LA PLUS QUE VIVE de Christian Bobin


bobin plus que vivePour chroniquer ce livre, je me mets sur la pointe des pieds, un doigt devant la bouche pour demander silence, pour ne pas déranger l’éternel sommeil de celle à qui s’adresse l’auteur, Ghislaine, son amante, son âme soeur, morte brutalement en août 1995.

Mettre d’autres mots que ceux choisis par Christian Bobin, et parler de celle qui était tout pour lui (avec sa grand-mère), me semble presque déplacé… Il nous fait partager le langage intime  de sa douleur, de sa relation puissante avec Ghislaine qui était mariée à un autre , la présence (et l’importance) de ses enfants à elle, des lieux qu’elle aimait. Et malgré cela, il reste toujours ce sentiment de frustration, d’incompréhension face à la disparition d’un être cher : « Ce qui m’échappe dans ta mort m’échappait déjà de ton vivant. La mort ne change pas une vie en destin. » (p43). En s’adressant à elle à la deuxième personne du singulier et à l’imparfait est un dernier dialogue, un dernier hommage ineffaçable. Il nous emmène avec « eux » sur quatre saisons pour nous dire aussi l’impact qu’elles avaient sur leur vie, comme la nature ou encore les livres, le tout relié à un amour immense : « Si éclairants soient les grands textes, ils donnent moins de lumière que les premiers flocons de neige ». (p 90).

Pour avoir lu récemment une interview de Christian Bobin (dans le dernier Lire), il me semble que certaines choses n’ont pas le même sens pour lui que pour d’autres ; ainsi ce qui serait désespoir pour beaucoup se transforme en « joie » : « C’est un trésor que tu me laisses : manque, faille, déchirure et joie. Un tel trésor est inépuisable, il devrait me suffire pour aller de « maintenant »en « maintenant » jusqu’à l’heure de ma mort » (p.102). Quand on a compris le cheminement intérieur de l’auteur, les mots prennent un autre relief et n’ont pas la même résonance. Ils n’en sont pas moins beaux. Tout le monde n’a pas la faculté de « transformiste » de C. Bobin, de reconversion des émotions. Il a le pouvoir d’éclairer le drame le plus sombre d’une lumière particulière.

Ce livre,  ou plutôt devrais-je dire, cette longue lettre de 110 pages a été écrit(e) en 1996, soit un an après la mort de Ghislaine ; s’il devait le(la) réécrire aujourd’hui, il ne pourrait en changer un seul mot tant la portée de chaque, semble ricocher dans un temps universel. Le temps qu’il est donné à chaque homme de vivre.

Et dans ce livre, j’y ai trouvé la citation qui fleurit au fronton de nombre de vos blogs : « Peu de livres changent une vie, quand ils la changent, c’est pour toujours. »(p.54). Et ce qui suit, juste après elle, est tout aussi beau. Cela me conforte dans l’idée que Christian Bobin a le sens de la formule, dite poétiquement certes mais qui marque les esprits. Son style convient bien à des « textes », des « fragments » comme on les appelle sur Wikipédia.

D’autres avis sur Babelio.

Et ma première participation au Challenge »Bobin » de Yuko, une autre pour « Vivent nos régions » de Lystig (Lyon et Saint-Ondras en Isère).

Logo Lystig

logo Bobin

Publicités

53 réflexions au sujet de « LA PLUS QUE VIVE de Christian Bobin »

    • Val, en tout cas je te conseille celui-ci, je n’en ai pas lu d’autres jusqu’au bout ! 😉 (oui je vais un peu mieux, j’en profite pour sortir le bout du nez ! :D)…

  1. Bonjour Isabelle.Bobin est un auteur dont on parle beaucoup,que je n’ai jamais lu et qui à première vue ne me tente pas.Raison de plus pour essayer,ce que je vais faire très vite.Bonne journée.

    • Claude, moi non plus il ne me tentait pas « a priori » , celui-ci est à part je pense, je n’ai lu que celui-ci, commencé un autre qui me plaît beaucoup moins, à suivre ! Bises 🙂

  2. Bonjour, c’est incroyable ! Il y a 3 mois, je n’avais jamais entendu son nom. Je lis dans un livre une de ses citations et depuis, son nom apparaît partout ! Quel livre me conseilles-tu pour commencer ? Celui-ci ?

    • Syl. je viens encore de te repêcher par la peau du dos !!! 😆 Je connaissais de nom depuis que je blogue, Yuko en parlait souvent ! Il est très particulier ! J’ai commencé La part manquante, je n’ai pas acrroché, celui-ci je l’ai lu d’une traite ! Je te le conseille ! :)♥

    • Hello Syl, je me coule entre vous deux car moi aussi j’ai lu La part manquante d’abord et j’ai été très surprise.
      Mais j’ai très envie de lire La plus que vive après les interviews de Bobin dans Lire.
      😆
      Bisous

      Hello Miss Aspho, alors je vais le lire celui-là. Célestine ne dira pas le contraire 😉 derrière le vernis se cache tant d’autres choses.
      Je me méfie des affirmations de Bobin, car s’il l’affirme avec tant de force, c’est que sûrement il tait de grandes blessures, un peu comme le clown blanc.
      Je crois que Bobin serait heureux de lire ton billet, Aspho.
      Bisous

      • Merci Soène, c’est gentil mais je pense que C.Bobin a autre chose à faire que lire les blogs et je ne l’imagine même pas avec un ordinateur ! 😉
        Pour le clown blanc je n’ai pas tout saisi mais je pense sincèrement que cet homme vient « d’ailleurs » par moments, et qu’il pense tout ce qu’il écrit, il n’emploie pas toujours les mêmes mots que nous même s’il souffre tout pareil ! Et puis nous ne sommes pas obligés de prendre pour nous SES affirmations, on reste juste bouche ouverte devant tant de candeur poétique ! 😀
        Bisous♥

  3. Je n’ai jamais lu Bobin non plus, mais ton billet est très beau. Je garde l’auteur et le titre dans un coin de ma tête, pour plus tard.

  4. Je suis heureuse de voir qu’a priori j’ai fait le bon choix 😉 J’ai hâte de pouvoir le découvrir aussi mais j’attendrai pour cela 🙂
    Bisous ma douce 😉 😀

  5. Beau billet ; merci Asphodèle.
    J’ai lu pas mal de livres de cet auteur
    Bon, je le trouve assez irrégulier.
    J’ai aimé « Le Très Bas » et aussi celui dont tu parles ici « La Plus que Vive ». Une citation de ce livre que j’ai relevée et appréciée :
    « Nous n’habitons pas des régions. Nous n’habitons même pas la terre. Le coeur de ceux que nous aimons est notre vraie demeure. »

    • Yorlane, je crois que l’on peut extraire une citation par page dans ce livre ! Il faudra que je le lise sur un roman ou quelque chose de plus long pour me faire un avis mais il écrit bien, on ne peut pas dire le contraire !!! 😉 (Je l’avais relevée la citation que tu mets, mon livre est tout « post-ité^ »^). Bonne journée ! 🙂

    • Bonjour Missy, mais non, c’est ça le pire, ce n’est pas triste à un seul moment ! Il réussit à transformer ce drame en « joie » ! Même s’il pleure à l’intérieur, il a les mots pour transcender tout ça ! 😉

  6. Je dis OUIIIIIIII !!! Ton billet est magique et me rappelle tout ce que j’ai aimé chez Bobin ! ♥ Mais bon, tous les Bobin que j’ai lus, je les ai lus quand j’avais 16-17 ans donc c’est plus tout frais dans ma tête ! 😆 Ce qui est bien, c’est que même quand on a l’impression qu’on en a lu « plein », il y en a encore « plein » derrière, vu comme il est prolifique ! 😀 Mes deux gros coups de coeur vont à Geai et La plus que vive. J’ai encore La folle allure et Prisonnier au berceau dans ma PAL… Gros bisouilles et belle journée, Aspho !!! ♥

    • Merci Morgouille du compliment !!!! 😀 C’est vrai que tu as beaucoup vieilli depuis tes 16-17 ans, waouh !!! 😆 Moi c’est mon premier et je sais qu’il y en a certainement plein qui m’attendent mais pas tous ! Il dit lui-même dans Lire, souffrir « d’une hémorragie d’écriture » !!! GROS BISOUS♥

      • Mouhaha !! J’ai pas vraiment vieilli mais disons qu’en 7-8 ans, il s’en est passé des choses, et j’en ai lus des livres !!! 😆 « Une hémorragie d’écriture », c’est si joliment dit… 🙂

        • Morgouille, je plaisantais, je sais qu’il s’en passe des choses et à tout âge, je te rassure !!! 😆 J’aimerais bien moi aussi avoir des « hémorragies » mais des fois ça ne vient pas !!! 🙂

  7. Effectivement il a le sens de la formule et de l’aphorisme. Je reste dubitatif sur la capacité à transformer un tel malheur en joie , mis à part d’être mystique ou de croire en Dieu de manière drastique…j’ai du mal à l’appréhender. Mais il sait de quoi il parle…
    Je crois le voir physiquement, il est passé à La Grande Librairie il n’y a pas longtemps il me semble.
    La phrase sur les flocons de neige est très belle…

    • MTG, il croit en Dieu en plus d’un mysticisme « naturel » , d’après ce que j’ai lu sur lui ! C’est sûr que la Foi est très présente mais ici elle est plutôt sous-jacente, du moins il n’en parle pas directement. Son sens de l’aphorisme justement le sauve parfois d’une écriture proche de l’oraison… Mais il y a de belles oraisons ! ;

  8. J’ai lu tous ses premiers livres, celui-ci aussi et j’ai dû m’arrêter là. J’ai trouvé qu’il allait un peu loin dans l’exaltation et la disparition qui deviendrait source de joie. Il faudrait que je refasse un essai avec un des derniers.

    • Aifelle, c’est sûr, il faut le suivre sur ce terrain là et ce n’est pas toujours évident… Nous n’avons pas tous cette « exaltation », du moins au même niveau que lui !J’avais commencé La Part manquante qui ne m’a pas accroché mais je vais retenter quand je ne serai plus dans 3 livres en même temps !!!

  9. j’ai lu Bobin il y a quelques années mais j’ai des réticences depuis, j’ai peur qu’il soit un peu trop « bonne parole », ceci dit il a des phrases admirables

    • Denis, Bobin croit en Dieu, a une foi renversante et ne s’en cache pas ! Après, tout dépend comment il dose cette foi dans un livre… Les phrases « admirables » valent qu’on s’y arrête et il nous transporte !

  10. Coucou Asphodèle, je suis ravie de voir que tu sembles avoir apprécié ce livre ^^Tu m’enverras le lien ? J’ai suivi ton conseil sur le blog, j’ai ajouté un lien sur le logo 🙂 merci à toi ! bisous !

  11. J’aime énormément cet auteur, que je lis parfois par petites bribes, une page ou deux, comme on savoure un thé. Je le trouve d’une poésie incroyable, et ces ouvrages me font toujours du bien.

  12. Bobin est peut-être mon premier auteur-chouchou… J’ai dévoré ces livres, je les ai préiceusement sur mes étagères, tous… Celui-ci fait partie de mes préférés !!

    • Noukette quand je pense que je le découvre seulement !!! Je ne vais pas m’arrêter là mais je suppose que je n’aimerai pas tout ! 😉 Juste pour le plaisir de quelques phrases inoubliables, il se mérite !

  13. tu me l’as vendu (!) , je vais à la biblio demain, et ils ont intérêt à l’avoir…je ne sais pas vraiment pourquoi, mais ton article m’a émue…
    bon courage pour tes problèmes de santé.

  14. Quand je pense que je n’ai toujours rien lu de lui alors qu’on m’en parle depuis si longtemps. Il faudra que je remédie à celà un jour. Mais c’est trop sérieux pour moi, en ce moment j’ai TRES envie de frivolité !

    • Somaja, cela se lit en moins d’une heure et évidemment le sujet est « sérieux » mais sous sa plume, c’est léger ! Tu as TRES envie de frivolités, oh My God, que vais-je faire de toi, ça sent le printemps tout ça, hum hum………..:D

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s