LE COL DE L’ANGE de Simonetta Greggio


col de l'ange couv'Que ce livre m’a fait du bien ! Une parenthèse lumineuse avec les mots qui dansent de Simonetta.

Blue flirte avec la cinquantaine mais, ignorée du temps, elle est encore superbe. Elle pleure Nunzio, son frère de lait, son double, celui qu’elle n’a jamais quitté depuis leur naissance. Nunzio a disparu du luxueux appartement parisien où ils vivent tous les deux. Lui avec ses gitons de passage, elle entre deux avions et deux amants. Cette disparition la plonge dans un état de stupeur et de chagrin incompréhensibles.

Blue ne peut que retourner au Col de l’ange, cet endroit de montagnes, rude, où sa vie a commencé. Là-bas, attend Marcus, le frère aîné de Nunzio, Marcus a toujours eu huit ans de plus qu’eux, Marcus n’a jamais quitté le Col de l’ange.

Le procédé narratif est intéressant puisque l’auteure fait parler Nunzio qui dit « avoir disparu depuis dix-sept jours et dix-sept nuit dont une nuit de pleine lune ». Nous ne savons pas s’il est mort ou s’il a disparu dans une faille temporelle. Cette forme épistolaire (il s’adresse à Blue) permet de parler de leurs vies, de leur passé, leurs amours, leurs blessures. Pourquoi ils n’ont jamais pu vivre l’un sans l’autre mais pourquoi aussi Marcus attend là-haut depuis trente ans.  » Marcus se souvient de tout. Il s’en souvient si bien qu’il a pu se réciter nuit après nuit, ce chapelet, où toutes les dix souffrances, il y aurait un grain de bonheur ». (p. 53)

Quel chemin parcouru pour Blue depuis cette enfance où elle était encore Nine, une enfance heureuse qui a mal tourné. Jusqu’à la fuite du Col de l’ange. Comme je l’ai dit il y a peu, on finit toujours par revenir, même contre son gré. De là à ouvrir enfin un dialogue avec Marcus le taiseux, comprendre enfin peut-être que ce qui éloigne peut rapprocher aussi. « Mais tu as tatoué son coeur, tu l’as barré de ton nom, verrouillé. Un amour non vécu n’est pas un amour perdu. C’est un amour qui vous perd, qui vous possède plus que vous n’en êtes dépossédé » (p 58).

Ce livre est lumineux malgré les sujets lourds qu’il aborde ; l’espoir et l’amour, l’amour tout court en sont les moteurs fondamentaux. La plume alerte, bouillonnante de Simonetta, découverte ICI avec L’odeur du figuier m’a emportée pendant deux petites heures au long de ces courtes 117 pages ! Merci Laure pour ce livre que j’ai beaucoup aimé !

Une participation au challenge de Lystig, pour les Alpes. Logo Lystig

Et pour le Challenge amoureux de l‘Irrégulière, catégorie « amour-toujours » ! logo challenge amoureux 3

Publicités

63 réflexions au sujet de « LE COL DE L’ANGE de Simonetta Greggio »

  1. j’aime bien tes billets très alertes et précis dans un résumé original des ouvrages que tu lis… Ma pile déborde…mes rayons craquent à te l point que mon époux préféré veut me faire des étagères supplémentaires. Je vais noter bien sûr mais je fais gaffe au porte monnaie.
    Et puis je suis si fatiguée…encore un effort pour emmener ma Neige chez le véto pour les vaccins et faire ma valise….Ne sais quand je reviiens …quatre jours ou quatre semaines….
    encore un peu le sourire

      • Tu rends le livre sympa, Miss Aspho
        Je note Nunzio, le masculin de notre chère minette Nunzi 😆
        et Marcus, tu penses bien 😉
        et puis aussi je retiens la jolie formule du chapelet : à chaque dix souffrances il y aurait un grain de bonheur : j’adore !
        (je suis là, t’en fais pas, je cherche le printemps :cry:)
        Bisous

        • Soène, cette auteure me plaît de plus en plus, elle est à la fois grave et légère, un cocktail pas évident mais elle maîtrise… Elle a de jolies phrases aussi ! Ne pleure pas, le printemps va bien finir par arriver, à moins que nous passions directement à l’été ! 😆 (J’ai remarqué pour Nunzio et Marcus : deux clins d’oeil^^)…
          Bises♥

        • @Soène : En parlant de Marcus et puisque je l’ai aperçu sur ton blog, es-tu venue à bout de « Garden of love » qui il fut un temps te posait problème. J’espère que tu l’as repris avec attention et enfin apprécié à sa juste valeur. 😀 😛 A l’inverse j’ai laissé tombé « Les harmoniques » 🙂

    • Bianca, maintenant je lirais bien Etoiles justement ! Mais il y aussi La douceur des hommes et Mains nues qui me font de l’oeil, je m’accroche pour ne pas craquer !!! 😀

    • Lili, c’est une lecture légère et pétillante comme l’auteure, ce n’est pas un chef-d’oeuvre mais on passe un bon moment ! Tu me diras ce que tu en as pensé ! 😉

  2. sûrement très beau ( comme ton billet 🙂 mais ne colle pas avec mon envie de lire des livres exclusivement cucul en ce moment. Des lectures qui lavent le cerveau, tu vois… Tout me tombe des mains en ce moment. Vivement les vacances :)) gros gros bisous ma binômette

  3. Je le note celui-ci ^^ ta critique me tente beaucoup (ça devient une habitude ici ^^) bisous Asphodèle et merci de ton inscription au challenge Justice 🙂

  4. Je note pour le jour… où je ne serai plus géolocalisé sous une pile de livres. Ce matin, deux surprises m’attendaient dans ma boite aux lettres : un livre prêté par un blogueur et un gros SP.

  5. Je ne voulais pas lire ton article étant en train de déguster  » l’odeur des figuiers » mais je l’ai finalement fait. Je crois que je vais beaucoup apprécier Simonetta Greggio…une rencontre littéraire peut être…à suivre…

  6. Depuis « lodeur des figuiers » cette auteure me fait envie, je note donc, mais pour dans une autre vie, j’en ai vraiment trop dans ma pile ! très beau billet !
    bisous

    • So, « L’odeur du Figuier » est chez Mindounet, celui-ci va partir en Ariège, donc si ca te dit, tu sais ou les demander ! D’autant que ce sont des formats que tu affectionnes : 112p celui-ci et juste une heure samedi dernier… Bises

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s