LES PLUMES DE L’ÉTÉ 17 – Les textes avec la lettre Q !


Et voici la liste des valeureux participants à cette 17ème édition, par ordre d’arrivée des liens : Monsieur Normal, Pierrot Bâton, Suzame, Violette Dame Mauve, Oncle Dan, Soène, Eeguab, Marlaguette, L’Or des chambres (à qui je souhaite la bienvenue dans ce monde de fous !^^), Bettina, Chanone. Valentyne, Cériat, El Canardo, Aymeline, JeanneCatherine, Lucie, La Plume et la PageLilou. Jean-Charles. Ci-dessous, après mon texte, vous trouverez celui de Jakline qui est une sans blog fixe, comme d’autres avant elle… 🙂 et que j’accueille volontiers ! On va se pousser, il y aura de la place pour tout le monde !

Les 19 mots à placer étaient : quenelle, quiproquo, quolibet, quiétude, quintessence, quota, quérir, quenotte, querelle, quinoa, quilles, quintette, quartier, quintal, quinquet, quelconque, quitter, quasi, quantité.

LE BAL EST FINI !
(suite…euh…bizarre de mon texte, ICI, veuillez m’excuser !).

© clic sur la photo.

Quand Sylvia fit son entrée dans la salle de bal, les rires et les quolibets se mêlaient au blues du quintet de jazz. Une quantité certaine de champagne coulait dans ces rires abandonnés à la quiétude de la nuit. Elle ne put s’empêcher de regarder le buffet ; certes, le caviar avait eu plus de succès que les quenelles de brochet, artistiquement déposées sur leur lit de quinoa, on savait pourquoi venaient les invités… Les quinquets et les hauts chandeliers jetaient des lueurs fauves dans les cheveux de Boris. Elle se sentait mollir un peu… au fur et à mesure qu’elle avançait, mais le sourire avide d’Hortense en face de lui ranima sa fureur.
Leurs dernières querelles lui avait mis la puce à l’oreille. Hortense était la quintessence de l’hypocrisie sous son vernis amical et manucuré. Elle était même la siamoise crachée du mensonge. Avec ses jambes en forme de quilles désincarnées et ses quenottes acérées qui lui tombaient sur le menton quand elle disait « Bôôôriiis », on ne se doutait pas. Elle pesait pas loin du quintal, ses rondeurs rassuraient, on se jetait volontiers dans ses bras pour pleurer. Il faut toujours garder une distance avec une femme  capable de s’injecter un quartier entier de jus de citron dans l’oeil pour le faire briller. Elle encaisse bien. On finit par lui accorder un quota de confiance tout à fait immérité… Les voix semblaient s’éteindre sur son passage. Elle vit des groupes qui se dépêchaient d’aller quérir leur vestiaire, la coupe à la main (bande de crétins pensa-t-elle). Elle ne supportait plus ces pleutres serviles qui venaient s’empiffrer à l’abreuvoir du manoir, bourrins quelconques sous leurs particules caduques… L’absence d’esprit et de désintéressement de ces ombres inutiles la révoltait ! Elle ne voulait plus slalomer sur les sentes fourbes des quiproquos, semblables à des poupées russes qui se multipliaient.

Elle arriva enfin face à lui. Son regard gris charriait un orage, il était sombre dans la quasi obscurité où il se tenait, une main appuyée à la haute cheminée. Elle ne lâcha pas ce regard dans lequel elle était morte tant de fois pour renaître à l’aube, un peu plus loin de sa vie, à côté. Il fallait qu’elle le lui dise. Maintenant.

TEXTE DE JAKLINE

Quel est l’abruti qui ?

– Cette fois ci c’est la bonne ! Je vous quitte! Trop c’est trop !
Vos farces de potaches et vos quolibets stupides ont eu raison de mon quota de patience !
Elle jeta son tablier poisseux à la figure de Jean, manquant de peu un quinquet déjà allumé.
-Vous direz à votre chef que c’est pas la peine de se traîner à ma porte, pour quérir mes bons offices en dépannage d’urgence. Débrouillez vous seuls, bande de rigolos.
– Mado, attend, c’est un quiproquo ! C’est quasi certain….
– C’est ça, et mes vieilles quilles, c’est des nageoires à la mode!?

Oula houlà, là, qu’est-ce qu’il se passe ? demanda Mario en remontant du caveau, juste comme la porte claquait.
– encore une querelle à la noix ?!
– de saint Jacques, ricana Denis
– T’aurais pas dû lui faire le coup de la bassine, en équilibre sur la porte de la chambre froide, surtout remplie d’une telle quantité de quenelles d’écrevisses décongelées… Elle est très sensible. tu sais.
– Hé, ça va bien, Jeannot la morale, sale cafard ! Oh oh oh. Hâââ, sa gueule !…
La tronche couverte de chapelets roses, quenottes sorties, prête à mordre : la quintessence de la gorgone enragée… Ha ha ha.

-C’est vraiment pas malin, y’en a partout sur le carrelage, et plus assez en réserve pour le plat du jour !!!!
-Pas grave, on a un quintal de cigales de mer, ya qu’à les faire en ragoût à la Valenciana, ce sera vite prêt ! Je m’en occupe !
– C’est ça ! Et tu crois que nos habitués vont pas s’en apercevoir, du changement de tour de main du cuistot ? C’est pas un quelconque gâte-sauce Mado. Elle est douée, elle !
En plus, elle a embarqué sa recette de muffins au quinoa, on n’est pas dans la mouise !
Denis, t’es vraiment qu’un sale crétin. Maintenant, tu passes immédiatement en cuisine.
Jean derrière les fourneaux ; je m’occupe de la mise en place de la salle.
Dois-je vous rappeler que ce soir le quintette du quartier latin passe à 22 heures, prévoyez large, ça ouvre l’appétit le jazz !

Demain, à l’aube, Denis tu feras le marché ; histoire de dépenser utilement ton trop plein d’inventivité; puis tu porteras toi-même à Mado tes plus plates excuses accompagnées d’un énorme bouquet, dont je retirerai le montant sur ton salaire.
Après quoi, tu me copieras 100 fois à l’encre rouge «il n’y a de bon exercice du métier, que dans l’entente et la quiétude ».
– Ben crotte alors !…
-Et tout ceci avant le service de midi.
-Beuuuuh. Oui chef….
-Et toi Jean, en bon camarade solidaire, tu me fera itou une copie de cinquante lignes sur les mérites de la quiétude, écrit en vert.
– En vers ?
– Au crayon vert, cervelle d’oursin !
Exécution, ou la porte ; plus compte rendu circonstancié à votre responsable de stage….
– Oui chef….

Publicités

66 réflexions au sujet de « LES PLUMES DE L’ÉTÉ 17 – Les textes avec la lettre Q ! »

  1. Victoireeeeeeeee ! ça marche
    Faut juste cocher quelques cases qui étaient à décocher !
    Les Canalblogiens seront désormais « presque » comme les autres 😆

    Coucou Miss Aspho,
    j’étais tellement contente que j’en ai oublié de te dire « bonjour » 😆
    pas le temps de lire, ce matin, le soleil m’attend !
    à tout à l’heure
    bonne lecture et bises d’O.

    • Mais oui ça marche !!! Quand on cherche on trouve !! Toutes les plates-formes peuvent le faire, donc y’a pas de raison !!! 😆 Moi je lis les textesce matin car cet après-midi sera en partie occupé… En revanche, chez toi ce matin, pas moyen d’entrer dans les commentaires (des Plumes), je t’en ai laissé un sur Beigbeder !!! Bonne journée au soleil, ici c’est toujours le mois de mars, bises ! ;)♥

  2. Jakline ton texte me plait beaucoup ! j’adore le style et on voit tout de suite les personnages ! quel crétin celui là d’avoir embêté la Mado ^^!!

  3. Mais lui dire quoi ??? Ce n’est pas la fin Aspho, il va y avoir une suite, hein ?
    Toujours tes images qui me réjouissent… »Elle était même la siamoise crachée du mensonge », « semblables à des poupées russes qui se multipliaient »…
    Je passe à l’autre texte.
    On ressent bien l’effervescence de la cuisine !
    Bonne journée
    Bise Aspho ♥

    • Haaaa ! J’en garde pour les semaines à venir !!! Pour la cuisine, l’hôtesse a toujours un oeil sur les plats pour voir ce qui se mange ou…pas ! Tu connais ça toi !!! Bises ! 🙂

  4. @ Asphodèle : Pauvre Hortense, ça ne doit pas être évident de marcher avec des « quilles ». 😉 J’adore « la siamoise du mensonge ». 😀 J’aime ton texte riche et drôle. 😀 On est directement plongé dans ton univers et c’est agréable. 😀
    @ Jakline : Ton dialogue est époustouflant et vivant. 😀 J’aime beaucoup ton style efficace. 😀

  5. Bonjour! N’y ‘aurait-il pas une petite coquille sur les pentes fourbes ?
    Sinon, comme Syl, tes images m’agitent. Je me remets d’ailleurs tout doucement de ton bastion ébranlé qui dans un contexte quenellien résonne savoureusement ! Sinon, pour revenir à ce texte-ci, il dégage une telle énergie qu’on sent que rien ne va pouvoir aujourd’hui arrêter ni l’héroïne ni l’auteur. Il va, comme on dit, y avoir du sport et j’espère pouvoir assister à la rencontre !

      • C’est vrai que Jackline a la patate aussi. Et son « cervelle d’oursin » m’a bien fait rire. Mais c’était toi que je commentais. Pour elle je cherchais un angle d’attaque pour faire un pavé de 30 lignes sur l’humour gastronomique en flux tendu mais je patauge dans les quenelles ! Y’en a partout par terre, au secours !!!

        • Attention à ne pas tomber !!!^^ Avec ta « coquille », j’ai relu mon texte et non, ce sont bien des « sentes » dont je parle, pas des « pentes », remarque…il n’y a pas loin !!! :). Pour l’énergie, je vais essayer d’en garder pour le reste de l’été !!!

        • Ô punaise désolé pour sente… Je suis quand même ravi de m’être trompé et d’avoir ainsi appris un mot nouveau qui sent bon la garriguette et le pistou. (Quoique Mirabeau ne soit pas très précis sur les parfums qu’on y croise.)
          Ah ! C’est que j’ai le cerveau un peu formaté, moi tu me dis slalom, je te dis pente, direct !

          • Ne t’excuse pas ! 🙂 Une coquille est vite arrivée et si ça t’a permis de découvrir les « sentes », alors…Je ne suis pas du tout formatée, encore moins par le ski, donc… 🙂

  6. Comme les autres la siamoise du mensonge c’est bien vu… Ah les bals les mecs la jalousie et la stupidité tout cela traverse les siècles…

    Jakline : j’adore cette énergie…Mais j’aurai bien mangé les quenelles d’écrevisses c’est bête de gâcher.
    @ tantôt
    avec le sourire

  7. Asphodèle : C’est un vrai plaisir de te lire, c’est très agréable, on est tout de suite dans l’histoire merci ! bises et bon week-end 🙂
    Jakline : comme je l’avais noté déjà sur l’autre billet j’adore !!! cette façon que tu as d’écrire est captivante et ton texte est très drôle ce qui est évidemment très plaisant ! merci ! Bon week-end ! bises 😉

    • Merci Chanone ! J’ai fait ce que j’ai pu pour garder « l’ambiance », avec ces mots là, moins de poésie, ce sera pour les R… Et Jakline a un vrai talent de dialoguiste ! 🙂

  8. Bravo, il y a une sacrée ambiance. C’est romantique et cruel ! J’ai adoré « la siamoise crachée du mensonge ». Je vais lire le texte de Jakline aussi. Bon weekend !

  9. Tout l’monde se lève pour ta « siamoise crachée du mensonge », Miss Aspho 😆 et moi aussi !
    Tu vois, c’est chic des quenelles au brochet sur lit de quinoa ! Fallait pas t’en faire une montagne 😆
    C’est vrai, ton texte est un petit peu moins romantique mais très agréable à lire. La pauvre Hortense, quel portrait, tu ne lui épargnes rien !
    Vivement la récolte avec le « r » 😆
    Bon après-midi
    A Lyon, il fait un peu moins chaud qu’en Amérique, mais il faut tout d’même passer sur le trottoir à l’ombre 😆
    Et les bouchons… c’est galère…
    Bisous d’O.

    • Une lyonnaise qui se plaint des bouchons !!! On aura tout vu ! 😆 Je t’envoie un peu de clim’ si tu veux, on ne dépasse pas les 20° !!! Moi c’est bon, j’aime pas la chaleur… Merci Soène de ce gentil commentaire, bises et bonne après-midi au…frais ! 🙂

  10. Jakline, congeler des quenelles… je ne te le conseille pas 😆 elles font le « grain » après !
    Très drôle, ça pourrait très bien se passer dans une école hôtelière cette scène de la bassine sur la porte de la chambre froide 😆

  11. @ Syl & Aspho
    Ben… j’ai pas de recette… je fais « au pif » 😆
    Il faut compter 2/3 quenelles par personne, une grosse poignée d’olives vertes que vous dénoyautez (pas déjà dénoyautées en bocal, surtout !), suivant le nombre de quenelles, il faut « doser » la quantité de champignons de Paris (pas d’autres !), et un gros coulis de tomates… s’il y en a trop, on peut le garder au frigo ou le congeler…
    + 1/2 échalotes, une branche de laurier !
    Vous pouvez acheter des quenelles Giraudet en grande surface (ou les acheter sur Internet sur leur site…)
    Quant à la recette de ma GM, je veux bien essayer de voir si je la retrouve par hasard dans les archives familiales 😆
    Une autre astuce ! dans un gratin de fruits de mer, napper le plat beurré de morceaux de quenelles évite que le gratin fasse l’eau, les quenelles sont moëlleuses et cela peut faire un « plat unique » qui aime rester au four et est délicieux bien mijoté !
    Bon courage, les Cordons bleus 😆

    • Mais qu’est-ce tu faisais dans les Indésirables ??? Merci pour la demi-recette !!! Moi c’est la quenelle elle-même que j’aimerais savoir faire, c’est comme une pâte non ? La sauce je devrais y arriver !!! 😆 Tu vois quand tu veux ! 😀 Et si tu la retrouves, elle passera dans le challenge de Syl. !!!

  12. Un début d’été en fanfare, il y a du monde c’est chouette ! En plus je vois que je ne suis pas la plus en retard pour déposer mon lien je suis contente héhéhé :).
    Je viens de lire tes deux textes pas mal du tout, je n’ai pas réussi à commenter sur le premier billet par contre c’est bizarre. Le début de ton histoire me faisait penser à Ophélie avec cette baignade en eaux troubles mais cette suite me fait penser à Fitz et Zelda, en moins tragique heureusement. J’aime beaucoup les images que tu utilises son regard qui charrie l’orage, quelle belle idée !
    Pour Jakline : Très sympa, je pense que j’aurais été furieuse comme la Mado si on m’avait fait la même chose, on se croirait vraiment dans les coulisses d’un restaurant 🙂
    Bon je file lire les textes de tout le monde, heureusement j’ai le temps cet après-midi !!! 😀

    • Oui ça démarre fort mais presque tous les liens (j’ai dit presque^^) étant arrivés au fur et à mesure, c’est bien passé ! Je vais bien dormir ce soir quand même !!! 😀

    • Merci Eeguab, c’est vraiment gentil et je suis désolée que tu aies à te contorsionner ainsi pour laisser un comm !!! WP fait peut-être une mise à jour, ça fait longtemps ! 😉

  13. Ah quelle description , faut le faire !!!
    oui , oui , les détails sont fabuleux , quelle verbe Aspho , j’imagine bien , tiens , j’en connais presque des Hortense , à quelque chose près

    Un vrai régal ce bal !
    Bravo à Jackline aussi , pour ce dialogue vivant
    Les quenelles ont inspiré , chapeau !
    bon WE

  14. Le citron dans les yeux je ne connaissais pas puis ma cousine m’a raconté que sa grand-mère faisait ça pour avoir des yeux pétillants ! Drôle d’idée. 😛
    C’est l’effet crunch ou kiss cool de maintenant ?

    • Je me souviens d’une époque (que les moins de 100 ans ne peuvent pas connaître) où on donnait ce « truc » dans les magazines pour faire briller les yeux, j’ai essayé une fois…pas deux !! Je ne sais pas si c’était l’effet Kiss Cool, plutôt « au feu, les pompiers » ! 😆 Et tu ne dors pas en ce moment ??? 🙂

  15. Je me suis régalée à tous vous lire. A chaque fois la diversité des styles d’écriture et la diversité de la façon d’aborder le sujet me ravit.
    A la semaine prochaine pour une nouvelle aventure

    • Tu es gentil !^^ En ce qui me concerne, je suis contente que cette lettre « lourde » soit passée, lourde dans les mots qu’elle induit, s’entend… Je me rattraperai…

  16. Texte d’Aspho : Je ne m’attendais pas à lire une si « belle » description de l’attirante Hortense… qu’est ce que tu lui mets quand même 😉 J’ai bien ri … et Borrrrrrrrrrrrrrrrrrrris devrait se méfier… non mais !!!

    Coincoins pour Aspho

    Texte de Jackline : Wow ! Une bassine de quenelles aux écrevisses ??? Quel gâchis ! Et au final, une punition collective pour un texte consommé sans modération 😉

    Coincoins pour Jackline

  17. Ping : LES PLUMES DE L’ÉTÉ 18 – LES TEXTES EN R ! |

  18. Ping : LES PLUMES DE L’ÉTÉ 19 – Les textes en S ! Tsssss….. |

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s