A BIENTOT !

pince a linge sugarcello tumblr comL’heure tourne et le compte à rebours avant mon départ à Lyon, via Orléans (c’est compliqué la vie) a commencé depuis jeudi, aujourd’hui c’est J- 4 ! Vous allez dire que je me mets en pause bien à l’avance mais il faut que je m’organise ! Et pas uniquement me concernant, c’est bien là le souci ! Mais je me réjouis tellement de cette escapade hors de mon quotidien qu’il est sage de la préparer (verrouiller), que je parte la conscience tranquille !

J’aurai plein de choses à vous raconter à mon retour. Je ne reviens que le 3 avril, mais je pense que le 4… je serais OFF !!! Si j’ai la possibilité de me connecter entre le jeudi et le mardi, je passerais une tête mais je ne pense pas. Peu importe la météo : les rencontres entre blogueuses et qui sait… avec certains auteurs, moi vous savez que je veux voir Marcus Malte (tant pis pour Harlan) (Coben bien sûr), le reste, pffff !!! Et comme Somaja qui me pilote veut le voir aussi, on va nous entendre !!! Vous ne saviez pas que Somaja avait acheté une laisse et une muselière pour moi ? Bah maintenant vous savez…presque tout ! Lire la suite

Publicités

MEUSE L’OUBLI de Philippe Claudel

Meuse l'oubloC’est quand une femme meurt que les hommes pleurent. C’est ce qui arrive au narrateur. Paule, son amante, sa compagne est morte et il compte les jours pendant lesquels le bonheur ressemblait à une évidence. Il sait qu’il doit franchir l’immense haie du deuil pour ne plus souffrir autant. Il décide de fuir les lieux où ils se sont aimés, ces lieux qui lui rappellent Paule, l’amour, la vie et le bonheur perdus : « Le paysage s’est ouvert aux massacres. J’ai découvert combien il y avait peu de grâce au vide. » Lire la suite

L’HEURE TROUBLE de Johan Theorin

heure trouble de theorinMon deuxième Theorin en deux mois mais pas le dernier ! En fait, j’ai lu les deux que m’a offerts Liliba en une semaine !!! Je deviens accro aux polars suédois. Surtout avec ce cycle où chaque livre se déroule à une saison différente sur l’île d’Öland. Ici, nous sommes en automne mais l’histoire n’en est pas moins glaçante.

J’ai retrouvé avec plaisir le vieux Gerlof, figure tutélaire de ce cycle. Dans le Sang des pierres, il n’avait pas le rôle principal, ici ce n’est pas le cas. Bien que cet opus soit antérieur d’environ cinq ans, Gerlof est déjà perclus de rhumatismes, il a 80 ans, il vit en maison de retraite mais bon pied bon oeil malgré tout, il a un sens de l’observation digne de Sherlock Holmes. Aussi, quand il reçoit par la poste, une sandalette ayant appartenu à Jens son petit-fils disparu vingt ans plus tôt, ne prévient-il pas la police mais il demande à Julia, sa fille et mère de Jens de le rejoindre sur Öland. Julia ne s’est jamais remise de la disparition (non élucidée) de son fils. Elle est infirmière en arrêt de maladie et se soigne aux anti-dépresseurs arrosés de vin rouge le soir. Elle lutte pour ne pas sombrer complètement. Lire la suite

TAG & TAG sont dans un bateau !

gif syl quand je demande deledition tumblrCette coquinou de Lystig (démone, va !) m’a taguée, avec ce tag des « 11 questions » qui n’en finit plus de tourner ; du moins l’ai-je beaucoup vu depuis 2011 ! Et comme je pensais (innocemment) que le 11 c’était pour 2011… Aussi,  plutôt que de refaire 11 questions, je le rebaptise en TAG DES TREIZE puisque nous sommes en 2013… Haaa, encore des questions ??? Je me demande si je ne suis pas maso parfois…

La marche à suivre est simple. Poster les règles sur son blog, répondre aux 13 questions, en inventer 13 nouvelles puis partager le tag avec 13 personnes en mettant un lien vers leurs blogs sans oublier de leur annoncer la bonne nouvelle.

1/ A tout seigneur tout honneur, commençons par le commencement : quel est votre dernier livre coup de coeur  ?
J’en ai eu trois dernièrement, je chosis Best Love Rosie de Nuala O’Faolain. C’est un livre qui poursuit longtemps bien après que l’on ait tourné la dernière page.

2/ Et le dernier qui vous est tombé des mains (idem) ?
Zut alors, rien ne me vient ! Il ne m’est pas tombé des mains dans le sens où je vais l’abandonner définitivement, mais disons qu’après les cent premières pages, je le trouve poussif, il s’agit de La Légende des Bloodsmoors de Joyce Carol Oates. Une déception pour le moment, j’y reviendrai quand j’en aurai vraiment envie.

3/ Quel est votre personnage de fiction incontournable inoubliable ?
Justement je les oublie au fur et à mesure ! Et je ne suis pas monogame, j’en ai plusieurs (c’est comme ça). Les derniers qui m’ont marquée, je dirais Jane Eyre, Heathcliff dans les Hauts de Hurlevent, sans oublier mes chers Pitt de la série d’Anne Perry, Monk et Hester dans l’autre série du même auteur. Et certainement d’autres si j’avais le temps d’y réfléchir ! 🙂

4/ Que vous évoque les contes de Canterbury ? Ceux qui l’ont lu ont-ils souffert ?
Je n’ai vu personne souffrir autour de moi (à cause d’eux), je ne les ai jamais lus non plus et ça m’évoque des prêtres anglicans austères, abîmés dans la prière dans un décor sombre, gothique…

5/ Salée ou sucrée ?
Très salée mais je ne dédaigne pas quelques douceurs de temps en temps…Une tarte aux citrons (tiens mais quelle idée hein Syl ???). Enfin, on parle du « sel » de la vie, pas du sucre, il doit bien y avoir une raison !

6/ Biscuits ou bonbons ?
Spontanément je suis très bonbons, surtout les « C’est bô la vie » gélatineux-collants mais je me freine ! Les biscuits, quand je prends le thé, éventuellement, mais je m’en passe !

7/ Ovin ou caprin (et bovins non ?) (justifiez vos réponses que diable) ?
Passer des macarons chicos à la côte de boeuf saignante, vous avouerez… Eh bien j’adooore le boeuf t est bon ! Le gigot d’agneau et sa souris (je n’aime les souris QUE comme ça), le haut de cuisse du poulet, je suis une carnassière ! Grrr !

8/ Où étiez-vous le 13 mars 2013 vers 20H30 ?
Je vais demander à mon voisin…

9/ Y a-t-il de la vie sur Mars ?
Bien sûr, la dernière fois que j’y suis allée, j’ai rencontré mon voisin ! Haaa tout s’éclaire ? Il y aurait même l’électricité ?

10/ Connaissez-vous la réponse à la grande question de la vie, de l’univers et du reste ? Et la question ?
J’ose pas le dire, mais oui je la connais, mon voisin m’a dit (OK j’arrête)…

11/ Si vous étiez un super-héros ou une super-héroïne, comment serait votre costume ?
Un jean et un pull gris tout simples, pas la peine de se faire remarquer quand on est un VRAI héros !!!.

12) Sans réfléchir trop, quel livre offririez-vous à vos amis les yeux fermés ?
Le soleil des Scorta de Laurent Gaudé car justement son côté « universel » fait qu’il plaît à des personnes aux goûts pourtant différents (en ce qui me concerne et jusqu’à présent…).

13) Quel genre de littérature n’achèterez-vous jamais ? Et pourquoi ?
Je ne suis fermée à aucun genre, par principe, il m’est même arrivé de faire des découvertes exaltantes dans des genres que je croyais ne pas aimer. Mais je n’achèterai jamais de littérature érotique et plus particulièrement celle qui a l’air de plaire aux femmes au foyer désespérées, celle où les nuances de gris valent des millions de dollars et où l’image de la femme semble dater de la Préhistoire, quand nous nous faisions tirer par les cheveux par les mâles primaires de notre entourage. Eh bien là, je n’encourage pas la curiosité (malsaine ?) qui engraissera le portefeuille d’une cruche ! Voilà c’est dit ! 🙂

Je ne refais pas treize questions différentes, vous me pardonnerez mais je n’ai pas le temps, j’en ai déjà ajouté deux !!!

Les treize à souffrir (qui n’ont pas été épinglées dernièrement) sont donc : Somaja, Laure, George, Soène, Jean-Charles, Coralie (Romans français contemporains), Aymeline, Argali, Soukee, Denis, Lilou, Mrs Pepys, EstelleCalim. Et j’ajoute Natiora !

SWAP DE PRINTEMPS : les binômes !

femme printemps charles savage homer butterfly girlOn récapitule ! Je suis ennuyée car j’ai trois solitaires et hormis Argali (swappeuse devant l’éternel^^ ), je ne connais que très peu Cécilemdl et pas du tout La Démone à qui je souhaite la bienvenue ! Sinon, nous avons les binômes suivants :

Syl. et Philisine Cave ;

Sharon et Mysti et Nunzi avec Mistymiaou, oui même les chats swappent, qu’on se le dise !

Mrs Peppys et Soukee ;

Laure et Denis ;

EstelleCalim et Coralie ;

Béa, (Une Comète) et Asphodèle.

Et restent donc CécilemdL, La Démone et Argali. Comme chacun le sait, un SWAP permet de faire plus ample connaissance mais les blogs respectifs permettent de se faire une idée quant aux goûts littéraires de chacun ! Vous pouvez déjà commencer par ça et me dire si vous souhaitez continuer ou remettre à la prochaine fois !

Sinon j’ai envoyé les questionnaires,  vous seriez gentils de m’envoyer juste une ligne (sur mon Yahoo) pour me dire si vous l’avez eu ! 🙂 Je serais plus sereine…. Car la boîte mail par défaut qui me sert à envoyer les documents est très naze !

Bon SWAP à tous et surtout n’oubliez pas, la présentation sur les blogs est pour le 12 MAI, comptez avec les ponts de ce joli mois, envoyez le une bonne semaine avant avec un SUIVI postal, ça évite les « pertes » irrémédiables ! Faites-vous plaisir !

CHABADABADA avec Gwen en ce dimanche !

L’atelier d’écriture de Gwen-Skriban nous propose un thème le dimanche matin et nous devons rendre notre copie dans la journée ! Inutile de vous dire que le peaufinage est un peu laissé de côté… Ce dimanche c’était chabadabada : un homme, une femme et la photo ci-dessous qui est une vue de la Plage des Dames à Noirmoutier… En mille mots (429 pour moi)…

plage des dames gwen Lire la suite

Une bal(l)ade irlandaise pour mon dimanche !

trefleDans la continuité de ma lecture de Best Love Rosie de Nuala O’Faolain, j’avais envie de rester en Irlande un petit peu, je trouve que le vert y est plus vert qu’ailleurs et les ciels au crépuscule sont d’une beauté incandescente. En plus, c’est la Saint Patrick, je souhaite une bonne fête à deux loustics qui se reconnaîtront !!! Lire la suite

BEST LOVE ROSIE de Nuala O’Faolain

Best love rosieUne lecture que j’ai terminé il y a une dizaine de jours, 528 pages qui m’ont accompagnée du vendredi au mardi, mais il m’a tellement émue que j’ai attendu que la pression retombe avant d’écrire ce billet… De savoir que c’était le dernier livre de l’auteur décédée en 2008 d’un cancer foudroyant a donné une résonance et une portée aux mots de Nuala O’Faolain. Ce roman est une fiction certes, mais si proche de la vie et des interrogations que l’on a qu’il est difficile de rester insensible… Lire la suite

ELLE, PAR BONHEUR ET TOUJOURS NUE de Guy Goffette

elle par boheur de guy goffetteVoilà une parenthèse de deux heures qui a enchanté mon samedi. Quand c’est un poète comme Guy Goffette qui nous parle d’un peintre et de sa muse, la rencontre est d’une luminosité incomparable, servie par des mots qui ne le sont pas moins…

Il ne s’agit pas d’un tableau figé dans les ors d’un musée mais du portrait d’une femme, jeune et belle pour l’éternité, aimée par le peintre Pierre Bonnard pendant quarante-neuf ans. « Marthe, cent qurante-six fois peinte, Marthe, sept cent dix-sept fois croquée dans les carnets ». « Les larmes ont beau sécher, l’amour n’a pas de fin, et ce qui fut demeure dans la chambre à côté ».coeur chromo ana-rosa Lire la suite

Le SWAP de Printemps revient pour les 2 bougies du blog !

chats curieux lylouanne tumblrMais késskissepasse encore ? Eh oui, bloguinou a deux ans depuis hier, il marche presque tout seul ! J’ai bien dit presque car, deux ans c’est encore plus de constance et d’assiduité et ce n’est pas facile tous les jours ! Deux ans (et c’est là que ça devient agréable),  c’est davantage de recul, je ne panique plus (ou presque) quand un billet « disparaît », je ne rameute pas toutes mes copines WP qui dormaient tranquillement ! 😀 Et surtout ça veut dire que vous êtes fidèles et je vous en remercie, sans vous rien ne serait possible ! Comme j’ai eu des problèmes de connexion depuis dimanche (vive les zones rurales !), Syl. a gentiment finalisé l’image du logo que j’avais trouvée pour l’occasion ! Mais CE N’EST PAS CELLE-CI, pour cause de bug, elle va la mettre ce matin ! L’image est la même, son texte et sa police de caractères sont nettement mieux ! C’était pour que vous ayez une idée de cette « Butterfly Girl » de Savage…

femme printemps charles savage homer butterfly girl

Pour la peine, comme l’an dernier, je propose donc un SWAP de printemps ! Ce serait mieux de vous inscrire en binôme si vous connaissez quelqu’un susceptible de le faire avec vous, mais comme je n’ai rien préparé cette année, seul un binôme est fait pour le moment (et le mien quasiment), donc celles et ceux qui sont intéressés peuvent laisser un message en commentaires pour demander l’âme SWAP ! Mais, allez zou ! À vos mails, essayez le plus possible de monter votre binôme ! Ca me ferait plaisir ! Pour ce SWAP, on ne déroge pas à la règle, dans le colis sont prévus :

deux livres que votre swappée a envie de lire très vite…
– une ou des douceurs…
– un élément de papeterie (carnet, stylo, marque-pages)…
– et plus, si affinités…

Tout cela vous sera expliqué dans le questionnaire que je vous enverrai ! Et comme je pars à la fin du mois quelques jours à Lyon, entre autres pour les Quais du Polar, Syl. s’est proposée pour me seconder dans la gestion des questionnaires, histoire qu’ils soient tous remplis avant le 30 mars si possible, merci ! 😀 Je partirai le pied plus léger !

Les colis seront ouverts sur les blogs pour le DIMANCHE 12 MAI ! Soyez prévoyant(e)s, pensez à l’envoyer une bonne semaine avant pour laisser le temps de faire les photos et arrangez-vous pour l’ouvrir en ligne avec votre partenaire, c’est encore mieux, si si je vous assure !!

Etienne pour mon dimanche mais pas que !

 

jonquilles 2Haaa, je vous offre un joke ce dimanche ! Cette vieille chanson des années 80 m’a toujours fait rigoler quand elle passait à la télé (et je ne regardais pas la télé si souvent). En même temps… vous avez échappé à « La boule de flipper » d’une chanteuse oubliée et qui correspondait mieux à l’état « surexcité » dans lequel je me sens en ce moment ! Vous me direz… Somaja se compare à un Crispy dans un bol de lait  (soupir)… On va essayer de tenir jusqu’à la fin du mois ! 😀

BAL ecureuil-LiligalipetteDans ma BAL, cette semaine, cette coquine de Liliba devait m’envoyer UN livre de Johan Theorin mais j’en ai reçu deux et qu’elle m’offre en plus, sans vous parler de la carte postale « baignoires » qui parle pour elle ! No comment, les initiés se reconnaîtront !!! Merci Liliba, c’est vraiment gentil à toi, d’ailleurs j’ai déjà lu L’Heure Trouble que j’ai préféré au Sang des pierres, c’est dire ! Je me retiens pour ne pas lire l’autre de suite…

baignoire carte liliba

theorin de liliba

Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, j’ai eu la surprise de voir refleurir (après quatre ans d’absence) des crocus dans mon jardin ! Les premières jonquilles se sont enfin ouvertes, elles partaient en tiges… au milieu de petites violettes et des primevères. Le printemps montre son nez, espérons qu’il va persévérer !

crocus boutoncrocus ouvert 3

 

jonk violettesjonk ssous le vent

Ce n’est qu’un début, la semaine prochaine, je vous offre un bouquet ! Bon dimanche à vous ! 🙂

 

 

MORT D’UNE GARCE de Colin Dexter

mort d'une garce de colin dexterVoilà un livre voyageur qui voyage depuis longtemps ! Il vient de chez Jeneen (comme beaucoup d’autres)… Ma première rencontre avec cet Inspecteur Morse, que je ne connais ni d’Eve ni d’Adam et qui pourtant a fait l’objet d’une série télévisée . J’ai de grands « blancs » dans ma culture télévisuelle…

Morse est à l’hôpital rongé par un ulcère à l’estomac qui vient de perforer. Son penchant pour la bouteille a porté ses fruits, il va falloir qu’il se calme s’il veut entrer dans la soixantaine. Mais, s’il est bien obligé de faire contre mauvaise fortune bon coeur, pas question de laisser son cerveau se rouiller le temps de son séjour à l’hôpital (qui inclue la convalescence) (nous sommes en 1989 en Angleterre)… Lire la suite

LES HARMONIQUES de Marcus Malte

harmoniquesC’est ma troisième lecture de Marcus Malte que j’aime beaucoup. Un roman (classé dans Folio policier) « musical » comme son titre le laisse suggérer. Le rythme est beaucoup moins effréné que dans Garden of Love et pourtant je trouve cet opus beaucoup mieux maîtrisé. Du début à la fin, alors que dans Garden, on pourrait émettre l’objection d’une fin rapide par rapport à la frénésie du départ… Venons-en aux faits !

Cette lenteur sensuelle, jazzy laisse la part belle aux morceaux musicaux choisis, donnés en play-list par l’auteur juste avant de commencer le livre. Et c’est un petit plus pour qui aime la musique !

Mais que sont les « harmoniques » ?  « Les notes derrière les notes, dit Mister. Les notes secrètes. Les ondes fantômes qui se multiplient et se propagent à l’infini, ou presque. Comme des ronds dans l’eau. Comme un écho qui ne meurt jamais. »  (p. 323).

Mister est un homme  tendre, pianiste le soir dans un club de jazz parisien. Il a appris que Véra Nad , son « amie », est morte brûlée vive et que les deux présumés coupables sont passés aux aveux. Mais quelque chose le chiffonne, il en parle à Bob, son meilleur ami. Bob, la soixantaine bien entamée, ancien chauffeur de taxi parisien, qui roule toujours dans une antique 404 Peugeot, jonchée de cassettes des plus grands du jazz. Mister était amoureux de Véra, même s’il ne s’était encore rien passé entre eux, même s’il la connaissait mal, il lui reste le souvenir de leur complicité autour du piano quand elle venait l’écouter certains soirs de blues…

Mister et Bob commencent à enquêter, sans l’aide des flics, ils remontent la filière serbo-croate installée à Paris. Marcus Malte, à travers Mister nous brosse un portrait sanglant et sans complaisance de la guerre qui a ravagé l’ex-Yougoslavie dans les années 1990 et à laquelle beaucoup n’ont rien compris (moi la première)… Les enjeux n’étaient pas que l’épurement de la race : des puissances  occultes s’en sont mêlées, des personnalités de pouvoir (connues) attirées par l’odeur sans nom de l’argent :   » – Tout est possible dit l’homme, pourvu qu’on y mette le prix ! L’argent se fout des lois mathématiques. Dans notre monde, l’argent est au-dessus des lois. De toutes les lois. L’argent EST la loi !… » (p. 381). Certains passages font frémir car ils sont non seulement d’une réalité évidente mais absolument logiques et …crédibles ! Quel rapport avec la jolie Véra, croate, amoureuse de théâtre et qui posait nue pour un peintre serbe ?  Dans sa quête de vérité, Mister va en apprendre plus qu’il ne le cherchait au départ, bien loin au-delà de l’horreur et de la simple barbarie que l’homme sécrète comme un poison sans fin. Car Mister, lui à de l’oreille, il est capable d’entendre ces fameuses harmoniques, ces notes inaudibles et qui continuent bien après que la musique ait cessé…

Mais il y aussi de l’humour chez Marcus Malte et un chapitre avec un quiproquo désopilant. Mister travaille dans une boîte de jazz et le serveur est gay ! Renato est secrètement amoureux de Mister. Mais quand il croit que la réciproque est vraie, c’est à mourir de rire (p. 265 à 275 environ).
Et tous ces chapitres en italiques, qui portent un titre de standard musical où nous découvrons Véra, la Bosnie, les dessous de l’affaire et les liens qui la sous-tendent.
Mais aussi la révolte larvée de l’auteur face à cette boucherie sans nom qu’a été la guerre dans les Balkans :  » Parce que le monde savait. Le monde ne pouvait pas l’ignorer. Le monde observait et attendait parce que le monde est patient, le monde est diplomate. Pourquoi se précipiter ? Des usines de chaussures, des églises baroques : il n’y a plus d’urgence. Et bien sûr quand il est trop tard les commis du monde débarquent aux basques des barbares. » (p136).

Une ballade désabusée, qui ne finit pas spécialement bien où il n’est pas besoin de piocher des images de crimes dans les faits divers, pas seulement, il y a des guerres pour cela ! J’ai beaucoup aimé cette lecture. Et j’ai du mal à la classer en « polar » !

Je remercie Babélio et les Editions Folio de cet envoi, dans le cadre de la dernière Masse Critique.

Une participation au challenge Thriller/Polars  de Liliba, d’Anne, des Notes et des Mots, une pour Lystig  et « Vivent nos régions », avec Paris et la grande banlieue. Et j’avais oublié : pour celui de Laure « Challenge à tous prix« , puisqu’il a obtenu le Prix Mystère de la critique 2012 !!! Shame on me !

Logo Thrillers & Polars chez Lilibachallenge-Des-notes-et-des-mots-4Challenge Lystiglogo challenge à tous prix

LE CAFÉ DE L’EXCELSIOR de Philippe Claudel

Claudel« Nous délaissent sans prévenir les plus beaux de nos jours et les larmes viennent après, dans les après-midi rejouées de solitude et de remords quand nous avons atteint l’âge du regret et celui des retours ». (p.83).
Lire la suite

DAME PIPI chez Gwen !

Gwen, pour l’atelier du dimanche, ICI,  nous proposait les consignes suivantes :

Comment est-elle devenue Dame Pipi et pourquoi? Quel est son quotidien et comment le vit-elle? Fait-elle des projets d’avenir? A-t-elle décidé de révolutionner le monde des latrines? L’amour est-il au coin du lavabo?

Dans un texte de moins de mille mots, vous pouvez répondre à l’une ou l’autre de ces questions, voire à toutes…

Sérieux s’abstenir!
Vos textes sont à laisser en commentaires d’ici ce soir.
Pour ceux qui ont des questions, mon adresse mail est la suivante: skriban(at)orange(point)fr
Et pour les ceusses qui auraient l’impression que je vous fais écrire sur n’importe quoi, je confirme : votre impression est tout à fait justifiée! Mais ne dites pas que vous n’aimez pas ça…

ACCÈS DIRECT AU TRÔNE…

couronne lylouanne tumblr

« Moi Fleurdelise Bérochu (et pas Beurreauxchoux comme je l’entends souvent), je jure devant Dieu et les hommes être tout à fait saine d’esprit, avoir lu les Conditions Générales et m’engage, sur l’honneur, à occuper les charges (et les décharges) qui me sont confiées, pour le meilleur et pour le pire…, etc. »

Je relisais mon contrat d’embauche au poste de Dame Pi-pi (3,14 et plus) de la Gare Centrale, signé trois ans auparavant. « Le virage de la quarantaine »… avaient dit certains, « elle a pété un câble » avaient murmuré des esprits plus lucides… Où donc avais-je dérapé ? Ce jour d’automne frileux, après de longs mois en hôpital psychiatrique, je promenais Dalembert en laisse, mon écureuil royal apprivoisé dans les allées du jardin jouxtant le château familial et, allez savoir comment, un papier volait avec les feuilles froissées qui me tournaient autour. Je l’ai lu attentivement et j’y ai vu un signe du destin. IL m’indiquait la voie à suivre, ON avait enfin besoin de moi.

J’avais été renvoyée de l’Education Nationale un an plus tôt. J’enseignais les « grands auteurs » à des classes de morveux chiasseux qui crevaient les pneus de ma G***F ! Un matin, très remontée, j’avais confisqué tous les portables à ces gnards de 6ème B12 et, dans un élan encore inexpliqué, je les avais jetés dans les toilettes, fascinée par le bruit salvateur de la chasse d’eau qui emportait loin de mes oreilles sensibles les horribles clics clics de ces nuisances sonores. D’où le psy…je vous passe les détails.

Mais, ce que je ne peux vous cacher, ce sont les visites, vers trois heures du matin d’un Prince de la Nuit, fortement alcoolisé qui se trompe régulièrement de porte et me déclame (massacre) du Verlaine, me disant que j’illumine les ténèbres du 2ème sous-sol… Il me subjugue ! J’en oublie que je suis anosmique, anorexique et asociale (les trois A qui tuent selon mon psy). Quand il repart, je me demande quel sens a eu ma vie jusqu’à présent ? A quoi me sert-il d’avoir accumulé une montagne de savoir qui dort dans la chambre vide et seule de ma mémoire ? Même DiDi, l’écureuil ne grignote plus mes livres. Il est repu d’alexandrins, dégoûté par le néo-classicisme et Lamartine lui arrache de petits cris fiévreux.

Je reste là, rêveuse, le stylo en l’air, je me repasse la demande en mariage de mon Prince de la Nuit : dans un ultime hoquet, il s’est agenouillé, m’a avoué que le service était automatisé depuis des lustres mais que, dès le premier regard, il avait su que j’étais la femme de sa vie. Vous n’y pensez pas ! Une demande d’épousailles à mon âge ! Ca ne se refuse pas. Et puis, une Bérochu ne dit jamais non à Dieu, au Roi et encore moins à son patron ! Fleurdelysée était mon vrai prénom…

Depuis les noces, nous achetons du papier bleu nuit cinq épaisseurs, orné de fleurs de lys et il règne au-dessus des cuvettes un parfum unique, inimitable. Quand un simple roturier monte sur le trône, il ressent un bien-être qui dépasse le simple soulagement pour lequel il était venu. Ce n’est pas pour me vanter, mais j’ai eu l’idée de faire apparaître les visages de Marie-Antoinette et de Louis XVI quand on tire la chasse d’eau. Les pourboires ont doublé, on vient du monde entier et on fait la queue pour voir ça !

Qui donc a parlé de virage désastreux ? Le simple bruit d’une chasse d’eau déclenche chez moi le pire comme le meilleur… D’ailleurs mon Prince de la Nuit l’a compris et il… la bienséance m’empêche de vous en dire plus… 

LES PLUMES à thème 5 – ESPACE – Les textes !

LOGO PLUMES2, lylouanne tumblr comPour cette dernière session des Plumes des vacances de février, voici les participants, par ordre d’arrivée des liens : Sharon, Nunzi, Violette Dame Mauve, Soène, Marlaguette, Olivia, Ghislaine, Valentyne, Laure, Mon Café Lecture, Adrienne (Bienvenue !),  Célestine, Pierrot BâtonGwen, Solange, Oncle Dan, PatchCathCériat, Eeguab-Modrone. Catherine , Coralie .

EDIT de 9h35 : @ Ghislaine, Oncle Dan : vos liens ne fonctionnent pas et je n’ai pas l’URL de vos blogs, merci de bien vouloir me laisser les BONS liens !!! Ahem ! Ne pas me laisser les liens courts WP TANT que votre texte N’EST PAS publié !!!!! EDIT DE 11 h42 : liens réparés mais que je ne vous y reprenne pas !!! 😆

Les mots à placer sont : liberté, fusée, nature, étoile, respiration, steppe, vital, étendue, océan, voiture, majestueux, claustrophobie, galaxie, infini, atmosphère, cosmos, évidemment, euphorie, éclipser.

Et mon texte ci-dessous

LE TEMPS D’UN OUBLI…

fairy-tales memories tublr jeune fille en fleur

À l’heure où les étoiles s’éclipsent, dissoutes dans l’océan des galaxies, j’entends au loin la respiration de l’aube souffler un vent de liberté sur les toits de ma ville. Les pavés scintillent à cette heure matinale où l’agitation n’a pas commencé. J’ouvre la fenêtre pour chasser l’étrange claustrophobie dont je souffre, je regarde mon voisin démarrer son antique voiture électrique et j’écoute. Non pas le chant des oiseaux dans la nature mais quelque chose qui ressemble au bruit des cataractes, ou à celui d’une météorite s’écrasant sur les steppes de l’Oural. Évidemment. Une fusée qui décolle. Depuis que les États ont aboli les frontières, toutes les frontières, l’humain a perdu ses repères, son individualité et gagné un exil fait de rêves brisés.

La musique est interdite, elle pollue l’atmosphère aux dires des dirigeants dont on ne connaît plus les visages. L’ivresse aussi est bannie. Nous allons chercher nos rations alimentaires et nos boissons, sans sucres, sans alcool dans des maisons spécialisées, en échange d’un travail d’intérêt général. Les banques ont fermé, l’argent dort dans des coffres rouillés et il paraît que les vieux billets de jadis tombent en poussière. Plus de handicapés ou de malades mentaux. Ils sont déportés dans l’espace, on ne les revoit jamais. Les voies du cosmos sont impénétrables .

Même le besoin vital d’enterrer nos morts a disparu de nos mémoires, les crematorium flambent en permanence et demandent beaucoup de main-d’oeuvre. Le droit de vie nous est accordé jusqu’à cinquante ans. J’ai encore trente ans avant que l’on m’injecte le sérum létal.

Mais en ce matin…en ce matin majestueux qui enveloppe de glace les vieux arbres faméliques, malgré le comprimé bleu destiné à blanchir mon cerveau de toute émotion, je sens l’infini des bonheurs d’antan remuer dans mon ventre rond. J’ai failli au programme. Je suis déjà clandestine, je vais rejoindre les Disparus et donner une chance à mon enfant de rebâtir un monde à hauteur d’âme ; là-bas dans des forêts étendues aux confins de la planète, on casse les moules qui nous oppressent. Bien sûr que je risque ma vie mais après tout, que vaut-elle vraiment ?

En attendant la navette fantôme qui doit me faire disparaître, je lis un livre de Marcel Proust échappé aux autodafés,  un livre qui date d’il y a cinq siècles je crois, et les mots qui dansent devant mes yeux font remonter en moi ce sentiment perdu, ce vertige grisant qui s’appelait euphorie….

BILAN DE FÉVRIER 2013 ! Lectures, requêtes…

bilan du mois ana-rosa tumblrUn mois court mais qui, pour une fois fut riche en lectures. Et en simili-pavés ! Je suis en retard de billets, ça ne change pas mais les vacances et les Plumes n’ont pas aidé… Je vais me rattraper, promis ! Comme j’ai souvent lu tard le soir ou tôt le matin, les billets n’ont pas suivi. Heureusement que je note au fur et à mesure sur un carnet spécial, sinon mes bilans seraient en décalage avec mes lectures, juste Ciel !!!

Et un nouveau logo cosy pour la peine ! 🙂 Lire la suite