MOI ET TOI de Niccolò Ammaniti


Mon premier livre de la rentrée littéraire et la découverte de la littérature transalpine contemporaine ! Best-seller en Italie, il a été adapté par Bertolucci et présenté à Cannes en mai 2012 dans la catégorie des films hors compétition. Le livre sort demain en France aux Éditions Robert Laffont.

Lorenzo raconte à la première personne un épisode de sa vie lorqu’il avait quatorze ans. Adolescent perturbé, non par une enfance malheureuse dans le sens où on l’entend habituellement ; diagnostiqué par un psy « incapable d’empathie, narcissique profond et à l’ego grandiose », il traîne sa difficulté d’exister dans les jupes de sa mère, en proie à une forme d’autisme dans son rapport aux autres. Il veut être « tranquille », donner une image de lui rassurante, à la fois à sa mère et à ses compagnons de collège. En clair il se fait caméléon, il ment pour faire plaisir, pour se fondre dans des normes trop étroites ou trop grandes pour lui. Il va même jusqu’à se prendre pour une sorte de mouche « imitatrice » ressemblant à une guêpe : « Elle peut entrer tranquillement dans les essaims de guêpes , l’un des endroits les plus dangereux et les plus surveillés au monde, et personne ne la reconnaît ». (Page 44).

Pour être crédible, il invente un séjour d’une semaine au ski chez une amie et va la passer, caché dans la cave confortable de ses parents. Séjour minutieusement préparé : nourriture, télé, Playstation et livres de Stephen King… Les premiers jours se déroulent bien, sa mère a gobé le mensonge, il commence à s’asperger d’auto-bronzant pour rendre vraisemblable le subterfuge à son retour… Mais voilà ! Sa demi-soeur, Olivia, de neuf ans son aînée débarque en pleine nuit, le suppliant de la laisser entrer. Il garde un souvenir lointain et agacé de cette soeur trop belle et qui semble être devenue l’ombre d’elle-même. Quand il comprend qu’ellle est en manque, droguée jusqu’aux yeux, passée la réaction de colère, il va essayer de l’aider à s’en sortir. « Au fond de moi, quelque chose s’est brisé. Le géant qui me retenait contre sa poitrine de pierre m’avait libéré ». (p. 140).

Confronté à l’idée que sa soeur peut mourir, là tout de suite, sous ses yeux impuissants, le huis-clos jusque là étouffant glisse vers une complicité douce-amère de souvenirs perdus pour l’un et l’autre. Les parents riches et snobs n’apparaissent qu’en toile de fond mais ils ne sont que cela en réalité, un décor vide et égoïste où l’apparence, le statut social sont les piliers de l’existence, pour l’amour, on repassera… Ils ne se sont pas aperçus des cassures irrémédiables survenus dans les coeurs fragiles de leurs enfants. Le veulent-ils vraiment d’ailleurs ? Lorenzo a-t-il compris (grâce à Olivia), pourquoi il avait menti à sa mère ? (Le père reste anecdotique). Olivia va-t-elle tenir sa promesse de ne pas replonger dans la drogue ?

Une fin bouleversante, bien que prévisible. En peu de mots, l’auteur coince le doigt dans la porte qui pince en se refermant. Le Moi et Toi de Lorenzo et d’Olivia est une bulle hors du temps qui met en relief l’adolescence malheureuse, écrasée par l’incompétence désinvolte des parents. Ce couple d’enfants grandis trop vite et mal se reforme sous nos yeux, riche de serments implicites, de promesses d’avenir différentes. Mais c’est le coeur serré que nous refermons ce livre. J’ai beaucoup aimé. L’avis enthousiaste de Noukette !

Je remercie Christelle des Editions Robert Laffont pour cette belle découverte .

Ce livre participe à plusieurs challenges : le 1% Rentrée littéraire chez Hérisson et Mimi Pinson, Il Viaggio de Nathalie, Voisins, Voisines chez Anne et comme il ne fait que 150  pages, ma première paricipation au Défi 100 pages de La Part Manquante.

SUR L’AUTEUR 

Né le 25 septembre 1966 à Rome, il dit que ce livre lui a demandé beaucoup d’efforts et n’est pas sans rappeler sa propre adolescence… Après des études de sciences biologiques, il écrit Branchies (cause à effets ?), son premier roman en 1994. En 1995, avec son père psychanalyste célèbre, ils écrivent à quatre mains « El nome del Figlio ». C’est en 2011 avec « Je n’ai pas peur » qu’il obtient le Prix Viareggio et en 2007 le plus célèbre, le Prix Strega avec son roman « Comme Dieu le veut ». En 2011 est sorti « La fête du siècle ». Pratiquement tous ses romans ont été adaptés au cinéma, il est traduit dans plus de 40 langues. Pour plus de détails sur sa bibliographie, voir ICI.

Publicités

62 réflexions au sujet de « MOI ET TOI de Niccolò Ammaniti »

    • Aymeline : cet auteur a su me convaincre à une période où je n’étais ni disposée ni disponible, j’aimerais bien lire autre chose si l’occasion m’en est donnée ! 😉

    • Merci Syl; C’est vrai que la thématique de ce livre n’est pas aguicheuse et pourtant c’est très bien traité, bien écrit, on ne s’ennuie pas une seconde, on a même un petit pincement au coeur à la fin…

  1. Et toujours les mêmes éditeurs, le club des 10. Ils se partageront les prix littéraires et comme ils ne publient que des valeurs sûres où est la biodiversité ?

    • Jeanmi : je suis d’accord avec toi mais cela ne m’empêche pas de lire des premiers romans, voire des tapuscrits de maisons d’éditions peu connues et de donner mon avis ! Force est de constater que dans le lot, il y a autant de mauvaises choses que chez les éditeurs connus !!! L’auteur doit alors assurer sa promo et s’il est bon, les blogs prennent le relais : voir « nos cheveux blanchiront avec nos yeux » de Thomas Vinau, Pierre Thiry ou J. Heska, pour ne citer qu’eux ! Il est certain en revanche que sur les 646 livres qui vont sortir pour cette rentrée, beaucoup n’auront pas de visibilité et passeront à la trappe…

  2. Il a l’air très prenant et pas facile ce livre… Bienvenue pour le voyage en Italie – pas toujours un pays ensoleillé manifestement ! Bises, bonne journée.

  3. Je suis bien tentée, en plus je me rends compte que je lis bien peu de littérature italienne. Tu as su me convaincre, je note. Et puis 150 pages…
    biz
    Tu ne trouves pas qu’il fait frisquet ce matin ?

    • Somaja : il fait frisquet ce matin avec un soleil magnifique, un temps que j’adore, je ne vais pas m’en plaindre, je préfère un petit gilet à la serpillière morte !!!^^ Je t’envoie ce livre, il se lit comme une bouchée !!! Moi non plus je ne connais pas bien la littérature italienne contemporaine, c’est un peu pour ça que j’avais choisi celui-ci pour la rentrée !!! 🙂

  4. Coucou miss Aspho 🙂
    Pas très convaincue par le sujet mais tu en parles très bien, alors…
    Dis, comment as-tu été en contact avec la maison d’Editions R. L?
    Bises et merci 🙂

    • Béa, le sujet est banal et l’histoire aurait pu être plate et ennuyeuse ce qui n’est pas le cas ! Robert Laffont m’a contactée par mail (je ne suis pas la seule !), je ne demande jamais rien, on me propose, j’accepte ou pas ! Ne t’inquiètes pas, ça va venir ! As-tu une rubrique « contact » sur ton blog ? Ce serait plus simple pour les maisons d’éditions ??? 🙂

    • Un livre que j’avais choisi en SP pour découvrir la littérature italienne contemporaine (c’est qu’il faut honorer tous ses challenges !), je reste sur ma faim même si j’ai apprécié…

    • Merci Leiloona, j’ai perdu ton contact depuis que tu as migré sur WP, je vais me réabonner à ton blog, rooo lala, une vraie épidémie en ce moment !!! J’irai lire ton billet dès que Les Plumes s’achèveront, c’est la dernière demain et là je suis juste débordée !!! 🙂

  5. je suis moins enthousiaste que toi sur ce roman même si j’ai aimé tout en étant resté sur ma faim (voir mon avis ;)).as-tu lu d’autres romans de cet écrivain ?

    • Bonjour Guiom ! George a très bien décrit ce que j’ai ressenti vraiment : nous restons un peu en dehors malgré un rythme soutenu et une écriture fluide ! L’émotion n’est passée qu’à la toute fin et encore grâce à la soeur, sinon rien de nouveau sur le sujet… Et je ne connaissais pas du tout cet auteur mais j’ai bien envie de lire autre chose pour approfondir et infirmer ou confirmer mes premières impressions… J’irai lire ton billet dès que je serai sortie de mes Plumes !!! Merci de ton passage ! 🙂

  6. Ping : Moi et toi « Coups de coeur littéraires

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s