JAYNE MANSFIELD 1967 de Simon Liberati

Lire la suite

Publicités

LES PLUMES, thème n°1, résultats de la collecte !

Eh bien ! Le mot CORTÈGE vous a inspiré puisque nous avons 20 mots, plus les trois que je vous ai laissés ce matin, vous pourrez donc en supprimer un (celui que vous voudrez), comme je l’avais déjà dit lors du dernier règlement des Plumes de l’été ; je le rappelle à tout hasard… Tout comme je rappelle que, si le mot cortège est le point de départ, il ne sera pas forcément le thème de votre texte…

Nous avons donc : funèbre – larme – ribambelle – cheminement – fleur – manifester – foule – costumes – rose (couleur ou fleur) – atmosphère – succession – carnaval – piquer – bleuté – attelage – embaumer – ancolie – cérémonie – tête – défiler – abattre – admirable – acclamation.

Oncle Dan ayant « râlé » parce que je laissais 3 mots (c’est son droit), je me pose la question  : est-ce bien utile ? Préférez-vous que je laisse un mot en rapport avec le thème ? Sondage. Oncle Dan tu as bien fait de ronchonner !!! 😀

 

LES PLUMES , Thème n° 1 – Collecte des mots !

Nous voilà ensemble pour un épisode de cette nouvelle saison des Plumes à thème et j’en suis ravie ! Nous nous retrouverons plus longuement à Noël…

Le thème proposé est le mot cortège. Auquel je rajoute trois mots commençant par la lettre A : abattre – acclamation – admirable.

Dites-moi  ce que cortège vous inspire ! Vous avez jusqu’à 20 heures pour laisser votre mot, dans la foulée, je ferai le billet de récapépète ! Bon lundi à vous ! 😀

LA GADOUE pour mon dimanche !

La pluie a un peu cessé cette semaine mail il y a un tel cumul pluviométrique que c’est la gadoue partout !!! Le jardin est encore détrempé, les petits chemins où l’on ramasse des châtaignes, n’en parlons pas, je vais donc investir dans une paire de bottes en caoutchouc, je vous tiendrai au courant car c’était impensable ce type de chaussures il y a encore un an mais nécessité fait loi !

Mais aussi…Après une loongue attente, les deux livres de Price Minister, notamment celui comptant pour les matchs de la Rentrée littéraire à chroniquer pour le 20 novembre si j’ai bien tout compris ! Je les ai reçus le 26, ça va fait court Mr Oliver !!!

Mais pas que.  Comme un bonheur n’arrive jamais seul, j’ai reçu le livre de Babélio des Editions Buchet Chastel, The Queen is dead d’Aurélia Bonnal, L’odeur du figuier de Simonetta Greggio du Livre De Poche et des Nouvelles contemporaines de chez Hachette de la part de Caroline Vermalle dont j’avais adoré L’avant-dernière chance ! Au boulot…

pffiou !!! Programme chargé mais passionnant !

Bon dimanche à tous et couvrez-vous bien !!!

LE CHALLENGE TOTEM de Lili Galipette !

Il n’y a que ma Lili Galipette pour dénicher des idées pareilles !!! Mais on l’aime, alors on la suit les yeux fermés ! Qu’est-ce que c’est encore ??? Un challenge où vous devrez choisir votre animal fétiche et en faire un totem, par exemple : le lapin, le chat, le chien, le cheval, le hérisson et que sais-je encore !!! Bien que mon animal préféré (si toutefois je préfère) soit le chien , j’ai pas mal de lectures autour des chats et des oiseaux, j’ai choisi de me faire un totem « chat-oiseau », je sais il y en a un qui risque de se faire manger par l’autre mais bon…. Car Lili accepte les lectures rétroactives concernant votre animal fétiche ! Ou vos animaux, un totem à deux têtes est possible ! Mais elle l’explique très bien ICI ! Allez, que dis-je courez vous inscrire !!! Lire la suite

LA CITATION DU JEUDI avec Ru de Kim Thuy

Voici un livre offert par mon amie Delphine le mois dernier et dont je n’ai fait qu’une bouchée. Mias il m’est difficile d’en parler car il traite de la vie d’une femme, vietnamienne qui après avoir connu l’âge d’or de Saïgon, la guerre, les boat people (et tout cela avant l’âge de 10 ans)  ,  puis l’exil au Canada nous conte son incroyable histoire de vie et de mort d’une voix douce et sans images larmoyantes, comme si c’était elle qui voulait nous protéger des horreurs du passé… Un condensé d’humanité et de profondeur. Extrait :

« Je m’appelle Nguyên An Tinh et ma mère, Nguyên An Tinh . Mon nom est une simple variation du sien puisque seul un point sous le i me différencie d’elle, me distingue d’elle, me dissocie d’elle. J’étais une extension d’elle, jusque dans le sens de mon nom. En vietnamien, le sien veut dire « environnement paisible » et le mien, « intérieur paisible ». Par ces noms presque interchangeables, ma mère confirmait que j’étais une suite d’elle, que je continuerais son histoire. »

En français ru signifie petit ruisseau et au figuré « écoulement (de larmes, d’argent, de sang) » (Le Robert historique). En vietnamien, ru signifie « berceuse », « bercer ».

Sur une idée de Chiffonnette.

Un petit swap de Noël ? Ca vous dit ?

Pressée par des swappeuses acharnées,  et Noël approchant à pas de géant (j’entends les sabots des rennes du Père Noël dans le lointain), je réitère l’expéience du SWAP qui reste (on s’en doute^^) un excellent souvenir ! Pour ne pas que cela tombe en même temps que Noël, il serait plus judicieux (à l’unanimité) de fixer la date d’arrivée des colis au 15 décembre. C’est pour ça qu’il faut y penser dès maintenant !!! EDIT DU 25/10/12 : rendez-vous sur la PAGE FACEBOOK Lire la suite

LES TROIS LUMIERES de Claire Keegan

J’ai lu ce livre minuscule (90 pages) lors de la première heure du Marathon de lecture du 13 octobre dernier et le charme de ces pages m’a fait entrer dans une autre dimension ! En effet, la concision de l’auteure lui permet de dire un maximum, de laisser voguer notre imaginaire avec le talent d’évoquer suffisament en peu  de mots… Lire la suite

HORS SAISON pour mon dimanche !

Vu les litres de pluie qui nous tombent dessus depuis une semaine, c’est évident, nous sommes hors saison et les touristes vont aller se prélasser sous d’autres cieux plus cléments, nous rendant ainsi nos plages que je n’aime qu’à la morte saison… Il ne fait pas encore froid, le soleil montre parfois son nez et l’océan semble nous appartenir le temps d’une chanson. Cabrel le chante très bien… Je vous laisse avec lui …

Morte saison rimant avec feuilles mortes et automne, voici les couleurs qui flamboyaient encore la semaine dernière dans mon jardin. Avant la pluie et la gadoue !!!

Pas beaucoup de pommes cette année ni de noix mais pour ces dernières de quoi tenir l’hiver ! Et pour vous souhaiter un bon dimanche, pluvieux ou ensoleillé, une dernière rose d’octobre, après l’ondée, encore ruisselante !

LES PLUMES, on remet ça ? Sondage sous roche !

Les vacances de la Toussaint se profilant à l’horizon, je sais que certains attendent le retour des Plumes ! Mais comme nous avons fini l’alphabet, je voulais vous proposer « Les plumes à thème », je vous explique : Chaque lundi, je laisserai un mot et vous devrez me laisser en commentaires un autre mot de ce que vous évoque celui que j’ai laissé. Exemple : je donne le mot nuit : certains vont me dire, noctambule, d’autres vampire ou encore fête. Voilà ce n’est pas bien compliqué. Je laisserai mon mot le lundi matin à 6 heures et vous aurez jusqu’à 20 heures pour me donner le vôtre, je publierai le résultat de la collecte dans la foulée ! Lire la suite

UN OISEAU BLANC DANS LE BLIZZARD de Laura Kasischke

 Je suis subjuguée par le style de Laura Kasischke. D’un fait divers banal, sa mère a quitté abruptement le domicile conjugal,  elle le transforme en conte « livide », en fait d’hiver transparent et fragile comme les flocons de neige qui se déposent dans ses pensées et sur les pelouses de sa banlieue ennuyeuse. Il y a beaucoup de silences glacés et blancs comme les non-dits mais c’est aussi très noir ! L’habileté glaciale de l’auteure à nous emmener avec elle sans lâcher le livre est machiavélique. Coup de coeur ! Lire la suite

L’OR PERDU DE LA JOIE d’Olympia Alberti

Voici un livre reçu par les Editions Salvator, tout d’abord en tapuscrit puis en livre broché où je l’ai fini plus confortablement ! Ce qui est curieux aussi c’est qu’il parle du poète Rainer Maria Rilke et qu’il fait écho à ma lecture récente de Lou Andreas-Salomé d’Isabelle Mons, ces deux là ayant vécu une passion de trois ans… Lire la suite

LENDEMAIN DE R.A.T : des cernes et un bilan riquiqui !

Maintenant que les marathoniennes récupèrent de ce week-end endiablé photo parlante), Aymeline nous a demandé un bilan : temps passé à lire (oui, avouons que la Page Facebook tenue par les Cheerleaders déchaînées, la une , la deux et Bleue Violette (je n’ai pas ton lien de blog mais je vais y remédier^^), nous a un peu détournés de l’objectif) (mais on a tellement ri !)  !!! Sans oublier Nunzi, notre chatte préférée qui a elle aussi agité ses grelots !!!  En ce qui me concerne le bilan va être vite fait : Lire la suite

LE MARATHON DE LECTURE D’AUTOMNE, c’est parti !!!

Aymeline/Arieste a eu la bonne idée de reprendre en France le Read-A-Thon américain organisé chaque année par Dewey et nous sommes 35( j’attends les chiffres définitifs dans l’oreillette) à participer sur les deux jours ! Tant mieux, c’est le but ! Je vais donc lire de 10 h ce matin à 22 heures ce soir, soutenue par Syl., pom-pom girl adoubée de cette saison, en espérant que les copines des années passées vont venir lui prêter main-forte, Lystig  en sera, Soène passera, Nunzi notre minette préférée aussi ; quant à Somaja et Jeneen, mystère et boule de gomme, ce sera la surprise du jour ! ! Ce Marathon de lecture a également une page sur Facebook ! Participent également ce samedi de 10 h à 22 h : Aymeline (à partir de 14 h), Sharon, Natiora, Morgouille, L’Or des Chambres, Petit_Speculoos, Iluze Adalana (dimanche), EstelleCalim , Giny, voir chez Aymeline la liste complète car il y a beaucoup de tranches horaires « à la carte » pour ces deux jours, donc je n’ai pas tout suivi !!!! Lire la suite

Sois sage…

Un vieux blues enroué s’élevait dans la pénombre jaunie de la nuit. Elle était là, pour une nuitée encore, comme à l’hôtel, chez elle et déjà ailleurs. A chaque fois, elle remontait des profondeurs sans bruit, sans prévenir, le sourire défait et le regard vitreux de ceux qui ne voient plus mais écoutent, aux aguets. Elle ne s’abandonnait jamais à la chaleur d’un massage. Résistante et tenace. Une épice violente, brasillante sur la peau laiteuse d’un téton en fleur. Un zouk incongru dans le silence marmoréen qui baigne la chambre.

Je la sais et je la sens, comme les escargots avec la pluie, parés de leur inutile coquille antichoc sous les feuilles rougies des érables d’automne.  Bigre ! C’est à toi que je parle chère Douleur qui sinue sournoise dans la communauté fragile des blessés. Je hais  ta rancune  qui mord les chairs déjà meurtries et cadenasse nos cris derrière des barreaux invisibles. L’air n’est pas ventilé sous ton haleine poisseuse qui semble rouler des siècles de vomissure.

Dans les lits semblables aux larmes du blues, tu modules ta voix et te fais sirène le temps d’un répit avant que ne résonne le choc de la prochaine détonation. Le bruit glacé du barillet s’imprime à jamais dans ma mémoire. Tu nous replies sur nous-mêmes à l’infini du mal, à la porte de l’âme s’abandonne encore ce vieux blues. Évanoui…

C’était ma participation à « Des mots, une histoire n°77 d’Olivia, les 20 mots imposés étaient : nuitée, zouk, cadenasser,blues, ventiler, vitreux, bigre, communauté, épice, s’abandonner, pénombre, antichoc, téton, rancune, massage, détonation, rouler, évanoui.

Vous reprendrez bien un peu de R.A.T ? C’est bientôt Halloween !

Le Read-a-thon américain (ou R.A.T.)se déroulant les 13 octobre et 14 octobre prochains, Aymeline (ne voyant rien venir du côté français) a eu la bonne idée d’ouvrir une annexe afin que nous soyons à l’unisson des lecteurs outre-Atlantique (et d’ailleurs). Comme vous le savez déjà (ou pas), ce Marathon de lecture est organisé sur 48 heures aux États-Unis et vous pouvez choisir plusieurs formules ! Aymeline vous en parle très bien ICI !

Pour ma part, j’ai choisi de faire le mini-R.A.T (12 heures quand même) le samedi 13 octobre de 10 heures à 22 heures ! Je finis de choisir les livres qui vont m’accompagner et pour l’avoir déjà fait deux fois, je sais qu’il faut varier les plaisirs ! Je me suis décidée un peu au dernier moment donc je n’ai pas de BD ni d’albums mais je ne suis pas en panne non plus ! Venez nous soutenir samedi si vous avez un peu de temps, nous ferons des pauses toutes les deux heures pour prendre des nouvelles des pom-pom girls (et boys). Nous avons déjà Syl. qui répète sa choré…. C’est Aymeline/Arieste qui prend les inscriptions !!! Et c’est gratuit ! 🙂 Enjoy with us !

Coucou Nunzi !

CONTES DES SAGES DE BRETAGNE de Jean Muzi

La ronde régionale initiée par Jeneen et qui réunit les trois A (Argali, Aymeline et moi-même) continue ce mois-ci avec un livre breton envoyé par Aymeline qui l’a adressé à Argali qui me l’a ré-adressé, vous suivez ? Non ? C’est normal et vous allez comprendre pourquoi !! Lire la suite

Un point sur mes livres voyageurs, aller-retour !

Les livres voyagent, voyagent, tant et si bien que parfois on perd le fil des correspondances et on ne sait plus où ils sont ! Jeneen m’a indiqué quelques pistes, mais j’aimerais avoir une confirmation par celles qui sont en possession des livres que je vais vous citer. Ensuite je ferai un topo de ceux qui sont chez moi, comme je suis en général le terminus, personne ne les attend derrière mais j’aime aussi savoir à qui ils appartiennent et pour l’un d’entre eux, après enquête, c’est mystère et boule de gomme…

Les miens :

OH BOY ! de Marie Aude Murail  ;
LE BON, LA BRUTE, ETC. d’Estelle Nollet ;
L’AVANT-DERNIÈRE CHANCE de Caroline Vermalle.

Pour Été d’Edith Wharton, je sais qu’Aymeline l’a et elle peut prendre son temps. En revanche j’avais envoyé à Clara, Haute-Société de Vita Sackville-West, livre qui appartient à Somaja de surcroît et nous avons perdu sa trace !!! Merci Clara de nous éclairer !

Pour les cinq ou sept qui sont chez moi, Jeneen est au courant, nous avons fait le point hier mais je pensais que LES FEMMES DU BRACONNIER venait de chez elle eh bien non ! Il est arrivé avec Mort d’une garce (qui est bien à Jeneen).

Aymeline, pour info, j’ai toujours Jane Austen à Scargrove Manor et Oscar Wilde et le meurtre aux chandelles, ainsi que Béa de Capri (pour ce dernier je pense que je vais le renvoyer sans le lire).

Ayant eu une période « floue » l’hiver dernier (mémoire fluctuante à cause d’un traitement), merci de me dire si vous en voyez d’autres mais à priori j’ai bien regardé, concernant ceux que j’ai et je sais où les renvoyer !

Faites pousser vos idées ! chez Gwen…

Gwen, ce dimanche, nous traitait de « Fils de pub », ICI et nous donnait dès potron-minet (hein Lili ?), 15 slogans publicitaires connus en nous demandant d’en caser dix dans notre texte. Les voici :

1. Faites du ciel le plus bel endroit de la terre (Air France) ;
2. A l’origine, il y a toujours Francine (Farine Francine) ;
3. Vous êtes vivant, alors vivez ! (Coeur de Lion)
4. Vous ne viendrez plus chez nous par hasard (Total) ;
5. Grandir, pour quoi faire ? Renault Modus) ;
6. C’est tellement mieux d’être une fille (Barbie) ;
7. Think different/Pensez différent (Apple) ;
8. A fond la forme (Décathlon) ;
9. Nous vous devons plus que la lumière (EDF) ;
10. Faites pousser vos idées (Jardiland) ;
11. Ca pique, ça arrache ! (Pimousse) ;
12. Je suis pas jolie, je suis pire (Kenzo) ;
13. Quand y’en a marre, y’a Malabar (…) ;
14. La vie est une question de priorités (Magnum) ;
15. La vie n’est pas en noir et blanc, elle est en or (Ch. Dior).

Pour l’occasion je fais revivre Hortense et Marcel, un couple improbable et épistolaire… J’ai placé 13 slogans en en mettant un à la première personne. Qui a parlé de détournement ???

Mon cher Marcel,

Suite à ta dernière proposition insensée de faire du ciel le plus bel endroit de la terre, je te rappelle que nous ne nous envoyons pas en l’air tous les jours et la réalité m’inciterait plutôt à faire de mon lit le plus bel endroit… Mais ne rêvons pas trop non plus ! C’est tellement mieux d’être une fille dans certaines circonstances, on peut tricher, tricher… Toi-même un soir où tu étais quelque peu entamé a bien voulu admettre que je n’étais pas jolie, j’étais pire. Je n’ai pas relevé tous les sous-entendus visqueux qui se glissaient dans ta voix de chamallow avarié. Tu vas encore lever les yeux au ciel et me dire que ça ne pique pas, ça arrache mais malheureusement tu ne comprends que la manière forte ! Tu es tellement cliché et prévisible. Si je t’entends encore une fois me dire « Grandir pour quoi faire » ? afin d’excuser tes enfantillages récurrents, je crois que je vais regarder de plus près mon charmant voisin au torse musculeux… Bah, tu devrais savoir que quand y’en a marre, y’a Malabar ! Et il se pose là… Je sais bien qu’à l’origine, il y a toujours Francine, ta chère maman aux mains blanchies de farine qui t’a saupoudré les méninges d’un nuage blanc en te faisant croire que toutes les femmes seraient à ta disposition pour te passer le sel, le poivre et pourquoi pas le beurre ? Elle me trouve imbuvable paraît-il, tant mieux je ne suis pas soluble. Et ce n’est pas une excuse.

Tu n’es plus à fond la forme mon pauvre Marcel, alors think different très vite si tu veux sauver les meubles (et la face). Je sais que la vie est une question de priorités, ne me prends pas pour une cruche car là c’est toi qui ne respectes plus du tout la formule et…notre pacte ! Quand tu auras cessé de pleurnicher sur  ton nombril et tes défaillances (les deux étant intimement liées), tu ne viendras plus chez moi par hasard ! Et n’oublie pas qu’il y a Malabar sous roche…

Ta chère Hortense…