PREMIER RENDEZ-VOUS !


Les grappes blondes des raisins ployaient, impertinentes et gorgées de soleil sous le ciel de septembre. Je suis entrée dans la vigne, comme dans un cimetière, contrariée et muette, étrangère à cette inspiration soudaine que semble avoir la nature quand brûlent les derniers feux de l’été, quand les vergers rendent leurs fruits à la terre, épuisée d’être moissonnée.

Un instinct avisé me conseillait d’éviter les péripéties, de repartir en sens inverse, surtout ne pas ouvrir cette parenthèse sensible que je ne pourrais refermer. A l’inverse de la terre, mes forces étaient encore vives, j’allais à contre-temps, le remontant dans le sens inverse de ses aiguilles, jouant du violon sans archet en proie à l’euphorie qui embrume les bonheurs naissants… Une aporie de plus pour ajouter un trait de charbon à la longue liste de mes erreurs, pourquoi pas ? Adossé à un pêcher, tu me regardais approcher, un sourire biaisé au coin des lèvres. Et quelque chose de gonflé dans l’attitude qui me faisait penser à la fourmi qui vient de gober une mouche… Que ne l’ai-je remarqué à temps ? Tu n’as pourtant rien d’un gigolo mon pauvre Jean-Charles mais tes exagérations éperdues de la semaine dernière ont eu raison de ma patience légendaire. Ce droit de réponse, aussi délicat qu’un éclat de majolique, tu l’auras remarqué, s’avérait nécessaire et salvateur ! Tu m’as emmurée dans les clichés de ton imagination mythomaniaque, il fallait que je sorte de ce temple en stuc et en toc que tu as érigé et où je m’adonnerais à toutes sortes de turpitudes insensées ! En fait c’est encore pire ! Mais je ne t’en dirai pas plus, juste que je ne suis pas encore assez cougar pour me jeter sur les petits garçons effondrés sous leurs châteaux de sable, à égale distance des étoiles allumées dans leurs yeux et de celles contre lesquelles je m’allonge pour oublier ta plume ! Il va te falloir changer d’encrier et cesser de confondre vitriol et miel d’acacia ! Je compte sur tes talents d’éloquence pour rétablir la vérité, je sais que tes arrières-boutiques regorgent de bonne volonté, les vitrines, nous le savons, ne sont que de superficiels pis-aller…Et tu sais ce que je fais des vitrines moches ??? Je les casse !!!

Ça c’est fait ! :mrgreen: Après les Plumes, point de répit avec un zouave pareil, c’était donc ma participation à l’atelier d’Olivia qui vient de rouvrir ses portes ! Allez-y voir, la déco a changé et elle est toujours aussi souriante ! Pour ce « Des mots, une histoire » 72, les 21 mots imposés étaient : distance, parenthèse, éperdu, instinct, emmurer, aporie, gigolo, archet, charbon, force, exagération, rentrée, inspiration, euphorie, sensible, attitude, majolique, étranger, péripétie, raisins, impertinent.

53 réflexions au sujet de « PREMIER RENDEZ-VOUS ! »

    • Val, je n’ai pas eu le temps de la remanier un peu mais ruh… non pour la réponse, il va falloir que ça s’arrête !!! Ce ne sont ps Les Plumes épistolaires !!! :lol Je casse tout quand je suis en colère mais je suis rarement en colère ! 😉

  1. Bien écrit Aspho.Il me semble qu’effectivement ces beaux challenges d’écritures ne doivent pas se transformer en quelque chose d’infiniment moins intéressant.Ce n’est que mon avis.C’est pour cela que je n’inonde pas de commentaires,hors du sujet précisément.

    • Eeguab, il ne faut pas que cela se transforme en correspondance privée, tu fais bien de le rappeler !!! 😀 Mais telle n’était pas mon intention, je connais J-C, je sais qu’il me secoue comme un prunier !!!

  2. Que tout cela est bien dit… Les mots coulent comme un tonneau de rosé bien frais… Je n’ai pu participer je suis allée en catastrophe jouer à la Mamie-Nounou pour mon plaisir et celui de ma petite Jeanne mais au désespoir de ma sciatique qui elle se porte toujours bien.
    Avec le sourire

  3. Ca commençait poétiquement… et je me disais : Qu’elles sont belles ses images ! Puis… mon lyrisme a déraillé dans le rire ! Oh ! comme j’attends tes commentaires !!!!!
    Biz

  4. Comme Syl, j’ai suivi un chemin et puis me suis retrouvée ailleurs… Je n’ai pas suivi l’affaire mais je vais aller lire la missive à l’origine de cette réponse asphodélienne en diable! C’est remarquablement bien tourné et ça vous cloue le (blanc) bec! 😆

    • Livvy, j’ai voulu faire un texte « normal » et paf, la réponse m’est venue !!! Pas bien méchante… 🙂 Pour le sourire : j’ai bien fait de le préciser hum ??? 😀

  5. C’est tout mignon lol…c’est vrai que c’est parti en poésie pour arriver… à me faire marrer.
    Je pensais que tu serais plus incisive (aie mes dents !) t’es trop gentille ! 😀

  6. superbe Aspho 😉 en plus tu gardes toujours ta marque d’écriture si poétique que j’adore 😉 bon eh bien je dois dire que c’est de l’humour mon comm chez JC hein ! 😀
    bisous 😉 bon week-end !

  7. Alors là, j’suis MDR ! Quelle aventure ! tes raisins de la colère, Aspho tigresse ! Mais ta plume n’en fait qu’à sa tête et c’est trop beau 😆
    Je crois que Choupinet va revenir en force pour te faire ressortir du bois… non de la vigne 😆
    J’ai adoré !
    Une histoire vraie, c’est tellement mieux qu’en rêve !
    Moi aussi, je l’ai traité de « gigolo impertinent », pour « laver ton honneur » !!
    L’eau n’est encore qu’en veilleuse, ça va… tant que l’eau ne bout pas 😆
    Tu ris ou tu ris pas ? 😆
    Bon we et bisous d’O.

    • Soène je rigole bien sûr !!! Une histoire vraie ?? Non mais tu plaisantes ??? Serait trop content notre gigolo !!! 😆 Et je n’ai montré que la patte de velours du tigre, attend que je sorte mes griffes !!! 👿

    • Merci Solange, je crois que nous allons en rester là, je ne vais plus avoir le temps d’écrire sérieusement pendant deux mois avec la rentrée littéraire, boire ou conduire il faut choisir, eh bien là c’est pareil !!! 😀

  8. Bonsoir,
    C’est vrai que je m’attendais à une belle histoire…et comme la grappe de raisin coupée partie dans la hotte,c’est la macération bouillonnante dans le tonneau.
    Bravo les mots sont transparents.
    Bonne soirée
    @ plus

    • Merci Covox, la difficulté cette fois n’était pas « les mots » mais plutôt de rester poétique tout en étant « méchante », j’avoue que j’ai du mal à conjuguer les deux !!! 😉

  9. Ping : Jubilation « Désir d'histoires

  10. Je constate qu’il ne faut pas t’échauffer les oreilles. 😉 Une réponse adéquate aux fantasmes éhontés de J-C. 😉 Quand à la fourmis qui voulait se faire plus grosse que la mouche pour la gober, c’est tout un programme. 😀 Tu gardes la tête bien haute et ton humour poétique est bien pensé. 😀

  11. C’est très bien ce que tu as écrit, c’est comme si tu avais toi aussi un droit de réponse 😉
    Je suis complètement passée à côté de cette nouvelle édition de Des mots, une histoire… Avec tous les commentaires et les mails que j’ai reçus… Tant pis !
    Bonne semaine.

    • Catherine,je sais trop bien ce qu’est d’avoir des centaines de commentaires la même journée, sans parler du reste, cela fait partie du blog et je m’y plie avec le sourire et bonne grâce, les commentaires sont le prolongement du billet et de ce que nous partageons même si ça prend du temps d’y répondre !!! 🙂

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s