HEATHER MALLENDER A DISPARU de Robert Goddard (Into The Blue).



heather mallender a disparuJe ne connaissais rien de l’auteur avant de recevoir ce livre en partenariat avec Le Livre de Poche et je suis ravie de mon choix de mars ! Robert Goddard est réédité chez Sonatine, ce qui est un bon point de départ pour faire connaissance. Into the Blue est le titre original.

Un roman-fleuve,  thriller psychologique plus que polar qui s’étire sur 714 pages et que j’ai pris le temps de savourer…

 L’action se passe à la fin des années 1980. Harry Barnett, 55 ans fatigué, vit à Rhodes depuis dix ans. Il s’occupe de l’entretien de la villa de son meilleur ami, homme politique influent, Robert Dysart. Il y a des descriptions de la vieille ville de Lindos qui sont très belles. Tout les éléments sont réunis pour mener une existence idyllique. Sauf que, socialement, ce pauvre Harry  n’est plus grand-chose, et sa soûlographie permanente ne l’aide pas à avancer. Sa vie va changer avec l’arrivée à Rhodes de la timide et effacée  Heather Mallender, jeune femme de 28 ans, qui se remet mal d’un choc émotionnel. Lors d’une balade sur le Mont Prophitis Ilias,  elle disparaît (dès les premières pages), mystérieusement, comme si sa nature l’avait prédisposé à ce phénomène de volatilité , à moins qu’on ne l’ait aidée… Harry se ressaisit, il veut la retrouver, il ne se résigne pas à la thèse floue de la mort supposée mais pour cela, il faut qu’il retourne en Angleterre, qu’il  se frotte à la réalité. Et pas facile de retourner chez sa mère, sans le sou, de constater l’échec qu’est sa vie. La quête qu’il entreprend pour retrouver Heather le fait retourner dans son passé, dans celui des autres et c’est une fresque sociale, politique de l’Angleterre des années 1940 à 1980 que nous brosse Robert Goddard. On s’aperçoit que la notion de « caste » sociale très victorienne n’a pas complètement disparu.  » Il n’avait pas remarqué Harry, ce qui n’avait rien d’étonnant, les piétons faisant partie pour lui des classes inférieures qu’il considérait comme quantités négligeables » (p. 192).

Piqué dans sa dignité et par amour pour Heather (même si c’est un amour qu’il ne s’avoue pas de suite), il va chercher à comprendre comment il en est arrivé là, comment il  a gâché sa vie bien qu’on l’ait un peu aidé à sombrer à un moment. Et comment depuis dix ans, il est entretenu par son ami Dysart dans cet état végétatif… mais aussi pourquoi !

De rebondissements en rebondissements, l’auteur nous ferre et il ne manque ni de style ni de souffle pour nous tenir en haleine sur une telle longueur ! Sa plume a la légèreté d’un tissu Liberty mais n’en est pas moins corrosive lorsqu’il s’attaque à la corruption du monde politique et financier tout en gardant un humour très british face à certaines situations consternantes :  » Était-ce cela la clé de la psychanalyse, se demanda Harry, le massage mental ? » (p. 327). Avec un final décoiffant, ce thriller psychologique et très fin mérite ses rééditions. L’oeuvre de l’auteur étant conséquente, il est certain que je le lirai à nouveau. Si vous ne savez pas quoi emmener pour vos vacances, n’hésitez pas à le glisser dans votre valise !

SUR L’AUTEUR :

Robert Goddard est né en 1954 en Angleterre. Journaliste, enseignant puis proviseur pendant plusieurs années, il décide de se consacrer entièrement à l’écriture au milieu des années 1980. Longtemps souterraine, son oeuvre vient d’être redécouverte en Angleterre et aux Etats-Unis où elle connait un succès sans précédent Source : LDP).

Merci au Livre de Poche !logo ldp

Robert Goddard ©1990, puis Sonatine ©2012 et Le Livre De Poche © mars 2013 – 714 pages.

Une participation au Challenge Thrillers/Polars de Liliba, une pour le Pari Hellène de Nathalie (l’action se déroulant aussi en Grèce). logo-le pari hellène

Logo Thrillers & Polars chez Liliba

Publicités

60 réflexions au sujet de « HEATHER MALLENDER A DISPARU de Robert Goddard (Into The Blue). »

    • Adalana, ce n’est pas un thriller « classique », c’est du grand art ! Il m’a suivi a Lyon, dans le train, malgré que ce soit un pave, je ne l’ai pas lâché ! Une écriture maîtrisée de bout en bout !

  1. Je dois me frapper 12h de train mardi. Tu me le conseille dans le sac alors?! Un style léger comme du Liberty .., ça me parle !

    • Galea, il est lourd mais il m’a suivi a Lyon et je le lisais un peu tous les jours, c’est dire ! Mais bon si tu t’ennuies je vais culpabiliser ! A partir de la p. 350 c’est sur on ne lâche plus ! 😀
      Pour un thriller, justement il est style ! Et c’est plus une fresque sociétale… Bref je te le conseille quand même !^^

  2. Et pourquoi changent-ils le titre ?! Into the blue pour un roman qui se passe en Grèce … Ç´etait cohérent non ?!!!

    • Il ne se passe que tres peu en Grèce même si par la suite la Grèce reste en fond… Into The Blue sonne bien et est adapte mais « Dans le bleu », est moins accrocheur ! Le mystère des traductions ! 😀

    • Lilou, il est idéal si tu dois rester couchée, voilà un livre que j’ai du trimballer pendant dix jours, j’aurais préféré le lire en 3-4 fois comme je le fais souvent pour ces pavés ! Il risque de te captiver et te faire oublier le temps !^^ Bon courage a toi ! (Je te réponds par MP). Bises 🙂

  3. C’est un livre que j’ai noté il y a quelques temps déjà et maintenant qu’il est en poche il va falloir que je me décide mais ce sera sans doute à l’occasion de vacances comme tu le suggère si bien

  4. Tu ne seras pas étonnée si je te dis que j’ai un titre de lui dans ma PAL ? 😆 c’est Par un matin d’automne, j’en avais lu une très bonne critique. TU me donnes envie de le sortir bientôt du coup !! 😀
    Bonne journée bisous ♥

  5. Je n’ai même pas encore lu « Par un matin d’automne » que j’ai quand même acheté celui-là aussi, en poche et tout neuf chez le bouquiniste (comment ça, tombé du camion ??) Ah tu sais donner envie, toi ! « Sa plume a la légèreté d’un tissu Liberty » : c’est génial, cette expression !

    • Anne, entre tes bouquinistes douteux et les moinillons maltés, tu caches bien ton jeu !!! Le blog n’est qu’une couverture hein c’est ça ??? Arf !!! Si un jour tu le lis, on reparlera de ce style Liberty, tu me diras si ça ne t’évoque pas la même chose !!! Moqueuse va !!! 😆

    • Yv, je venais de lire deux Theorin de plus de 500 pages dans la même semaine, donc ça ne m’effrayait pas mais j’avoue que j’ai mis plus de temps, la plume est travaillée ! Je ne le regrette pas du tout ! 😉

  6. Oh la la, ma pauvre PAL, encore un énorme pavé :0) Et elle vient juste d’en intégrer deux de plus de 700 pages (Cloud Atlas et une femme fuyant l’annonce) alors franchement, tu comprendras que j’hésite un peu à le noter ;0)

    • L’Or je te comprends, je viens d’en enchaîner trois à la suite et j’entame un quatrième, j’avoue que je vais avoir besoin de lectures courtes très vite !!! Je ne t’en veux pas !!! 😀

  7. Déjà entendu parler de l’auteur mais je ne m’y suis pas aventurée pour l’instant. Mais comme, en été, j’aime bien les pavés, celui-ci aurait alors sa chance !

  8. Alors, ça y est ! Tu l’as enfin terminé ton pavé !!! Ce que tu m’en avais dit m’avait déjà alléchée, ton billet me donne des envies furieuses d’aller en librairie. Mais comme je suis un élément stable et raisonnable, je vais attendre un passage avec ma remorque. 😉 Tu me le mets au chaud ? J’ai une envie folle de trouver cet été (le mot existe-t-il encore ???) un coin calme, mi-soleil, mi-ombre, avec une pile de pavé à portée de main, et rien d’autre à faire de plus fatigant que de tourner des pages. Beau programme non ? Bisous humides

    • So, oui enfin terminé, j’avoue que rentrée à la maison, les 300 dernières pages on été gobées tellement c’était bien !!! La remorque ne sera pas de trop !!! Il y a déjà Madame Hemingway (dans les 500 p.). L’été sera pavé ou ne sera pas hein !!! 😆 Bises♥ (humides itou)…

  9. Tsss trop lourd dans les bagages pour les vacances…quel pavé mais tu donnes envie de le lire.
    Cela n’a rien à voir mais le magasin Liberty à Londres est un très bel endroit, je parle plus de l’architecture et de la vue que de ce qu’il contient…

    • MTG : pffff, petite chose va !!! 😆 Je l’ai emmené en train et je suis moins costaude que toi !!! Si c’était un livre inédit des soeurs Brontë, je suis sûre que tu trouverais une place !!! 😉

  10. Je suis complètement passée à côté de bouquin, et il a l’air très bien ! La dimension politique me tente et un détour par la Grèce n’est pas si commun dans les thrillers…
    Hop, ajouté à la pal, qui commence à avoir le tournis avec tout ce que j’y ajoute en ce moment…
    A bientôt !

    • Bonjour Alice ! Je pense que tu ne seras pas déçue, le contexte politique de l’Angleterre de cette période est bien restitué mais pas que… El la Grèce reste omniprésente tout au long du livre même si l’action ne s’y déroule qu’au début (après je ne te dis pas !!!). 🙂

    • Nath, je suis en-dessous de tout en ce moment, je n’avais pas le lien « intuitif » quand j’ai tapé le billet sous GC ! Et ce n’est pas le Viaggio mais le Pari Hellène 😆 On se complète aujourd’hui !!! 🙂 Je vais mettre le bon lien dès que je repasse (dès que ça marche) sous Firefox…

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s