UN OISEAU BLANC DANS LE BLIZZARD de Laura Kasischke


 Je suis subjuguée par le style de Laura Kasischke. D’un fait divers banal, sa mère a quitté abruptement le domicile conjugal,  elle le transforme en conte « livide », en fait d’hiver transparent et fragile comme les flocons de neige qui se déposent dans ses pensées et sur les pelouses de sa banlieue ennuyeuse. Il y a beaucoup de silences glacés et blancs comme les non-dits mais c’est aussi très noir ! L’habileté glaciale de l’auteure à nous emmener avec elle sans lâcher le livre est machiavélique. Coup de coeur !

Garden Heights est une ville de banlieue modeste (mais clean) de l’Ohio, les maisons ne sont pas en « dur » pour la plupart, elles se ressemblent toutes maison y respire  du Mr Propre et du politiquement correct. Kat a seize ans quand sa mère, Eve, disparaît, prévenant son mari par téléphone qu’elle ne reviendra plus. Ce qui choque au début (et jusqu’à une partie avancée du livre), c’est l’absence totale d’émotions, de questionnements de la part du mari et de Kat. Elle semble soulagée de cette disparition, pouvant ainsi mener sa vie sexuelle avec son petit ami Phil à sa guise. Quelle idée enfin de disparaître pile au moment où ses hormones  sont en ébullition ! Kat raconte, elle parle sans cesse de sa mère et malgré certains détails, longtemps nous n’avons qu’une image floue et évanescente d’Eve, belle, parfaite épouse et désespérément malheureuse avec son mari prévisible. Pas de violences physiques, pas d’alcool, je vous l’ai dit, en surface tout est propre, congelé par la rigueur des hivers de l’Ohio ou dans le congélateur du sous-sol où sont accumulés les menus six mois à l’avance.  » Elle a vieilli un peu plus chaque jour – de cette façon qu’ont les épouses et les mères d’âge moyen d’être de moins en moins visibles à l’oeil nu ». (p. 29).

Pourquoi et j’ajouterais, comment Kat ne peut-elle avoir aucune idée de l’endroit où pourrait être sa mère ?  Tout comme la propre mère d’Eve, Zeena qui dira : « L’enfer sera gelé bien avant que cette femme revienne. C’est ma fille, elle a la fuite dans le sang. » (p.164). Un hiver passe, puis un autre (comme si l’été ne faisait que survoler l’Ohio), Kat entre à l’Université, ses yeux vont se désiller, grâce à la psy qu’elle voit depuis le début mais aussi grâce aux questions qu’elle ne s’était jamais posées auparavant. Là je ne peux décemment vous en dire plus sans déflorer le livre… Il y a déjà un indice majeur dans ce billet que reconnaîtront celles et ceux qui l’ont lu…

Le style de Laura Kasischke peut être cru quand Kat parle de ses parties de jambes en l’air mais il n’ôte rien à la poésie imagée du reste. Un livre très fort où l’on peut sentir les ongles de Kat (ou de Kasischke) nous rentrer dans la peau et y laisser une marque brûlante. Un texte qui peut déranger également car la relation mère-fille n’y est pas magnifiée et la fin dont on ne se doute pas une seconde, nous renvoie à d’autres interrogations. Un livre à fleur de peau, à fleur de mots qui glisse comme sur les plaques de verglas traîtresses et dont on se relève le coeur au bord des lèvres, estomaqué ! Avec le sentiment de tenir un petit bijou au creux de la main.

Un extrait pour la route :  » Etre une de ces lycéennes populaires, c’était un peu comme être un lapin, une créature tremblante et éphémère, un simple désir vaporeux, plein de sagesse rétrospective, qui sautille. Une essence, une légère bulle d’air, de l’énergie fantasque qui entre et sort vivement d’un bas de jolie fourrure claire, sur le point d’être dépecée, membre par membre, par le chien égaré du Temps. » (p.177).

Publicités

38 réflexions au sujet de « UN OISEAU BLANC DANS LE BLIZZARD de Laura Kasischke »

  1. Je n’ai encore jamais lu Laura Kasischke, et chaque billet que je lis me rappelle à quel point c’est une erreur ! Le résumé de celui ci me plait bien, ton enthousiasme aussi, je note !

    • Natiora, c’est mon premier et il date de 1998, je suis restée scotchée tout du long ! A découvrir ! Je me suis même demandé si Marc Cherry ne s’était pas inspiré de ce livre pour le personnage de Bree dans Desperate Housewives mais ici c’est plus noir !!!^^

  2. J’ai failli l’acheter ce mois-ci, j’aurais du ! Il est sur ma LAL ainsi que d’autres romans de Laura Kashischke, une auteure que je n’ai encore jamais lu

    • Yuko, je n’ai lu que Délicieuses Pourritures de Oates donc je serais bien en peine de comparer. Ici elle reproche (implicitement) à sa mère d’être restée « invisible » de s’être fait dévorer par l’ennui et la routine, sa mère est le symbole de ce qu’elle ne veut surtout pas devenir…

  3. j’ai un autre Kasiscke chez moi…la lecture de son roman « Les Revenants » m’avait vraiment enthousiasmée déjà ! je pense que celui-ci va rejoindre mes étagères car c’est un auteur que j’aime beaucoup !

    • Anne, je l’ai lu le mois dernier mais j’en garde un souvenir très vif !!! Je n’avais pas eu le temps de faire mon billet pour le mois américain !!! Je ne prends plus de challenges, rajouter les liens me prend trop de temps ! Pour l’instant … 🙄

      • Mais pourquoi ne puis-je plus laisser un commentaire à la suite chez WP ?
        Je pense que ça vient d’en haut (de l’administrateur…) Ils vont bientôt m’interdire WP comme ils l’ont fait pour CB !

        Tu es un démon Miss Aspho, tu nous tentes 😆
        Ca donne envie, ça donne envie
        C’est pas une vie !
        Je le note encore !…

        • Soène, depuis le temps que je te dis qu’on t’a à l’oeil !!! 🙄 WP n’y est pour rien ! Mais tu sais que c’est un livre acheté chez Agora avec toi !!! Eh bien c’est celui-là que j’aurais dû t’offrir !!! Il est dur par moments mais géniaaal, c’est pas tous les jours les coups de coeur !!! 😀

  4. Il faut absolument que je lise cette auteure. J’avais pris Les revenants à la bibliothèque et j’ai du le rendre sans avoir eu le temps de le lire. Je le reprends dès qu’il y a une accalmie.

  5. bon alors ça va suffire hein ! 😆 tu veux que j’achète tous les livres ou quoi ? 😆 tu me tentes c’est horrible. Alors c’est vrai que le style cru je n’aime pas trop sauf quand à côté il y une vraie belle écriture, et cela à l’air d’être le cas ici donc… aille ouille mon porte monnaie risque encore de se trouer 😆
    bonne soirée ! 🙂

    • Laure, ha bé oui si tu achètes tous mes coups de coeur, on n’est pas rendues !!! 😆 Et puis en lectures, les goûts peuvent varier sur un livre !!! Un seul parfois ! Tu ne peux pas emprunter à la bibliothèque, celui-ci est ancien !!! Bises et bonne nuit ! 😀

      • Non c’est impossible pour moi la bibliothèque, je suis en période de boulimie de lecture et j’aime acheter tous mes bouquins 😆 mais en livre de poche hein parce que déjà c’est pas donné alors et j’aime quand ils font tous la même hauteur sur l’étagère 😆 … et parfois d’occas. Mon ptit plaisir 😀 et c’est trop tard je l’ai déjà commandé hier 😆 mais j’arrête là j’ai une pal conséquente et un compte qui va bientôt hurler de famine sinon 😆
        bonne journée à toi bisous 😀

        • Laure, j’ai peur parce que si tu n’aimes pas, je vais me sentir coupable !!! Si tu es en pleine boulimie, je peux te conseiller des livres (chroniques plus anciennes) qui te correspondront à coup sûr ! 😆 N’hésite pas à m’envoyer un mail avant !!! 😀 Bises !!!

        • oh non je ne regrette jamais mes achats car je l’ai fait en toute conscience du risque 😆 cela a été le cas avec « courir avec des ciseaux » mais je vais quand même lire Déboire du même auteur, on ne sait jamais je vais peut-être aimer celui là, mais je ne regrette pas, cela ne sert à rien 😉 puis si vraiment ça me dérange de l’avoir dans ma bibliothèque je le revendrais 😆
          ohhh mais ta proposition est séduisante mais dangereuse ! 😆 je vais me laisser tenter rien que par curiosité déjà 😆

    • Gwen, j’ai hésité pour Les Revenants car j’avais lu des avis mitigés mais celui-ci m’a embarquée sans restrictions ! Comme quoi les goûts parfois… Ta PAL me dit merci, j’ai vu !!! 😉

  6. Beau billet je note meme si certains autres livres d’elle ne m’ont pas marquée â ce point !
    Tu m as tentee sur ce coup, chouanne, mais l’extrait a un côté glaçant ! Biz

    • Ma korrigane, que fais-tu a une heure pareille dans les tuyaux de la blogo ??? Arf ! Tu viens toujours quand on n’est plus derrière les ordis !!! Je parle de celles qui y sont des potron-minet !!! Je te conseille ce livre pour janvier, il sera de saison et parfaitement réfrigérant !!! 😀
      Biiiz a rallonges, multipliées par deux et remets ton pull a l’endroit, franchement, déjà que la coiffe, hein…
      Ce message a été envoyé depuis un terminal BlackBerry de Bouygues Telecom

    • Val, ho oui c’est curieux !!! 🙂 J’ai aimé aussi la façon dont son regard s’ouvre, dont ses yeux voient enfin ce qu’elle refusait de voir !!! Et j’ai beaucoup aimé le style !

  7. Comme Syl. j’ai pensé au congélateur ! Ben oui, quoi de plus normal pour être enfin tranquille et s’envoyer en l’air avec qui on veut ! non, mais !

    • Ha So, vous êtes terriiibles toutes les deux mais je ne dessererai pas les lèvres, vous ne saurez pas !!! Ha mé vous feriez bien spoileuses dans une autre vie !!! :lo: Cela dit je te le conseille quand tu ne seras plus en apnée et que tu te seras débarrassée de tes masque et tuba !!! Tu veux des palmes pour aller plus vite ??? 😆 Bises

        • So, va falloir penser à te coller un petit moteur sous ta bouée !!! 😆 Une bouée canard bien sûr pour que tu sois raccord avec les barbamamas de la Korrigane !!! Mais non tu n’es pas ridicule, enlève juste ton bonnet de bain rose à fleurs en plastique !!! Warf ! 😀

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s