Cent mille chevaux d’argent…


cheval vlanc peinture licorne image du net© photo : clic dessus

Cent mille chevaux d’argent galopaient à l’horizon redevenu poussière. Des flammes hautes éclairaient le ciel de la nuit finissante. Était-ce le présage annoncé par la vieille Izia  : « Un nuage  noir d’hommes en colère s’abattra sur les jardins d’été et ils croqueront bien plus que les fruits de vos pêchers. Ce jour-là, l’écume des plages transformera en cendres l’eau claire de vos fontaines. »

Sarah ne put réprimer un frisson. Frissonaient elles aussi les feuilles tendres des arbres à l’empyrée des cîmes étoilées de la forêt. Les gens du voisinage se terraient quelque part, appliquant instinctivement la loi du silence, celle qui ne s’apprend pas quand on est nés ici. Au milieu de ces terres perdues perchées sur des rochers étouffés d’arbres broussailleux qui surplombent la mer.

Comme les chèvres agiles de la région, elle sautait d’un rocher à l’autre vers  la grotte cachée par des épineux. Simon avait eu la même idée qu’elle. Tant mieux. Ils n’aimaient pas l’étroitesse des maisons du villages, des ruelles et la promiscuité qui allait avec. Ils avaient grandi avec pour seules limites la mer et le ciel alentour, trouvant plus de ronces dans leur éducation que de roses politesses.

Une pulsion venue de sa mémoire ancestrale la fit se jeter brusquement au sol. Le bruit des sabots faisait trembler la terre. La grotte, à dix pas devant elle, semblait inacessible ; elle se mit de côté, alourdie par son ventre rond qu’elle caressa machinalement. Tous les sens en éveil, elle sentit une larme rouler sur sa joue hâlée par le soleil en même temps que se dessinait dans le ciel le visage ridé de la vieille Izia. Elle voyait les lèvres de sa grand-mère remuer sur de muettes paroles mais les mots résonnèrent dans l’espace qui sentait les chairs carbonisées mêlées à l’odeur âcre de la poudre des fusils :  » Cela fait trop d’années que nous enterrons nos fils et, quand les filles survivent à cette prison barbelée de faim et de misère, les cavaliers du Nord les enlèvent pour satisfaire les désirs du Tyran qui a volé les clés du Royaume depuis cinquante ans. Résiste Sarah ! Tu n’es qu’à la surface de la vie, va plus loin, pour nous, pour tous ceux qui sont morts. Pars avec Simon et reviens quand la paix sera signée. Notre dignité ne suffira pas à nourrir ton fils ! Va ma fille ! » Sous la chappe désespérante de peur qui la clouait au sol, elle sourit à la complicité de la vieille dame morte depuis deux ans. Elle continuait de ramper en silence vers leur refuge quand elle vit un cheval, perdu et désemparé sans son cavalier, excité par le vent du Sud qui rend fou. Elle leva la main pour l’arrêter. Ce cheval était-il un autre signe, celui qui allait les libérer et les emmener plus loin ?

Sa vue se brouillait à présent, une douleur lui traversa le ventre et elle retomba sur le dos, ses yeux clairs accrochés aux dernières étoiles comme le souffle qui l’abandonnait cherchait l’air empuanti. Une dernière fois, elle tenta d’appeler Simon mais aucun son ne sortit de sa bouche. Elle comprit et se laissa aller dans le néant ; le liquide chaud qui coulait  entre ses cuisses était du sang…

plumedesmotsunehistoire2Ma participation à la 100ème de Des mots, une histoire d‘Olivia, les 18 mots à placer étaient : désir, pulsion, résister, prison, promiscuité, voisinage, désespérant, politique, correct, politesse, éducation, limites, frissonner, chair, croquer, pêcher, jardin, empyrée.

57 réflexions au sujet de « Cent mille chevaux d’argent… »

  1. ohlala le coeur s’emballe en te lisant, on halète et on espère…
    rassure-moi, l’enfant naît et la grotte les abrite tous les trois le temps qu’il faut? dis?
    😉

  2. Ping : Enfin demain | Désir d'histoires

  3. Ben dis donc !!!!!!!!!! super top ça !!!!!!!! tu fais fort et vite !!!!!!! Je trouve l’image que tu as choisie tres belle…………..

    • Merci Ghislaine, je n’étais pas contente de moi car c’est un premier jet que je n’ai pas eu le temps de retravailler ! J’ai cherché une image correspondant et celle-ci m’a paru plus belle que « cent mille chevaux » ensemble !!! Le mouvement est fort… 😉

  4. Oui c’est vcrai que ta fin amène à une suite 😀 Tu verras si effectivement les mots der la semaine prochaine t’y emportent 🙂
    Très beau texte, d’un lyrisme que j’aprpécie toujours autant ♥
    Bisous ma douce et belle journée 😀

    • Merci Laure pour tes compliments ! Et pourtant je n’ai pas eu le temps de peaufiner comme d’habitude !!! On verra la semaine prochaine où les mots m’emmèneront ! Bises et bonne journée à toi aussi ! 😀

  5. La malédiction promise par Izia dans le premier paragraphe est vraiment belle…l »écume des vagues qui transformera l’eau claire des fontaines en sable…moi je trouve qu’on retrouve bien ton univers et ta patte, c’est seulement le contexte de l’histoire qui est différent.
    Mango a raison, chaque texte peut être un début de roman et un roman peut faire 30 pages Word…pas la peine de faire un pavé, c’est le style qui compte, ce que l’on veut dire, ce qu’on est. Il y a de plus en plus des courts romans publiés par de nouveaux auteurs…c’est pas simple bien entendu sinon tout ceux qui aiment les mots seraient publiés mais il faut franchir le cap de l’égo et de l’imperfection puis sortir sa cuirasse pour les premiers rejets et puis au bout…

  6. Le souffle de l’oppression,la brutalité,ces cent mille chevaux m’en rappellent quatre,très célèbres,ayant nom la Conquête,la Peste,la Famine,et je ne sais plus.Plus des cavaliers que des chevaux d’ailleurs.Je t’embrasse.

  7. Aspho la « référence » serait plutôt littéraire,Les quatre cavaliers de l’Apocalypse étant un roman avant que d’être un film.A bientôt.

    • Claude, où avais-je la tête (je suis en train de la perdre^^) ??? Tu es tellement cinéphile que quand je lis une remarque je pense grand écran ! 😉 Je vais me coucher, ça ira mieux demain !!! 😀

  8. Ah mais … la vieille Iza au visage ridé, ce ne serait pas quelqu’une de ce blog par hasard?
    Mince, j’ai encore mal lu, c’est Izia, pas Isa ….
    Oh ben quoi, faut bien mettre un peu d’animation sur ce blog, damned !

    • Antiblues mais dis tout de suite que mon blog ressemble à une pizza morte et que Moi et Izia ne faisons qu’une ??? Vas-y lâche toi !!! 😆 Je ne me sens pas du tout concernée par ces banderillas destinées à aiguilloner mon ego, allez matador de malheur, je te laisse la responsabilité de ce que tu avances et si tu me vois comme une vieille pomme ridée, libre à toi !!! Quand la réalité rejoint la fiction, c’est bien de ça dont tu parlais ??? Je n’en remettrais pas une couche sur les zizitopeurs qui roulent en voiture de djeune et habitent des villes snobs mais je n’en pense pas moins !!! Olé !!! 😀

        • MTG, je savais bien que tu avais des mèches blondes !!! Et pour info, tu étais né quand ce Monsieur sévissait, tu écoutais même déjà d’horribles scies ringardes, alors que Zizi c’était le top et je te souhaite d’avoir la pêche qu’il a quand tu auras son âge, sale sale gosse !!! 🙄

  9. comme Célestine ,j’ai pensé que tu délivrais la chronique d’un livre… Je suis bouche bée… Sais pas si tu as suer sang et eau mais le résultat est super..très belle gravure et beau décor de blog.

    avec le sourire

    • Merci Lilou ! 😳 Tu me fais rougir dès le matin !! J’ai un peu sué au départ, j’avais fait trop long donc j’ai « coupé » puis je n’y suis plus revenue !!! 🙂 Bises, avec le soleil !!! 😆

  10. Un très beau texte, accompagné d’une magnifique image (j’adore) !
    C’est vrai qu’une question se pose à la fin de la lecture : va-t-il y avoir une suite ? La fin est tellement dure !
    Les mots imposés + les deux mots de début n’étaient pas simples à poser mais, ici, ils sont en parfaite harmonie !

    • Merci Mélanie, je vais réfléhir pour la suite : tout dépendra des mots de la semaine prochaine ! C’est un peu dur avec le mot sang en final, ce n’était pas facile de faire dans la dentelle !!! 😆

  11. Bon, ils t’ en font des compliments, tous ces gens là !!! Alors moi, j’ vais râler ! C’ est quoi cette histoire de pêchers ??? On n’ avait pas dit : pécher du verbe pécher que c’ est pas bien d’ le faire ???

    • Pierrot, les compliments tu sais…ca va ca vient ! Je suis quasiment sure d’avoir copie-colle la liste de mot avec pêcher (l’arbre ou a la ligne), Livvy me dit que non, elle n’a rien change, alors j’en conclus que ma vue baisse de plus en plus !!! 😉 L’essentiel était encore de l’employer a bon escient quel que soit le sens qu’on ait choisi ! Et l’utiliser en tant que pécheresse ne m’aurait pas dérangée non plus !!! 😆 Voilà tu sais tout !!! Bises

  12. Impressionnée par ta façon de manier le verbe et de nous emporter très vite , très loin…
    Impressionnée également car dans ma PEF( Pile d’écrits à finir) j’ai une histoire qui semble inspirée par le même souffle que celui qui t’a transportée …les mystères de la création…

    • Marie An, tu écris aussi ? J’ai visité un peu ton blog mais je n’ai rien vu concernant l’écriture !!! Je devais continuer cette histoire et je n’ai pas eu le temps cette semaine, elle risque de rester aussi dans une PEF !!! 😆

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s