu m’empêcher de dévorer entre deux obligations et, (c’est confirmé) je suis définitivement conquise par la plume de cet auteur même si, ici c’est un peu différent de ce que j’ai lu jusqu’à présent, ICI et .

« C’était un homme de petite taille, un peu rond, aux cheveux rares. Tout chez lui était banal, du vêtement à l’expression (…). C’était en quelque sorte un être de l’évanouissement, sitôt vu, sitôt oublié. » (p. 11). Ainsi est défini l’Enquêteur qui débarque par le train dans une Ville inconnue à la recherche de l’Entreprise où il doit mener son Enquête. Nous ne savons pas de suite de quoi il retourne et Ph. Claudel installe un climat pesant et monochrome. Nous marchons avec l’Enquêteur dans cette Ville étrange, déserte sous un ciel de pluie et de neige mêlées, dans une atmosphère uniformément grise. Déserte mais emplie de présences souterraines qui observeraient comme derrière un miroir sans tain.Un décor digne de l’ex URSS. Le lieu n’est pas cité, les noms non plus. Seules des majuscules nous indiquent les points de repère où nous accrocher. On sait que tout est anormal dans cette ville sans nom en fonction des réactions de l’Enquêteur qui visiblement ne s’attendait pas à atterrir ici et à déchiffrer des codes sociaux qui le dépassent. Comme si les habitants vivaient dans un monde parallèle, dénués d’émotions.

Dans ce décor morbide, tout lui paraît étranger, choquant mais, « formaté » pour obéir, prédestiné à affronter cette Enquête, dans un univers aux confins de l’absurdité entre la noirceur de Kafka et celle d’Aldous Huxley dans Le meilleur des mondes, ou encore 1984 de Georges Orwell, il avance. Histoire pessimiste jusqu’au bout avec cette monochromie grise, pesante qui nous rend fous nous lecteurs !

Jusqu’à ce que nous sachions pourquoi l’Enquêteur a été mandaté dans ce lieu. Il doit élucider une série de 23 suicides survenus dans l’Entreprise, dont même le Policier du coin n’est pas informé… Son étonnement et sa colère initiales vont se muer en angoisse grandissante. Il tombe de Charybde en Scylla. A ce stade je ne peux vous en dire davantage tant la manipulation est liée aux avancées de l’Enquête et des états d’âme du personnage.

Un roman de l’absurde où la pensée universelle deviendrait uniformisée, ressemblant fort à un terrorisme organisé autant qu’à un totalitarisme crédible (c’est ça le pire !) en font un petit chef-d’oeuvre du genre. Et je ne parle pas du style inimitable de Philippe Claudel qui nous soulève des cîmes d’une poésie désenchantée à un inespoir absolu !  « Il finit par refermer sa valise qui maintenant pesait plus lourd car, outre ses affaires, il transportait désormais un peu de neige, de pluie et de mélancolie » (p.18).

On a beau être un esprit cartésien, tout justifier par l’explication, arrive un moment où la terre s’ouvre sous vos pieds et c’est peut-être pour mieux se refermer sur vous… Terrifiant, envoûtant et splendide ! Un coup de coeur !

Si vous êtes fort dans votre tête, que vous n’avez pas peur d’être plombés, lisez ces 283 pages admirables !coeur chromo ana-rosa

D’autres avis sur Babélio

Ma première participation au challenge d’Aymeline-Arieste à ses « Lieux Imaginaires ». Et une autre pour Laure et « Mon challenge à tous prix » puisque ce livre a obtenu le Prix des Libraires Nancy Le Point en 2010.

logo lieux imaginaires ariestelogo challenge à tous prix

Publicités

53 réflexions au sujet de « L’ENQUÊTE de Philippe Claudel »

  1. en ce qui me concerne, je vais attendre d’avoir davantage d’heures de sommeil pour m’y tenter. Déjà « le rapport Brodeck » m’avait un peu ébranlée, je l’avais trouvé très sombre, et celui-là m’a l’air de l’être encore plus. Belle journée

    • Galéa, dans ce cas, il vaut mieux ! 😉 Tout ce que j’ai lu de lui n’est pas d’une folle gaîté mais la plume est si belle. Cependant c’est un livre particulièrement gris. Bonne journée !

    • Aifelle, il est particulier, dans la veine mi-futuriste glaçante, mi-réalité désenchantée, mais comme j’aime vraiment cet auteur, je n’ai pas été déçue ! Encore une facette de son talent…

    • Ma Comète, il m’a moins ému que Meuse l’oubli mais il déploie une telle maestria, jusqu’au bout que j’en suis restée baba !!! Bises et bonne journée sous le soleil revenu ! 😀

  2. Il faudra que je lise un de ces romans, un jour car pour le moment, il fait partie des auteurs « pas encore découverts »… Cette ville grise où se mêlent neige et pluie me rappelle une autre histoire mais là, tout de suite, impossible de mettre le doigt dessus. C’est lundi et il est encore tôt! Bonne journée Asphodèle! 😀

    • Gwen, on en reparlera quand tu l’auras découvert, je suis sûre que tu aimeras ! Je ne vais pas tarder à attaquer « Les âmes grises », je sais que ce n’est pas gai non plus mais le style, ha le style de Claudel, c’est quelque chose ! 😉 Bises et bonne journée belle bretonne !!! 😀

    • Natiora, c’est vrai qu’il est particulier en comparaison de ceux que j’ai lus, mais il y a une telle maîtrise, une telle prouesse de style que j’en ai été soufflée ! Mais très très gris comme roman…

    • Val, j’adore cet auteur, peut-être suis-je moins objective que la presse dite « spécialisée » ! 😆 Cependant, il possède des qualités indéniables ! Fais-toi ton avis, je ne vois que ça !!! 😉

  3. Je ne lirai pas celui ci, le thème ne me tente pas mais quand tu parles de monochromie grise et d’inespoir absolu, je reconnais bien l’auteur des âmes grises…en attendant de lire Meuse l’oubli, après l’été…

    • MTG, je pense que le titre « Les âmes grises » eût très bien convenu ici !!! Tout est gris ! Et je ne sais vraiment pas si tu aimerais ce monde déshumanisé… Mais Meuse l’oubli, tu n’y couperas pas !!! 😀

    • MTG, je pense que le titre « Les âmes grises » eût très bien convenu ici !!! Tout est gris ! Et je ne sais vraiment pas si tu aimerais ce monde déshumanisé… Mais Meuse l’oubli, tu n’y couperas pas !!! 😀

    • Syl. c’est ce que j’aime chez Claudel, le style qui fait mouche sans trop en faire non plus, c’est une dentellière cet homme ou une brodeuse !!! 😆 Ca m’a rappelé Le meilleur des mondes ou 1984 (par moments) ! Je te le mets de côté et So le prendra dans sa remorque cet été !!! 😆

  4. Pas un auteur facile semble-t-il ! J’avais en son temps lu puis vu Les âmes grises, un des derniers films avec Jacques Villeret, sombre au possible.
    Était-ce la marque de fabrique de cet auteur ?

    • JC, ce n’est pas un auteur difficile, mais les thèmes qu’il aborde sont plombants, il le fait admirablement donc ça passe et plutôt bien ! 😉 MTG vient de m’offrir Les âmes grises, il me faut juste trouver du temps pour le lire !^^

        • JC, je ne sais pas si c’est si difficile que cela, moi je ne trouve pas mais j’aime quand c’est sombre aussi donc je ne suis pas une référence, je n’aime pas le gore, le vulgaire et la provoc’ gratuite ça tu le sais mais le très noir bien écrit passe ! 😉 Pour moi Philippe Claudel (avec Laurent Gaudé en talonnade) est un des meilleurs écrivains français de ce siècle, alors tu imagines !!!

          • Mais je n’ai jamais dit le contraire en tout cas. 🙂
            Oui je sais que tu aimes le noir (D.Vann, M;Malte, G.Vincent) mais si c’est plombant la vie l’est déjà parfois bien assez alors s’en remettre une couche n’est pas forcément utile. 😛

  5. Je suis sûre que je risque d’être contaminée aussi quand je vais commencer ma découverte de cet auteur. Pour l’instant j’attends avec tout ce que j’ai déjà de prévu à lire dans l’immédiat 😀 enfin j’en ai déjà dans ma PAL ! hihi 😉
    Bises et belle journée ! 😀

  6. Je suis fan de cet auteur et ce que j’aime chez lui en plus de son style c’est sa façon de nous surprendre à travers chacun de ses livres celui ci n’est pas mon préféré mais cette ambiance vaut le détour mon préféré c’est la petite fille de Monsieur Linh , il me reste entre autre à découvrir Meuse l’oubli et ton enthousiasme me pousse à l’ajouter à ma LAL.

    • Eva, oui de toutes façons, je crois que suis amoureuse avant tout de son style magnifique (comme Gaudé mais dans un autre genre), de sa sensibilité. Je n’ai pas encore lu La petite fille de Monsieur Lihn mais Meuse l’oubli est magnifique ainsi que le Café de l’Exelscior…

    • Jérôme, dans mes bras !!! Je suis persuadée que nous avons là un des grands écrivains de notre siècle ! Ce n’est que mon avis mais j’aime quand je trouve des personnes qui le partage !!!! 🙂

  7. « Le rapport de Brodeck », avec ce côté universel, ces mots qui disent sans dire, m’avait fortement marqué. Tu ravives mon intérêt pour cet auteur et je note ce titre que j’avais laissé passer !

    • Miss Alfie, c’est mon 3ème, j’attends avec impatience d’avoir du temps pour lire Les Ames Grises (et tout Claudel en général) mais mon préféré à ce jour reste Meuse l’oubli, sans oublier Le café de l’Exelscior ! Il est en train de devenir mon auteur préféré avec deux autres et c’est une grande plume de notre siècle (à mon humble avis ! 😉 )…

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s