LA CITATION DU JEUDI avec Laura Kasischke


Je viens de terminer « Un oiseau blanc dans le blizzard », et je suis subjuguée par le style de Laura Kasischke ! Ce qui est un fait divers banal mais important puisque la mère de l’héroïne choisit de disparaître du jour au lendemain se transforme sous la plume de l’auteur en un conte léger et brûlant comme ces flocons de neige qui se déposent en tournoyant dans ses pensées… Je vais vous en parler très vite, en attendant, un extrait sur la vision des hommes de cette adolescente qui vit dans un milieu propret ! © crédit photo, clic !

« Il avait l’air d’un homme capable de vous mener en bateau pendant un bon moment -en faisant force clins d’oeil, en vous appelant ma jolie, en plongeant pensivement dans vos yeux avides. C’était une espèce entièrement différente de celle à laquelle appartenait mon père – ou même Phil, me dis-je alors.
Un homme, un vrai quoi. »

Et au sujet de sa mère :

 » Elle passait ses après-midi dans le silence d’une maison qu’elle avait nettoyée la veille de fond en comble ; il ne lui restait plus rien d’autre à faire que de planifier le néant des jours à venir ».

Sur une idée de Chiffonnette chez qui vous retrouverez tous les participants !

Publicités

18 réflexions au sujet de « LA CITATION DU JEUDI avec Laura Kasischke »

  1. La première, je me méfie de ce genre, la seconde… c’est horrible, « le néant des jours à venir ».
    Tu as fait une ambiance douillette pour les premiers frimas ! C’est doux !!!

    • Syl la mère est une Bree Van de Kampf et la fille une délurée !!! Tu imagines la vie des desperate housewives et bien quand elles ont fini leur ménage et leur cuisine, c’est le néant ! Tout le monde n’a pas la chance d’avoir une vie intérieure !!! 😆
      Pour le « design », je fais des essais, j’ai l’autorisation de l’auteur des photos, me reste à l’ajouter en bas !!! (et ça c’est pas gagné…). Bises♥

        • Je n’ai jamais vu de livres avec de telles couvertures en France, même chez les bouquinistes, dans les brocantes ou les vide-greniers, ils sont recouverts de tissu en fait… Il faudrait donc d’abord les recouvrir, faire les marque-pages « bijoux » et prendre les photos, je veux bien juste la dernière étape !!! 🙂

    • Philisine, oui psychotique certainement mais des femmes comme elles il y en a plein les banlieues proprettes en Amérique (et ailleurs) !!! 😉 Après la façon dont le sujet est traité et écrit fait toute la différence…

    • Adalana, je suis ravie de la découvrir, je ne m’attendais pas à cela !!! C’est un coup de coeur ! Je pense même (sans être sûre) que vu la date de parution (1998) Marc Cherry a dû s’en inspirer pour le personnage de Bree Van de Kampf dans Desperate Housewives… Ou alors le hasard fait bien les choses !!!

  2. Quand on est enfant, on voit les choses différemment (au sujet du portrait de l’homme, du vrai !) La vraie vie est souvent embellie 😆
    Pour la 2e citation, un enfant doit être déjà bien adulte pour avoir une telle notion du temps…
    Tentatrice 😆 tu vas encore nous faire aimer ce livre 😆
    Bisous

    • En fait l’héroïne a 16 ans au début de l’histoire et elle n’est plus tout à fait ce qu’on peut appeler une « enfant » (de choeur 😆 ). Et son regard sur les choses, de sa position est très juste ! J’espère que je vais te faire aimer ce livre même s’il dérange et bouscule par moments, il est très bon !!! Bises♥

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s